Russie : l'opposant Navalny transféré dans un camp à 200 km de Moscou    Coronavirus au Maroc : 244 nouveaux cas en 24 heures, 8 décès    La folle histoire qui lie Winston Churchill à la ville de Marrakech    Credit Bureau: «les solutions apportées par les différents intervenants ont permis de limiter l'envolée des impayés»    Le CRI de Marrakech-Safi lance une plateforme de financement en ligne pour les entrepreneurs    Lancement d' une opération d'échange de valeurs du Trésor de 450 MDH    Habib El Malki se félicite de la coopération avec le FOPREL    Syrie : Biden entre en guerre    Séisme d'Agadir : les vérités sur un drame qui transcende le temps (I)    CAN U20. L'EN éliminée par la Tunisie    Botola Pro D1. Victoire à l' arraché du HUSA    L'ovale nationale fait les frais d'" agissements frauduleux "    Session extraordinaire du Parlement le 2 mars prochain    L'Europe s'inquiète Les Etats-Unis s'estiment " en avance "    Présentation de la nouvelle stratégie du CAFRAD    "Biggie " , le géant éphémère du rap    Portrait: ElGrande Toto, un as de trèfle qui pique le cœur    Alerte météo : fortes averses orageuses et chutes de neige jusqu'au 2 mars dans plusieurs provinces    Des arrestations massives lors de manifestations en Birmanie    Les indices s'enfoncent malgré un léger reflux des taux    La Bourse de Casablanca dans le rouge du 22 au 26 février    Le Maroc peut profiter de la guerre géopolitique du Gaz européen    «Nidaa Oujda», un appel contre le discours de division    La France doit être «plus claire» et reconnaitre la souveraineté du Maroc sur le Sahara    Liga: Barcelone bat le FC Séville et enchaîne    Le FUS s'offre l'AS FAR à domicile    La sélection nationale participe au Championnat d'Afrique en Egypte    Signature d'une convention de partenariat entre la CNDP et le ministère de la Justice    Quand l'opposition dénonce la «propagande médiatique» du pouvoir algérien contre le «Hirak»    La 316 ème fortune de France s'implante à Marrakech    Voyages : voici les pays européens prêts à lancer leurs passeports vaccinaux    Le patron de l'OMS veut des mesures concrètes    Les arméniens réclament le départ du Premier ministre    Un «mini Maghreb» sans le Maroc et la Mauritanie, une idée aussi incongrue qu'irréaliste    Libye : près de 150 migrants secourus en mer Méditerranée    Le premier radiotélescope du Royaume installé à Marrakech    Delta Holding: Un CA en baisse de 15% en 2020    Présentation du beau livre «Pour une Maison de l'Histoire du Maroc»    «Tout ira bien», nouveau recueil de poèmes de Driss Meliani    Interview avec Selma Benomar, l'ambassadrice du luxe à la marocaine    Botola Pro D1 « Inwi » (8è journée): Classement    La CAF autorise la programmation des matchs internationaux en Libye    Sahara : la neutralité passive de l'Europe dessert la stabilité et l'intégration régionales, selon un média italien    Transavia, filiale low-cost d'Air France va ouvrir une nouvelle ligne vers le Maroc    Tunisie: un collectif appelle à la légalisation du cannabis    Covid-19 : les Etats-Unis autorisent un troisième vaccin    Harcèlement sexuel : de nouvelles allégations contre le gouverneur de New York Andrew Cuomo    Joaillerie : Hicham Lahlou lance sa collection « Magic Alice »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





On ne cache pas le soleil avec un tamis
Publié dans Albayane le 19 - 11 - 2020


Prise en charge des patients covid
Ouardirhi Abdelaziz
Le ministre de la santé Mr Khalid Ait Taleb a tenu le mercredi 11 2020 au siège de son département une réunionavec les représentants de l'association nationale des cliniques privés (ANCP) et de l'Agence nationale de l'assurance maladie (ANAM).
Secteur public et privé, une seule et même entité indivisible.
Au cours de cette réunion, le ministre de la santé a passé en revue la situation épidémiologique que traverse notre pays, marquée par une flambée des nouveaux cas de Covid 19, et les défis auxquels doivent faire face le tous les professionnels de santé pour juguler cette vague au moment ou certains services sont saturés.
Pour mener a bien la prise en charge des nombreux patients atteints de la covid19, monsieur Ait Talab Khalid a souligné la nécessité d'intensifier les efforts de l'ensemble des intervenants, à savoir le ministère de la santé, l'ANAM et l'ANCP, pour faire face ensemble, secteur public et secteur privé à cette pandémie.
Le ministre de la santé a tenu a cet effet a rappeler que les deux secteurs sont une seule et même entité indivisible qui travaille de concert pour combattre cote a cote contre cette épidémie de coronavirus pour gagner cette bataille dans l'intérêt de notre pays et de l'ensemble des citoyens Marocains.
Surfacturation des actes
S'agissant de certains dérapages, de surfacturations par certaines cliniques de malades atteints de la covid 19 le ministre de la santé, a tenu a rappeler que son département et l'ANAM vont entreprendre des mesures de contrôle technique qui ont été lancées en début de cette semaine.Ces mesures ont pour but de détecter les violations et de prendre les mesures nécessaires dans le cadre de la loi en vigueur.
Tout ce que le ministre de la santé a clairement exprimé devant les représentants de l'Association Nationale des Cliniques Privées (ANCP ) et ceux de l'ANAM dont le directeur général Khalid Lahlou, est fort louable, appréciable, cela met un peu de baume sur les cœurs de nombreux citoyens qui suivent de très près ce feuilleton , car la surfacturation des actes médicaux se sont des centaines, voire des milliers d'épisodes dont personne ne connait la fin.
Des procédés inacceptables
Dans la réalité des faits cette polémique des médias autour des dérapages et des surfacturations de la prise en charge de malades atteints de la Covid 19 , est une réalité amère , douloureuse , que certains au niveau de quelques cliniques utilisent honteusement pour s'enrichir de manière illicite sur le dos de la misère des patients et de leurs familles , en exigeant des chèques de garantie , des avances en espèces de 40.000 ou 60.000 DH.
On se croirait dans une sorte de jungle ou les plus fort dévorent es plus faibles. Ces agissement contraire a la loi en vigueur dont font preuve certaines cliniques, sont loin, mais alors très loin de l'éthique médicale, et ignorent complètement le sermon d'Hippocrate.
La pratique de la médecine: une science et un art
La pratique de la médecine est une science et un art, elle est synonyme d'humanisme, de compassion, d'amour de l'autre, de soutien et d'aide envers les patients, par leurs agissements inacceptables certains ignorent complètement le sermon d'Hippocrate
Ceux qui cherchent a s'enrichir en utilisant de tels procèdes vils et mafieux doivent changer de métier, car ils font honte à la noble profession médicale que beaucoup choisissent par vocation.
En écrivant tout cela, notre souhait le plus ardent et sincère, c'est que nos citoyens qui s'adressent aux cliniques soient toutes et tous soignés au juste prix , dans le strict respect de la tarification nationale de référence (TNR ), et que les responsables et décideurs au niveau du ministère de la santé et ceux de l'ANAM soient a l'écoute des malades, des prescripteurs de soins, et des organismes gestionnaires de l'AMO.
Soigner le mal à sa racine
Je ne voudrai pas conclure cet article sans dire qu' il est très important de dire haut et fort que l'épidémie de Covid a mis a nu notre système de santé qui souffre d'une multitudes de défaillances chroniques.
Notre système de santé est miné de l'intérieur, son mal s'appelle : pénurie de médecins et manque criard d'infirmières et d'infirmiers.
La gouvernance de nos structures hospitalières, comme celle des directions régionale de la santé est souvent en deca des attentes et par endroits cette gouvernance a montré ces limites poussant le ministre a procéder a des changements de responsables.
Nos hôpitaux sont vieillots , pas tous mais ceux hérités de l'ère coloniales sont en piteux état, le nombre d'hôpitaux existant au nombre de 157 est très insuffisant comparativement a notre population qui est de 37 millions.
La capacité litière de ces hôpitaux est insignifiante, preuve en est la saturation de certains services en ce moment même.
Le nombre de lits de réanimation ne suffit pas, de même que le nombre de médecins anesthésistes réanimateurs, a cause des mauvais choix qui sont opérés, et des postes qui sot ouverts pour telle ou telle spécialité.
Les médicaments connaissent parfois des ruptures a cause de la mauvaise gestion et de la mauvaise planification.
On navigue avue, et cette épidémie vient nous rappeler que la politique du replâtrage n'apporte aucun résultat.
Si nos structures hospitalières, nos services de réanimation, nos professionnels de santé, nos pharmacies hospitalières et toute la logistique qui va avec étaient conforme aux réels besoins de notre population, et si des décisions politiques courageuses avaient été prises pour permettre au département de la santé de mener a bien l'ensemble de ses missions, nous aurons certainement gérés très convenablement cette crise sanitaire.
Et donc, il va falloir revoir toutes les copies, car si nos hôpitaux pouvaient répondre convenablement et totalement aux multiples demandes de soins, et si les prises en charge des patients atteints de la covid se déroulaient convenablement et globalement, les malades n'iraient pas au niveau de certaines cliniques privées et se faire arnaquer , ce qui est la cause de cette polémique qui n'aurait pas lieu d'être.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.