Activité portuaire: baisse du trafic global à fin mars    Open d'Espagne de Taekwondo:Achraf Mahboubi médaillé d'or    Le message du roi Mohammed VI au roi d'Eswatini    Création de la Super League: La colère d'Alexandre Ceferin, président de l'UEFA    2020, année la plus chaude jamais enregistrée au Maroc (Direction Générale de la Météorologie)    Sophie Villaume, une «Marocaine de cœur»    Arrivée à Beyrouth du 2è lot des aides alimentaires    Washington lance un ferme avertissement à Moscou    France : Offensive sur la sécurité, sujet phare de la présidentielle de 2022    Le Maroc et le Danemark veulent élaborer un agenda post-pandémie    Le MASI reprend le chemin vert    L'Atlético enfonce Eibar, le Real cale à Getafe, En-Nesyri donne la victoire à Séville    La Botola envahie par des coachs de la Tunisie    Une offre abondante et diversifiée pour le Ramadan    Ramadan, les métiers saisonniers fleurissent    Jubantouja est inspiré du Roi de la Mauritanie Juba II    Le 1er dictionnaire espagnol-arabe de football, présenté en ligne mardi prochain    Un riche programme de sensibilisation et de vulgarisation autour des valeurs historiques de Rabat    Covid-19 Maroc : 138 nouvelles contaminations et quelque 19 000 doses de vaccins administrées en 24 heures    Compteur Coronavirus : 138 cas testés positifs, 4.672.326 personnes vaccinées    CMR : la réorganisation continue    Déficit budgétaire de 6,7 milliards de dirhams à fin mars 2021    Voici les dates des examens de l'année scolaire 2020-2021    Mohammadin Boubekri, président de l'Ordre des médecins : « Nous n'avons aucune réserve pour le recrutement de médecins étrangers sauf une »    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Mobilité électrifiée : le Maserati Levante se convertit à l'hybride    A Tindouf la population astreinte à payer des contributions au Polisario    Afrique de l'Ouest et centrale : Le Programme alimentaire mondial appelle à éviter une catastrophe alimentaire    VIDEO// Comment le footballeur marocain Mohamed Amine Talal gère ses efforts pendant le Ramadan    Emmanuel Macron reconnaît que l'Algérie coloniale empoisonne les relations entre Alger et Paris    2020, année la plus chaude jamais enregistrée au Maroc    Tanger : neuf personnes interpellées pour trafic international de drogue    Aubergines : les Etats-Unis songent au Maroc pour l'import    Pakistan : onze policiers libérés après avoir été capturés par des manifestants anti-France    Foot féminin européen : Le PSG affronte le Barça en demi-finale de la Ligue des Champions    Ligue des Champions : Le PSG pourrait être désigné vainqueur !    Ftour Pluriel 9ème édition : «Retrouvailles»    New Delhi confinée pour une semaine à compter d'aujourd'hui    «Le polisario et l'Algérie ne réalisent pas que le monde a changé et que personne ne soutiendra leurs efforts de guerre», écrit Eurasiareview    José Mourinho viré de Tottenham    Forum des zones industrielles: La 3è édition du 14 au 16 décembre à Tanger (OADIM)    Série ramadanesque – «Café ness, ness» : Les avocats sollicitent la HACA    Edito : Cour promotionnelle    VIDEO// Le danseur et chorégraphe belgo-marocain Sidi Larbi Cherkaoui en direct sur Info Soir de 2M    Patrimoine: Lancement d'un programme de sensibilisation autour des valeurs historiques de Rabat    Casablanca: le musée "Docteur Leila Mezian Benjelloun", prêt ''dans un peu plus de deux ans''    Culture : Le Programme des éliminatoires de la 2è édition de la Ligue Nationale d'Improvisation Théâtrale Nojoum    Rencontre: Exploratrice, conteuse...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La réduction des écarts d'activité entre les hommes et les femmes entrainerait un accroissement du PIB
Publié dans Albayane le 07 - 03 - 2021

Etude réalisée par la Direction des Etudes et des Prévisions Financières
La réduction progressive de l'écart entre l'emploi industriel des femmes par rapport à celui des hommes au Maroc pourrait aboutir à des progressions sensibles du PIB industriel, selon l'étude «Coûts économiques des inégalités de genre dans le marché du travail au Maroc», présentée vendredi lors d'un webinaire.
Une réduction complète de l'écart des niveaux d'activité entre les hommes et les femmes, générerait une hausse du PIB par habitant de 39,5% comme effet maximal, relève-t-on des conclusions de cette étude réalisée par la Direction des Etudes et des Prévisions Financières (DEPF) relevant du ministère de l'Economie et des Finances, en partenariat avec le Centre d'excellence pour la budgétisation sensible au genre (CE-BSG) et ONU Femmes.
S'exprimant lors de ce webinaire, le Directeur des Etudes et des Prévisions Financières (DEPF), Mounssif Aderkaoui, a précisé que le Maroc a connu une baisse tendancielle du taux d'activité des femmes dans les deux dernières décennies qui est passée en l'espace de deux décennies de 30,4% en 1999 à 19,9% en 2020. «Au delà des inquiétudes qu'elle soulève, cette baisse peut être interprétée aussi comme révélatrice de l'existence de réserves de croissance économique non encore utilisées, que notre pays pourrait mobiliser pour qu'il parvienne en réunissant les conditions requises pour régler les multiples dysfonctionnements qui entravent la mobilisation du potentiel des femmes», a affirmé M. Aderkaoui.
Et de souligner que durant les deux dernières décennies, le Maroc s'est engagé de manière «délibérée» et «volontariste» dans un vaste chantier de réformes multidimensionnelles, permettant d'ouvrir des perspectives prometteuses, y compris en matière de promotion de l'égalité des genres en particulier la nouvelle Constitution qui a consacré cette égalité dans l'accès aux droits politiques, économiques, sociaux et culturels et environnementaux.
Les programmes stratégiques et les stratégies sectorielles s'inscrivent dans la même perspective et affiche désormais un intérêt particulier pour la valorisation du rôle de la femme. Cependant, si les efforts consentis jusqu'à présent demeurent encourageants et prometteurs, ceci ne devrait pas perdre de vue la persistance de certaines insuffisances liées particulièrement aux contraintes d'accès des femmes aux opportunités économiques.
De son côté, la représentante du Bureau Multipays de l'ONU-Femmes pour le Maghreb, Leila Rhiwi, a fait observer que plusieurs obstacles subsistent face à l'intégration des femmes au marché d'emploi. Cependant, les femmes continuent à travailler plus, appelant à diminuer les obstacles systémiques qui empêchent les femmes de participer de manière égale dans les secteurs public et privé.
Ces inégalités entre les femmes et les hommes au niveau de l'accès au marché du travail impactent directement la croissance économique du pays, a-t-elle insisté, faisant observer que «la majorité des femmes continuent à avoir un emploi précaire et informel».
Et d'ajouter que malgré des avancées enregistrées en la matière, des défis persistent encore, particulièrement, ceux liés à la faiblesse de l'accès des femmes aux opportunités économiques, induisant des pertes en points de croissance sous l'effet de la sous-utilisation de l'ensemble des potentialités humaines dont dispose le Maroc.
La réduction de ces inégalités d'accès à l'emploi, a-t-elle poursuivi, appelle à la réalisation de deux prérequis économiques. Il s'agit d'une part du renforcement d'un modèle du développement économique générateur d'emplois suffisants et adaptés aux compétences et qualifications des citoyennes et des citoyens, et d'autre part de la mise en place de politiques socio-économiques efficaces et adéquates dans les secteurs clés tels que l'éducation, la santé, la sécurité sociale.
Quant au Directeur de l'Agence Française de Développement (AFD) au Maroc, Mihoub Mezoughi, il a souligné la nécessité d'instaurer une culture genre au sein de l'administration et de l'entreprise marocaines en se basant sur des approches intégrées et des objectifs assez clairs.
Abordant la Budgétisation Sensible au Genre (CE-BSG), M. Mezoughi a indiqué qu'il s'agit d'une politique inédite et originale qui assure un cadre pour formuler des politiques publiques qui encouragent et facilitent l'accès des femmes aux services publics et un accompagnement de l'administration. Elle instaure aussi un cadre de redevabilité donnant lieu à un engagement durable et réel.
Selon le directeur de l'AFD, ladite étude ressort, chiffres à l'appui, que la réduction des inégalités de genre dans le marché du travail est intimement liée à la promotion de la croissance économique du pays, notant que l'accès des femmes aux opportunités économiques s'avère un puissant levier de développement et un gage d'édification d'une société inclusive qui valorise l'ensemble de ses membres.
L'étude s'est appuyée sur l'analyse de l'évolution de la participation des femmes à la population active, au cours des deux dernières décennies, au Maroc et dans d'autres pays, en procédant à des croisements avec les performances économiques de ces pays. L'objectif étant de situer le Maroc par rapport à d'autres pays en termes de réduction des inégalités de genre, particulièrement, en matière d'accès au marché de travail. Elle s'est, également, intéressée à l'analyse de la répartition de l'emploi féminin et masculin par secteur d'activité, tout en mettant l'accent sur les facteurs qui déterminent l'accès des femmes à l'emploi au Maroc.
Réalisée en partenariat avec le CE-BSG avec l'appui de l'AFD et de l'Union Européenne, cette étude mène une analyse et une estimation des bienfaits en termes de points de croissance économique que pourrait générer l'accroissement de l'intégration des femmes dans le marché du travail au Maroc.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.