Le polisario sèchement recadré en Nouvelle-Zélande    Ramadan: Kaïs Saïed écrit au roi Mohammed VI    Le Maroc suspend les liaisons aériennes avec la Tunisie    Le roi Mohammed VI a reçu un message du roi Abdallah II    Joe Biden retirera toutes les troupes américaines d'Afghanistan d'ici le 11 septembre    La haute précision marocaine mondialement reconnue    Messages du roi Mohammed VI aux chefs d'Etat des pays musulmans    SM le Roi félicite les Chefs d'Etat des pays islamiques à l'occasion du mois sacré de Ramadan    La FRMVB adopte ses rapports moral et financier lors de son AGO à Marrakech    Liverpool-Real, la magie évanouie d'Anfield face au sorcier Zidane    Front commun de Moscou et Téhéran face aux Occidentaux    Ventre vide, tables garnies    Meryem Aassid : «notre vision est d'explorer la chanson amazighe dans toute sa splendeur !»    Quand l'art fédère le Grand Maghreb    Votre livre de poche motivateur    Couvre-feu à Casablanca: le tramway adapte ses horaires    Mariage des mineures : une plaie gangrenée    Coronavirus : l'utilisation du vaccin de Johnson & Johnson suspendue par les autorités américaines    La France regrette les menaces d'Alger envers son ambassadeur    Interview avec l'Ambassadeur du Sénégal au Maroc : les dessous de l'initiative sénégalaise à Dakhla    La loi 46.19, une occasion pour lutter efficacement contre la corruption    Démantèlement d'un réseau d'immigration clandestine opérant dans le nord du Maroc    Nasser Bourita s'entretient avec son homologue omanais    PSG-Bayern: à quelle heure et sur quelles chaînes? (Ligue des champions)    Barça: le clan Messi dément une rumeur au sujet de Neymar    M. Benabdelkader : Bientôt un nouveau projet de loi régissant la fonction d'Adoul    Gaz Butane : Hausse de 9% de la moyenne de subvention unitaire par bouteille (12kg) à fin avril    Golf : Hideki Matsuyama, soleil levant à Augusta    SM le Roi lance l'opération de soutien alimentaire «Ramadan 1442»    Tayeb Hamdi: Sans respect strict et généralisé, les mesures restrictives ne seront jamais suffisantes    Des chiffres alarmants de demandes de mariages des mineures (Président du ministère public)    Raja / Lassaâd Chebbi : Une association de raison qui profite aux deux parties    Les rebelles Houthis du Yémen affirment avoir lancé 17 drones et missiles sur l'Arabie saoudite    Diversité des genres : le groupe OCP s'associe à IFC    Naima Lamcharki, meilleure actrice au Festival international du film arabe de Malmö    Sociétés cotées : Baisse de 34,4 % de la masse bénéficiaire    Ramadan/Maroc: Le renforcement des mesures restrictives dicté par la nature imprévisible du virus (El Otmani)    La Bourse de Casablanca débute en légère baisse    Financement anti-Covid : le plaidoyer de Benchâaboun    Officiel: le Tunisien Lassaad Chabbi nouveau coach du Raja Casablanca    Formation : la Fondation Phosboucraâ opte pour le distanciel    Casablanca : le musée "Docteur Leila Mezian Benjelloun", prêt ''dans un peu plus de deux ans''    Journée internationale de la femme : ASEGUIM-Settat honore Mme Cissé Nantènin Kanté    Real Madrid: Florentino Pérez réélu président    M. Rabbah : Le système électrique de la prochaine décennie sera basé sur des énergies propres et renouvelables    Chtouka Ait Baha : Tout sur l'inscription les greniers collectifs au patrimoine mondial de l'UNESCO (Vidéo)    Un hommage au grand artiste Mohamed Melehi aura lieu en mai prochain à Marrakech    La Fondation TGCC lance la première édition du Prix Mustaqbal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Incendies en cascade
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 12 - 11 - 2002

Les incendies ravageant les échoppes dans les marchés aux puces dans les différentes villes du royaume risquent de devenir un simple fait divers. La bonbonne de gaz ou le court-circuit sont souvent à l'origine du drame.
Chaque fois d'énormes dégâts matériels sont occasionnés, et dans certains cas, des morts et des blessés. Des bilans lourds qui interpellent à plus d'un titre. Vendredi dernier, quelque cinq cents baraques ont été complètement détruites par un incendie qui s'est déclaré à la Joutia d'Aït Melloul, dans la préfecture d'Inzegane, peu avant la rupture du jeûne. Le feu s'est déclaré vers 17h30 au moment où les marchands s'apprêtaient à quitter les lieux qui connaissaient à cette heure une affluence moins importante que d'ordinaire, ce qui a permis d'éviter le pire, selon des témoignages recueillis sur place. Les dégâts subis par les commerçants sont énormes, a indiqué un conseiller municipal, de la commune urbaine de Aït Melloul, qui a déploré l'insuffisance de moyens à la disposition de la protection civile pour faire face à une telle situation.
L'absence de bouches d'incendie aux alentours de la Joutia a compliqué
la tâche des éléments de la protection civile qui ont du s'approvisionner en eau loin du lieu du sinistre.
Le dimanche 30 octobre un autre sinistre frappe les commerçants de Fès. En effet, cent soixante baraques ont été ravagées par un incendie qui s'est déclaré au marché Lakli'a de Bab Ftouh. Selon les premiers éléments de l'enquête, une bonbonne de gaz serait à l'origine de l'incendie au marché Lakli'a, situé près d'un dépôt de bouteilles de gaz de 13 et 3,5 kilogrammes.
La même source, qui affirme que le dépôt contenait environ 2.000 bonbonnes de gaz, a précisé que les éléments de la protection civile ont pu maîtriser le feu, non sans difficultés, vu les moyens de bord. Dans la même ville, il y a quelques mois, un autre incendie, dû également à une bonbonne de gaz, a ravagé plusieurs baraques, provoquant d'énormes dégâts matériels. Pratiquement dans toutes les villes du royaume, Casablanca, à Derb Ghallef, Lokréaâ, Mahammadia, Salé, Inzegane, Nador, ces genres d'incendies dans des lieux pareils, marchés aux puces, sont devenues monnaies courantes. Les installations des échoppes sont souvent effectuées de manière non réglementaire et sans mesures de sécurité contre ces catastrophes, notamment en ce qui concerne le réseau électrique qui alimente l'ensemble du marché, en plus de l'utilisation des bonbonnes de gaz, soit pour l'éclairage, soit pour la préparation du thé, etc. Et lorsque le drame arrive, la thèse du court-circuit ou de la bonbone de gaz refait surface. La question qui se pose est que tout le monde, communes et services des préfectures, sait la situation de ces marchés et n'ignore pas que les commerçants utilisent des bonbonnes de gaz sans précaution. En plus tous ces commerçants paient des redevances aux communes, taxes ou loyers. Tant qu'il n'y a pas de problèmes, les communes ferment les yeux sur cet état de choses, en continuant, bien entendu, de bénéficier des différentes taxes engendrées par cette activité. Et lorsque la calamité arrive, ce sont les commerçants qui en paient le prix. A qui incombe la responsabilité de ces drames qui risquent de devenir de simples faits divers ? Telle est la question que se posent les habitants limitrophes des lieux en question.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.