Journée mondiale de l'information: 5 choses que vous pouvez faire pour restaurer la confiance dans le journalisme (Peu importe qui vous êtes)    Brèves    Conflits d'intérêts: L'Istiqlal plaide pour un texte dédié    Article 1067742    Auto Hall clôture le premier semestre dans le rouge    Allemagne : Schalke 04 se sépare de son entraîneur David Wagner    Cheb Khaled: «Maroc, Algérie, Tunisie... Un seul peuple séparé par l'histoire»    Colère et indignation après le meurtre de Naima (micro-trottoir)    Arts : les résultats du programme exceptionnel de soutien 2020 dévoilés    Bourita reçoit le nouvel ambassadeur du Royaume-Uni au Maroc    La chanteuse Chama Zaz tire sa révérence    Travailleuses et travailleurs domestiques: plus de 2.500 contrats de travail conclus (Amekraz)    Bilan quotidien: 1422 nouveaux cas au Maroc, dont 542 à Casa-Settat    Présidentielle en Côte d'Ivoire : l'ONU appelle à un vote «pacifique et inclusif»    US Round Up du lundi 28 septembre Présidentielle/Floride, Amy Coney Barrett, De Blasio, Célébrités    Le Liban, nouveau protectorat français ?    K-pop : 10 millions de vues pour la nouveauté des Blackpink    Chelsea: Hakim Ziyech toujours absent    Campagne d'assainissement : Plus d'un million de bouteilles d'alcool saisies par la DGSN    Mohamed Bachir Rachdi : « Le projet de loi vient donner de vrais pouvoirs d'action à l'Instance, pour jouer son rôle dans un cadre de complémentarité institutionnelle »    Festival de Fès de la culture soufie : une édition en ligne pour 2020 !    «La sortie sur le MFI de septembre était nécessaire»    Raja de Casablanca : Sofac rejoint la liste des partenaires    Le Maroc favorable au document sur le développement de l'éducation    La CGEM explique ses propositions pour la loi de finances 2021    Casablanca: trois escrocs dans les filets de la DGSN    Le gouvernement refuse de créer un fonds pour le cancer    Leicester humilie Manchester City et prend les rênes du championnat    OCP Africa et l'IFC s'allient pour l'agriculture ouest-africaine    Entre masques et doudounes, Roland-Garros lance son édition automnale toit fermé    France: les prévisions du ministre de l'Economie    JO de Tokyo: La natation nationale face au défi de la qualification    A 90 ans, Haja El Hamdaouia met fin à sa carrière    Fusion Atlanta-Sanad: la nouvelle entité voit le jour    France: trois morts dans le crash d'un aéronef    Biélorussie: Une investiture à huis-clos pour Alexandre Loukachenko    Un engagement sans faille en faveur des populations démunies    Stephanie Williams soutient les efforts consentis dans le cadre du dialogue de Bouznika    Entrée en vigueur de la loi relative au droit d'accès à l'information au Maroc    Ce qui est prévu jeudi au Conseil de gouvernement    Tourisme: Lancement de «Madaëf ECO6»    La chanteuse Houda Saad traverse une épreuve difficile (PHOTO)    Coronavirus : le dépistage élargi à tous les laboratoires [Document]    Pédophilie. Ramid fait trembler les assassins    On connaît le premier relégué de la Botola    Annulation de la 14ème édition du Festival international du film de femmes de Salé    Prévisions météorologiques pour la journée du lundi 28 septembre 2020    Les inégalités raciales ont coûté 16.000 milliards de dollars à l'économie américaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tétouan : arrestation de «Dramendra»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 25 - 04 - 2007

La police de la ville de Tétouan vient de mettre hors d'état de nuire un dangereux malfrat, surnommé «Dramendra». Ce chef d'une bande de malfaiteurs, âgé de dix-huit ans, a semé la terreur dans la ville.
Nous sommes à Tétouan. Les éléments de la police judiciaire de la ville sont à pied d'œuvre. Ils guettent, jour et nuit, entre autres, les trafiquants de drogues, les escrocs et les bandes de malfaiteurs qui se prolifèrent dans la région comme des champignons et ce dans le but de les neutraliser. En une année, ils sont arrivés à démanteler, entre autres, deux dangereuses bandes : « la bande d'El Baldiya » et « la bande d'Ouled Al Kasriya » qui ont semé la terreur durant quelques mois dans la ville de la Colombe Blanche et sa périphérie. Seulement, leur démantèlement n'a pas mis fin à l'apparition d'autres bandes dont la plus dangereuse est celle de Jamal.
Un repris de justice qui a semé également, avec sa bande la terreur dans la ville en agressant sans distinction, les femmes, les hommes, les jeunes et les vieux. Cette nouvelle bande qui agissait sans pitié en menaçant ses victimes avec des épées, des coutelas et des couteaux, semble avoir lancé un défi aux éléments de la police judiciaire de la ville. Un défi qui a encouragé les limiers de la ville à déployer plus d'efforts. Ces derniers sont arrivés effectivement à appréhender Jamal et ses complices et de les traduire devant la justice.
Et ils ont poussé un soupir de soulagement : la ville de Tétouan retrouva son calme.
Cependant, au fil des semaines, les plaintes ont commencé à pleuvoir sur les bureaux des limiers. Plusieurs personnes, femmes, hommes, vieux, jeunes, garçons et mineures se sont présentés au commissariat de police pour se plaindre d'une bande, qui en menaçant à l'aide d'épées, subtilise l'argent, les téléphones cellulaires, les bijoux en or, viole les femmes et même les mineures…
Qui est cette nouvelle bande de malfaiteurs qui a commencé à semer une fois encore la terreur dans la ville ? Les éléments de la quatrième brigade criminelle de la police judiciaire de la Colombe Blanche s'attellent à tirer l'affaire au clair. Ils ont remarqué que les malfrats agissaient surtout aux boulevards Othmane Ibn Âffane et la Ceinture Verte, dans les régions de Sidi Talha et Barbo, ainsi que près de Jbel Darsa, qu'ils utilisaient des épées et couteaux. Les malfrats opéraient à quatre ou cinq.
Les enquêteurs ont recouru aux fichiers des repris de justice qui sont en liberté. Aucun n'a été mis en cause par les victimes.
Les membres de cette nouvelle bande sont-ils de nouveaux malfrats ? Peut-être. Une opération de ratissage minutieuse qui a été effectuée par la police n'a donné aucun résultat. Et les agressions se multipliaient.
Aussitôt, les enquêteurs ont mené une surveillance permanente sur les lieux où les éléments de la bande perpétraient souvent leurs délits et crimes. Certes, ils sont arrivés, en février dernier, à mettre la main sur trois membres de la bande. Soumis aux interrogatoires, ces derniers ont avoué être membres d'une bande de six personnes, chapeautée par le surnommé «Dramendra».
Qui est ce «Dramendra» et pourquoi ce surnom ? Il est le frère du repris de justice, Jamal, qui coiffait une bande démantelée (cité plus haut), âgé de dix-huit ans, célibataire et sans emploi. Il n'a jamais été arrêté par la police bien qu'il a commis, en décembre 2005, alors qu'il était à son seizième printemps, un cambriolage dans un publiphone.
La police n'est jamais arrivée à l'identifier comme auteur de ce crime, qui a été enfin classé. Quand son frère fut arrêté, il a pris la relève. Il a formé une bande de malfrats et il a entamé ses opérations en décembre 2006. Selon les trois membres arrêtés de la bande, en février 2007, ils sniffaient de la drogue dure avant de commencer «le travail». Ces derniers ont précisé aux enquêteurs qu'il a choisi ce surnom parce qu'il adore un acteur hindou se prénommant «Dramendra».
Mais contrairement à cet acteur hindou qui incarnait les personnages qui se battent contre le mal, le « Dramendra » de Tétouan le semait sans pitié. Durant trois mois, la police le guettait pour le mettre hors d'état de nuire.
Mais en vain. Il arrivait toujours à prendre la fuite. Seulement, les enquêteurs sont arrivés à localiser sa cachette située pas loin de Jbel Darsa. Là, il a été arrêté, vendredi 6 avril, en compagnie de deux complices.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.