Intégration régionale : lancement des travaux de construction du pont de Rosso entre la Mauritanie et le Sénégal    Le ministre portugais de la Défense reçu à Rabat    Espagne : Le Maroc «n'est pas actuellement une menace pour Sebta et Melillia»    e-gov : Une nouvelle plateforme de services pour la Justice    Effrayée par une future hégémonie marocaine, l'Algérie dit qu'une guerre avec Rabat, «c'est maintenant»    Covid-19 : Nasser Bourita appelle à faire de la crise sanitaire une opportunité pour consolider un multilatéralisme solidaire    La RAM et les compagnies aériennes en mode gestion de crise    Forum sur la coopération sino-africaine: le Maroc engagé avec la Chine pour l'Afrique    Chakib Alj : « Le remboursement des arriérés des crédits TVA annoncé est un signal très positif »    ONCF: 24,8 millions de voyageurs transportés à fin septembre    OCP Group. Un chiffre d'affaires de 57,6 milliards de DH à fin septembre 2021    Production de gaz naturel : Sound Energy signe un accord de 10 ans avec l'ONEE    Casablanca : Réouverture imminente de la Coupole de Zevaco    Le PJD dénonce la normalisation mais ne condamne pas la visite de Gantz au Maroc    Le polémiste d'extrême droite, Eric Zemmour, franchit le Rubicon    Le Maroc a commandé des drones israéliens pour un montant de 22 millions de dollars    Coupe arabe au Qatar / Ammouta : «Notre ambition est d'aller le plus loin dans la compétition et pourquoi pas remporter le titre »    L'Italien Gianluigi Donnarumma vainqueur du trophée Yachine 2021    Tuchel satisfait du rendement de Ziyech    Ralf Rangnick assurera l'intérim à United !    La Coupe du monde des clubs aux Emirats arabes unis !    Compteur coronavirus : 132 nouveaux cas et 1 décès en 24 h    La HACA présente une étude sur le traitement médiatique des violences faites aux femmes    Retour de la neige dans plusieurs régions du Maroc    Conseil de la concurrence: «Nous allons multiplier les autosaisines»    Covid-19 : Omicron révèle la nécessité d'un accord mondial sur les pandémies (OMS)    Maroc/Covid-19 : 1 décès et 132 nouvelles infections recensés en 24H    La FNM remet des documents d'archives du Musée de l'Histoire et des Civilisations de Rabat    Artcurial Maroc organise une vente aux enchères le 30 décembre à Marrakech    «Sahara : l'autre version», une compilation des souvenances de Mohamed Cheikh Biadillah    Le premier prix décerné à Youssef El Youbi    Plaidoyer pour la langue Arabe classique    Rolando en colère contre le Rédacteur en chef de « France Football » : « Je ne gagne contre personne »    Coupe Arabe des Nations / Arbitrage : Ils sont 52 arbitres mais seulement 3 arabes dont le Marocain Redouane Jayed    Maroc : Jusqu'à 25 cm de neige attendus jeudi dans plusieurs provinces    Maroc : Le mariage des mineures est loin d'être «une affaire purement judiciaire»    Retour des supporters dans les stades: Un retard qui fait jaser    Afrique du Sud: Trois mineurs tués dans une coulée de boue    Antony Blinken anticipe une réponse «sérieuse» en cas d'«agression» russe contre l'Ukraine    Accord de coopération sécuritaire Maroc-Israël: Une étape historique    Un grand oral sur fond de contestations populaires    Casablanca : vente de 100 tableaux offerts par de grands peintres au profit de l'INSAF    La Bourse de Paris rechute de 1,43% à l'ouverture, à 6.679,03 points    M. Sekkouri tient une réunion de travail avec la représentante de l'ONU-Femmes Maroc    Un opposant politique du régime turc incarcéré pour «espionnage»    Sultana Khaya, la "pacifiste" à la kalach    «Sous l'ombre des peupliers» de Habiba Touzani Idrissi aux Editions Orion    La Cour suprême américaine saisie sur l'annulation de la condamnation de Bill Cosby    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



France-Algérie : Quand le régime d'Abdelmadjid Tebboune use de la truanderie politique pour faire plier Paris
Publié dans Barlamane le 18 - 10 - 2021

Livrer des opposants algériens, reconditionner ses relations avec Rabat, investir en Algérie : le régime d'Abdelmadjid Tebboune aborde le problème des relations avec Paris avec l'idée d'un parti pris et surtout muni de préoccupations personnelles. Le tout avec la secrète ambition d'obtenir des succès politiques. Récit d'un chantage insensé.
Le régime algérien s'est engagé dans la poursuite hasardeuse et désordonnée d'options nouvelles pour apaiser ses différends avec Paris. Alors qu'Emmanuel Macron a indiqué que la France reste elle-même scrupuleusement attachée à l'observation de ses propres engagements, l'Algérie a préparé une série de conditions pour renouer avec Paris, qui ont immédiatement soulevé les vives protestations dans les cercles de l'Elysée. Se désintéresser un peu du Maroc, faire extrader des éléments du Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie (MAK), prendre des dispositions pour reconnaître le passé colonial : Pour la France, c'est hors de question.
Le président français avait affirmé que «la construction de l'Algérie comme nation est un phénomène à regarder. Est-ce qu'il y avait une nation algérienne avant la colonisation française ? Ça, c'est la question (...)». Des déclarations qui ont particulièrement heurté le régime algérien. Pour le politologue franco-tunisien Naoufel Brahimi El Mili, qui s'est confié au Figaro avec d'autres intervenants, la crise est réelle cette fois. Pour lui, l'imbroglio à la tête du régime algérien rend les choses difficiles
«On peut en avoir l'impression, mais la relation entre Alger et Paris a connu de nombreux orages (notamment celui entre les présidents Chirac et Zeroual à l'ONU en 1994), auxquels ont toujours succédé des éclaircies (par exemple la visite de François Hollande à Alger en 2012)» affirme Nordine Azzouz, directeur du quotidien Reporters, qui ajoute que la relation franco-algérienne «est depuis toujours saisonnière, liée aux aléas des humeurs personnelles des politiques ou de dossiers souvent méconnus du grand public et liés à la géopolitique du Maghreb (le Mali ou le Maroc, NDLR). En revanche, le début en Algérie du French bashing – discours ambiant visant à dénigrer la France – est datable : depuis l'intervention française en Libye en 2011, la France et ses relais – en particulier les entreprises et les ambassadeurs – sont la cible d'attaques médiatiques, de fake news sur les réseaux sociaux ou de messages hostiles dans les manifestations».
Selon Naoufel Brahimi El Mili, depuis l'élection d'Abdelmadjid Tebboune, en décembre 2019, «la France a fait le maximum pour soutenir le chef de l'Etat algérien», mais que «malheureusement, toutes les promesses faites à l'époque n'ont pas été tenues». «Pire, non seulement l'Algérie n'a rien fait de tout ce à quoi elle s'était engagée, mais pendant ce temps, la petite musique insistante du French bashing a pris de l'ampleur», a-t-il souligné.
«Concrètement, Paris attendait des réponses d'Alger sur une série d'affaires courantes (la reprise des immigrés clandestins, des facilités pour les visas professionnels, de l'accompagnement dans le développement des écoles et des instituts français et dans les projets de partenariats économiques). Or, aucun de ces dossiers n'a avancé alors que se sont greffés des désaccords sur des sujets ultrasensibles» selon le politologue franco-tunisien.
«Il y a eu la rupture diplomatique avec le Maroc et le fait qu'Alger ne veuille pas reconduire le contrat sur le gazoduc Maghreb-Europe qui dessert le Maroc – privant ainsi les entreprises françaises installées au Maroc comme Renault de gaz, explique Naoufel Brahimi El Mili. Et puis il y a le Mali, où les Algériens assurent une coopération a minima parce qu'ils savaient que les Français allaient s'embourber. Aujourd'hui, Paris se retrouve dans une situation difficile avec le G5 Sahel : le Mali montre de plus grandes affinités avec les Russes ; le Tchad était un atout pour la France, mais maintenant que Déby est mort et que son fils est contesté, ce n'est plus le cas ; et le Niger, nouvellement dirigé par un président arabe, représente une fragilité.»
Relations qui patinent. «L'Algérie demande par exemple depuis des années à son partenaire français qu'il investisse sur le marché algérien. Ce que les autorités algériennes ne comprennent pas, c'est que ces investissements sont le fait en grande partie de la décision de privés dans laquelle le politique n'intervient pas», souligne un spécialiste algérien de la relation bilatérale interrogé par Le Figaro. La question mémorielle ? «Il faut bien reconnaître qu'on ne comprend pas vraiment ce que veulent les Algériens. Ce n'est pas très lisible», commente un éditorialiste algérois.
Ce dernier rappelle que pendant qu'Emmanuel Macron «demandait à Benjamin Stora, en juillet 2020, de formuler des recommandations pour réconcilier les peuples français et algérien, en Algérie, Abdelmadjid Tebboune désignait un représentant, Abdelmadjid Chikhi, pour travailler avec l'Etat français sur les dossiers liés à la mémoire. Résultat ? Depuis, Stora a fait un rapport alors que de notre côté il ne s'est absolument rien passé» constate le journaliste.
«Si l'histoire n'est pas un enjeu, elle reste une redoutable allumette pour enflammer la relation bilatérale» écrit Le Figaro. Pour Naoufel Brahimi, «L'opacité du système politique algérien, notamment sa diplomatie, rend difficilement identifiables les hommes et les courants susceptibles d'influer sur la prise de décision.»
Un spécialiste de la relation franco-algérienne cité par le journal français résume : «"On peut dire que les personnes hostiles à une l'entente franco-algérienne sont celles qui attendent de la France des décisions que Paris n'est pas en mesure d'assumer. Que la France revoit sa relation privilégiée avec Rabat car elles ne comprennent pas que la France reste aussi proche du Maroc" poursuit-il. Elles aimeraient aussi que les autorités leur livrent certains Algériens réfugiés en France, comme Hichem Aboud ou Amir DZ, dont l'audience sur les réseaux sociaux pose un vrai problème à Alger, ou des individus liés au Mouvement d'autonomie pour la Kabylie (MAK). Tout cela est bien sûr inenvisageable pour Paris, mais ces personnes ont les moyens de pourrir une relation déjà compliquée."»
Selon Naoufel Brahimi El Mili, «aujourd'hui, la France a perdu ses relais en Algérie. Et la nouvelle équipe Tebboune et l'ancienne équipe de Gaïd Salah n'ont pas oublié que Macron a tenté de soutenir Bouteflika jusqu'au bout... «Les relations chaleureuses avec Bouteflika n'ayant rien donné, les Algériens sont donc mentalement disposés à se contenter d'une relation tiède avec la France», conclut Naoufel Brahimi El Mili.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.