Cannabis : l'adoption finale de la loi imminente    Sahara : Devant les membres du C24, Omar Hilale détruit la thèse de l'autodétermination    Edito : Souveraineté    L'ONDA fortement mobilisé pour la sécurité sanitaire des voyageurs    Après le boycott des »gilets jaunes », voici venu celui des loueurs de parasols    RAM: nouvelles précisions pour les vols spéciaux (Rappel)    RAM: plus de 70% de la capacité encore disponible à la vente    Industrie: Hausse de l'indice de la production au T1    Législatives algériennes : attentisme et des voix qui alertent contre le bourrage des urnes    Basket : Labib El Hamrani nommé sélectionneur national des seniors    Mohamed Bouldini évoluera en Liga NOS avec Santa Clara    Euro 2021: l'Espagne rate son entrée face à la Suède (VIDEO)    Amical: les Lionnes de l'Atlas s'imposent à nouveau face aux Maliennes (VIDEO)    Ce qui s'est passé lundi sur l'autoroute de Kénitra (DGSN)    Ammouta : Les Lions de l'Atlas "sont prêts" pour la Coupe arabe    Botola Pro : La RS Berkane s'impose contre le Raja Casablanca    Rencontre Biden-Sanchez. Un désaveu formel pour le président du gouvernement espagnol    L'Ambassade de France annonce la reprise de la délivrance des Visas à partir du 15 Juin    Cette région du Maroc s'apprête à accueillir 500.000 touristes israéliens    Palestine: Les colons préparent leur marche, les Palestiniens leur Intifada    L'exercice combiné maroco-américain se déroule dans de parfaites conditions    Au sommet avec Biden, Poutine veut du respect    Benjamin Netanyahu devient un justiciable comme les autres    Dernier jour du sommet : le G7 agit face à la pandémie, le climat et la Chine    Crise maroco espagnole. Entre la retenue de la presse marocaine et le déchaînement des journaux ibériques    Le furtif échange entre Sánchez et Biden mal digéré par la presse espagnole    Sahara. L'Espagne ne veut pas céder de peur que le Maroc revendique Sebta et Melilla    L'Espagne, l'Algérie et les Marocains du Monde !    Le groupe OCP, une signature de qualité    Finances publiques : Tout savoir sur la situation des charges et ressources du mois de mai    Médaillée d'or, Btissam Sadini se qualifie pour les JO de Tokyo    Intervention de la Marine royale au large de Tan-Tan    Sahara: la Hongrie soutient officiellement le plan d'autonomie    LE POUVOIR ALGERIEN SE FICHE DES RESULTATS DES URNES    Covid. Nouveaux cas, vaccination...: le bilan de ce lundi 14 juin    Covid-19: le Maroc n'est pas à l'abri d'une rechute, selon un expert    Prévisions météorologiques pour la journée du lundi 14 juin 2021    300 Billets gratuits pour les élèves marocains des classes préparatoires    Lycée d'excellence de Benguerir. Plus de 400 élèves admis dans les grandes écoles françaises    Coronavirus. Le vaccin américain Novavax efficace à plus de 90% contre les variants    Saadi Youssef est décédé «Loin du premier ciel»    « Ma ville à moi » sur les planches du Théâtre Mohammed V    Quand la darija devient un moyen d'intégration pour les Subsahariens    Fonds d'aide cinématographique : 21,58 millions de dirhams alloués aux nouveaux projets    Vente aux enchères à Tanger : 54 oe uvres passeront sous le marteau pour la bonne cause    Hassan Rachik: Madih Al Howiyat Al Marina    La symphonie lumineuse de Florence Arnold    Festival: L'Andalousie vue d'Oujda    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Paris doit adopter un langage de clarté sur ses choix diplomatiques
Publié dans Albayane le 11 - 04 - 2021

Paris doit faire preuve d'un langage de vérité, de courage et de clarté sur ses choix diplomatiques pour clore définitivement la discorde territoriale sur le Sahara, estime dimanche le politologue Mustapha Tossa.
«La France et le Maroc ont cela en commun, c'est qu'ils incarnent de parfaits épouvantails que les militaires algériens utilisent pour enfumer le opinions publiques et maintenir leur mainmise sur les leviers du pouvoir politique et économique. Pour sortir de cette ornière, Paris a besoin d'un langage de vérité, de courage et de clarté sur ses choix diplomatiques dans la région qui clôt définitivement la discorde territoriale sur le Sahara «, affirme l'éditorialiste dans une analyse de la récente tension entre Paris et Alger suite au report surprise d'une visite du Premier ministre Jean Castex en Algérie.
La crise entre Alger et Paris a pris récemment des proportions inédites qui surprennent par leur ampleur. Tant la tendance générale était à l'apaisement et à la réconciliation, souligne le politologue dans cette analyse sous le titre «Le Maroc au cœur de la tension entre Paris et Alger», publiée sur le site Atlasinfo.
Pourtant, «en pleine crise de pouvoir à Alger, contesté par un mouvement social et politique enraciné, le président Emmanuel Macron a tenu à exprimer son soutien au président Abdelmajeed Tebboune en donnant du crédit à la période post-Bouteflika. Un soutien si visible et si assumé que Macron s'est attiré les foudres des icônes du Hirak qui reprochaient à la France ses complicités avec les autocrates d'Alger», souligne l'éditorialiste.
D'ailleurs, ajoute Mustapha Tossa, en signe de bonne volonté, Emmanuel Macron a lancé un processus de réconciliation mémorielle avec l'Algérie piloté par l'historien Benjamin Stora. Un processus qui ne prétend nullement régler les problématiques d'une baguette magique mais qui a le don d'ouvrir des chantiers.
«Tout allait donc pour le mieux dans une relation d'Etat démocratique français à Etat dictatorial algérien au nom justement de la raison d'Etat et de leurs intérêts supérieurs. Jusqu'à l'annonce brutale du report sine die de la visite de la délégation française emmenée par le Premier ministre Jean Castex. Une crise béante et inédite est ouverte entre Alger et Paris au point de faire craindre le pire», affirme le politologue.
«De nombreuses hypothèses ont été évoquées pour justifier cette annulation et cette brusque montée de tension entre l'Algérie et la France. La première fut la déception des Algériens de voir réduire comme une peau de chagrin la délégation ministérielle française comme signe de désintérêt français à cette relation spéciale franco- algérienne. La seconde fut l'absence de cette délégation française du ministre de l'intérieur Gérald Darmanin auquel on prête un tropisme pro algérien très prononcé», énumère M. Tossa, ajoutant que «les pontes du régime algérien s'apprêtaient à demander à M. Darmanin de prendre des actions de police et de justice contre des opposants algériens très actifs sur les réseaux sociaux et qui par leurs actions démontent régulièrement les fausses trappes d'un régime aux abois».
Mais la vraie raison de cette colère et amertume algérienne à l'égard de Paris, affirme Mustapha Tossa, «vient sans aucun doute de certains signaux qui annoncent une prise de position totalement pro-marocaine dans l'affaire du conflit du Sahara». Car, récemment et en pleine préparation de cette visite de Jean Castex, le parti du président Emmanuel Macron, «La République en Marche» a décidé d'ouvrir une section dans la ville mythique de Dakhla dans le Sahara marocain.
A l'annonce de cette décision inédite, «le sang des Algériens n'a fait qu'un tour. Ils savent que le parti présidentiel n'aurait jamais pris une telle décision avec autant de portée politique et diplomatique sans le feu vert explicite du président Macron en personne. Les Algériens en ont conclu que la diplomatie française se prépare à passer à une vitesse supérieure pour reconnaître la pleine souveraineté du Maroc sur ses provinces sahariennes comme l'avait fait l'administration américaine. Ce qui aurait scellé définitivement à la fois le triomphe diplomatique marocain et le destin de ce conflit entre le Maroc et d'Algérie, vieux de plus de quarante ans «, analyse le politologue.
Et de relever que «la France qualifiée par un ministre algérien «d'ennemi traditionnel et éternel» de l'Algérie se retrouve à devoir gérer une crise sans précédent dans sa relation avec ce pays», affirmant que la France est «actuellement acculée par les Algériens à taper sur la table et à clarifier les enjeux de ses relations avec Alger».
«La France était déjà contrainte dans son expression sur l'Algérie au nom d'un passé commun dont les comptes ne sont pas encore soldés. Elle se trouve aujourd'hui à jouer le rôle de défouloir d'un système algérien qui, pour se perpétuer, a besoin de créer des ennemis extérieurs», conclut l'éditorialiste.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.