Tunisie : Kais Saed vainqueur de la Présidentielle    Averses orageuses fortes avec chute de grêle et rafales dans plusieurs provinces du royaume    World Policy Conference 2019 : Ce qu'a dit Mezouar sur l'Algérie…    CGEM : Mezouar annonce sa démission    Le chapitre Mezouar fermé, que se passera-t-il à la CGEM ?    Mezouar démissionne de la CGEM pour "contraintes personnelles majeures"    Salaheddine Mezouar annonce son départ de la CGEM    Zagora : clôture du 7ème Festival international du conte et des arts populaires    WPC 2019: Mezouar voit positivement les mutations que connaît le Maghreb    Emouvantes obsèques à Seddina «Tétouan» d'Abderrahmane Karkich    Agir pour un tourisme créatif!    Transport de marchandises : les professionnels suspendent leur sit-in    Sahara: des pétitionnaires latino-américains mettent en avant l'initiative marocaine    Le roi félicite le Premier ministre éthiopien lauréat du Prix Nobel de la paix    Le groupe Renault se sépare de son Directeur général    Le PDG de Laprophan n'est plus !    Le thyphon Hagibis atteint les côtes du Japon    Les chants désespérés et pathétiques des supporters    Gouvernement : A la recherche de l'efficacité    Fès : Saisie de plus de 2t de chira    Eradication du mariage des mineurs    Epidémiologie cancer du col de l'utérus au Maroc    Marrakech : Trois morts et 22 citoyens écrasés par un conducteur en état d'ébriété    Météo: Le temps qu'il fera ce dimanche    Falsification de billets de banque : Deux arrestations à Marrakech    Arrivée au Maroc du président rwandais Paul Kagame    «La culture est le meilleur moyen d'échange»    Fatima Attif: «Il n'y a pas beaucoup d'écriture pour la femme dans le cinéma marocain»    Faouzi Skali présente la culture soufie devant le Sénat français    L'édition 2020 du Symposium business et santé en Afrique (AHBS) aura lieu au Maroc !    Maroc – Libye : « Beaucoup de travail reste à faire », dixit Halilhodzic    Casablanca ne sera pas privé d'électricité le 20 octobre (ONEE)    Le secrétaire général des Nations unies épingle le Polisario    Les distributeurs africains des produits pharmaceutiques fédèrent leurs énergies    La Belgique première qualifiée à l'Euro 2020 : Les Pays-Bas se font peur    Le Sud-Africain Giniel De Villiers remporte le Rallye du Maroc 2019    Un ressortissant étranger arrêté in extremis en possession de 26 faucons vivants    Divers sportifs    La Banque mondiale prévoit une accélération de la croissance de l'économie marocaine    Le jour où Elton John a vu la reine Elizabeth II perdre son sang-froid    Les Tunisiens élisent leur président après un mois riche en rebondissements    Angelina Jolie : Je ne me suis jamais cantonnée dans un confort physique ou émotionnel    Beyoncé de nouveau enceinte    Bentalha victime d'une escroquerie    Institut français du Maroc. Que la saison commence !    Maroc-Lybie : Tout ce qu'il faut savoir sur cette rencontre    Wydad et Raja dans des groupes plus ou moins difficiles    Vahid Halilhodžić n'a pas encore trouvé l'équipe type    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dounia Taarji : « La confiance, c'est ce qui nous manque »
Publié dans Challenge le 14 - 09 - 2019

En marge de la seconde journée de l'Université d'été de la CGEM ce 14 septembre, Dounia Taarji a soulevé dans son intervention un point clé : le manque de confiance. La Présidente du Fonds Hassan II pour le Développement Economique et Social est en effet revenue sur les mutations sociales que le Maroc a ces 20 dernières années, et a remarqué que la confiance avait disparu, alors même que c'est le moteur du développement.
« Autrefois, 70% des Marocains vivaient à la campagne, aujourd'hui c'est tout le contraire. Le Maroc d'aujourd'hui est un Maroc connecté. Il y a une classe moyenne qui a émergé. C'est une classe moyenne qui se cherche et qui a un appétit légitime de consommation, mais elle est très frustrée. L'ascenseur social est en panne, les opportunités de carrières ne suivent plus. Nos jeunes ne trouvent pas de travail. Ils rêvent d'immigrer pour avoir une vie meilleure. Pourquoi sommes-nous arrivés là ? », a-t-elle souligné.
« Parce que notre croissance n'est pas assez suffisante pour créer assez ? Pourtant ces 20 dernières années, l'investissement public a été très important », a-t-elle poursuivi. Pour elle, l'ingrédient secret qui manque, c'est la confiance. « Le lien entre la confiance et la croissance a été établi par plusieurs études », a-t-elle assuré. Et, elle a appelé le Marocain à recommencer à croire en l'autre.
« La confiance, c'est ce qui nous manque, c'est ce que nous avons perdu. Aujourd'hui, nous croyons dans notre cercle proche, dans nos amis, mais où est notre niveau de confiance au-delà de ce cercle ? », s'est-elle demandé. « Notre niveau de confiance en l'autre est très bas. Par exemple, beaucoup d'entreprises familiales ne recrutent que dans l'entourage familial pour des postes de manager ou de responsabilité », a fait remarquer Dounia Taarji. Elle a plaidé pour que le Marocain tende de plus en plus la main à l'autre pour lui donner confiance.
« Qui tendra la main à ce jeune homme qui loue des parasols ? Qui l'aidera à sortir de l'informel ? Qui l'accompagnera auprès d'une administration pour avoir les autorisations nécessaires ? », a-t-elle demandé à l'assistance. « Dirigeants, et chefs d'entreprise, est-ce que vous avez la capacité à tendre la main ? Faire confiance à ces jeunes, à ces porteurs de projets est vital pour notre pays », a conclu Dounia Taarji.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.