Jamal Sellami nouvel entraîneur du Raja    Mercure est passée devant le soleil ce lundi    La DGAPR : Les mesures disciplinaires prises à l'encontre de détenus du hirak remplissent toutes les conditions juridiques    Casablanca: Commémoration du 101è anniversaire de la fin de la première guerre mondiale    Transport routier : le ministère poursuit ses consultations    Le Maroc continuera à soutenir le développement de la Libye, promet El Othmani    Tribune libre : Le marchand de bons mots    CEA : Peut-il y avoir une intégration africaine sans intégration maghrébine ?    L'agriculture bio au centre des débats à Marrakech    Paiement mobile: Comment protéger ses données ?    Cisjordanie : La commémoration du décès de Yasser Arafat vire au drame    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    L'ex-numéro 2 de la FIFA contre-attaque devant la justice européenne    Ifrane, ville la plus froide pour demain mardi    Le Maroc à l'honneur du festival des villes anciennes à Chenguit    Né dans la rue, une bavure inadmissible !    El Otmani interpellé sur le financement de l'économie et les catégories vulnérables    L'UE annonce la lutte contre la fraude à la TVA    Angleterre: Liverpool coule City et s'envole en tête    Experts de l'ONU : Les conditions de détention «brutales» auraient entraîné la mort de Morsi    Chili: Le gouvernement accepte de changer de Constitution    Pédocriminalité dans l'Eglise: Les évêques de France votent pour une indemnisation des victimes mineures    Raja : Patrice Carteron out !    Hong Kong paralysé par le mouvement pro-démocratie, un manifestant blessé à balle réelle    Comment le foncier public est mobilisé ?    Hyundai Heavy Industries perd son distributeur au Maroc    Botola: Première défaite de la saison pour le WAC    Le marocain Youssef El Azzouzi sacré meilleur inventeur arabe    Coupe du Trône : La FRMF obtient l'autorisation d'utiliser la VAR    Le Maroc se déplace à Clermont-Ferrand... et pas pour le football !    Le réalisateur Costa Gavras sera bientôt au Maroc...et vous pouvez le rencontrer !    Le zoo de Rabat se dote d'un vivarium    Bayt Dakira, la mémoire juive d'Essaouira    Radio SNRT de Dakhla, un joyau régional d'informations    Aya Nakamura : Ma fille ne connaît pas mon métier    S.A.R la Princesse Lalla Meryem préside un dîner offert par S.M le Roi en l'honneur d'Ivanka Trump    Premier League : Derrière Liverpool-City, des chocs à tous les étages    Ligue Europa : Manchester United et Séville qualifiés, la Lazio en danger    Le bruit augmenterait le risque d'AVC    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    Le régime trop sévère de Céline Dion    Leonardo DiCaprio : Greta Thunberg est un leader de notre temps    Menu copieux pour le 12ème Forum MEDays    L'initiative marocaine pour l'autonomie au cœur d'une réunion de la Chambre des représentants    Gestion du patrimoine culturel : Un atelier national à Rabat    La voie ferrée à Agadir, un bonheur!    Tajeddine El Husseini : "Le Maroc est passé d'une logique défensive à une stratégie offensive"    Discours de SM le Roi à l'occasion du 44e anniversaire de la Marche verte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lahcen Lyoussi, Résistant, Nationaliste et Fidèle à la Couronne : La vérité historique rétablie par le Mouvement National
Publié dans La Gazette du Maroc le 05 - 12 - 2008

Enfin, une soixantaine d'années après, le souvenir du ministre de l'Intérieur du Premier gouvernement et Conseiller à la Couronne du Maroc indépendant revient en force pour rétablir la vérité des faits historiques sur le rôle joué par le Caïd du Moyen-Atlas, Lahcen Lyoussi, dans la Résistance et la lutte pour l'indépendance.
Témoin vivant de l'histoire du Maroc contemporain, nationaliste de la première heure et compagnon de route de Mehdi Ben Barka, Haj Ahmed Balafrej, Fkih Mohamed El Ghazi et autres, avec lesquels il militait dès les premiers instants au sein de la Commission Propagande et Edition du Parti de l'Istiqlal fondé le 10 décembre 1943, un mois avant la promulgation du Manifeste pour l'Indépendance du 11 janvier 1944, Larbi Benabdellah vient de signer un volumineux livre-témoignage sous le titre «Mémoire d'un militant- 1943-1955», comportant des révélations inédites sur le rôle majeur joué par le Caïd du Moyen-Atlas Lahcen Lyoussi aux moments les plus forts de la lutte anti-coloniale. Larbi Benabdellah y décrit les contacts militants entretenus entre Lahcen Lyoussi et le héros de la Guerre du Rif, Abdelkrim Khattabi qui l'avait soutenu sans faillir depuis son exil cairote en relevant que «Le débat débouchait sur la Guerre du Rif et son leader charismatique Abdelkrim Khattabi. Ce qui nous conduisait à évoquer les batailles les plus importantes qu'il a livrées contre l'occupant, ainsi que ses points forts et ses points faibles, tout comme l'ampleur des dégâts infligés aux adversaires et les raisons de sa traîtresse défaite».
Lyoussi, pivot du Mouvement national
L'auteur avait auparavant mis en relief la complicité de deux hommes, Mehdi Ben Barka et Lahcen Lyoussi, en ces termes: «Au début de 1947, Mehdi Ben Barka prit contact avec la Commission de la Propagande et de l'Edition du Parti, l'informant de la décision du Comité Exécutif d'envoyer cette commission pour quelques jours en mission secrète chez le Caïd lahcen Lyoussi dans la ville de Sefrou. Pour Ben Barka, les membres de cette délégation devaient se préparer pour cette mission tout en insistant sur son caractère confidentiel. Cette délégation comprenait Mustapha Ben Taki Alaoui, Abderrahim Guédira, Mohamed Tadili et moi-même (Larbi Benabdellah). A cette délégation, fut ajoutée une personne avisée qui compte parmi les amis de Lahcen Lyoussi, chargée de superviser l'action de cette mission. Cette personne s'appelle Mohamed Benabbès Hakam». Pour l'histoire, la page la plus médiatisée de l'histoire connue du caïd «rebelle» du Moyen-Atlas est celle de sa rébellion contre l'occupant français en étant un des principaux signataires de la fameuse pétition à travers laquelle il s'était soulevé contre le coup de force colonial infligeant, le 20 août 1953, l'exil à Madagascar au sultan Mohammed V, en exigeant son retour sur le Trône et en dénonçant la félonie des agents d'autorité collabos des Français. Cet acte lui valut sa déportation et sa mise en résidence surveillée pendant 3 ans à Benslimane et Mogador.
Le fils du célèbre caïd de l'Atlas se souvient encore aujourd'hui, des souffrances partagées dans les grandes batailles décisives de son père Lahcen Lyoussi. Le souvenir encore vivace, Moha, volontairement en retrait depuis quelque temps de la vie politique et parlementaire nationale, a ressurgi avec la publication d'un ouvrage restituant la vérité des faits historiques où son père est, enfin, présenté sous son véritable visage. L'ancien député parlementaire tient à apporter, en tant que témoin vivant, sa pierre à l'édifice de la reconstitution des évènements de l'époque en persistant et signant: «Très souvent, Mehdi Ben Barka nous rendait visite en la demeure familiale à Sefrou. Il avait une profonde estime et entretenait une amitié très solide avec mon père, tout comme Abdelkrim Khattabi».
D'après l'auteur Benabellah, on apprend que depuis 1947, année où les forces d'occupation étaient dominantes et contrôlaient toutes les réactions sur le territoire national, Lyoussi s'était déjà distingué comme un pionnier de la résistance et du nationalisme en jouant un rôle décisif dans la pénétration et l'implantation du mouvement national dans cette région. «Lahcen Lyoussi fut le pivot et c'est sous contrôle et ses consignes que se déroulèrent les moindres actions des groupuscules locaux composés de membres sûrs qui avaient par le passé pris les armes contre les forces d'occupation», souligne l'écrivain. L'historien rapporte également les rencontres fréquentes qui se déroulaient entre Lahcen Lyoussi et des figures emblématiques du Mouvement national : «Ces rendez-vous secrets se déroulèrent plusieurs fois dans le domicile de Hakam et les discussions se poursuivirent jusqu'à une heure tardive de la nuit. Souvent, ces rencontres réunissaient aux côtés de Ahmed Balafrej, Mohamed Yazidi dit Bouchaïb, Fkih Mohamed Ghazi et Mehdi Ben Barka».
Bien avant, Lyoussi s'était distingué dans le rôle qu'il a joué dans la résistance contre le protectorat dans la région du Moyen-Atlas, un rôle décisif pour reprendre l'auteur du livre-témoignage : «Comment cela fut-il possible? Et qui a mené cette mission pour la première fois préparant le terrain à ceux qui prendront ensuite la relève? Pour la vérité historique et l'honnêteté intellectuelle, c'est Lahcen Lyoussi, Caïd à l'époque, qui joua dans le secret total, le rôle principal et effectif dans la réussite de cette mission. L'influence qu'il exerçait autour de lui et sa forte personnalité, facilitèrent les choses, évitant à la responsabilité qu'il avait prise sur lui de s'enliser et d'échouer». En jouant le rôle pivot dans la constitution du mouvement national, notamment en facilitant l'implantation des cellules partisanes de sympathisants dans la région du Moyen-Atlas, Lyoussi a marqué l'histoire du Maroc.
«J'ai vécu cela personnellement, fasciné par ce grand homme, son courage exceptionnel et sa foi dans le triomphe tôt ou tard de notre cause», poursuit l'orateur. Avant de préciser encore : « On a beau s'étendre sur ses qualités, on ne peut jamais rendre justice à cet homme qui a rendu de bons et loyaux services à son pays dans les pires moments de son histoire, indifférent aux représailles qui pouvaient être prises à son encontre par le colonisateur». Un homme, conclut-il, dont les «bonnes actions» et les «sacrifices immenses» doivent être «récompensées à leur juste valeur».■


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.