CHAN (Maroc-Ouganda) / Ammouta : « Le match sera décisif pour les deux sélections »    Berrechid-Settat: accident de plus de 30 véhicules (vidéo)    Evolution du coronavirus au Maroc : 337 nouveaux cas, 466.626 au total, lundi 25 janvier 2021 à 18 heures    Journée internationale de l'éducation : l'UNESCO soutient l'employabilité dans le Maghreb    OCDE : le Maroc ne figure pas parmi les gros émetteurs de carbone    Forum de Davos : Le redressement de l'économie post-Covid en débat (vidéo)    L'OFI plaide pour des listes électorales égalitaires    Musées : La FNM lance un concours pour la création et la réalisation graphiques destinées à la refonte de son identité visuelle    Le rock maghrébin en concert à Meknès    "Communication de crise. Crise de communication", nouvel ouvrage de Mustapha Elouizi    Le souffle révolutionnaire donne un nouvel élan au cinéma soudanais    La Ligue arabe salue les accords auxquels les parties libyennes sont parvenues à Bouznika    L'Opinion : La Maison tranche...    La souveraineté du Maroc sur ses terres, cette indéniable réalité qui enrage la junte et ses marionnettes    Zakaria Aboub: Les Lionceaux de l'Atlas visent le podium à la CAN U20    Youssef En-Nesyri, au sommet de la Liga    L'OCK accroché par Wydad Témara    Un décret Royal relatif au statut particulier des internes des hôpitaux au menu du Conseil de gouvernement    Rabat : Une convention entre la Faculté de droit et le Parlement    «ISRAE, ELLE...», nouveau roman de Mohamed Ouissaden    Covid-19: Mobilisation des moyens appropriés pour réussir la campagne de vaccination    Le dirham se déprécie de 0,67% face à l' euro    Smartphones : Attention au hacking malveillant !    La Chine accorde un grand attachement envers l'Afrique    Navalny marque des points dans un combat à hauts risques avec le Kremlin    Quand Victor Hugo guerroie contre l'anankè    Bientôt un prix spécial du nom de feu Noureddine Saïl    Le frère de Maître Gims s'installe à Marrakech    Neta ElKayam « La musique ancienne judéo-marocaine est la voix du futur »    Gilles Devendeville : « Le Maroc n'a à souffrir de la comparaison avec aucun pays sur le plan du commerce »    La CGEM coopte la Fédération Marocaine de l'Externalisation des Services    Les Etats-Unis comptent s'appuyer sur les succès de la normalisation avec le Maroc dans les relations américano-israéliennes    Impôts: ce qui change pour les commerçants    Le trafic y afférent a grimpé de 20% en 2020: Tanger Med, 1er port à conteneurs de la Méditerranée    France : reprise des visas de regroupement familial    Air Arabia : nouvelle liaison internationale à partir de Nador    Dr Tayeb Hamdi : «les laboratoires privés ne peuvent pas détecter la nouvelle souche du coronavirus»    Vaccin AstraZeneca… ce qu'il faut savoir    La 30è édition du Rallye Aïcha des Gazelles reportée    Manchester United en huitièmes, Arsenal éliminé    Handball / Chili-Maroc (28-17) : Défaite inattendue ! A qui la faute ?    Maroc-Israël : un accord signé pour le lancement de vols directs entre les deux pays    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Algérie. Ça sent encore la naphtaline soviétique    Turquie-Grèce. Erdogan met de l'eau dans son vin    Sahara. L'Afrique du Sud toujours aussi hostile au Maroc    Cyclisme: La FRMC organise un stage de préparation à Benslimane    Manifs anti-couvre-feu : La Hollande s'enflamme (vidéos)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Xème anniversaire de la disparition de feu Hassan II Un Roi visionnaire et indépendant
Publié dans La Gazette du Maroc le 03 - 04 - 2009

Le long règne de feu Hassan II, 38 ans durant, a été jalonné de faits marquants qui ont posé les jalons d'un Etat moderne, réunifié et engagé sur la voie de la transition démocratique.
L es observateurs pourront toujours mettre en avant la «faiblesse» du bilan économique et social de feu Hassan II, il n'empêche qu'entre les règnes de Mohammed V et Mohammed VI, celui d'un grand visionnaire et d'un génie leader était rendu indispensable par le contexte général d'un pays confronté à une succession de crises politiques internes et externes, mettant la réactivité du Royaume à rude contribution. En d'autres termes, il fallait « une main de fer dans un gant de velours » pour aplanir les contradictions majeures qui menaçaient la stabilité durable du pays et de ses institutions. Et c'est dans ces multiples face-à-face, des duels impitoyables qui s'enchaînaient les uns après les autres, que la lucidité, le courage et la volonté du Souverain furent déterminants pour triompher des adversités et des défis. Lorsqu'on se remémore l'une de ses dernières allusions à la continuité dynastique, «J'ai assuré la pérennité de la dynastie alaouite pour 400 ans», que l'on comprend l'œuvre colossale abattue par un Monarque passé maître dans l'art de «viser le bout de la piste pour atterrir», métaphore qu'il affectionnait en l'empruntant au pilotage aéronautique.
Un Roi patriote et engagé
Déjouer deux tentatives consécutives de coups d'Etat et de rébellion armées, faire face aux complots tramés par les opposants «républicains» et étrangers, mener une guerre contre les algéro-séparatistes pendant plus de 15 années, engager audacieusement le Maroc dans une Union arabo-africaine avec la Lybie qui lui a valu toutes les hostilités occidentales, Etats- Unis en tête, sans compter le resserrement des liens de coopération bilatérale avec l'ex-URSS en pleine «guerre froide» faisant rage entre superpuissances des deux blocs antagoniques de l'époque, en signant «l'accord du siècle» avec les Soviets, conduire le Comité Al Qods Acharif en désaccord total avec les impérialo-sionistes, autant de faits historiques plaidant incontestablement pour un Roi non aligné, farouchement indépendant et intraitable défenseur de la cause des mouvements de libération en Afrique et dans le monde, l'ANC d'un certain Nelson Mandela en tête après que son père, feu Mohammed V ait consenti d'énormes sacrifices pour l'indépendance de l'Algérie. Mais le génie visionnaire d'un Roi totalement acquis à la cause de son pays et au service de son peuple «sans être le serviteur de personne», comme il aimait à le rappeler pour signer, encore une fois, son esprit d'indépendance et de liberté d'action, a atteint sa maturité en signant, au moins, deux réalisations majeures. Primo, il est pionnier dans la politique des barrages dont les retombées sur l'agriculture et le monde rural n'ont pas encore donné leurs pleins fruits. Et c'est à juste titre, d'ailleurs, que la communauté internationale a salué cette perspicacité Royale en instituant le Grand Prix Hassan II de l'Eau, décerné périodiquement dans les grands forums et congrès mondiaux en la matière. Deuxio, si la «longue marche » du grand timonier chinois, Mao Tsé Toung était une opération de résistance pour l'indépendance contre l'occupant japonais, en revanche Hassan II a étonné le monde entier en réussissant la «Grande Marche verte» qui mobilisa 350 000 volontaires civils de toutes les régions du Royaume, en novembre 1975 pour récupérer pacifiquement les provinces marocaines du Sud sous le joug espagnol. C'était bien la première fois qu'un territoire fut décolonisé sans échanger un seul coup de feu.
Il est vrai que bien des violations des droits de l'homme étaient commises au moment de l'exacerbation des conflits entre l'Etat et les acteurs politiques, mais le mérite de feu Hassan II, même si l'évènement se produisit vers la fin de son Règne, a été d'assainir les conditions du terrain politique en substituant à la sempiternelle confrontation entre le régime et l'opposition, l'alternance consensuelle préparant la voie à la transition démocratique annoncée par le premier gouvernement de gauche, conduit par les socialistes en novembre 1998. Auparavant, le Roi défunt avait lancé l'initiative d'une réconciliation nationale en ouvrant le chemin à l'indemnisation des victimes des années de plomb.
Enfin, la fibre sociale de Hassan II n'est pas en reste, puisqu'il est le fondateur des premières campagnes nationales de lutte contre la pauvreté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.