Sahara: soutien chilien au Maroc depuis Rabat    Météo: le temps qu'il fera ce mardi au Maroc    Enfant brûlé vif dans un incendie à Salé: les précisions des autorités    Sahara : le numéro 2 de la diplomatie japonaise réaffirme que son pays ne reconnaît pas la rasd    L'OSFI organise un atelier de formation sur les NTIC à Oujda    La Côte d'Ivoire à l'honneur du "Marocuir" 2020    RAM et British Airways signent un accord de code-share    Mutandis enregistre une hausse de son chiffre d'affaires    Désaccord au sein de l'UE sur les moyens pour contrôler l'embargo en Libye    Divers    Sortie manquée du Raja à Ismaïlia    L'ASFAR confirme, la RCAZ se ressaisit    Participation politique des jeunes au Maroc    L'image du Maroc au-delà des frontières    Le bilan du coronavirus continue de grimper    85.000 vieilles condamnations liées au cannabis vont être effacées en Californie    Insolite : Robot-serveuse à Kaboul    Près d'un demi-million de visiteurs au SIEL    La SNRT révèle la nouvelle vision de la chaîne "Attaqafia" au SIEL    Hommage posthume à Abderrahmane Achour, ex-directeur de la radio nationale    CIFP : Les administrations publiques face au défi de la culture digitale    «Agadir Souss-Massa Aménagement» tient son conseil d'administration    Affaire Hamza mon bb : Saïda Charaf nie avoir été convoquée par la police    L'OPM et le Yacobson Ballet s'accordent pour «Le Lac des Cygnes»    Festival du film d'animation de Meknès : Bruno Coulais présidera le jury    Coupe arabe Mohammed VI des clubs : L'OCS quitte la compétition la tête haute    Le prétendu «intergroupe» du PE et les balivernes de l'APS    «Le contexte réglementaire a de nouveau frappé avec la Lydec»    16ème journée de la Botola Pro D1 : Le Wydad rate le coche, la RSB refuse le cadeau gadiri et le MCO continue de presser    Sport équestre : Le concours national de saut d'obstacles s'invite à Béni Mellal    Clôture en beauté du raid solidaire «Sahraouiya»    Coronavirus : le bilan s'élève à 1.770 morts en Chine et l'évolution reste «impossible à prévoir»    Maroc Telecom signe une bonne année 2019    Tramway de Rabat: le nombre de passagers depuis sa mise en service    Huawei représente une menace pour l'Otan, selon Washington    Intelligence artificielle : l'UE va actualiser son logiciel    «Urgence climatique, les médias africains acteurs du changement»    Le coronavirus pourrait avoir un impact négatif sur la croissance en 2020, selon le FMI    Voici le nouveau directeur artistique du FIFM    Le livre d'art n'a pas le vent en poupe!    SIEL 2020 : Près de 500 000 visiteurs, selon Abyaba    Point de vue : Campagne «Sois jeune, sois civique !»    En Algérie, des milliers de personnes ont défilé à Kherrata, berceau de la contestation    Le WAC défait, la RSB accrochée et le MCO en profite    Coupe Mohammed VI des clubs : le Raja s'incline face au club égyptien d'Ismaily en demi-finale aller    Cameroun : 22 civils tués dans une nouvelle attaque    Aéroport Mohammed V : 4,75 kg de drogues extraits des intestins de six ressortissants ivoiriens    La terre a tremblé dans plusieurs villes du Maroc, des répliques attendues    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Xème anniversaire de la disparition de feu Hassan II Un Roi visionnaire et indépendant
Publié dans La Gazette du Maroc le 03 - 04 - 2009

Le long règne de feu Hassan II, 38 ans durant, a été jalonné de faits marquants qui ont posé les jalons d'un Etat moderne, réunifié et engagé sur la voie de la transition démocratique.
L es observateurs pourront toujours mettre en avant la «faiblesse» du bilan économique et social de feu Hassan II, il n'empêche qu'entre les règnes de Mohammed V et Mohammed VI, celui d'un grand visionnaire et d'un génie leader était rendu indispensable par le contexte général d'un pays confronté à une succession de crises politiques internes et externes, mettant la réactivité du Royaume à rude contribution. En d'autres termes, il fallait « une main de fer dans un gant de velours » pour aplanir les contradictions majeures qui menaçaient la stabilité durable du pays et de ses institutions. Et c'est dans ces multiples face-à-face, des duels impitoyables qui s'enchaînaient les uns après les autres, que la lucidité, le courage et la volonté du Souverain furent déterminants pour triompher des adversités et des défis. Lorsqu'on se remémore l'une de ses dernières allusions à la continuité dynastique, «J'ai assuré la pérennité de la dynastie alaouite pour 400 ans», que l'on comprend l'œuvre colossale abattue par un Monarque passé maître dans l'art de «viser le bout de la piste pour atterrir», métaphore qu'il affectionnait en l'empruntant au pilotage aéronautique.
Un Roi patriote et engagé
Déjouer deux tentatives consécutives de coups d'Etat et de rébellion armées, faire face aux complots tramés par les opposants «républicains» et étrangers, mener une guerre contre les algéro-séparatistes pendant plus de 15 années, engager audacieusement le Maroc dans une Union arabo-africaine avec la Lybie qui lui a valu toutes les hostilités occidentales, Etats- Unis en tête, sans compter le resserrement des liens de coopération bilatérale avec l'ex-URSS en pleine «guerre froide» faisant rage entre superpuissances des deux blocs antagoniques de l'époque, en signant «l'accord du siècle» avec les Soviets, conduire le Comité Al Qods Acharif en désaccord total avec les impérialo-sionistes, autant de faits historiques plaidant incontestablement pour un Roi non aligné, farouchement indépendant et intraitable défenseur de la cause des mouvements de libération en Afrique et dans le monde, l'ANC d'un certain Nelson Mandela en tête après que son père, feu Mohammed V ait consenti d'énormes sacrifices pour l'indépendance de l'Algérie. Mais le génie visionnaire d'un Roi totalement acquis à la cause de son pays et au service de son peuple «sans être le serviteur de personne», comme il aimait à le rappeler pour signer, encore une fois, son esprit d'indépendance et de liberté d'action, a atteint sa maturité en signant, au moins, deux réalisations majeures. Primo, il est pionnier dans la politique des barrages dont les retombées sur l'agriculture et le monde rural n'ont pas encore donné leurs pleins fruits. Et c'est à juste titre, d'ailleurs, que la communauté internationale a salué cette perspicacité Royale en instituant le Grand Prix Hassan II de l'Eau, décerné périodiquement dans les grands forums et congrès mondiaux en la matière. Deuxio, si la «longue marche » du grand timonier chinois, Mao Tsé Toung était une opération de résistance pour l'indépendance contre l'occupant japonais, en revanche Hassan II a étonné le monde entier en réussissant la «Grande Marche verte» qui mobilisa 350 000 volontaires civils de toutes les régions du Royaume, en novembre 1975 pour récupérer pacifiquement les provinces marocaines du Sud sous le joug espagnol. C'était bien la première fois qu'un territoire fut décolonisé sans échanger un seul coup de feu.
Il est vrai que bien des violations des droits de l'homme étaient commises au moment de l'exacerbation des conflits entre l'Etat et les acteurs politiques, mais le mérite de feu Hassan II, même si l'évènement se produisit vers la fin de son Règne, a été d'assainir les conditions du terrain politique en substituant à la sempiternelle confrontation entre le régime et l'opposition, l'alternance consensuelle préparant la voie à la transition démocratique annoncée par le premier gouvernement de gauche, conduit par les socialistes en novembre 1998. Auparavant, le Roi défunt avait lancé l'initiative d'une réconciliation nationale en ouvrant le chemin à l'indemnisation des victimes des années de plomb.
Enfin, la fibre sociale de Hassan II n'est pas en reste, puisqu'il est le fondateur des premières campagnes nationales de lutte contre la pauvreté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.