Bourse de Casablanca : Les sociétés cotées tirent profit de la reprise économique    Israël annule l'avertissement sur les voyages au Maroc    Soudan/Coup d'Etat : Le bilan des victimes s'alourdit    Cette semaine en LaLiga...    Prime Covid-19: Khalid Ait Taleb annonce le versement de la deuxième tranche    Sahara marocain. L'Algérie démasquée à nouveau par l'ONU [Par Mehdi Hijaouy]    Covid-19: Le CNDH lance un appel pour une adhésion « responsable » à la campagne de vaccination    La Barbade quitte la Couronne britannique et élit sa présidente    Le Sahara était, reste et demeurera marocain, le conflit autour n'est que « superfétatoire »    Trois clubs marocains au lieu de quatre dans le périple africain    36ème championnat arabe : Le Raja d'Agadir bat les Algériens de la JS Saoura (22-20)    Quels adversaires pour Quartararo en 2022 ?    Premier League: Manchester United humilié à domicile face à Liverpool    RAM : Reprise des vols directs avec Miami, Doha et Montréal    Début à Ryad des travaux du Sommet de l'Initiative verte du Moyen-Orient avec la participation du Maroc    Campagne nationale de sensibilisation sur le dépistage    «Chatarra» de retour sur les planches    L'Ensemble El Akademia se produira sur la place Hassan II de Dakhla    Tétouan accueille le 14è Forum international de Bande dessinée    Paris : Deux Marocains sélectionnés pour la Résidence jeunes talents scientifiques africains à Universcience    Pegasus : avant le procès, les écrans de fumée de l'Humanité    Israël lève l'avertissement concernant les voyages au Maroc    Intempéries : Des morts en Algérie et Tunisie suite à de violentes inondations    Sahara : Alger rejoue la carte des dinosaures du lobbyisme américain    L'Opinion : Au Maroc, gouverner c'est aussi recevoir    Yémen: 105 rebelles Houthis tués lors des dernières 24 heures    Melilia : Les autorités marocaines déjouent une tentative de migration massive    Renault et Mathieu Lehanneur réinventent la 4L    La prolongation de l'état d'urgence sanitaire au menu du prochain Conseil du gouvernement    Scrutins 2021... UN TOURNANT !    Sahara : Depuis le Kenya, Mokhtar Ghambou dénonce l'ingérence d'Alger    Course folle au vaccin    Aviation : Boeing voit grand pour l'Afrique    Dr Saïd Guemra : « Il n'y a aucun sens à venir taxer les Marocains au nom de l'efficacité énergétique »    EasyJet et TUI assureront des vols de rapatriement du Maroc vers le Royaume-Uni    Lydec dans les « Top Performers RSE » et dans le Top 5 des « Best Emerging Market Performers » de Vigeo Eiris    Soudan : Emmanuel Macron condamne le coup d'Etat et appelle «au respect de l'intégrité du premier ministre»    ACNOM : Kamal Lahlou récompensé pour l'ensemble de son œuvre au service du sport    Covid-19 : Le Maroc reçoit ce mardi 850.000 doses du vaccin Pfizer    Je vous emmène sur le terrain...    Une Allemande de l'Etat islamique écope de dix ans de prison    Interview avec Fatima Abouali : Les cas de dopage en baisse au Maroc    Kenya : Une expositions aux couleurs du Maroc    Site officiel de la HACA : L'amazigh y est désormais aussi    Deux événements en Arabie Saoudite dédiés au climat : Le chef du gouvernement représente le Souverain    Riad d'Ibn-Khaldoun à Fès : Une Fake news selon Mehdi Bensaïd    AFRIMA Awards 2021 : 11 marocains parmi les nominés    Préparatifs de la journée africaine des droits d'auteur : La musique hassanie comme choix du BMDA    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La piste espagnole qui cache la Marocaine
Publié dans La Gazette du Maroc le 11 - 10 - 2004


La commission du 11 mars
L'intérêt du silence de Rafa Zouheir est grand. Si la justice espagnole met à jour les noms des impliqués espagnols dans les attentats du 11 mars à Madrid, du coup la piste marocaine, de Jamal Zougam se révèle nulle et non avenue. Il s'agit d'un désaveu politique et judiciaire que l'Espagne n'est pas prête de faire sans oublier que le crime devient de facto une collaboration entre policiers espagnols et terroristes d'origine marocaine autour de Jamal Ahmidan et le Tunisien, Serhan Fakhet Abdelmajid.
Avant sa tentative de suicide qui est passée inaperçue comme s'il s'agissait d'un futile fait divers, Rafa Zouheir avait sollicité que la commission l'écoute. Chose faite, ce qui a donné de nouvelles directions aux enquêtes.
Mais le hic dans ce dossier
c'est que la liste des accusés espagnols s'élargit, devient plus compromettante pour la police et la justice espagnoles. L'équation est pourtant simple dans ce cas de figure: si Zouheir dit la vérité, c'est la police espagnole qui doit passer devant le juge Del Olmo. Et aujourd'hui, malgré les camouflets de la justice en Espagne, personne n'écarte la possibilité d'une réelle erreur de la police qui a mal jugé le coup des Ahmidan et consorts.
Zouheir peut innocenter les Marocains
Car, du coup, il faudra expliquer à l'opinion publique espagnole pourquoi on a laissé Ahmidan courir jusqu'à le pousser au suicide à Leganès alors qu'on a fait un tollé de l'arrestation de Jamal Zougam et ses amis Bekkali, Zbakh et son demi-frère Chaoui. C'est l'histoire de cette poudre aux yeux qu'il faudra relire devant la commission bien avant le passage de Zapatero et d'Aznar prévu pour novembre prochain.
Mario, Pedro, Paco, Victor...
Ils sont nombreux les agents avec lesquels Rafa Zouheir avait des relations d'indicateur à policier. Celui qui a attiré l'attention est un certain Mario qui, au téléphone avait ouvertement menacé Zouheir s'il disait tout ce qu'il savait. Il lui a clairement dit que “sa tête valait beaucoup” et que peut-être il fallait faire gaffe. Zouheir à qui on fait porter le chapeau pour masquer les dérives policières, ne l'entend pas de cette oreille et estime, pour sa part, qu'il faudra mettre cette tête à prix pour voir jusqu'où peut aller tout ce scandale. Quand il arrive, après sa demande, devant la commission, il fait éclater le pot-aux-roses et c'est là que le ballet politico-politicien prend forme. La guerre s'installe entre populistes et socialistes, entre services secrets et police nationale, entre Guardia civil et justice. Il souligne devant la commission que “c'est un autre service qu'il rend à l'Espagne pour éviter de nouveaux attentats et des erreurs aussi graves que celles commises par la police avant le 11 mars”. Paulino Rivero, la présidente de la commission avait bien noté que le Marocain en avait beaucoup à dire et que les voix des politiciens se faisaient très discordantes ce qui a failli mettre un terme au travail de cette commission qui marchait d'un pas certain vers le scandale politique le plus dangereux de l'Espagne d'après Franco. La grande révélation est que Rafa Zouheir n'a pas seulement été l'indic et l'informateur d'un seul service de police, la Guardia civil mais aussi de la police nationale. Et ni l'une ni l'autre ne le savait.
A suivre


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.