Que s'est-il passé à Laâyoune après le sacre de l'Algérie à la CAN ?    Signature à Amman d'une convention de coopération et de deux mémorandums d'entente    Olympiade internationale de mathématiques. Brillante prestation marocaine    Mort d'une jeune fille à Laâyoune. Ouverture d'une enquête sur les circonstances de l'accident    Terrorisme: Arrestation à Meknès d'un Marocain portant la nationalité française    Grand stade de Casablanca. Le ministère réagit aux rumeurs    Les actes de naissance et certificats médicaux seront standardisés    ONEE : Un programme d'investissement de 51,6 MMDH sur 4 ans    Le Roi Mohammed VI félicite l'équipe algérienne pour sa victoire    Salaires : l'écart se creuse entre public et privé    Le roi Mohammed VI félicite les Fennecs    La FRMF annonce un nouveau règlement concernant les agents sportifs    Temara : Un ex-enseignant tente un hold-up sur une agence de microcrédit    Meknès : 30 ans de prison pour avoir tué son ami à coups de rasoir    L'Boulevard : Carcass, Dizzy Dros et Dope D.O.D parmi les invités de la 19ème édition    Logements insalubres : la lâcheté politique    Terres collectives: Le dispositif bientôt en plénière    La lune et le doigt    Brèves Internationales    Brèves    Johnny Clegg, un blanc parmi les Zoulous    Eliminatoires de la CAN 2021    Rapport du gouvernement sur la situation des droits de l'Homme    Cryptomonnaie Le casse du siècle    Kabiné Komara : L'eau est à la fois une ressource indispensable et un facteur potentiel de conflit entre les individus et les nations    Une investiture à haut risque se profile pour Pedro Sanchez    Les bateaux de pêche européens retournent dans les eaux territoriales marocaines    Des peines de mort prononcées contre les assassins de deux Scandinaves à Imlil    Familly School, l'éducation comme figure de proue    Grogne à la CGEM    Nasser Bourita : Le Maroc dispose de tous les atouts pour se positionner en tant que partenaire crédible de l'Europe    La Juventus casse sa tirelire pour la pépite de Ligt    Klopp restera à Liverpool    Tom Cruise présente la bande-annonce du nouveau "Top Gun"    "Accro" à Terminator, Schwarzenegger ne pouvait refuser une suite    Muslim et Cheb Younes enchantent le public oujdi    Du casse-tête à la dream team ? la future Commission Von der Leyen    CAN 2021 : Le Maroc connaît ses adversaires pour les éliminatoires    Soulaliyates. Premier cap franchi pour trois projets de loi    L'Iran a saisi un tanker étranger soupçonné de « contrebande »    Sbagha Bagha 2019. Les murs ont des poèmes...    Communiqué du Bureau politique du PPS    Partenariat CGEM/SFI pour stimuler l'employabilité des femmes    CAN 2019: Algérie-Sénégal en finale inédite    Ramid présente le premier rapport sur "les réalisations en matière des droits de l'homme au Maroc"    Polémique sur un meeting Trump, une élue le traite de « fasciste »    Bouillon de culture    La syphilis regagne du terrain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nizar Baraka, un patron du PI pour durer ou pour figurer ?
Publié dans La Nouvelle Tribune le 12 - 10 - 2017

"Veni, vidi, vici", aurait pu s'exclamer M. Nizar Baraka à l'occasion de son élection (trop facile ?) à la tête du parti de l'Istiqlal en fin de semaine dernière.
Et Nizar ne rime-t-il pas avec César, pour un parcours triomphal qui l'a mené, en moins d'une année, non de Gaule à Rome, mais des lambris dorés du Conseil Economique, Social et Environnemental, aux bureaux poussiéreux du siège du PI ?
Car aujourd'hui, le digne petit-fils du fondateur du vieux parti nationaliste reprend le flambeau de feu Allal El Fassi, pour tenter de remettre en ordre de marche une formation au passé flamboyant et riche certes, mais qui, sous la férule du prédécesseur de M. Baraka, Hamid Chabat, allait de défaites en déconvenues, malmené par un tribun populiste aux élans passablement mussoliniens...
Voilà donc que l'allocution royale du 30 juillet dernier trouve un terrain d'application même s'il n'y a pas de raison de voir dans la prise de pouvoir de Nizar Baraka une relation directe de cause à effet.
Mais, justement, le discours de la Fête du Trône était largement motivé par les crises récurrentes qui ont secoué depuis plusieurs années un certain nombre de formations politiques nationales et dont on a pu en mesurer l'ampleur et les effets à la faveur de situations passablement dramatiques comme l ‘affaire d'Al Hoceima.
Ambitions et contraintes
Le parti de l'Istiqlal revient donc totalement dans le jeu, celui des alliances et de la stratégie à mettre en œuvre pour redevenir ce que beaucoup souhaitent en son sein, un parti de gouvernement et non une formation vouée à ronger son frein dans une opposition parlementaire où le Parti Authenticité et Modernité occupe une place de leader aussi incontesté qu'amorphe.
Mais pour aborder les rivages (encore lointains) d'une entrée au gouvernement, il faudra au nouveau secrétaire général prouver concrètement qu'il est apte au leadership, bien entouré de cadres compétents (et dévoués), dynamique et consensuel, afin que l'épisode Chabat soit rapidement et totalement oublié.
Le pourrait-il vraiment alors que chacun connaît aujourd'hui les conditions et les circonstances qui l'ont porté à la tête du parti de l'Istiqlal ?
Nizar Baraka, en effet, doit une fière chandelle à ce «faiseur de secrétaires généraux» qu'est le patron des troupes istiqlaliennes du Sud, M. Hamdi Ould Rachid, aussi fortuné que bien pourvu en cohortes militantes qui lui obéissent au doigt et à l'œil.
Une telle chandelle que M. Baraka devrait se rendre immédiatement à Fès pour déposer les plus gros cierges qu'il trouverait sur le tombeau de Moulay Idriss !
Car il n'échappe à personne que jusqu'à présent le nouveau secrétaire général n'a pas vraiment de troupes, même si son nom a recueilli une large majorité de voix lors de l'élection au poste de premier responsable du PI.
C'est, faut-il s'en étonner, M. Hamdi Ould Rachid qui, pour sa réélection au comité Exécutif, a obtenu les scores les plus élevés, ce qui indique bien qu'il dispose du pouvoir très conséquent au niveau du Parti, pouvoir que renforcent sa fortune personnelle, son réseau fait de clientélisme et la présence au sein même du « politburo » istiqlalien, de son gendre, de son fils, de plusieurs obligés sans compter la famille soussie et alliée Qayyouh, qui a également réussi à y placer deux représentants.
Condamné à réussir
La réussite de M. Nizar Baraka, sa stratégie future, son ambition d'être un acteur décisif du « risorgimento » du parti de l'Istiqlal seront-elles contrariées par ces «tâches de naissance», ces caractéristiques originelles alors qu'au sein du Comité Exécutif seuls Mme Yasmina Baddou et Karim Ghellab lui seraient acquis en dehors de toute allégeance à M. Ould Rachid ?
Impensable de n'avoir pas en tête de telles interrogations, lesquelles cependant sont relativisées par deux données essentielles, à savoir l'impossibilité pour le «faiseur de rois» qu'est Ould Rachid, de prétendre à occuper le poste de secrétaire général et, aussi, la difficulté qui sera la sienne à « domestiquer » un homme comme Nizar Baraka, à la stature et l'intelligence autrement différentes de Si Cliss !
Alors, au-delà des apparences, des jeux politiciens, des alliances conjoncturelles et des desseins inavoués, on appréciera à sa juste valeur l'arrivée à la tête du Parti de l'Istiqlal d'un homme neuf, brillant, doté d'une belle expérience des affaires publiques, en espérant qu'il saura rapidement le marquer de son empreinte afin de rendre, pour ce qui le concerne du moins, à la Politique, des lettres de noblesse qu'elle a perdues depuis longtemps.
Et si aujourd'hui trois partis au moins sont en phase de réorganisation, à savoir le RNI avec M. Aziz Akhannouch, le PAM avec le départ de Ilyass El Omari et le PI avec l'arrivée de M. Nizar Baraka, on ne pourra s'empêcher de se demander «à qui le tour maintenant» ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.