« Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    L'Emir du Qatar reçoit Fouad Ali El Himma à Doha    Ministère: Aucun cas de coronavirus n'a été enregistré jusqu'à présent au Maroc    U.S. Coronavirus Outbreak Would Pose Risk to Record Expansion    Boxe : quatre pugilistes qualifiés aux JO de Tokyo    Rebondissement majeur dans l'affaire de « Hamza mon bb » : Ayach accuse Simo Belbachir    France : cinq morts et sept blessés dans un incendie à Strasbourg    Spécial TPME : Le plan de bataille des banques…    Ministère de la Santé : les 19 cas possibles se sont avérés négatifs    La famille royale célèbre un bel événement vendredi    Des projets de loi seront examinés ce jeudi    Un don de Patrice de Mazières au profit des Archives du Maroc    Jeudis cinéma droits humains : Projection du film « Khartoum Offside»    «Trio Sophia Charaï» à l'Institut Cervantès de Casablanca    Entrepreneuriat féminin : la Cciscs signe un partenariat avec l'AFEM    Wall Street, peinant à rebondir, termine en ordre dispersé    Les manifestations se raréfient, Hong Kong réduit ses effectifs anti-émeute    Capital Investissement : 1,18 MMDH de fonds levés en 2019, selon l'AMIC    Jeux olympiques de Tokyo 2020 : Soufiane El Bakkali rejoint la Visa Team    OCS-AS FAR et MAT-RBM: nuls équitables    Animation, le maillon faible du tourisme à Agadir    Taza à l'heure du 2e forum provincial pour la culture et le travail associatif    Sahara : le Congrès des députés espagnol plaide pour une "solution, juste, durable et mutuellement acceptable"    Coronavirus: l'Arabie saoudite suspend les Omras (VIDEO)    Arabie saoudite: le prince Mohammed bin Salmane reçoit le conseiller royal Fouad Ali El Himma    Le secrétariat général sera confié au directeur général de la MDJS : Casablanca accueille le siège permanent de l'Association des Loteries d'Afrique    Coronavirus: l'Arabie saoudite suspend l'entrée des étrangers sur son territoire    Le plan d'action de l'année 2020 de l'agence urbaine de Guelmim-Oued Noun adopté    Wikileaks: Les enjeux du procès de Julian Assange    Brèves Internationales    Ligue des champions: Griezmann s'illustre à Naples et Gnabry brille à Londres    Mohamed Benabdelkader : Aucun nouveau cas de spoliation foncière n'a été enregistré    Moubarak, l'autocrate déchu à l'image corrompue    Sous le feu de ses rivaux démocrates Sanders se pose en rempart à Trump    La détention de l'éditeur suédois Gui Minhai perturbe les relations entre la Chine et la Suède    Rabat et Mexico conviennent de créer une plateforme de coopération parlementaire    Colloque à la Chambre des représentants sur le thème de "La démocratie participative entre problématiques actuelles et perspectives de développement"    Manger gras et sucré dérègle le cerveau en à peine une semaine    Le calvaire des mères célibataires    Les syndicats en mal de syndiqués    Insolite : Défi original    Rabat se prépare à la 13ème édition de la Course féminine de la victoire    Cérémonie en l'honneur de l'EN féminine    "Chi wqat", nouveau titre de Khaoula Moujahid    Le streaming continue de stimuler l'industrie musicale    Bouillon de culture    Champions League: le Wydad et le Raja dans une mauvaise passe    Zina Daoudia se défend après ses propos en Arabie Saoudite (VIDEO)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nizar Baraka, un patron du PI pour durer ou pour figurer ?
Publié dans La Nouvelle Tribune le 12 - 10 - 2017

"Veni, vidi, vici", aurait pu s'exclamer M. Nizar Baraka à l'occasion de son élection (trop facile ?) à la tête du parti de l'Istiqlal en fin de semaine dernière.
Et Nizar ne rime-t-il pas avec César, pour un parcours triomphal qui l'a mené, en moins d'une année, non de Gaule à Rome, mais des lambris dorés du Conseil Economique, Social et Environnemental, aux bureaux poussiéreux du siège du PI ?
Car aujourd'hui, le digne petit-fils du fondateur du vieux parti nationaliste reprend le flambeau de feu Allal El Fassi, pour tenter de remettre en ordre de marche une formation au passé flamboyant et riche certes, mais qui, sous la férule du prédécesseur de M. Baraka, Hamid Chabat, allait de défaites en déconvenues, malmené par un tribun populiste aux élans passablement mussoliniens...
Voilà donc que l'allocution royale du 30 juillet dernier trouve un terrain d'application même s'il n'y a pas de raison de voir dans la prise de pouvoir de Nizar Baraka une relation directe de cause à effet.
Mais, justement, le discours de la Fête du Trône était largement motivé par les crises récurrentes qui ont secoué depuis plusieurs années un certain nombre de formations politiques nationales et dont on a pu en mesurer l'ampleur et les effets à la faveur de situations passablement dramatiques comme l ‘affaire d'Al Hoceima.
Ambitions et contraintes
Le parti de l'Istiqlal revient donc totalement dans le jeu, celui des alliances et de la stratégie à mettre en œuvre pour redevenir ce que beaucoup souhaitent en son sein, un parti de gouvernement et non une formation vouée à ronger son frein dans une opposition parlementaire où le Parti Authenticité et Modernité occupe une place de leader aussi incontesté qu'amorphe.
Mais pour aborder les rivages (encore lointains) d'une entrée au gouvernement, il faudra au nouveau secrétaire général prouver concrètement qu'il est apte au leadership, bien entouré de cadres compétents (et dévoués), dynamique et consensuel, afin que l'épisode Chabat soit rapidement et totalement oublié.
Le pourrait-il vraiment alors que chacun connaît aujourd'hui les conditions et les circonstances qui l'ont porté à la tête du parti de l'Istiqlal ?
Nizar Baraka, en effet, doit une fière chandelle à ce «faiseur de secrétaires généraux» qu'est le patron des troupes istiqlaliennes du Sud, M. Hamdi Ould Rachid, aussi fortuné que bien pourvu en cohortes militantes qui lui obéissent au doigt et à l'œil.
Une telle chandelle que M. Baraka devrait se rendre immédiatement à Fès pour déposer les plus gros cierges qu'il trouverait sur le tombeau de Moulay Idriss !
Car il n'échappe à personne que jusqu'à présent le nouveau secrétaire général n'a pas vraiment de troupes, même si son nom a recueilli une large majorité de voix lors de l'élection au poste de premier responsable du PI.
C'est, faut-il s'en étonner, M. Hamdi Ould Rachid qui, pour sa réélection au comité Exécutif, a obtenu les scores les plus élevés, ce qui indique bien qu'il dispose du pouvoir très conséquent au niveau du Parti, pouvoir que renforcent sa fortune personnelle, son réseau fait de clientélisme et la présence au sein même du « politburo » istiqlalien, de son gendre, de son fils, de plusieurs obligés sans compter la famille soussie et alliée Qayyouh, qui a également réussi à y placer deux représentants.
Condamné à réussir
La réussite de M. Nizar Baraka, sa stratégie future, son ambition d'être un acteur décisif du « risorgimento » du parti de l'Istiqlal seront-elles contrariées par ces «tâches de naissance», ces caractéristiques originelles alors qu'au sein du Comité Exécutif seuls Mme Yasmina Baddou et Karim Ghellab lui seraient acquis en dehors de toute allégeance à M. Ould Rachid ?
Impensable de n'avoir pas en tête de telles interrogations, lesquelles cependant sont relativisées par deux données essentielles, à savoir l'impossibilité pour le «faiseur de rois» qu'est Ould Rachid, de prétendre à occuper le poste de secrétaire général et, aussi, la difficulté qui sera la sienne à « domestiquer » un homme comme Nizar Baraka, à la stature et l'intelligence autrement différentes de Si Cliss !
Alors, au-delà des apparences, des jeux politiciens, des alliances conjoncturelles et des desseins inavoués, on appréciera à sa juste valeur l'arrivée à la tête du Parti de l'Istiqlal d'un homme neuf, brillant, doté d'une belle expérience des affaires publiques, en espérant qu'il saura rapidement le marquer de son empreinte afin de rendre, pour ce qui le concerne du moins, à la Politique, des lettres de noblesse qu'elle a perdues depuis longtemps.
Et si aujourd'hui trois partis au moins sont en phase de réorganisation, à savoir le RNI avec M. Aziz Akhannouch, le PAM avec le départ de Ilyass El Omari et le PI avec l'arrivée de M. Nizar Baraka, on ne pourra s'empêcher de se demander «à qui le tour maintenant» ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.