Crédit du Maroc explose son bénéfice    Marrakech: Quand des personnalités parlent «identité»    Sahara Marocain : Guterres nomme Zia Ur Rehman en tant que nouveau commandant de la force de la MINURSO.    Vidéo – Le Raja arrache une victoire dans les arrêts de jeu    Algérie : Un maire limogé pour avoir suscité une manifestation contre Bouteflika    Vidéo – Le Wydad s'impose face au Youssoufia de Berrechid et creuse l'écart    Le nouveau cadre de partenariat entre le Maroc et la Banque mondiale approuvé    Crédit du Maroc améliore son RNPG    Luis Planas : La visite de S.M Felipe VI témoigne de l'amitié maroco-espagnole    Insolite : Bagarre au Parlement    Affaire Benalla : "Dysfonctionnements majeurs" à l'Elysée    L'armée vénézuélienne déterminée à empêcher l'entrée de l'aide    Le satisfecit des syndicats : Grève réussie    Coopération CNDP-AUSIM : Un pas de plus vers la diffusion de la culture de la protection des données à caractère personnel    Haj Larbi Benbarek mis à l'honneur à l'IMA    Divers sportifs    Victoire de Keltoum Bouaâssria et Mustapha Hedadi au championnat national de cross-country    Grippe : Un nouveau pas dans la longue quête du vaccin universel    Le tatouage sur le visage, autrefois une rareté, aujourd'hui une mode    Divers    Cigarettes électroniques. Dangereuses ou pas pour les femmes enceintes ?    Soutien international à l'initiative "Ceinture bleue" lancée par le Maroc    Les infos insolites des stars : Le père de Sean Penn    Oggitani Quintet s'offre à nouveau la sympathie du public casablancais    "Le Ciel sous nos pas" de Leïla Bahsaïn, une lutte pour l'émancipation des femmes ici et ailleurs    La CGEM s'engage en faveur du financement de la TPME    Clash et ego trip, le rap avant l'heure de la poésie arabe    ODD : Le Maroc s'est engagé de « manière claire » dans l'absence d'un cadre institutionnel    Honda annonce la fermeture de son usine britannique de Swindon en 2021    L'UE va pour la première fois limiter les émissions de CO2 des camions    Voitures d'époque : La fédération dévoile son programme sportif de 2019    Affaire Benalla : Les conclusions du Sénat    Halieutis    Oulad Mogador Music Action : Trois jeunes groupes sélectionnés    «Le groupement artistique» honore Mohamed Belmou    «Ana nabghiha», nouveau single de Cheb Kadil    Sécurité routière: El Otmani appelle à accélérer la mise en œuvre de la stratégie nationale    Le Centre de santé urbain «Massira II» à Témara rénové : SAR la Princesse Lalla Hasnaa préside la cérémonie d'inauguration    Les profondes divergences entre Washington et les pays européens    Derby de l'Oriental : Une affaire entre voisins    SM le Roi reçoit les nouveaux walis et gouverneurs    Said Ahmiddouch installé nouveau Wali de Casablanca-Settat    Une justice propre aux mineurs au Maroc ?    Semences. La SONACOS poursuit la diversification de ses marchés    Top 5 des meilleurs buteurs actuels d'Europa League    Commerce en Afrique. Le Maroc approuve l'accord sur la zone de libre-échange    Edito : Du sang neuf    Première enquête sur les hépatites virales au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Macron et Merkel tentent de braver l'euroscepticisme ambiant
Publié dans La Nouvelle Tribune le 22 - 01 - 2019

Angela Merkel et Emmanuel Macron signent mardi un nouveau traité pour renforcer la relation franco-allemande et envoyer un message de soutien à la construction européenne, au moment où elle est affaiblie par la montée des nationalismes.
Le texte, paraphé en fin de matinée à Aix-la-Chapelle en Allemagne, à quatre mois des élections européennes, est toutefois contesté par l'extrême droite dans les deux pays, qui y voit un perte de souveraineté nationale.
Le traité doit « compléter » celui dit de l'Elysée signé en 1963 entre le Général de Gaulle et Konrad Adenauer, qui concrétisa la réconciliation franco-allemande après la guerre.
Il prévoit une convergence des politiques économique, étrangère et de défense des deux pays, une coopération sur les régions transfrontalières, ainsi qu'une « assemblée parlementaire commune » composée de 100 députés français et allemands.
« C'est un moment important pour montrer que le couple franco-allemand est un socle qui peut se relancer (…) au service du renforcement du projet européen », fait valoir la présidence française.
« On n'est jamais allé aussi loin en matière de défense » commune, affirme l'Elysée, même si l'accord trouvé a été le fruit d'un difficile compromis sur le sujet compte tenu des divergences traditionnelles entre les deux pays.
Paris souhaite davantage d'implication de l'Allemagne dans le domaine militaire tandis que Berlin est attaché à sa tradition pacifiste. Les deux pays s'étaient accrochés l'an dernier sur les exportations d'armes à l'Arabie Saoudite.
– Clause de défense –
Dans le traité, la France et l'Allemagne adoptent « une clause de défense mutuelle » en cas d'agression, sur le modèle de celle prévue au sein de l'OTAN. Ils pourront déployer des moyens ensemble en cas d'attaque terroriste ou coopérer sur les grands programmes militaires, à l'image de leurs projets sur les chars ou les avions de combat.
« L'Allemagne et la France entendent continuer à faire avancer les choses ensemble en Europe », a estimé samedi Angela Merkel.
La chancelière et Emmanuel Macron prononceront tous deux un discours dans la prestigieuse mairie d'Aix-la-Chapelle, ville où l'empereur Charlemagne avait installé sa cour, avant de participer ensemble à un « débat citoyen » avec des étudiants des deux pays.
Le traité est signé par deux dirigeants fragilisés: Angela Merkel se prépare à laisser son poste à l'automne 2021, et Emmanuel Macron fait face à la crise des « gilets jaunes ».
Environ 200 de ces protestataires ont du reste prévu de faire entendre leur voix à Aix-la-Chapelle mardi, en marge des célébrations.
De nombreux journaux jugent les avancées concrètes du nouveau traité modestes, à l'image du quotidien allemand Handelsblatt qui parle mardi d'un texte « timide et sans vigueur ».
Mais la politologue Claire Demesmay, de l'institut de recherche allemand DGAP, l'affirmation de l'importance de la coopération franco-allemande en pleine « crise existentielle de l'intégration européenne, avec le Brexit et la poussée attendue des forces nationalistes aux prochaines élections européennes (…) a valeur de symbole ».
– ‘Recul de souveraineté' –
Ce symbole ne fait pas l'unanimité. C'est un nouveau « petit coup en douce » du président de la République qui va aboutir à faire s' »effondrer la puissance de notre pays », a jugé la dirigeante de l'extrême droite française Marine Le Pen.
Elle a aussi accusé Emmanuel Macron de vouloir partager avec l'Allemagne le siège de la France au Conseil de sécurité de l'ONU, ce qui ne figure pas dans le traité et que l'Elysée a démenti: Paris plaide pour que l'Allemagne y obtienne son propre siège permanent.
Le chef de file de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, a lui aussi dénoncé lundi « le recul de notre souveraineté » et s'est inquiété de voir « moins de services publics et d'investissements publics, des baisses de salaire, la chasse des chômeurs ».
« Coller à l'Allemagne en toutes circonstances, Emmanuel Macron le fait depuis le début du quinquennat », déplore-t-il.
En Allemagne, le dirigeant de l'extrême droite Alexander Gauland a accusé lundi Paris et Berlin de vouloir avec le traité créer « une super-UE » à l'intérieur de l'Union européenne.
« Nous autres populistes demandons que chacun s'occupe d'abord de son pays. Et nous ne voulons pas que Macron le fasse avec l'argent des Allemands », a-t-il tonné.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.