La cuisine marocaine en vedette au festival de Hanoï    El Youssoufia : Une campagne de correction visuelle au profit des élèves    AM Invest Morocco renforce sa participation dans le capital d'Involys    «La Méditerranée plurielle dans un environnement de mondialisation» thème de la rencontre annuelle du GERM    SOS Littoral: La tête dans le sable    Le Maroc et l'AIE signent à Paris un Programme de travail conjoint    Rapports du GIEC : contrubution active du Maroc    Le PPS au Parlement    Agadir, capitale du cinéma mondial    Bassek Ba Kobhio, Invité d'honneur    L'Etoile d'or de Priyanka Chopra brille dans le ciel de Jemaa El Fna    Ligue des Champions de la CAF : Débuts laborieux pour le WAC    Ligue des Champions : le Wac sort avec un nul face à Mamelodi Sundowns    RAM : plus de 160.000 passagers transportés sur la ligne Casa-Tunis en 2019    FIFM 2019 : Le film colombien « Valley of Souls »décroche l'Etoile d'Or    Ligue des Champions de la CAF : Le WAC tenu en échec par Mamelodi Sundowns    CAN de futsal 2020: le Maroc dans le groupe A avec la Guinée équatoriale, l'Afrique du Sud et la Libye    Affaire du policier suspendu : La DGSN répond aux rumeurs    Lalla Meryem préside l'inauguration du Bazar international de Bienfaisance à Rabat    Rapport de l'UICN : Les océans en manque d'oxygène    MAPA : Conférence internationale sur les addictions    Visite de Pompéo : Les principales déclarations des responsables américains    PLF 2020 : Benchaâboun assure l'exécution rapide des décisions judiciaires    FIFM : Un bel hommage rendu à Robert Redford    Visite de Pompeo au Maroc: Le bilan    L'Otan adopte une déclaration finale    Opep: Membres et partenaires se retrouvent à Vienne    Taxe Gafa: Les hostilités relancées…    Informations    Enseignement: 2 écoliers sur 3 analphabètes!    Comment protéger vos données personnelles    "Microfracture" pour Hazard, forfait pour le clasico    Infantino va entrer au CIO en janvier    Des juges et des professionnels du sport débattent à Agadir des moyens pour lutter contre le hooliganisme    Ralentissement économique attendu dans près des deux tiers des villes du monde en 2020-21    Une nouvelle antenne de la BERD inaugurée à Agadir    La lutte contre la sextorsion requiert des mécanismes développés de surveillance et de traçage    Bertrand Tavernier : L'arrogance est l'ennemi déclaré du réalisateur    Jeremy Thomas : L'inventivité est primordiale même sans budget    Le cinéma australien brille de mille feux à Marrakech    PLF2020: le RNI remonté contre le PJD, à cause de l'article 9    Arribat Center en feu !    70e anniversaire de l'OTAN: Le sommet de la discorde…    Tous à Londres, personne à Madrid!    PCM-PLS-PPS: Un parti, un référentiel et un combat    Le Congrès va entamer la rédaction de l'acte d'accusation de Trump    Fondation Al omrane : La 1ère classe préscolaire ouvre à Charafate    L'éducation à la petite enfance se porte bien, mais …    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Attijariwafa bank freinée par le coût du risque
Publié dans La Nouvelle Tribune le 17 - 09 - 2013

La conjoncture économique difficile, qui se traduit aujourd'hui par une baisse des demandes de crédits des agents économiques, notamment des entreprises, impacte négativement sur le secteur bancaire marocain dont la croissance du produit net bancaire dépend fortement des marges d'intérêt. Le Groupe Attijariwafa bank, leader du secteur bancaire et financier marocain, ne pouvait échapper à cette morosité. Toutefois, grâce à sa base clientèle, à son réseau de collecte d'épargne et à ses relais de croissance à l'international, notamment en Afrique (Maghreb, Afrique de l'ouest et Afrique centrale), le Groupe a consolidé ses performances financières. Ainsi, le produit net bancaire du groupe s'est apprécié de 4,7 % à 9,1 milliards de dirhams à fin juin 2013. La marge d'intérêt, en hausse de 2 %, a contribué à hauteur de 56,8 % à la formation du Pnb. Cette performance aurait été meilleure s'il n'y avait pas «une décélération des crédits due essentiellement à la baisse de la demande de crédits adressée aux banques», a expliqué M. Mohamed El Kettani, PDG du Groupe Attijariwafa bank. On note la bonne performance de la Banque de Détail à l'International (BDI), résultat de la normalisation de l'activité au Mali et de la reprise de la croissance en Tunisie, au Sénégal et en Côte d'Ivoire.

971,64 MDH de coût de risque

Dans le sillage de la croissance du Pnb, le résultat brut d'exploitation (RBE) a augmenté de 4,6 % à 5,1 milliards de dirhams. Cette hausse s'explique par une croissance maîtrisée des charges générales d'exploitation malgré les investissements importants liés au développement du groupe. Le coefficient d'exploitation s'est légèrement détérioré (+0,08 %) à 43,8 % à cause de l'impact de l'augmentation de capital réservée aux salariés pour laquelle le Groupe a supporté la décote accordée aux collaborateurs (charges selon les normes IFRS).
Toutefois, le résultat net consolidé s'est déprécié de 1,9 % à 2,7 milliards de dirhams et le résultat net part du groupe (Rnpg) a baissé de 4,8 % à 2,2 milliards de dirhams. Cette baisse s'explique par «le recul de 18,5 % de la contribution de la banque Attijariwafa bank au Rnpg du groupe, sous l'effet principalement de l'augmentation du coût du risque et la baisse de la contribution de Wafa Assurance au Rnpg, sous l'effet des retraitements IFRS des portefeuilles financiers dans un contexte de hausse des taux obligataires et de repli de la bourse de Casablanca», a expliqué M. Ismaïl Douiri, Directeur Général en charge du pôle « Finances, Technologies et Opérations».

RoE de 16,1 %

Ainsi, la contraction du Rnpg s'explique uniquement par l'augmentation du coup du risque du fait de la santé économique des clients et des tensions liées au recouvrement durant cette période difficile. En effet, le taux de contentialité du secteur bancaire marocain a progressé de 44 points de base à 5,43 % à fin juin, comparativement à fin décembre 2012. Celui du Groupe Attijariwafa bank a connu une hausse similaire (+43 pbs) pour atteindre 3,42 %, largement inférieur à celui de la moyenne du secteur. Face à cette importante hausse, qui s'explique par la situation économique difficile que travers certains secteurs économiques, le groupe a affiné encore plus son approche rigoureuse en matière de suivi et de couverture des risques. De ce fait, les dotations aux provisions ont augmenté de 38 % à 1,11 milliards de dirhams à fin juin 2013, dont 1,03 milliard de dirhams (+44,11 %) de dotations aux provisions pour dépréciation des prêts et créances. Cette forte dotation illustre la conjoncture difficile que vivent de nombreux secteurs d'activité du Royaume : sidérurgie, immobilier, textile, etc. En tenant compte des reprises de provisions, le coût du risque du groupe fait un bond de 63,73 % à 971,64 millions de dirhams (MDH), amenuisant ainsi le bénéfice net semestriel du groupe.
En conséquence, le rendement brut des fonds propres (RoE) du groupe a baissé de 1,8 points à 16,1 %, sous l'effet combiné de la baisse du résultat net, mais aussi et surtout de la hausse de 7,9 % à 35,8 milliards de dirhams des fonds propres consolidés grâce à l'opération d'augmentation de capital par conversion optionnelle de 50 % des dividendes au titre de l'exercice 2012, pour un montant de 685,2 MDH, et à l'emprunt obligataire subordonné d'un montant de 1,25 milliard de dirhams.
In fine, le Groupe, dans un contexte difficile, est arrivé à consolider ses performances financières et poursuit sa stratégie d'expansion sur le continent.
Moussa Diop
______
______

______

_____________________________________________________________________________________________________________________________
Attijariwafa bank au Togo et au Niger, le Bénin et le Tchad en ligne de mire
La stratégie de développement du Groupe Attijariwafa bank en Afrique commence à porter ses fruits. En effet, au titre du premier semestre 2013, la contribution de la Banque de Détail à l'International aux réalisations du Groupe s'est renforcée. Le produit net bancaire (Pnb) de celle-ci a progressé de 10,4 % à 2,3 milliards de dirhams, contribuant ainsi à 25,27 % du Pnb du groupe. De même, avec une hausse de son bénéfice net de 31,2 % à 363,8 MDH, la BDI a participé à hauteur de 16,54 % au Rnpg du Groupe.
Fort de l'évolution de ces contributions, le Groupe Attijariwafa bank, certain de la justesse de sa stratégie de développement sur le continent, compte poursuivre son implantation dans la région.
Ainsi, le closing définitif de l'acquisition de 55 % du capital de BIA Togo sera finalisé au cours de cette semaine. Par ailleurs, le Groupe Attijariwafa bank, via sa filiale CBAO, a obtenu l'agrément pour la création d'une filiale au Niger. L'opération sera concrétisée durant le mois d'octobre 2013. Et pour atteindre son objectif de présence dans les 8 pays de l'UEMOA (Union économique et monétaire ouest africaine), le Groupe a déposé un dossier d'agrément en vue de la création d'une filiale au Bénin.
Enfin, le Tchad est aussi dans la ligne de mire du Groupe, qui compte s'y implanter en saisissant les opportunités d'acquisition de banque au niveau de ce marché ou en créant une filiale après l'obtention d'un agrément.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.