Il fait l'actu : Nayib Bukele, président du Salvador    Horaire d'été : le changement rejeté par 68% des citoyens    Finance participative : Bank Al Yousr met en exergue l'expérience marocaine    Egypte : décès de l'ancien président Mohamed Morsi    Salon du Bourget : coup de projecteur sur l'avion de combat européen du futur    Au chevet de la culture dans le Souss    Le président du Comité interarmées des Chefs d'Etat-Major du Pakistan accueilli au Maroc    Le PPS et le PCV conviennent de développer davantage leurs relations    Le Maroc et le Portugal souhaitent consolider davantage la coopération énergétique bilatérale    Rapport final de la XXVIIème Assemblée régionale Afrique de l'Assemblée parlementaire de la Francophonie    L'IPIEM en progression au premier trimestre 2019    Les MRE invités à s'impliquer davantage dans la relance du secteur de l'immobilier    Journée de sensibilisation à Marrakech sur les avantages du pompage solaire dans l'agriculture    Maroc Telecom : La CMR et le RCAR, socles de la privatisation des 8% du capital    Signature d'un Accord de partenariat stratégique entre la CGEM et la BAD    Les importations des plantes sous haute surveillance    Driss Lachguar s'entretient avec Vo Van Thuong, membre dirigeant du Parti communiste vietnamien    e-services. Ce qui va changer    Insolite : Taper sur Trump ?    Présidentielle en Mauritanie : De joyeuses soirées sous la tente rythment la campagne    News    Carole Ghosn demande à Donald Trump d'intercéder en faveur de son mari    Hong Kong, une rare défaite pour Xi Jinping    Importantes manifestations à Hong Kong…    Deux meilleurs chronos de l'année au Meeting International Mohammed VI d'athlétisme    "Sarriverderci" Chelsea, Sarri à la Juventus    Préparation de l'équipe nationale pour la CAN 2019    CAN-2019 : Ce que prévoit la RAM pour les supporters du Maroc    3ème édition du Trophée International Mohammed VI de Polo    Lions de l'Atlas. L'hilarant appel au retour de Hamed-Allah    Le Trophée de la CAN fait escale au siège d'Attijariwafa bank    Coupe d'Afrique des nations: L'essentiel à savoir sur la compétition    Les lipides laitiers contribueraient à réduire le risque cardiovasculaire    Au menu, 5 grammes de plastique par semaine    Formation à Laâyoune sur l'intégration de la dimension handicap dans les programmes régionaux de développement    Mouvement des étudiants grévistes en médecine et en pharmacie    Casablanca : Une balle de sommation tirée pour neutraliser un récidiviste à Al Fida-Mers Sultan    Double jackpot pour la London Academy Casablanca    Financement de la santé. Les annonces d'El Othmani    Live. Que veulent les étudiants en médecine ?    La culture marocaine célébrée à Liège    Réforme de l'administration publique : Le droit et le "new public management"    Ces tournages qui ont tourné au drame    La richesse du patrimoine culturel sahraoui au cœur du carnaval de Tan Tan    Musiques sacrées: Voilà pourquoi la 25e édition sera «exceptionnelle»    Festival de World Music de Gibraltar. Sortir du chaos en musique !    Eldon & Choukri digitalise la vente d'œuvres d'art    Marrakech du rire 2019. Quand la 9e édition rit « de toi, de moi, de tout » !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Attijariwafa bank freinée par le coût du risque
Publié dans La Nouvelle Tribune le 17 - 09 - 2013

La conjoncture économique difficile, qui se traduit aujourd'hui par une baisse des demandes de crédits des agents économiques, notamment des entreprises, impacte négativement sur le secteur bancaire marocain dont la croissance du produit net bancaire dépend fortement des marges d'intérêt. Le Groupe Attijariwafa bank, leader du secteur bancaire et financier marocain, ne pouvait échapper à cette morosité. Toutefois, grâce à sa base clientèle, à son réseau de collecte d'épargne et à ses relais de croissance à l'international, notamment en Afrique (Maghreb, Afrique de l'ouest et Afrique centrale), le Groupe a consolidé ses performances financières. Ainsi, le produit net bancaire du groupe s'est apprécié de 4,7 % à 9,1 milliards de dirhams à fin juin 2013. La marge d'intérêt, en hausse de 2 %, a contribué à hauteur de 56,8 % à la formation du Pnb. Cette performance aurait été meilleure s'il n'y avait pas «une décélération des crédits due essentiellement à la baisse de la demande de crédits adressée aux banques», a expliqué M. Mohamed El Kettani, PDG du Groupe Attijariwafa bank. On note la bonne performance de la Banque de Détail à l'International (BDI), résultat de la normalisation de l'activité au Mali et de la reprise de la croissance en Tunisie, au Sénégal et en Côte d'Ivoire.

971,64 MDH de coût de risque

Dans le sillage de la croissance du Pnb, le résultat brut d'exploitation (RBE) a augmenté de 4,6 % à 5,1 milliards de dirhams. Cette hausse s'explique par une croissance maîtrisée des charges générales d'exploitation malgré les investissements importants liés au développement du groupe. Le coefficient d'exploitation s'est légèrement détérioré (+0,08 %) à 43,8 % à cause de l'impact de l'augmentation de capital réservée aux salariés pour laquelle le Groupe a supporté la décote accordée aux collaborateurs (charges selon les normes IFRS).
Toutefois, le résultat net consolidé s'est déprécié de 1,9 % à 2,7 milliards de dirhams et le résultat net part du groupe (Rnpg) a baissé de 4,8 % à 2,2 milliards de dirhams. Cette baisse s'explique par «le recul de 18,5 % de la contribution de la banque Attijariwafa bank au Rnpg du groupe, sous l'effet principalement de l'augmentation du coût du risque et la baisse de la contribution de Wafa Assurance au Rnpg, sous l'effet des retraitements IFRS des portefeuilles financiers dans un contexte de hausse des taux obligataires et de repli de la bourse de Casablanca», a expliqué M. Ismaïl Douiri, Directeur Général en charge du pôle « Finances, Technologies et Opérations».

RoE de 16,1 %

Ainsi, la contraction du Rnpg s'explique uniquement par l'augmentation du coup du risque du fait de la santé économique des clients et des tensions liées au recouvrement durant cette période difficile. En effet, le taux de contentialité du secteur bancaire marocain a progressé de 44 points de base à 5,43 % à fin juin, comparativement à fin décembre 2012. Celui du Groupe Attijariwafa bank a connu une hausse similaire (+43 pbs) pour atteindre 3,42 %, largement inférieur à celui de la moyenne du secteur. Face à cette importante hausse, qui s'explique par la situation économique difficile que travers certains secteurs économiques, le groupe a affiné encore plus son approche rigoureuse en matière de suivi et de couverture des risques. De ce fait, les dotations aux provisions ont augmenté de 38 % à 1,11 milliards de dirhams à fin juin 2013, dont 1,03 milliard de dirhams (+44,11 %) de dotations aux provisions pour dépréciation des prêts et créances. Cette forte dotation illustre la conjoncture difficile que vivent de nombreux secteurs d'activité du Royaume : sidérurgie, immobilier, textile, etc. En tenant compte des reprises de provisions, le coût du risque du groupe fait un bond de 63,73 % à 971,64 millions de dirhams (MDH), amenuisant ainsi le bénéfice net semestriel du groupe.
En conséquence, le rendement brut des fonds propres (RoE) du groupe a baissé de 1,8 points à 16,1 %, sous l'effet combiné de la baisse du résultat net, mais aussi et surtout de la hausse de 7,9 % à 35,8 milliards de dirhams des fonds propres consolidés grâce à l'opération d'augmentation de capital par conversion optionnelle de 50 % des dividendes au titre de l'exercice 2012, pour un montant de 685,2 MDH, et à l'emprunt obligataire subordonné d'un montant de 1,25 milliard de dirhams.
In fine, le Groupe, dans un contexte difficile, est arrivé à consolider ses performances financières et poursuit sa stratégie d'expansion sur le continent.
Moussa Diop
______
______

______

_____________________________________________________________________________________________________________________________
Attijariwafa bank au Togo et au Niger, le Bénin et le Tchad en ligne de mire
La stratégie de développement du Groupe Attijariwafa bank en Afrique commence à porter ses fruits. En effet, au titre du premier semestre 2013, la contribution de la Banque de Détail à l'International aux réalisations du Groupe s'est renforcée. Le produit net bancaire (Pnb) de celle-ci a progressé de 10,4 % à 2,3 milliards de dirhams, contribuant ainsi à 25,27 % du Pnb du groupe. De même, avec une hausse de son bénéfice net de 31,2 % à 363,8 MDH, la BDI a participé à hauteur de 16,54 % au Rnpg du Groupe.
Fort de l'évolution de ces contributions, le Groupe Attijariwafa bank, certain de la justesse de sa stratégie de développement sur le continent, compte poursuivre son implantation dans la région.
Ainsi, le closing définitif de l'acquisition de 55 % du capital de BIA Togo sera finalisé au cours de cette semaine. Par ailleurs, le Groupe Attijariwafa bank, via sa filiale CBAO, a obtenu l'agrément pour la création d'une filiale au Niger. L'opération sera concrétisée durant le mois d'octobre 2013. Et pour atteindre son objectif de présence dans les 8 pays de l'UEMOA (Union économique et monétaire ouest africaine), le Groupe a déposé un dossier d'agrément en vue de la création d'une filiale au Bénin.
Enfin, le Tchad est aussi dans la ligne de mire du Groupe, qui compte s'y implanter en saisissant les opportunités d'acquisition de banque au niveau de ce marché ou en créant une filiale après l'obtention d'un agrément.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.