La CAF prévoit deux pauses fraîcheur entre les mi-temps    Meknès. Arrestation d'une bande criminelle arrêtée pour cambriolages    Exposition sur Eugène Delacroix à Rabat, une première dans le monde arabe et en Afrique    Musiques sacrées. Le festival bat son plein    L'Iran dit avoir abattu un drone américain et parle de « ligne rouge »    Objectif Downing Street : Place aux deux finalistes    TE Connectivity inaugure sa deuxième usine de production au Maroc    Jeux Africains de Plage : le Maroc bat l'Algérie au beach-soccer    Arts martiaux : Marrakech abritera le Championnat du monde professionnel de muay thai    Saut d'obstacles : Concours officiel de la Garde royale du 28 au 30 juin à Rabat    Organisé par AOB Group et l'AMEE : La performance énergétique dans l'hôtellerie en débat    Kenzi Tower Hôtel: Restaurant Sens, une carte joliment revisitée    Une nouvelle stratégie de financement de la santé s'impose    Accueil en fanfare pour le président chinois en Corée du Nord    L'OPM célèbre la fête de la musique aux rythmes de compositions dansantes    Jazzablanca : 80% des festivaliers ont un accès gratuit    L'exposition «Mains de lumière» éblouit des étudiants et chercheurs    Le temps est ainsi fait    Sécurité et développement en Afrique. Comment le continent peut se prendre en main    Le coût social aggrave le déficit budgétaire en 2019    Sahara marocain à l'ONU: L'initiative marocaine fortement soutenue    Rabat. EBM lance ses programmes préparatoires pour les tests d'admissions    Les Lions de l'Atlas en Egypte pour un deuxième exploit    Déconcentration administrative : La Commission interministérielle fait le point    Marquage fiscal .L'ADII lance un appel d'offres    Journée mondiale des réfugiés    Inscriptions au doctorat. L'UM5R annonce une baisse des frais pour les fonctionnaires    Le peuple marocain célèbre ce jeudi le 49ème anniversaire de SAR le Prince Moulay Rachid    Benslimane : 4 personnes périssent dans un accident de la route    Le Centre international Hassan II de formation à l'environnement voit le jour à Salé    Les stocks de sardinelles et de chinchards surexploités    Médecine : Drôles de carabins !    L'escalade des tensions dans le Golfe inquiète    Le marché mondial du luxe poursuit sa progression, tiré par la Chine    L'agriculture peut aussi rafraîchir la planète    L'équipe ghanéenne espère renouer avec le sacre africain    Dormir devant la télévision fait grossir    Bulletin de la CAN    Hausse attendue de la production dans l'industrie au deuxième trimestre    Bouillon de culture    Le bureau de la Chambre des représentants tient sa réunion hebdomadaire    Habib El Malki en visite à Dublin    Moussem de Tan-Tan Les tentes marocaines et mauritaniennes reflètent la richesse du patrimoine culturel commun    Saïdia accueille le 11ème Salon régional du livre    Canticum Novum transporte le public fassi aux confins des musiques anciennes    Meurtre de Khashoggi. Le chef de l'ONU lance une enquête internationale    Amazon détrône Google comme marque la plus puissante    Démantèlement à Tétouan d'une cellule terroriste    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Errachidia: Trois millions de palmiers dattiers pour repeupler les oasis
Publié dans L'Economiste le 04 - 03 - 2011

D'ici 2030, les oasis marocaines devraient compter trois millions de palmiers dattiers de plus. Un challenge qu'entend relever le Maroc pour gagner le pari du développement dans ses zones oasiennes, mais aussi au grand bonheur des écologistes de toute la région méditerranéenne.
La prise de conscience du Maroc de la relation intrinsèque entre environnement et développement durable est désormais un fait avéré. Ce projet aidera grandement à la création d'un microclimat indispensable au bon développement des cultures sous-jacentes et constitue, par conséquent, le pivot de l'écosystème oasien. La préservation de l'environnement nécessite, toutefois, que cette opération de repeuplement des oasis marocaines soit accompagnée d'une augmentation des variétés génétiques des palmiers dattiers et la promotion d'une exploitation optimum de cette diversité. Pris en charge par l'Agence des zones oasiennes et de l'arganier, ce projet, lancé en 2009 par le Souverain, vise d'abord l'implantation d'un million de palmiers dattiers à l'horizon 2015, à la faveur d'un montant global de 1,25 milliard de DH. Ce qui profitera à 6.000 agriculteurs et permettra de générer 450.000 journées de travail.
Lors de cette première étape, il sera procédé à l'introduction de 750.000 vitro-plants sur 4.000 ha et la mise en place d'une pépinière de production des vitro-plants et de cinq unités de conditionnement des dattes. Des efforts qui commencent déjà à prendre forme. Mais des difficultés pratiques entravent la réalisation totale de tels objectifs, les rejets des palmiers dattiers existants devront pallier le déficit en matière de micro-plants. Beaucoup d'investisseurs entendent saisir cette occasion marquée par des subventions et des aides consistantes de la part de l'Etat, représentée par l'Office régional de mise en valeur agricole du Tafilalet (ORMVAT). Bien que diplômé en management, Abdelbar Belhassan, qui est l'un de ces jeunes qui ont cru en l'avenir de cette initiative, a investi dans ce secteur. Outre les 5.000 arbres providentiels qu'il a déjà rajoutés à sa palmeraie située à près de 15 kilomètres d'Erfoud, il compte bientôt implanter près de 7.000 autres palmiers dattiers sur une superficie de 30 ha. «Il y a certes beaucoup de travail à faire, mais il faut y croire, cette zone désertique connaîtra certainement un grand changement, avec ce programme, l'économie de la région sera boostée et la base du développement ne sera que renforcée», dit ce jeune investisseur.
Les résultats attendus de cette initiative changeront certainement la face des zones oasiennes et offriront à leurs populations une opportunité majeure pour générer des revenus supplémentaires. Outre la fixation des populations dans leurs oasis, le palmier dattier est une source durable d'un aliment de base pour les oasiens, et une matière première pour l'élaboration de produits alimentaires de grande valeur énergétique et diététique. Les palmiers dattiers sont ainsi au cœur des solutions intégrées possibles contre les maux sociaux engendrés par l'exode rural.
Commercialisation
La production de dattes doublera d'ici 2010 dans la zone de Tafilalet. Elle passera de 26.000 tonnes en moyenne, à 53.000 tonnes. Les variétés de dattiers de qualité seront hissées du nombre de 16 à 61. Il ne manquerait qu'un bon circuit de commercialisation.
Les espèces actuelles comptent certes des variétés connues à l'échelle nationale et internationale, tels le Majhoul, le Boufeggous et Nejda résistant au bayoud, mais ne représentent que 26% du patrimoine phoenicicole. La grande majorité des variétés relève du Khalt qui reste loin du circuit de la commercialisation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.