Clôture à Marrakech de la 12ème édition de la World Policy Conference    Cinq ans pour réussir la transformation radicale de l'école    Chasse dans l'Oriental: Le contrôle se muscle    Un Monde Fou    Dialogue social : El Otmani rencontre syndicats et employeurs    Essoufflement de la croissance de la région MENA en 2019    La Bourse de Casablanca affiche une performance hebdomadaire en baisse    Etat des lieux de l'entrepreneuriat au Maroc    TGR : Le déficit budgétaire s'est creusé à 32,3 MMDH en septembre    Raz de marée annoncé pour le juriste Kais Saied    Un accord possible sur le Brexit dans la dernière ligne droite    Il fait l'actu : Kaiss Saïed, nouveau président de la Tunisie    Allemagne et Pays-Bas entrevoient l'Euro    Neymar de nouveau blessé    Le Gabon, ultime test pour le Onze national avant l'entame des éliminatoires de la CAN    Salaheddine Mezouar jette l'éponge    Au grand dam des demandeurs d'asile marocains, le Maroc est un pays sûr    Nouveau modèle de développement et confiance    Madrid s'attaque à ses perruches invasives    Les plus gros bad buzz des stars du football    Une journée sans voiture : L'idée est louable mais la manière n'y était pas vraiment    Insolite : Promesse ministérielle    Les trophées "Export bio Maroc 2019" décernées à sept entreprises    El Jadida à l'heure de son 2ème Salon du dessin et de l'estampe    La Biennale internationale de Rabat a déjà accueilli plus de 50 000 visiteurs    Arab Reading Challenge: La Marocaine Fatima Zahra Akhiar passe en finale    Outsourcia s'offre le français Simplify    Le 3e Salon maghrébin du livre fait la part belle aux enfants    Elle devrait s'accélérer, selon la Banque mondiale : Une croissance économique de 3,3% en 2020-2021    FRMF: Tout savoir sur les billets du match Maroc-Algérie locaux    TIBU Maroc présente la 1ère promotion de «Intilaqa»    Yemoh & The Minority Globe lance «Welcome to Africa» le 25 octobre    Suite à une réunion avec la tutelle : Les transporteurs routiers de marchandises annulent leur grève    Les violations des droits humains à Tindouf mises à nu    Ligue des champions de la CAF : Le WAC gagnera par forfait contre l'USMA    Brexit: Un accord « possible » dans la dernière ligne droite, selon Dublin    Moga Festival. L'électro métissé d'Essaouira !    Le Maroc tenu en échec par la Libye en attendant le Gabon ce mardi    À Hong Kong, la violence des radicaux n'entame pas l'unité du mouvement    Joie dans les rues de Quito pour célébrer la fin de la crise    Ouverture de la première session de la 4e année législative    Al Hoceima-CGI, un démenti en toute diligence    Paul Kagame : « Le développement de l'Afrique relève de la responsabilité des Africains »    Le Maroc remporte à Abu Dhabi le Championnat arabe du muay-thaï    Fès : Trois individus arrêtés en flagrant délit de possession de plus de 2 t de chira    Vidéo. Marrakech : L'accident enregistré par une caméra de surveillance    WPC de Marrakech : La ‘‘Route de la Soie'', entre alarmistes et réalistes    Le roi félicite le Premier ministre éthiopien lauréat du Prix Nobel de la paix    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Errachidia: Trois millions de palmiers dattiers pour repeupler les oasis
Publié dans L'Economiste le 04 - 03 - 2011

D'ici 2030, les oasis marocaines devraient compter trois millions de palmiers dattiers de plus. Un challenge qu'entend relever le Maroc pour gagner le pari du développement dans ses zones oasiennes, mais aussi au grand bonheur des écologistes de toute la région méditerranéenne.
La prise de conscience du Maroc de la relation intrinsèque entre environnement et développement durable est désormais un fait avéré. Ce projet aidera grandement à la création d'un microclimat indispensable au bon développement des cultures sous-jacentes et constitue, par conséquent, le pivot de l'écosystème oasien. La préservation de l'environnement nécessite, toutefois, que cette opération de repeuplement des oasis marocaines soit accompagnée d'une augmentation des variétés génétiques des palmiers dattiers et la promotion d'une exploitation optimum de cette diversité. Pris en charge par l'Agence des zones oasiennes et de l'arganier, ce projet, lancé en 2009 par le Souverain, vise d'abord l'implantation d'un million de palmiers dattiers à l'horizon 2015, à la faveur d'un montant global de 1,25 milliard de DH. Ce qui profitera à 6.000 agriculteurs et permettra de générer 450.000 journées de travail.
Lors de cette première étape, il sera procédé à l'introduction de 750.000 vitro-plants sur 4.000 ha et la mise en place d'une pépinière de production des vitro-plants et de cinq unités de conditionnement des dattes. Des efforts qui commencent déjà à prendre forme. Mais des difficultés pratiques entravent la réalisation totale de tels objectifs, les rejets des palmiers dattiers existants devront pallier le déficit en matière de micro-plants. Beaucoup d'investisseurs entendent saisir cette occasion marquée par des subventions et des aides consistantes de la part de l'Etat, représentée par l'Office régional de mise en valeur agricole du Tafilalet (ORMVAT). Bien que diplômé en management, Abdelbar Belhassan, qui est l'un de ces jeunes qui ont cru en l'avenir de cette initiative, a investi dans ce secteur. Outre les 5.000 arbres providentiels qu'il a déjà rajoutés à sa palmeraie située à près de 15 kilomètres d'Erfoud, il compte bientôt implanter près de 7.000 autres palmiers dattiers sur une superficie de 30 ha. «Il y a certes beaucoup de travail à faire, mais il faut y croire, cette zone désertique connaîtra certainement un grand changement, avec ce programme, l'économie de la région sera boostée et la base du développement ne sera que renforcée», dit ce jeune investisseur.
Les résultats attendus de cette initiative changeront certainement la face des zones oasiennes et offriront à leurs populations une opportunité majeure pour générer des revenus supplémentaires. Outre la fixation des populations dans leurs oasis, le palmier dattier est une source durable d'un aliment de base pour les oasiens, et une matière première pour l'élaboration de produits alimentaires de grande valeur énergétique et diététique. Les palmiers dattiers sont ainsi au cœur des solutions intégrées possibles contre les maux sociaux engendrés par l'exode rural.
Commercialisation
La production de dattes doublera d'ici 2010 dans la zone de Tafilalet. Elle passera de 26.000 tonnes en moyenne, à 53.000 tonnes. Les variétés de dattiers de qualité seront hissées du nombre de 16 à 61. Il ne manquerait qu'un bon circuit de commercialisation.
Les espèces actuelles comptent certes des variétés connues à l'échelle nationale et internationale, tels le Majhoul, le Boufeggous et Nejda résistant au bayoud, mais ne représentent que 26% du patrimoine phoenicicole. La grande majorité des variétés relève du Khalt qui reste loin du circuit de la commercialisation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.