Crédit à la consommation: La machine repart, mais...    Voisinage    Elections britanniques: Et c'est parti pour le show…    Le collectif 490 «Hors la loi» obtient le prix Simone de Beauvoir    For Women in Science: Remise des prix ce lundi    Riche bilan pour la FMPS    Expo: La symphonie en bleu de Saâd Hassani    Festival du film de Marrakech: Moins de glamour et plus de cinéma    Un colloque pour débattre du rôle de la darija    Les membres de la Commission Benmoussa nommés par le Roi Mohammed VI    A Bagdad, le campement autogéré de Tahrir est devenu un "mini-Etat"    Abiy Ahmed, Premier ministre pressé de changer l'Ethiopie    Les hooligans ont gâché le spectacle à Khouribga    Divers    Le Raja assure l'essentiel face au MAT    RAM rejoint l'Alliance Oneworld en mars prochain    Robert Redford: Je ressens une grande connexion avec le Maroc
    "Scandale" en tête des nominations pour les SAG Awards
    Prison de Nador: «Le détenu décédé n'a jamais subi de mauvais traitement»    Marrakech, parmi les villes les moins coûteuses au monde    HCP: La pauvreté est l'une des principales sources de la violence conjugale au Maroc    46ème session de l'académie du royaume du Maroc : focus sur la Chine, l'Inde et le Japon    Gestion des catastrophes naturelles: La BM accorde un prêt de 275 M$ au Maroc    Complexe Mohammed VI: Faouzi Lakjaa détaille l'ambition de la FRMF    La police administrative débarque au Bd d'Anfa    Bassin du Congo: Arlette Soudan-Nonault remercie le roi Mohammed VI    JO: Paris-2024 choisit Tahiti pour les épreuves de surf    Samedi à Rabat: 5e session de son Comité central du PPS    Accord de Paris: Bon point pour le Maroc    Ligue des champions : Liverpool au rendez-vous des 8èmes, l'Ajax de Ziyach à la trappe    Revitaliser un arbre emblématique    L'Observatoire Africain pour les migrations se fait attendre    Le roi appelle à l'amélioration de la qualité de vie dans les pays musulmans    Elizabeth II ne compte pas quand il s'agit des cadeaux de Noël    Le Lesotho ne reconnaît plus la pseudo-rasd    La Fédération de rugby minée par une crise sans précédent    Le rappeur 7liwa chante à la prison d'Oukacha    En Algérie, les bureaux de vote ouvrent leurs portes    Moscou va expulser deux diplomates allemands en mesure de représailles    Ses membres, son livrable, sa méthodologie, ses priorités, son mode de fonctionnement… La commission Benmoussa en 10 questions    L'UE octroie 101,7 millions d'euros au Maroc    Le Roi Mohammed VI préside un Conseil des ministres    Complexe Mohammed VI. Visite guidée    BMCE Bank Of Africa lance « Dynamic Currency Conversion »    L'amazighité sans hypocrisie    La Chambre des représentants adopte le PLF-2020 en deuxième lecture    Conférence internationale à El Jadida sur la famille et l'éducation dans le monde arabe    One Piece Stampede, le premier film de la Toei Animation à être diffusé au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Gouvernement Valls 2 - Hollande écarte l'aile gauche du PS. Un ancien banquier à l'Economie – Fabius et Taubira maintenus

Le président François Hollande a présenté mardi un gouvernement dont sont absents les principaux représentants de l'aile gauche socialiste, consacrant la ligne économique sociale-libérale, avec comme symbole le remplacement à l'Economie du bouillant Arnaud Montebourg par un ancien banquier d'affaires, Emmanuel Macron.
Confronté à la pire crise de son mandat, le président français a opté pour un remaniement limité - douze des seize ministres sont maintenus dans leurs fonctions - mais qui voit le départ des principaux représentants de l'aile gauche socialiste, partisans d'une politique plus sociale. Fabius maintenu aux AE et Taubira à la Justice.
Très symboliquement, le portefeuille de l'Economie passe ainsi d'Arnaud Montebourg, qui a provoqué la chute du précédent cabinet par ses vives critiques contre la politique "d'austérité" de François Hollande, à un ancien banquier d'affaires, Emmanuel Macron, 36 ans tenant d'une ligne plus libérale. Michel Sapin conserve le portefeuille des Finances.
Le Premier ministre Manuel Valls, reconduit dans ses fonctions, a annoncé mardi soir sur la télévision publique France 2 qu'il allait soumettre son gouvernement à un vote de confiance à l'Assemblée "en septembre ou en octobre", se déclarant convaincu que "la majorité sera là".
"Il y a une seule ligne et les membres du gouvernement ne peuvent pas se donner en spectacle", a jugé le Premier ministre, invoquant la nécessité de "travailler dans la cohérence" et récusant l'accusation de mener une "politique d'austérité", en référence aux critiques d'Arnaud Montebourg qui ont provoqué la chute du cabinet.
Le nouveau gouvernement comprend seize ministres de plein exercice, huit hommes et huit femmes. Le remaniement est très limité puisque douze ministres conservent leurs fonctions, notamment le chef de la diplomatie Laurent Fabius, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian ou la ministre de la Justice Christiane Taubira, pourtant réputée proche des frondeurs.
Najat Vallaud-Belkacem devient la première femme à assumer le portefeuille de l'Education, remplaçant Benoît Hamon qui s'était dit solidaire d'Arnaud Montebourg.
François Hollande, en proie à une impopularité record depuis son élection en mai 2012 dans un contexte de fort chômage et de croissance en panne, avait demandé à Manuel Valls de "composer un gouvernement de clarté sur la ligne, les comportements, la composition et la majorité".
Cela avait été interprété comme un aveu de faiblesse, cinq mois seulement après la nomination de Manuel Valls à la tête d'une première équipe constituée après la déroute de la gauche aux élections municipales, mettant en lumière ce que les éditorialistes français évoquaient mardi comme une grave "crise de régime".
Fait rare, le quotidien de gauche Libération titrait comme Le Figaro, conservateur: "Crise de régime" accompagné d'une photo d'un président seul.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.