France : la configuration du nouveau gouvernement bientôt dévoilée    Covid-19 : adoption d'une batterie de mesures pour le contrôle de la situation épidémiologique dans la province de Safi    Alerte météo : forte vague de chaleur au Maroc de dimanche à mardi    Le rapatriement des Marocains de l'étranger se poursuit    La propagande algéro-polisarienne vise à perturber le développement socio-économique des provinces du Sud    Un organisme de l'ONU établit la responsabilité de l'Etat algérien dans les camps de Tindouf    Message du roi Mohammed VI au président de l'Algérie    Comment Royal Air Maroc se prépare à l'austérité    Ragaa El-Guiddawi emportée par le Coronavirus    Un organisme de l'ONU pointe la responsabilité du régime algérien dans les violations des droits de l'homme aux camps de Tindouf    Coronavirus : 310 nouveaux cas et 9.410 guérisons au total, dimanche 5 juillet à 10 H    PJD: le communiqué de la honte    Patriotisme fiscal : l'urgence d'un élan patriotique dans le domaine de l'impôt    Madagascar: essai clinique de la solution injectable Artesunate IV extraite de l'artemisia    Coronavirus : 310 nouveaux cas confirmés au Maroc, 14.132 au total    Allemagne. Les travailleuses du sexe réclament leurs clients    Le trauma colonial algérien encore vivace, le président Tebboune réclame des excuses françaises    Temps généralement stable dans le pays, ce dimanche    Marrakech: interpellation d'un individu soupçonné d'homicide volontaire avec séquestration et mutilation    ONCF: un homme se jette sur les rails entre Témara et Rabat-Agdal    Transport aérien – hécatombe mondiale : 84 milliards de dollars de pertes et 1,2 milliards de passagers en moins    Sahara marocain: des experts dénoncent la propagande algéro-polisarienne    Le Maroc attend toujours la réponse d'Amnesty international (responsable)    Accès à l'information : Le Parlement partage son fonds documentaire et ses archives avec le HCP    L'Egypte, le Soudan et l'Ethiopie reprennent les pourparlers sur un barrage contesté    Fête de l'indépendance des USA: Le Roi Mohammed VI félicite le président Trump    Ces 33 belles destinations sans visa pour les Marocains    Mohamed Amekraz, le ministre à la tête de la Caisse nationale de la sécurité sociale (CNSS), inéligible à ce poste    Danemark : La Petite Sirène de Copenhague vandalisée et accusée de racisme    La terre a tremblé dans cette province du Maroc    Industrie culturelle: Les premières mesures avant la stratégie    Achraf Hakimi débarque à l'Inter Milan    "Night Walk" : Premier long métrage marocain distribué à Hollywood    Les stars de la musique appellent à sauver la scène britannique    Tom Hanks : Je ne sais pas quand est ce que je vais pouvoir reprendre mon travail    L'ovalie nationale est plus que jamais sur la touche    L'EN de futsal se hisse au 24è rang mondial    Le Maroc demande officiellement à Amnesty International d'apporter la preuve de ses accusations    Les prix font un bond de 2,9% dans la métallurgie en mai    L'ANP et l'AFD renforcent leur partenariat pour un développement durable et compétitif des ports    Les médias palestiniens se félicitent de l'initiative du Premier secrétaire de l'USFP    Liga: le Real Madrid creuse l'écart, Messi veut claquer la porte!    Très touchée par La pandémie l'Espagne revient a La vie    Quand les footballeurs marocains font le bonheur des clubs égyptiens    «L'art pour l'espoir»: 27 regards à l'ère de la pandémie    France: Jean Castex Premier ministre à la place d'Edouard Philippe    « Folle de lui » de TiiwTiiw & LACRIM enflamme la toile    Ali Essafi et Tala Hadid rejoignent l'Académie des Oscars    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Gouvernement Valls 2 - Hollande écarte l'aile gauche du PS. Un ancien banquier à l'Economie – Fabius et Taubira maintenus

Le président François Hollande a présenté mardi un gouvernement dont sont absents les principaux représentants de l'aile gauche socialiste, consacrant la ligne économique sociale-libérale, avec comme symbole le remplacement à l'Economie du bouillant Arnaud Montebourg par un ancien banquier d'affaires, Emmanuel Macron.
Confronté à la pire crise de son mandat, le président français a opté pour un remaniement limité - douze des seize ministres sont maintenus dans leurs fonctions - mais qui voit le départ des principaux représentants de l'aile gauche socialiste, partisans d'une politique plus sociale. Fabius maintenu aux AE et Taubira à la Justice.
Très symboliquement, le portefeuille de l'Economie passe ainsi d'Arnaud Montebourg, qui a provoqué la chute du précédent cabinet par ses vives critiques contre la politique "d'austérité" de François Hollande, à un ancien banquier d'affaires, Emmanuel Macron, 36 ans tenant d'une ligne plus libérale. Michel Sapin conserve le portefeuille des Finances.
Le Premier ministre Manuel Valls, reconduit dans ses fonctions, a annoncé mardi soir sur la télévision publique France 2 qu'il allait soumettre son gouvernement à un vote de confiance à l'Assemblée "en septembre ou en octobre", se déclarant convaincu que "la majorité sera là".
"Il y a une seule ligne et les membres du gouvernement ne peuvent pas se donner en spectacle", a jugé le Premier ministre, invoquant la nécessité de "travailler dans la cohérence" et récusant l'accusation de mener une "politique d'austérité", en référence aux critiques d'Arnaud Montebourg qui ont provoqué la chute du cabinet.
Le nouveau gouvernement comprend seize ministres de plein exercice, huit hommes et huit femmes. Le remaniement est très limité puisque douze ministres conservent leurs fonctions, notamment le chef de la diplomatie Laurent Fabius, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian ou la ministre de la Justice Christiane Taubira, pourtant réputée proche des frondeurs.
Najat Vallaud-Belkacem devient la première femme à assumer le portefeuille de l'Education, remplaçant Benoît Hamon qui s'était dit solidaire d'Arnaud Montebourg.
François Hollande, en proie à une impopularité record depuis son élection en mai 2012 dans un contexte de fort chômage et de croissance en panne, avait demandé à Manuel Valls de "composer un gouvernement de clarté sur la ligne, les comportements, la composition et la majorité".
Cela avait été interprété comme un aveu de faiblesse, cinq mois seulement après la nomination de Manuel Valls à la tête d'une première équipe constituée après la déroute de la gauche aux élections municipales, mettant en lumière ce que les éditorialistes français évoquaient mardi comme une grave "crise de régime".
Fait rare, le quotidien de gauche Libération titrait comme Le Figaro, conservateur: "Crise de régime" accompagné d'une photo d'un président seul.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.