Kénitra: des motards utilisent leurs armes de service pour arrêter un récidiviste    Création d'un centre d'accueil pour les MRE à Tanger    Installation des agents d'autorité nouvellement nommés    Tanger : Un centre d'accueil pour la diaspora marocaine    Remaniement: Divisions de la majorité et compétences rares    Le Japon affiche de nouvelles ambitions africaines    Fête de la Jeunesse: Fini les cérémonies officielles…    Un Conseil de gouvernement jeudi prochain    Insolite : Mystérieux bienfaiteur    La Bourse de Casablanca clôture juillet en bonne mine    Le taux moyen de remplissage des barrages avoisine les 57% au niveau de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima    Création d'entreprises : 50.135 nouvelles entités au premier semestre    Grève de 48 heures des médecins du secteur public    Equipements télécoms : Le processus d'agrément dématérialisé    Télédéclarations: la CNSS s'associe aux banques participatives    Exploration pétrolière: Jeu de chaises musicales sur le permis Anoual    En Libye, la peur de finir à la rue après avoir fui les combats    Réfugiés: Le ras-le-bol des pays voisins de la Syrie, après 8 ans de guerre    Le commerce mondial des marchandises pique du nez au troisième trimestre    Commerce: Trump vante la perspective d'un accord « fantastique » avec Londres après le Brexit    Gibraltar autorise le pétrolier iranien à partir malgré la tentative américaine de blocage    Hong Kong, passerelle entre Pékin et le monde, malgré l'essor économique chinois    Les utilisateurs d'Instagram pourront bientôt signaler les « Fake News »    Taux négatifs    Coupe arabe Mohammed VI des clubs champions : L'IRT décidé à franchir le tour préliminaire    Fouzi Lekjaa Objectif : Qualifier l'EN au Mondial et au dernier carré de la CAN    Coupe du Trône : Tirage au sort fatal pour au moins sept clubs de la D1    Championnat de Portugal : Adel Taarabt renoue avec Benfica jusqu'en 2022    Kitesurf : Dakhla à l'heure de la 5ème édition de «Dakhla Downwind Challenge»    Athlétisme : Des records du monde en danger    Neymar convoqué pour les prochains matches amicaux du Brésil    Vahid Halilhodzic prend officiellement les commandes de la sélection nationale    De nouveaux ambassadeurs du Qatar et de la Finlande à Rabat    Myrtilles : Cet aliment miracle réduit le risque d'Alzheimer et d'infarctus    Augmentation du nombre de bénéficiaires de l'Entraide nationale    Divers    Fès: L'UEMF s'allie à l'Ecole polytechnique    La Marine Royale saisit 4 tonnes de chira au large d'Assilah    Vol de médicaments de l'hôpital multidisciplinaire d'Azrou : Un récidiviste interpellé    Tanger : Deux arrestations dans une affaire de coups et blessures ayant entraîné la mort d'une personne    Réhabilitation du cimetière juif d'El Jadida    Le film culte "Apocalypse Now" ressort dans une nouvelle version    Depuis sa cellule, MHD rend un hommage déchirant à Dj Arafat    Une MasterClass pour former les musiciens en herbe    Casablanca: Où sont les autorités et la Cour des comptes?    «Le festival Bab Souss» du 23 au 25 août    Pour présenter ses vœux de l'Aïd Al Adha : Karima Skalli lance «Alhawa rachiki»    Fast and furious : Hobbs et Shaw assurent l'intérim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Brexit: Theresa May joue sa dernière carte
Publié dans L'Economiste le 25 - 03 - 2019

Réunis jeudi 21 mars 2019 à Bruxelles, les dirigeants européens ont averti le Royaume-Uni qu'un nouveau rejet de l'accord de Brexit par les députés britanniques déboucherait sur un divorce chaotique.
A son arrivée au sommet qui se tient jusqu'à ce vendredi 22 mars, le président français Emmanuel Macron a affirmé qu'en «cas de vote négatif britannique, nous irions vers un no deal». Le président du Conseil européen Donald Tusk a lui conditionné le report du Brexit réclamé par la Première ministre Theresa May à l'adoption de l'accord qu'elle veut soumettre pour la troisième fois aux élus britanniques aussi vite que possible.
La dirigeante conservatrice veut obtenir de ses homologues européens un report de trois mois, jusqu'au 30 juin, de la date du divorce, censé avoir lieu le 29 mars. La Commission européenne a prévenu qu'un tel report «entraînerait de graves risques juridiques et politiques pour l'UE. Car le Royaume-Uni serait tenu d'organiser le scrutin européen même s'il se retire ensuite avant la session inaugurale du Parlement, début juillet».
S'il ne le faisait pas, il mettrait en péril la légalité du nouveau Parlement avec le risque d'une paralysie durable du fonctionnement de l'UE, a mis en garde l'exécutif européen. Les députés britanniques ont déjà rejeté massivement à deux reprises le Traité de retrait de l'UE, mais May n'a pas perdu l'espoir de les voir changer d'avis.
Jeremy Corbyn, le chef du Labour, principal parti d'opposition britannique, est également à Bruxelles où il a rencontré le négociateur en chef de l'UE sur le Brexit, Michel Barnier. Il a évoqué un nouveau vote tout en excluant de se ranger derrière l'accord de May.
En cas d'échec du troisième vote, le «no deal» apparaît comme l'issue par défaut, ont mis en garde les Européens, synonyme de chaos économique potentiel. Le patronat et les syndicats britanniques ont «supplié» la Première ministre de changer d'approche face à ce qu'ils estiment être une situation d'urgence nationale.
Si le Parlement britannique rejetait à nouveau ce texte, l'UE serait-elle toujours prête à accorder un report du Brexit, forcément plus long? «Seulement s'il y a un changement politique majeur au Royaume-Uni, comme de nouvelles élections ou un nouveau référendum», a prévenu un diplomate.
«Si la semaine prochaine il n'y a pas de vote ou pas de vote positif au Parlement britannique, dans ce cas, il faudra voir s'il faut une nouvelle rencontre du Conseil européen avant le 29 mars», a indiqué la chancelière allemande Angela Merkel devant le Bundestag.
La richesse britannique va fondre!
En cas de Brexit sans accord, la richesse produite du Royaume-Uni serait amputée de 57,3 milliards d'euros par an, soit presque 900 euros par habitant, et celle de l'Union européenne de 40,4 milliards, révèle une étude de l'institut Bertelsmann. Outre le Royaume-Uni, l'Allemagne (9,5 milliards d'euros) et la France (7,73) devraient compléter le podium des pays les plus touchés par le Brexit. Aucun pays de l'UE n'échappe à un effet négatif, Malte (-31 millions d'euros) et Chypre (-42 millions d'euros) étant ceux qui négocieront le mieux le départ du Royaume-Uni. Les Irlandais pourraient ainsi perdre jusqu'à 720 euros par habitant dans le pire des cas…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.