Loi-cadre sur l'enseignement: La CDT prépare ses conseillers    Parlement: Le PAM remplace son chef de groupe    Constitution: Référendum en Egypte    VIDEO-FAR vs Berkane : Le Hooliganisme fait encore des dégâts    Agriculture durable: CAM s'aligne sur les objectifs de la FAO    Langues = avenir    Cinéma: «Les 3M, une histoire inachevée» Une ode à l'amitié au-delà de la religion    CAN 2019. 56 arbitres en stage de préparation à partir du 28 avril à Rabat    Le roi Mohammed VI donne ses instructions au ministre de l'Intérieur    S.M le Roi offre un dîner en l'honneur des invités et participants au SIAM    L'AMEE sensibilise sur le rôle du pompage solaire    Partenariat en faveur de l'écosystème de la cédraie du Moyen Atlas    Rabat hausse le ton : Le Maroc rejette certaines idées et projets improductifs véhiculés au sujet de la question du Sahara    L'expertise suisse au service des montagnes marocaines    Journée culturelle marocaine en Bulgarie    Bouillon de culture    Remise du Grand prix national de la presse agricole et rurale    #Live, l'offre de la Banque Populaire dédiée aux 18-25 ans    Le Rap à l'honneur à la 18ème édition de Mawazine    Agro It Days 2019. L'agriculture prépare sa transformation digitale    Mohamad Salah veut "plus de respect" pour les femmes dans le monde musulman    La terre a tremblé à Taroudant    Vidéo. Le pape lave et embrasse les pieds de douze détenus    Réunion du Bureau politique du PPS    SIAM 2019 : Les détails des rencontres bilatérales entre le Maroc et les pays africains    25ème journée de la Botola Maroc Telecom : Avec le derby Wydad-Raja, la course au titre se précise    Marathon international de Rabat : Les migrants sur la ligne de départ    Le rapport Mueller n'apporte « aucune preuve » d'ingérence russe, selon le Kremlin    Khalid Naciri invité mardi prochain du Forum de la MAP    22ème Prix Charjah pour la création arabe : Trois Marocains primés au Caire    «La filière bio est créatrice d'emplois par excellence»    Mahjoub Raji: une autre voix s'est éteinte…    Algérie: «Le peuple veut qu'ils partent tous!»    Le Marrakech Mining Convention se tiendra chaque année    Grève des étudiants en médecine. Le spectre d'une année blanche s'éloigne    Le Maroc aux commandes du réseau MENA de Biosécurité    Oujda : Arrestation d'un Algérien réclamé par les autorités judiciaires de son pays    Nador : La Fondation BMCE Bank inaugure des unités de préscolaire au sein d'écoles publiques    Mohamed Benabdelkader : La communication contribue au renforcement de la participation à la vie publique    Pôle Nature et vie un voyage en terre connue    Liga : La semaine du titre pour le Barça    Championnats juniors de golf    Communication publique : Le dilemme de la fonction et l'identification de ses rôles    Jiří Oberfalzer : L'Initiative d'autonomie représente une solution durable au Sahara    L'ONU en quête d'unité pour réclamer un cessez-le-feu en Libye    Contribution du Maroc à l'aménagement de la mosquée Al Aqsa et de son environnement    Le Maroc à Abou Dhabi : Ouverture de la 4ème édition dans la capitale émiratie    Tottenham élimine City dans un match d'anthologie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Brexit: Theresa May joue sa dernière carte
Publié dans L'Economiste le 25 - 03 - 2019

Réunis jeudi 21 mars 2019 à Bruxelles, les dirigeants européens ont averti le Royaume-Uni qu'un nouveau rejet de l'accord de Brexit par les députés britanniques déboucherait sur un divorce chaotique.
A son arrivée au sommet qui se tient jusqu'à ce vendredi 22 mars, le président français Emmanuel Macron a affirmé qu'en «cas de vote négatif britannique, nous irions vers un no deal». Le président du Conseil européen Donald Tusk a lui conditionné le report du Brexit réclamé par la Première ministre Theresa May à l'adoption de l'accord qu'elle veut soumettre pour la troisième fois aux élus britanniques aussi vite que possible.
La dirigeante conservatrice veut obtenir de ses homologues européens un report de trois mois, jusqu'au 30 juin, de la date du divorce, censé avoir lieu le 29 mars. La Commission européenne a prévenu qu'un tel report «entraînerait de graves risques juridiques et politiques pour l'UE. Car le Royaume-Uni serait tenu d'organiser le scrutin européen même s'il se retire ensuite avant la session inaugurale du Parlement, début juillet».
S'il ne le faisait pas, il mettrait en péril la légalité du nouveau Parlement avec le risque d'une paralysie durable du fonctionnement de l'UE, a mis en garde l'exécutif européen. Les députés britanniques ont déjà rejeté massivement à deux reprises le Traité de retrait de l'UE, mais May n'a pas perdu l'espoir de les voir changer d'avis.
Jeremy Corbyn, le chef du Labour, principal parti d'opposition britannique, est également à Bruxelles où il a rencontré le négociateur en chef de l'UE sur le Brexit, Michel Barnier. Il a évoqué un nouveau vote tout en excluant de se ranger derrière l'accord de May.
En cas d'échec du troisième vote, le «no deal» apparaît comme l'issue par défaut, ont mis en garde les Européens, synonyme de chaos économique potentiel. Le patronat et les syndicats britanniques ont «supplié» la Première ministre de changer d'approche face à ce qu'ils estiment être une situation d'urgence nationale.
Si le Parlement britannique rejetait à nouveau ce texte, l'UE serait-elle toujours prête à accorder un report du Brexit, forcément plus long? «Seulement s'il y a un changement politique majeur au Royaume-Uni, comme de nouvelles élections ou un nouveau référendum», a prévenu un diplomate.
«Si la semaine prochaine il n'y a pas de vote ou pas de vote positif au Parlement britannique, dans ce cas, il faudra voir s'il faut une nouvelle rencontre du Conseil européen avant le 29 mars», a indiqué la chancelière allemande Angela Merkel devant le Bundestag.
La richesse britannique va fondre!
En cas de Brexit sans accord, la richesse produite du Royaume-Uni serait amputée de 57,3 milliards d'euros par an, soit presque 900 euros par habitant, et celle de l'Union européenne de 40,4 milliards, révèle une étude de l'institut Bertelsmann. Outre le Royaume-Uni, l'Allemagne (9,5 milliards d'euros) et la France (7,73) devraient compléter le podium des pays les plus touchés par le Brexit. Aucun pays de l'UE n'échappe à un effet négatif, Malte (-31 millions d'euros) et Chypre (-42 millions d'euros) étant ceux qui négocieront le mieux le départ du Royaume-Uni. Les Irlandais pourraient ainsi perdre jusqu'à 720 euros par habitant dans le pire des cas…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.