Répit pour Huawei en plein flou sur les négociations commerciales avec Pékin    Marocains résidant à l'étranger : Cartographie des Marocains d'Europe    La justice algérienne expulse Ahmed Reda Benchemsi    Point de vue : Faites la Jeunesse avant qu'elle ne soit vieillesse…    Industrie pharmaceutique: Doukkali benchmarque l'expérience chinoise    Le village de la 12e édition des Jeux africains ouvre ses portes à Rabat    Jeux africains 2019 : Plus de 6.000 athlètes présents au Maroc    Karim Alami perd tragiquement son fils    Philippe Coutinho s'engage avec le Bayern Munich    Le Festival Atlas Electronic sensibilise à la mobilité des artistes    Managem annonce un chiffre d'affaires en baisse    El Andaloussi quitte Safran Electronics & Defense Morocco    Télécoms: L'ANRT dématérialise les agréments    Développement durable: La Commission nationale bientôt opérationnelle    L'expertise marocaine brille lors d'une formation internationale sur le sauvetage sportif en Centrafrique    Aïd Al Adha 1440 : Bon déroulement de l'opération d'abattage    Moussaoui Ajlaoui : Créer un nouvel Etat en Afrique du Nord serait suicidaire pour la région. La position de Washington va dans ce sens    La prise de conscience!    Macron reçoit Poutine avant le sommet du G7    Macron recevra jeudi Boris Johnson puis Kyriakos Mitsotakis    L'administration américaine s'oppose à la création d'une entité fantoche    La France se prépare à accueillir le G7    Des enfants maqdessis visitent des sites touristiques à Casablanca    Syrie: les forces gouvernementales entrent dans la ville de Khan Cheikhoun    Doukkal s'entretient avec son homologue chinois sur la coopération dans le domaine de la santé    Le fauteuil    Le Royaume prend très au sérieux l'avenir et le présent de ses jeunes : Pour un Maroc fait par et pour sa jeunesse    Service militaire : La sélection démarre cette semaine    La liste élargie de Hallilodzic    Jeux Africains : Le Maroc gagne par forfait l'Afrique du Sud    Démarrage de la nouvelle saison    Vidéo. Ce que pensent les Casablancais de la nomination d'Halilhodzic    L'incendie qui ravage Grande Canarie hors de contrôle, nouvelles évacuations    Visite de travail à Copenhague du président du Conseil exécutif de l'UNICEF, Omar Hilale    Facebook, Google, Apple... : Attention, les Gafam vous pistent!    Un incendie ravage une forêt de pins sur les hauteurs de Béni Mellal    Les usagers d'Instagram pourront désormais dénoncer la désinformation    Un centre d'accueil pour les MRE à Tanger    Sept personnes arrêtées à Fès : Saisie de plus de 7.000 comprimés psychotropes    Météo: les prévisions de ce lundi    La Bourse de Casablanca réalise une bonne performance hebdomadaire    L'œuvre d'Oum Kaltoum ouvre le bal de la Biennale de Rabat    Les tambourinaires amazighs du Moyen- Atlas    Azelarabe Alaoui préside le jury du Festival Cèdre du court métrage    Nouvelle édition du Festival "Voix de femmes" à Tétouan    The Mask : Un reboot au féminin en préparation    La Star Afrofunk Bantunani à Casablanca    11è édition des Voix de Femmes à Tétouan du 19 au 24 août    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sukuk. Encore du chemin à faire
Publié dans Les ECO le 20 - 03 - 2019

Autorités, financiers et industriels étaient en conclave à Casablanca pour la première édition de la Sukuk Africa Conference, destinée à devenir un rendez-vous incontournable de l'industrie sur le continent. Les intervenants ont eu l'occasion de pointer du doigt les différents chantiers à accélérer pour parfaire l'écosytème de la finance participative.
Ce sont plus de 150 participants issus de plusieurs pays africains qui ont pu assister à la 1ère édition de la Sukuk Africa Conference, destinée à devenir un rendez-vous incontournable des Sukuk pour les émetteurs, les investisseurs et les régulateurs du secteur financier. Les différents intervenants ont eu l'occasion d'échanger quant au développement et l'essor de ce secteur. Au Maroc, le grand public commence à peine à se familiariser avec cette «nouvelle» industrie grâce à l'émergence des banques participatives. Plus d'un an après leurs installations, elles rencontrent un succès fulgurant auprès de la clientèle. Ce sont près de 4,7 MMDH de financements qui ont été octroyés par les banques participatives depuis leur démarrage, selon les dernières statistiques monétaires de Bank Al-Maghrib. L'encours des dépôts a, quant à lui, terminé l'année sur 1,1 MMDH. Les banques participatives se sont ainsi retrouvées dans un contexte inattendu où les emplois ont largement dépassé les ressources. Ce qui remet sur la table la question du refinancement. Pour le coup, les Sukuk représentent ainsi un maillon crucial de l'écosystème de la finance participative, sans lequel le système est fragile. Une première émission souveraine a été effectuée fi n 2018. Très attendue par le marché vu la qualité du risque, le rendement associé et le traitement qui y est réservé -similaire à celui des Bons du Trésor-, l'opération a suscité l'intérêt de nombreux investisseurs. Malgré leur manque en liquidités, les banques participatives y ont répondu massivement. Si certains évoquent le timing tardif de cette émission, d'autres y trouvent l'occasion d'accélérer la cadence dans la mise en place des autres éléments renforçant l'industrie.
D'ailleurs, pour El Hadi Chaïbaïnou,le directeur général du Groupement professionnel des banques du Maroc (GPBM), «il est nécessaire d'accélérer le parachèvement de l'écosystème de la finance participative». Toutes les parties prenantes sont appelées à accélérer le pas, que ce soit au niveau des autorités financières, légales ou fiscales. La Bourse de Casablanca, -qui travaille depuis quelques années sur la mise en place d'un Sharia Index- est également invitée à anticiper les transformations du marché à travers la création et l'innovation.
Pourtant pour l'AMMC et le ministère des Finances, l'émission a été réalisée en un temps record. Les travaux avaient démarré, selon les autorités, depuis 2017 pour que l'émission se passe dans les meilleurs conditions possibles. A noter que la loi sur la titrisation avait considéré depuis 2013 la possibilité d'émission des certificats de Sukuk et la LF 2013 avait également prévu une certaine neutralité fiscale pour les structures Ijara. Or, la plupart des textes nécessitaient des circuits d'adoption spécifiques et il était nécessaire de stabiliser. Du coup, c'est toute l'infrastructure réglementaire qu'il fallait revisiter pour garantir la réussite de cette émission ainsi que celles à venir. En effet, les banques participatives les banques se préparent déjà au lancement de leurs propres Sukuk. «Si la structure Ijara est maintenant bien établie, il faut désormais s'attaquer autres types de certificats de Sukuk prévus par la loi sur la titrisation et qui attendent la validation du CSO»., souligne Youssef Baghdadi, président du Directoire Bank Assafa. Pour lui comme pour les autres banquiers de la place, ce sont les Certifi cats de Sukuk Wakala, Moudharaba et Moucharaka qui représentent une priorité pour leur développement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.