Vidéo – But spectaculaire de Boufal face à Yassine Bounou    Casablanca : La réouverture du Complexe Sportif Mohammed V annoncée pour fin mai    Examen des moyens de coopération agricole entre le Maroc et la RDC    Le ministère de la Santé organise la Semaine nationale de vaccination    L'artiste-peintre Abdellah El Haitout expose à Tanger    Les Instances représentatives des communautés israélites marocaines réanimées    ONCF: 2 millions de voyageurs durant les dernières vacances scolaires    SIGPA souligne l'importance de l'agriculture au sein de sa stratégie commerciale    Réouverture du Complexe Sportif Mohammed V    Siam 2019 : Soufiane Alaoui, DG de Soulara    Parlement: Le PAM remplace son chef de groupe    Loi-cadre sur l'enseignement: La CDT prépare ses conseillers    Agriculture durable: CAM s'aligne sur les objectifs de la FAO    Constitution: Référendum en Egypte    Langues = avenir    Cinéma: «Les 3M, une histoire inachevée» Une ode à l'amitié au-delà de la religion    CAN 2019. 56 arbitres en stage de préparation à partir du 28 avril à Rabat    Le roi Mohammed VI donne ses instructions au ministre de l'Intérieur    Rabat hausse le ton : Le Maroc rejette certaines idées et projets improductifs véhiculés au sujet de la question du Sahara    Partenariat en faveur de l'écosystème de la cédraie du Moyen Atlas    L'expertise suisse au service des montagnes marocaines    S.M le Roi offre un dîner en l'honneur des invités et participants au SIAM    L'AMEE sensibilise sur le rôle du pompage solaire    Journée culturelle marocaine en Bulgarie    Bouillon de culture    Remise du Grand prix national de la presse agricole et rurale    Mohamad Salah veut "plus de respect" pour les femmes dans le monde musulman    Vidéo. Le pape lave et embrasse les pieds de douze détenus    La terre a tremblé à Taroudant    Le rapport Mueller n'apporte « aucune preuve » d'ingérence russe, selon le Kremlin    25ème journée de la Botola Maroc Telecom : Avec le derby Wydad-Raja, la course au titre se précise    Marathon international de Rabat : Les migrants sur la ligne de départ    22ème Prix Charjah pour la création arabe : Trois Marocains primés au Caire    Mahjoub Raji: une autre voix s'est éteinte…    Le Maroc aux commandes du réseau MENA de Biosécurité    Algérie: «Le peuple veut qu'ils partent tous!»    Grève des étudiants en médecine. Le spectre d'une année blanche s'éloigne    Oujda : Arrestation d'un Algérien réclamé par les autorités judiciaires de son pays    Mohamed Benabdelkader : La communication contribue au renforcement de la participation à la vie publique    Pôle Nature et vie un voyage en terre connue    Liga : La semaine du titre pour le Barça    Championnats juniors de golf    Communication publique : Le dilemme de la fonction et l'identification de ses rôles    Jiří Oberfalzer : L'Initiative d'autonomie représente une solution durable au Sahara    L'ONU en quête d'unité pour réclamer un cessez-le-feu en Libye    Contribution du Maroc à l'aménagement de la mosquée Al Aqsa et de son environnement    Le Maroc à Abou Dhabi : Ouverture de la 4ème édition dans la capitale émiratie    Tottenham élimine City dans un match d'anthologie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sukuk. Encore du chemin à faire
Publié dans Les ECO le 20 - 03 - 2019

Autorités, financiers et industriels étaient en conclave à Casablanca pour la première édition de la Sukuk Africa Conference, destinée à devenir un rendez-vous incontournable de l'industrie sur le continent. Les intervenants ont eu l'occasion de pointer du doigt les différents chantiers à accélérer pour parfaire l'écosytème de la finance participative.
Ce sont plus de 150 participants issus de plusieurs pays africains qui ont pu assister à la 1ère édition de la Sukuk Africa Conference, destinée à devenir un rendez-vous incontournable des Sukuk pour les émetteurs, les investisseurs et les régulateurs du secteur financier. Les différents intervenants ont eu l'occasion d'échanger quant au développement et l'essor de ce secteur. Au Maroc, le grand public commence à peine à se familiariser avec cette «nouvelle» industrie grâce à l'émergence des banques participatives. Plus d'un an après leurs installations, elles rencontrent un succès fulgurant auprès de la clientèle. Ce sont près de 4,7 MMDH de financements qui ont été octroyés par les banques participatives depuis leur démarrage, selon les dernières statistiques monétaires de Bank Al-Maghrib. L'encours des dépôts a, quant à lui, terminé l'année sur 1,1 MMDH. Les banques participatives se sont ainsi retrouvées dans un contexte inattendu où les emplois ont largement dépassé les ressources. Ce qui remet sur la table la question du refinancement. Pour le coup, les Sukuk représentent ainsi un maillon crucial de l'écosystème de la finance participative, sans lequel le système est fragile. Une première émission souveraine a été effectuée fi n 2018. Très attendue par le marché vu la qualité du risque, le rendement associé et le traitement qui y est réservé -similaire à celui des Bons du Trésor-, l'opération a suscité l'intérêt de nombreux investisseurs. Malgré leur manque en liquidités, les banques participatives y ont répondu massivement. Si certains évoquent le timing tardif de cette émission, d'autres y trouvent l'occasion d'accélérer la cadence dans la mise en place des autres éléments renforçant l'industrie.
D'ailleurs, pour El Hadi Chaïbaïnou,le directeur général du Groupement professionnel des banques du Maroc (GPBM), «il est nécessaire d'accélérer le parachèvement de l'écosystème de la finance participative». Toutes les parties prenantes sont appelées à accélérer le pas, que ce soit au niveau des autorités financières, légales ou fiscales. La Bourse de Casablanca, -qui travaille depuis quelques années sur la mise en place d'un Sharia Index- est également invitée à anticiper les transformations du marché à travers la création et l'innovation.
Pourtant pour l'AMMC et le ministère des Finances, l'émission a été réalisée en un temps record. Les travaux avaient démarré, selon les autorités, depuis 2017 pour que l'émission se passe dans les meilleurs conditions possibles. A noter que la loi sur la titrisation avait considéré depuis 2013 la possibilité d'émission des certificats de Sukuk et la LF 2013 avait également prévu une certaine neutralité fiscale pour les structures Ijara. Or, la plupart des textes nécessitaient des circuits d'adoption spécifiques et il était nécessaire de stabiliser. Du coup, c'est toute l'infrastructure réglementaire qu'il fallait revisiter pour garantir la réussite de cette émission ainsi que celles à venir. En effet, les banques participatives les banques se préparent déjà au lancement de leurs propres Sukuk. «Si la structure Ijara est maintenant bien établie, il faut désormais s'attaquer autres types de certificats de Sukuk prévus par la loi sur la titrisation et qui attendent la validation du CSO»., souligne Youssef Baghdadi, président du Directoire Bank Assafa. Pour lui comme pour les autres banquiers de la place, ce sont les Certifi cats de Sukuk Wakala, Moudharaba et Moucharaka qui représentent une priorité pour leur développement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.