Maroc : Les travaux de réalisation de l'usine de fabrication de vaccins anti Covid-19 lancés par le roi    Réouverture des frontières: une décision sera prise « dans les deux prochains jours » (Baitas)    Le PDG de Recipharm commente le lancement des travaux de l'usine de vaccins à Benslimane    Benslimane: Le Roi préside le lancement des travaux de réalisation d'une usine de fabrication de vaccins anti Covid-19    CAN 2021 : Reprise pour Fayçal Fajr et Nayef Aguerd, d'autres joueurs absents    CAN: Yassine Bounou s'exprime avant Maroc-Egypte (VIDEO)    Italie : Abdelhamid Sabiri aurait trouvé un accord avec un club de Seria A    Paxlovid: la pilule anti-Covid de Pfizer approuvée par l'EU    Casablanca : La galerie d'art ''L'atelier 21'' accueille Saïd Afifi    Justin Trudeau, cas contact testé négatif, à l'isolement pour 5 jours    Le CESE lance sa plateforme participative « Ouchariko »    Lois sur la concurrence : une mesurette en attendant la grande réforme    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 27 Janvier 2022 à 16H00    Wall Street ouvre en hausse, portée par de bons indicateurs et des résultats d'entreprises    L'artiste Abdellatif Hilal n'est plus    CAN: Derraji félicite les Marocains (PHOTO)    Burkina-Faso: Les militaires arrêtent le président    L'essentiel est de gagner et de passer au prochain tour    Mise en exergue de l'importance du projet de loi relatif aux droits d'auteur et droits voisins    BERD : le financement vert domine les investissements réalisés au Maroc en 2021    Alerte au phishing, une campagne use de documents powerpoint malveillants    Approbation d'une série de projets de développement social et humain pour un million de dollars    Alerte météo : fortes pluies attendues jeudi et vendredi dans plusieurs provinces    L'ONU salue le leadership du Maroc    La Guinée équatoriale et l'Egypte complètent le tableau des quarts de finale    USFP : Abdelkrim Benatiq retire sa candidature au poste de Premier secrétaire    Investigation : "Pegasus, les dessous d'une affaire" (Replay)    Maroc: Rebond « exceptionnel » de l'économie en 2021    Marrakech: le wali règlemente l'usage de l'eau courante et de la nappe phréatique    L'alliance Nissan-Renault-Mitsubishi va dépenser 23 milliards d'euros pour promouvoir les véhicules électriques    Covid-19: Certains médicaments seraient inefficaces contre Omicron    Les Etats-Unis fournissent près de 1,6 million de doses Pfizer au Maroc    Températures prévues pour le vendredi 28 janvier 2022    « Pas positif »: froideur russe après la réaction américaine à ses exigences    CAN 2021 / Ghana : Milovan Rajevac officiellement limogé    Pegasus: Le tribunal de Paris va-t-il ouvrir le dossier ?    France : La Fondation Tayeb Saddiki représentante du Maroc à Versailles pour les 400 ans de Molière    Délais de paiement : ce qui va changer avec la nouvelle loi    Les positions constantes du Maroc envers la cause palestinienne réitérées devant l'UA    Justice : L'Amazighe acte son entrée dans le système judiciaire    Il permet au public de découvrir la richesse historique et culturelle de la ville    Mehdi Fath publie «Tu avais raison ...» en juin prochain    Etchika Choureau, grand amour interdit de Hassan II, décède à l'âge de 92 ans    Conseil de gouvernement : l'état d'urgence sanitaire sera-t-il prolongé ?    Année judiciaire : 4.611.236 affaires enregistrées au titre de l'année 2021    BCIJ : Deux Daechiens interpellés à Al Haouz    Foot: un entraîneur allemand falsifie son certificat de vaccination    OMC : La Chine autorisée à imposer des sanctions tarifaires aux Etats Unis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Programme Intelaka. La formation des candidats à ne pas négliger
Publié dans Les ECO le 15 - 02 - 2020

Si le programme intégré d'appui et de financement des jeunes entrepreneurs semble bien parti, tout n'est pas encore gagné. Quelle que soit l'importance du volume des crédits, le financement tout seul ne suffira pas pour garantir la réussite du programme.
Grâce aux directives royales, désormais, en moins de trois semaines, les jeunes Marocains porteurs de projets ont la possibilité de trouver un financement pour lancer leur business.
Les conventions entre les banques et la Caisse centrale de garantie pour la mise en œuvre et l'opérationnalisation des premiers produits du programme intégré d'appui et de financement des entreprises, objet de la volonté royale, ont été signées le 3 février à Rabat. Bank Al-Maghrib (BAM), marraine de cette initiative, a annoncé récemment les modalités relatives au refinancement des crédits accordés par les banques dans le cadre du même programme.
Dans une circulaire publiée mardi 11 février 2020, la Banque centrale faisait savoir qu'elle a mis en place sur une période de 3 ans une ligne de refinancement des crédits. Ce financement, souligne-t-elle, bénéfice de la garantie du Fonds d'appui au financement de l'entrepreneuriat géré par la CCG. Il s'agit des garanties d'Intelak pour les crédits aux entrepreneurs individuels et aux TPE en zone urbaine, Intelak Al Mousstatmir Al Qaraoui pour les crédits aux entrepreneurs individuels et aux TPE en zone rurale et Tayssir et Istitmar pour les PME exportatrices.
Dans l'article 5 de ladite lettre circulaire, Bank Al-Maghrib informe que ce refinancement est alloué trimestriellement pour une durée d'un an et avec un taux de 1,25%, selon le calendrier fixé.
BAM a également donné des détails concernant l'état des encours des crédits éligibles à ce programme, les conditions de remboursements anticipés, d'impayés ou d'ouverture d'une procédure de redressement ou de liquidation judiciaire, entre autres.
Sur la bonne voie
Au rythme où le programme royal suit son cours d'exécution, il ne devrait souffrir d'aucune anomalie. Une nouvelle rassurante pour les auto-entrepreneurs, les micro-entrepreneurs, dont plusieurs étaient souvent bannis dans les établissements bancaires, se réjouit l'économiste Adil Roqai qui salue dans la même foulée la pertinence dudit programme.
Un taux de financement faible pour un jeune entrepreneur est un moyen efficace pour palier à certains besoins relatifs notamment aux fonds de roulement et de développer des investissements de manière plus pérenne, souligne l'économiste. Seulement voilà, quelle que soit l'importance du volume des crédits, le financement tout seul ne suffira pas pour garantir la réussite du programme.
Cette alerte émane d'un docteur en entrepreneuriat pour qui l'initiative royale est très louable mais il appartient maintenant aux acteurs politiques et économiques de mettre en œuvre les volontés du souverain en concentrant leurs efforts sur les «entrepreneurs» et pas seulement sur les «projets». «De mon point de vue, pour réussir l'entrepreneuriat au Maroc, une attention particulière doit être accordée au sujet et à l'acteur du phénomène de l'entrepreneuriat. ll s'agit de «l'entrepreneur».
En effet, la création d'entreprise est le résultat de son action», explique Khalid Karbouai. En fait, poursuit-il, l'accompagné a besoin de mieux se connaître c'est-à-dire connaître ses points forts et ses points faibles pour mieux mûrir son projet.
Plus regardant sur le profil des candidats à l'entrepreneuriat
À cet effet, les programmes de formation proposés doivent tenir compte des spécificités des individus (caractéristiques et comportements), de leur parcours professionnel et de la réalité du contexte dans lequel ils souhaitent créer.
Par ailleurs, selon le même spécialiste du développement personnel et professionnel, le développement de l'esprit entrepreneurial chez les chefs d'entreprise est aussi être un enjeu de taille. Une partie du financement accordé doit servir à former ces dirigeants sur les bonnes pratiques managériales car pour réussir dans son acte d'entreprendre, le créateur devrait bénéficier d'un accompagnent lui permettant d'identifier son profil d'entrepreneur et de développer ses capacités à faire face aux difficultés qu'il pourrait rencontrer pendant tout le processus entrepreneurial. Dès lors, les modalités d'enseignement doivent donc s'adapter à ces enjeux. Les enseignants sont donc en tout premier lieu intéressés.
De plus, l'effort fourni pour financer et mieux accompagner les porteurs de projet ne doit pas négliger de pendre en compte la notion de l'appartenance générationnelle. Cela permettra de mieux comprendre comment les membres d'une génération abordent l'entrepreneuriat en termes de croyances et d'intentions. L'objectif étant de maximiser les chances de réussite des créateurs et de réduire le nombre de mortalités des entreprises nouvellement créées, ajoute le coach qui accompagne de nombreux candidats à l'entrepreneuriat au Maroc.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.