Journée mondiale du diabète : Le bilan de ce côté-ci est alarmant    Rabat: Remise de certificats et trophées aux lauréats du Cycle international de formation en diplomatie    Les tarifs du TGV Al Boraq sont très abordables selon Rabie Khlie    Jets de piment et de fournitures de bureau au parlement sri-lankais    Julian Assange inculpé aux Etats-Unis, selon WikiLeaks    El Othmani : GMT+1, les protestations spontanées des élèves contre sont «compréhensibles»    Facebook lance une « cour d'appel » pour contenus controversés    Brexit : Theresa May réconfortée par des soutiens de poids dans son gouvernement    El Othmani en Ethiopie pour un sommet extraordinaire de l'UA    Les défis de la mondialisation    Météo : Une semaine pluvieuse en perspective    Le PLF 2019 adopté à la majorité par les représentants    Benatia : Gagner pour ne pas jouer la survie au Malawi    11 personnes inculpées dans le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi    La Chambre des représentants approuve la première partie du projet de loi de finances 2019    Finale de la Coupe du Trône / WAF-RSB : Qui aura le dernier mot ?    Immigration irrégulière. L'Espagne interdit les go-fast    Lo Celso restera sûrement à Betis    Le groupe OCP reçoit la médaille d'or HSE à Pékin    Crédit agricole du Maroc. Démarrage de la 5e session d'éducation financière    Maroc-Algérie. Guerre de lobbying à Washington    Lancement de l'opération Riaya en faveur des zones touchées par la vague de froid    Signature d'une convention et suivi de plusieurs projets : Aziz Akhannouch au chevet de l'Oriental    L'Afrique et le Maghreb ont leur TGV !    Spotify : Le service de streaming musical arrive au Maroc    Mohammed VI-B bientôt dans l'espace    Le Maroc nommé président de l'Observatoire Africain de Sécurité Routière    Santé. Le secteur attend un traitement de choc    Un show pour valoriser les inventeurs arabes    Bachir Demnati: Un oublié de l'histoire de l'art au Maroc    Mohamed Benabdelkader : L'administration, pilier de tout développement économique    Fayez al-Sarraj fustige l'hypocrisie européenne sur les migrants    News    Ligue des Nations : Löw promet de poursuivre le rajeunissement de la Mannschaft    N'Golo Kanté, salarié "normal", a renoncé à un montage offshore    Prisme tactique : Trois pistes pour conjurer le sort    Driss Lachguar reçoit une délégation de l'OSPAA    Rencontre sur le judaïsme marocain : "Marocains juifs, des destins contrariés" projeté à Marrakech    Présentation à Rabat de la pièce de théâtre chorégraphique "Les hommes meurent mais ne tombent pas"    Création de trois prix régionaux de littérature dédiés à l'enfant    Co-produit par la chaîne 2M et réalisé par Hind Bensari : Le documentaire «We Could Be Heroes» en avant-première à Casablanca    Evénement biennal organisé par l'association Racines : Les états généraux de la culture font escale à Tiznit    1er Forum africain de la sécurité routière. Vivo Energy partenaire    El Khalfi : Vers une refonte du financement public des associations    INDH : 46 millions de DH mobilisés pour la province de Laâyoune    L'écrivain El Miloudi Chaghmoum va à la rencontre des prisonniers de Kénitra    Commémoration du 63ème anniversaire des Trois glorieuses    La maladie de Parkinson au cœur d'une journée organisée par le ministère chargé des MRE et des Affaires de la migration    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La chronique de Salim Jay : A la découverte du romancier angolais José Luandino Vieira
Publié dans Le Soir Echos le 01 - 11 - 2010

Elle vaut le détour, la biographie de l'écrivain angolais José Luandino Vieira dont parut en 1981, chez Gallimard, un recueil de trois nouvelles nouées entre elles comme un roman d'entrée dans la vie, dans une remarquable traduction de Michel Laban. Né en 1935, au Portugal, l'auteur d'«Autrefois, dans la vie» est Angolais et blanc. Après une enfance dans les bidonvilles de Luanda, il fut condamné en 1961 à quatorze ans de réclusion pour avoir soutenu le Mouvement Populaire de Libération de l'Angola, et déporté aux îles du Cap-Vert où il écrivit la majeure partie de son œuvre, romans et nouvelles. En 1975, lors de l'indépendance de l'Angola, il put regagner son pays où il occupera un poste officiel.
«Autrefois dans la vie» fait entendre une parole parée des violences et des puretés de l'enfance. Avec des ah, des oh, une capricante profusion rusée, brusquée, l'inventaire d'un territoire d'émoi, zébré de connivences. Dans le ciel de José Luandino Vieira, il y a les «gungastros», oiseaux qui ressemblent aux moineaux, les «catembos», appelés aussi veuves, qui incarnent la vanité, et le colibri-roi, «Manies d'Unique». Enfance bidonvilléenne, entre paradis et géhenne : «parce qu'autrefois, nous étions joyeux aveugles heureux dans l'œuf entier du temps, ce que nous ne savions même pas. Aujourd'hui, plus que des ombres – nous voyons, nous regardons, notre défaut nouveau. La vie ainsi, c'est déjà ne plus jamais être, tout ne consistant plus qu'à se trouver ici - ancienne unité esclave devenant mélanges affranchis».
La première des nouvelles du recueil, «Là-bas à Tetembuatudia», tourne autour d'un ballon cerf-volant. L'enfance, dans un environnement tragique de violences et d'injustices, en appelle aux puissances de l'imagination, confiante : «Nous entendîmes alors le ronfle-grognement de la guerre, dans nos sonores silences des amusements, nous étions les pionniers d'un nouveau plateau du Brésil, traversant en chansons. Et nous regardâmes dans le ciel énorme tous ensemble…».
«Ce que tu vois, écris-le dans un livre et envoie-le aux six couleurs qui sont sur les ailes !…», écrit José Luandino Vieira qui observa pour nous le fleuve «engorgé par un tertre gris, fait de poussière de cendre, un bidonvillissime sable inconnu». Le narrateur parle le «quimbudo, appris par cœur, fruit d'âme verte». Les enfants laissent parler les désirs du corps pour le corps. Lorsqu'une fille s'offre, José Luandino Vieira chante sa pureté : «La Fille venait. Peu à petits pas dessouriant entièrement, à la fin seules les sérieuses, très sérieuses lumières des yeux veloutés : elle se voyait du futur déjà de sa vieillesse là-bas et elle souriait une douce nostalgie de ce qui n'était même pas encore pas encore passé» (…) Là-bas, à Tetembuatubia, nous étions les rois de la joie». La clé du livre est là : tam-tam sur les tôles du balcon colonial. Avec une jubilation d'homme-musique, avec l'agilité du gamin-papillon, l'auteur peint l'institutrice et les enfants, damier du songe fou et de l'ennui indigeste. Le triomphe du héros n'est pas la mort mais l'outre-tombe, ses flagrances et ses fragrances : «Dans mon cœur s'agitèrent les ailes – c'est toujours sous une pierre mauvaise qu'il y a le bel or, seulement derrière la pierre bonne que se cache le mille-pattes ?». L'autre enfant sera pour lui comme un grillon tué par une pierre. A cause d'une femme, c'est-à-dire ici d'une presque fillette : Chaninka – «innocente jupe sur ses cheveux bidonvillés». «Mademoiselle Gloria, l'institutrice : - En plus tu ris ?… Sale gosse de bidonville… Mal élevé… Pire qu'un nègre…». De telles remarques produisent un effet foudroyant : «- Tu lis, oui, Dinito ? !… – et j'y vais de tout l'accent de la colère sur la phrase soulignée, sang du crayon : «J'aime beaucoup ma maîtresse Mademoiselle Gloria que le vent lui a levé ses jupes pendant la récréation. J'ai vu». La verve de José Luandino Vieira est comme une pluie de mousson. Elle trempe mots et choses, corps et rêves.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.