Journée mondiale de l'information: 5 choses que vous pouvez faire pour restaurer la confiance dans le journalisme (Peu importe qui vous êtes)    Brèves    Conflits d'intérêts: L'Istiqlal plaide pour un texte dédié    Article 1067742    Auto Hall clôture le premier semestre dans le rouge    Allemagne : Schalke 04 se sépare de son entraîneur David Wagner    Cheb Khaled: «Maroc, Algérie, Tunisie... Un seul peuple séparé par l'histoire»    Colère et indignation après le meurtre de Naima (micro-trottoir)    Arts : les résultats du programme exceptionnel de soutien 2020 dévoilés    Bourita reçoit le nouvel ambassadeur du Royaume-Uni au Maroc    La chanteuse Chama Zaz tire sa révérence    Travailleuses et travailleurs domestiques: plus de 2.500 contrats de travail conclus (Amekraz)    Bilan quotidien: 1422 nouveaux cas au Maroc, dont 542 à Casa-Settat    Présidentielle en Côte d'Ivoire : l'ONU appelle à un vote «pacifique et inclusif»    US Round Up du lundi 28 septembre Présidentielle/Floride, Amy Coney Barrett, De Blasio, Célébrités    Le Liban, nouveau protectorat français ?    K-pop : 10 millions de vues pour la nouveauté des Blackpink    Chelsea: Hakim Ziyech toujours absent    Campagne d'assainissement : Plus d'un million de bouteilles d'alcool saisies par la DGSN    Mohamed Bachir Rachdi : « Le projet de loi vient donner de vrais pouvoirs d'action à l'Instance, pour jouer son rôle dans un cadre de complémentarité institutionnelle »    Festival de Fès de la culture soufie : une édition en ligne pour 2020 !    «La sortie sur le MFI de septembre était nécessaire»    Raja de Casablanca : Sofac rejoint la liste des partenaires    Le Maroc favorable au document sur le développement de l'éducation    La CGEM explique ses propositions pour la loi de finances 2021    Casablanca: trois escrocs dans les filets de la DGSN    Le gouvernement refuse de créer un fonds pour le cancer    Leicester humilie Manchester City et prend les rênes du championnat    OCP Africa et l'IFC s'allient pour l'agriculture ouest-africaine    Entre masques et doudounes, Roland-Garros lance son édition automnale toit fermé    France: les prévisions du ministre de l'Economie    JO de Tokyo: La natation nationale face au défi de la qualification    A 90 ans, Haja El Hamdaouia met fin à sa carrière    Fusion Atlanta-Sanad: la nouvelle entité voit le jour    France: trois morts dans le crash d'un aéronef    Biélorussie: Une investiture à huis-clos pour Alexandre Loukachenko    Un engagement sans faille en faveur des populations démunies    Stephanie Williams soutient les efforts consentis dans le cadre du dialogue de Bouznika    Entrée en vigueur de la loi relative au droit d'accès à l'information au Maroc    Ce qui est prévu jeudi au Conseil de gouvernement    Tourisme: Lancement de «Madaëf ECO6»    La chanteuse Houda Saad traverse une épreuve difficile (PHOTO)    Coronavirus : le dépistage élargi à tous les laboratoires [Document]    Pédophilie. Ramid fait trembler les assassins    On connaît le premier relégué de la Botola    Annulation de la 14ème édition du Festival international du film de femmes de Salé    Prévisions météorologiques pour la journée du lundi 28 septembre 2020    Les inégalités raciales ont coûté 16.000 milliards de dollars à l'économie américaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





À la recherche de mousquetaires en herbe
Publié dans Le Soir Echos le 27 - 10 - 2011

Considéré comme le parent pauvre du sport, l'escrime souffre d'une quasi-absence de médiatisation. Le Soir échos a fait le déplacement chez des responsables de la Fédération royale marocaine d'escrime. Ces derniers se battent pour élargir la pratique de ce sport peu connu.
«Enfin un journaliste qui nous appelle ! ». C'est en ces termes que Bouchto Zouhair, vice-président de la FRME, nous exprime son soulagement. Il saisit l'occasion pour exprimer son mécontentement vis-à-vis de la presse sportive marocaine, qui ne s'intéresse pas à l'escrime ou si peu. La réputation de ce sport, dont la pratique serait réservée exclusivement à une catégorie sociale plutôt aisée, serait derrière ce manque d'intérêt. «Ce qui est archifaux», rétorque Mustapha Hattab, un autre vice-président de la FRME.
D'ailleurs, de plus en plus d'enfants s'y intéressent. «On doit comprendre qu'il est accessible à tous. Lors de la dernière inauguration du foyer des jeunes à Ben-Msik, nous avons pu voir des salles d'escrime où jouaient des enfants pas forcement riches», nous rappelle Mustapha. L'escrime, pour l'aimer, il faut le comprendre, et «cette tâche est notre devoir, ainsi que celle des journalistes», clarifie le vice-président.
Dispositif électrique
Etant un sport de combat, l'ultime but de l'escrime est de toucher son adversaire avec la pointe ou le tranchant de l'une des trois armes, à savoir : l'épée, le sabre, le fleuret, sans pour autant être touché. Pour gagner, il faut toucher l'adversaire 15 fois, validées par une lampe qui s'allume à chaque effleurement, ou rester en tête durant les neuf premières minutes du duel. « Chacune des trois armes est utilisée différemment des autres, selon les circonstances du jeu et la catégorie des joueurs », nous apprend Mustapha.
La piste, mesurant 14 mètres de long sur 1,5 à 2 mètres de large, comprend des zones limitant les mouvements des escrimeurs. « Un dispositif électrique assure automatiquement le décompte des points », enchaîne Hattab. Mais le combat est régi et arbitré pour éviter tout accident. « Les escrimeurs portent des protections de la tête aux pieds. Les arbitres donnent, comme au football, un carton jaune pour avertir. Deux jaunes valent un rouge, et un rouge donne à l'adversaire un point de plus. Un carton noir est généralement donné en cas de faute grave. Le joueur est exclu et interdit de participer aux jeux pendant deux mois », poursuit le vice-président de la FRME.
Résultats honorables en championnats
« Le Maroc compte plus d'une vingtaine de clubs et d'associations d'escrime à Rabat, Essaouira, mais la grande majorité se concentre à Casablanca », précise Zouhair.
Pour ce qui est de la formation publique à l'escrime, cela se déroulait dans la salle fédérale du Complexe Mohammed-V. Aujourd'hui, dans le cadre de la coopération avec le ministère de la Jeunesse, l'escrime est intégré dans le programme sport-études dans les universités.
Concernant les compétitions et de les champions marocains d'escrime, le Maroc n'est pas si médiocre qu'on le croit. « Comme au football, nous avons des championnats : Coupe du Trône, compétitions nationales et internationales. À titre d'exemple, le dernier championnat national 2010-2011, c'est le club Al-Ouafae Al-Bidaoui qui l'avait remporté. Aussi, on avait participé au championnat africain en Egypte dernièrement, et nous étions parmi les cinq premiers », avance avec fierté Hattab.
Parmi les escrimeurs marocains les plus connus, on peut citer Marouane Khalil (Al-Ouafae Al-Bidaoui), Rachid Meftouh (champion 2011 de l'Itihad Zerktouni), Xavier Ali qui joue à l'étranger, chez les femmes, il y a Hanane Attif (Club 2100), qui a décroché une médaille d'or récemment. « Heureusement que la FRME est là, car avant sa création, c'était la prévarication. Les neuf membres qu'elle rassemble veillent à la vulgarisation de ce sport ainsi qu'à son financement. Le ministère de la Jeunesse et des Sports s'est engagé en 2010 à nous accorder 800.000 dirhams par an. En 2011, cette somme a été réduite à 680.000 dirhams. On ne comprend pas pourquoi. Pour les sponsors, personne ne veut s'aventurer pour un sport méconnu», se désole Zouhair Bouchto. Autres problèmes, : le matériel est très coûteux, et nous n'avons pas de vrais entraîneurs professionnels. Ces derniers ont besoin d'un salaire d'au moins 2 000 euros pas mois », explique le vice-président.
Si la France compte 50.000 escrimeurs et si la Tunisie et l'Egypte en ont quelque 6 000 chacune, on n'en dénombre que 780 au Maroc. « Je dis ‘‘non'' à la discrimination sportive. Nous voulons juste être estimés à notre juste valeur », martèle Hattab.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.