Le polisario sèchement recadré en Nouvelle-Zélande    Ramadan: Kaïs Saïed écrit au roi Mohammed VI    Le Maroc suspend les liaisons aériennes avec la Tunisie    Le roi Mohammed VI a reçu un message du roi Abdallah II    Joe Biden retirera toutes les troupes américaines d'Afghanistan d'ici le 11 septembre    La haute précision marocaine mondialement reconnue    Messages du roi Mohammed VI aux chefs d'Etat des pays musulmans    SM le Roi félicite les Chefs d'Etat des pays islamiques à l'occasion du mois sacré de Ramadan    La FRMVB adopte ses rapports moral et financier lors de son AGO à Marrakech    Liverpool-Real, la magie évanouie d'Anfield face au sorcier Zidane    Front commun de Moscou et Téhéran face aux Occidentaux    Ventre vide, tables garnies    Meryem Aassid : «notre vision est d'explorer la chanson amazighe dans toute sa splendeur !»    Quand l'art fédère le Grand Maghreb    Votre livre de poche motivateur    Couvre-feu à Casablanca: le tramway adapte ses horaires    Mariage des mineures : une plaie gangrenée    Coronavirus : l'utilisation du vaccin de Johnson & Johnson suspendue par les autorités américaines    La France regrette les menaces d'Alger envers son ambassadeur    Interview avec l'Ambassadeur du Sénégal au Maroc : les dessous de l'initiative sénégalaise à Dakhla    La loi 46.19, une occasion pour lutter efficacement contre la corruption    Démantèlement d'un réseau d'immigration clandestine opérant dans le nord du Maroc    Nasser Bourita s'entretient avec son homologue omanais    PSG-Bayern: à quelle heure et sur quelles chaînes? (Ligue des champions)    Barça: le clan Messi dément une rumeur au sujet de Neymar    M. Benabdelkader : Bientôt un nouveau projet de loi régissant la fonction d'Adoul    Gaz Butane : Hausse de 9% de la moyenne de subvention unitaire par bouteille (12kg) à fin avril    Golf : Hideki Matsuyama, soleil levant à Augusta    SM le Roi lance l'opération de soutien alimentaire «Ramadan 1442»    Tayeb Hamdi: Sans respect strict et généralisé, les mesures restrictives ne seront jamais suffisantes    Des chiffres alarmants de demandes de mariages des mineures (Président du ministère public)    Raja / Lassaâd Chebbi : Une association de raison qui profite aux deux parties    Les rebelles Houthis du Yémen affirment avoir lancé 17 drones et missiles sur l'Arabie saoudite    Diversité des genres : le groupe OCP s'associe à IFC    Naima Lamcharki, meilleure actrice au Festival international du film arabe de Malmö    Sociétés cotées : Baisse de 34,4 % de la masse bénéficiaire    Ramadan/Maroc: Le renforcement des mesures restrictives dicté par la nature imprévisible du virus (El Otmani)    La Bourse de Casablanca débute en légère baisse    Financement anti-Covid : le plaidoyer de Benchâaboun    Officiel: le Tunisien Lassaad Chabbi nouveau coach du Raja Casablanca    Formation : la Fondation Phosboucraâ opte pour le distanciel    Casablanca : le musée "Docteur Leila Mezian Benjelloun", prêt ''dans un peu plus de deux ans''    Journée internationale de la femme : ASEGUIM-Settat honore Mme Cissé Nantènin Kanté    Real Madrid: Florentino Pérez réélu président    M. Rabbah : Le système électrique de la prochaine décennie sera basé sur des énergies propres et renouvelables    Chtouka Ait Baha : Tout sur l'inscription les greniers collectifs au patrimoine mondial de l'UNESCO (Vidéo)    Un hommage au grand artiste Mohamed Melehi aura lieu en mai prochain à Marrakech    La Fondation TGCC lance la première édition du Prix Mustaqbal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Réminiscences d'Orient | Le Soir-echos
Publié dans Le Soir Echos le 07 - 01 - 2013

Dans son nouveau roman Les désorientés, Amine Maalouf puise dans sa jeunesse, et ses origines. En regardant dans le rétroviseur, il ne cesse de nous surprendre.
Il est une plaie, celle des pays désavoués, celle des berceaux ingrats, celle des terres natales qui étouffent leurs citoyens, jusqu'à l'exil. A quel moment la patrie, mère nourricière devient étau? Les désorientés nouveau livre d'Amine Maalouf, nous livre, avec une absolue finesse, autant de réponses que non-réponses à ce thème universel. L'écrivain libanais, membre de l'Académie française, signe un de ses livres les plus personnels. Adam, cet historien expatrié qui rentre au bercail pour retrouver son ancien groupe d'amis, à l'occasion de la mort de l'un d'eux, lui ressemble à s'y méprendre. Dès qu'il atterrit dans ce pays écorché, Adam est confus, parachuté dans ce monde qui lui est familier, et qu'il a quitté tout jeune. Après des années vécues en Occident, il se retrouve à la fois paralysé et fasciné par ce Levant tant aimé, et tant maudit. Au fil de son séjour, de plus en plus convaincu de l'utilité de sa visite, il décide d'organiser des retrouvailles entre ses amis. Une tâche ardue parce qu'il lui incombe de retrouver ceux qui ont quitté le pays, et de s'accommoder des changements de ceux qu'il a connus et aimés.
Partir ou rester ?
Amine Maalouf.
Au fil des rencontres, Adam renoue avec sa terre natale, ses charmes et ses turpitudes, et développe un curieux rapport conflictuel avec son pays d'origine. Car tout tourne autour de cette contrée, qu'il ne nomme jamais et qu'il décrit avec un mélange de tendresse et nostalgie. Cette contrée levantine frappée par la fatalité, coupable d'avoir déraciné toute une génération de jeunes. Si les amis d'Adam ont plié bagage et ont fuit une patrie qui a touché le fond, ceux qui se sont agrippés à un pays qui dépérit vivent-ils heureux? Pourquoi gardent-ils la foi et déclarent-ils allégeance à un bateau qui continue de sombrer? Qui a raison ? Ceux qui ont fuit pour trouver leurs voies ou ceux qui ont engourdi leurs ambitions par idéalisme, ou héroïsme ? Le tour de force du livre: un patchwork de personnages qui rend impossible une lecture unilatérale de ce pays incroyablement complexe. Meurtris, écrasés et traumatisés par une guerre fratricide, certains amis d'Adam l'ont déserté. Pourtant, ceux qui sont restés ne sont pas moins paumés que les autres. Mourad transformé en requin sans scrupule, Sémiramis meurtrie par la mort de son compagnon lors du conflit, Nidal le guévariste devenu islamiste, Ramzi l'ancien entrepreneur devenu un moine reclus. Quel ballet existentiel lie-t-il tous ces personnages désabusés? Quel fil conducteur cimente leurs discussions houleuses, intenses, truculentes, miroirs d'une époque infiniment complexe ?
Volutes d'Orient
Car au-delà du périple nostalgique, Les désorientés est aussi une chronique sombre d'une ère de vicissitudes. La lutte des classes, la question juive, le fanatisme religieux, le conflit israélo-palestinien, l'ignominie du monde arabe, le rapport amour-haine que les Arabes entretiennent avec leurs villes, leurs rues, leurs mères, leurs langues, leurs cafés turcs et leurs abricots juteux. Tout y passe. Tous ces sujets brûlants, tous ces fossés abyssaux qui nous réunissent et nous désunissent, nous Arabes. Certes, la relation Orient-Occident et tout ce qui sépare les deux rives revient, comme une rengaine entêtante. D'ailleurs, rien ne cerne mieux le personnage d'Adam, être hybride, que la conversation avec son ancien ami autour des différences entre européens et orientaux. Lorsqu'il déclare : « ils nous détestent autant que nous les détestons, son ami lui rétorque : «Quand tu dis « nous » tu parles de qui ? ». Révélation ultime. Car si Adam est l'intellectuel occidentalisé, qui a la tête sur les épaules, il est aussi le plus désorienté de tous.
Les désorientés est un roman universel qui trouve son écho dans les millions d'Arabes désillusionnés. Ceux qui se demandent tous les jours à quel moment fuir des pays voués au chaos, et parfois à la vacuité. Le talent de conteur d'Amine Maalouf est intact, il déroule son histoire avec une infinie lenteur, comme pour défier l'air du temps. Ce maître de la littérature ne se départit pas de sa prose indolente, au rythme de matins qui se succèdent, de correspondances longues et exhaustives avec ses amis expatriés, saupoudré d'une idylle aux allures de liaison secrète, et de volutes d'Orient.
Amine Maalouf sublime le passé, à sa façon. Il suffit d'une orange « Moghrabi » ou d'une mangue égyptienne, dont le goût et la texture bouleversent notre héros, Adam, pour comprendre que le monde est fait de résurgences et de réminiscences partagées. Que le passé s'éloigne pour mieux nous rattraper.
* Tweet
* * *


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.