Akhannouch a salué la « nouvelle génération » d'acteurs économiques    Devises vs Dirham: les cours de change de ce mercredi 30 novembre    Qatar 2022: le point des groupes C et D    Maroc-Canada: à quelle heure et sur quelles chaînes ?    Les confessions touchantes du père de Walid Regragui (VIDEO)    Alerte météo au Maroc: averses orageuses et chutes de neige à partir de ce jeudi (Villes concernées)    Météo Maroc : les températures baissent ce mercredi 30 novembre 2022    La Bourse de Casablanca débute en baisse    TGCC : Des projets d'expansion dans le pipe d'ici fin 2022    CDG : Comment se présente 2023 ?    Bank of Africa : Hausse de 5% du PNB au 3ème trimestre    Marketing territorial: l'implication citoyenne est indispensable    Maroc : Démarrage de la période de souscription à l'introduction en bourse d'Akdital    Des mesures concrètes pour la Palestine mises en lumière par le Souverain    Décès de l'ancien président chinois Jiang Zemin    USA: Biden appelle le Congrès à agir pour éviter la grève du fret ferroviaire    9è Conférence sur les armes biologiques : L'ONU plaide pour des progrès même en "période de défis géopolitiques"    Après le Maroc, l'Algérie négocie l'achat de missiles balistiques chinois    Entretien téléphonique entre le roi Mohammed VI et l'émir du Qatar    Révolution médicale    FAMI 2022 : Les managers territoriaux d'Afrique en conclave à Agadir    Le jumelage institutionnel entre le SGG et le Conseil d'Etat d'Italie a atteint ses objectifs    Qatar 2022 : Dans quel cas la Tunisie peut se qualifier pour les huitièmes de finales    Mondial : voici les premières affiches des huitièmes de finale    Volley-ball : Réélection de Bouchra Hajij pour un nouveau mandat à la tête de la CAVB    Cameroun : Le gardien Onana écarté pour «indiscipline»    Le Brésil et le Portugal en huitièmes, le Ghana se rachète    Bénin-Maroc: échange des instruments de ratification relatifs à la Convention en vue d'éviter la double imposition (communiqué)    Charte de l'investissement. La Chambre des Conseillers adopte le projet de loi-cadre    Revue de presse quotidienne de ce mercredi 30 novembre 2022    Tentative de suicide d'un touriste français soupçonné d'homicide volontaire : Une enquête judiciaire est ouverte à Marrakech    Première en Afrique : Le Maroc se dote d'une unité de radiothérapie adaptative    Le sida est toujours là... Faisons un don !    Peines alternatives : Pomme de discorde entre Ouahbi et Hajoui !    Interview avec Pr Tayeb Hamdi :« Aucune raison de s'inquiéter de la grippe cameline »    Exposition «Melehi à Loft Art Gallery 2009–2020» : Histoire de complicité entre un artiste et sa galerie    Protection du patrimoine : Le Maroc et l'Unesco scellent un accord-cadre de partenariat    8 longs-métrages et 3 courts-métrages à découvrir dès le 7 décembre    Chambre des conseillers: Akhannouch se félicite des étapes franchies en matière de justice sociale    Front commun Maroc-UNESCO pour la protection du patrimoine    Rabat : théâtralisée de «Comme la mer, mon amour»    Message Royal à l'occasion de la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien    Cinéma : Une célébration haute en couleur pour la 20e édition anniversaire du FIFM    Maroc : Le gouvernement promet d'accélérer l'introduction de l'amazigh dans l'administration    L'exposition itinérante de l'artisanat sino-marocain fait escale à Marrakech    Le Maroc sous le leadership visionnaire de SM le Roi, engagé à faire des problématiques climatiques en Afrique une priorité (Diplomate)    L'Iran fait état de plus de 300 morts depuis le début des troubles    Sauvegarde du patrimoine culturel immatériel: le roi se félicite de la qualité du partenariat entre l'Unesco et le Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Al Jarida Al Oula à l'article de la mort
Publié dans Le temps le 26 - 05 - 2010

Le 5 mai, le quotidien arabophone n'est pas sorti dans les kiosques. En cause, une grave crise financière.
«Le journal a cessé de paraître pour des raisons essentiellement financières». C'est ce qu'indique le communiqué publié par la direction du quotidien Al Jarida Al Oula. Le journal arabophone fondé et dirigé par Ali Anouzla a succombé (momentanément ?) à la lourdeur de ses dettes. Officiellement, il s'agit d'une «suspension temporaire». Mais au sein de la rédaction, on ne se fait pas de doute : sauf miracle, le quotidien risque de ne plus paraître.
Créé en mars 2008 par Ali Anouzla, le quotidien a rapidement fait parler de lui en adoptant une ligne éditoriale sans concessions, libre et frondeuse. Succès d'estime mais procès en série et frilosité des annonceurs ont fini par user les finances du journal. Mais, à en croire certains collaborateurs et proches de la publication, les problèmes ne venaient pas que de l'extérieur. «Une guerre froide s'est installée entre certains actionnaires et le directeur de la publication» nous confie un proche. Ces actionnaires n'appréciaient pas le ton des chroniques d'Ali Anouzla et lui en ont fait part lors des réunions du conseil d'administration. Al Jarida comptait une vingtaine d'actionnaires répartis à parts égales.
Guerre froide
Plusieurs sources concordantes affirment que les divergences se sont aggravées au fil des mois. Un actionnaire aurait même signifié à Ali Anouzla qu'il n'avait qu'à fonder «son propre journal s'il souhaitait continuer à écrire ainsi». «Pour Anouzla, c'était la goutte qui a fait déborder le vase, il a donc cessé d'écrire» rajoute un proche. Cela fait trois mois que la chronique d'Anouzla a disparu de la dernière page du quotidien. C'est pendant ces trois mois que les problèmes financiers se sont également aggravés. Pour sauver le journal, Anouzla a clairement exprimé son intention de vendre sa part dans le capital, ainsi que le titre de la publication. Samir Abdelmoula, déjà très proche du journal, a manifesté son intérêt de racheter 50% du capital. «Juste après avoir fait sa proposition, le maire de Tanger a disparu de la circulation et a éteint son téléphone. On a implicitement compris qu'il avait retiré son offre» explique l'un des actionnaires. Retour à la case départ. Le 5 mai 2010, Al Jarida al Oula se voit refuser l'impression, pour arriérés non réglés et défaut de paiement. L'endettement du journal se chiffrerait à plusieurs millions de DH. Même si le communiqué signale que c'est une suspension de la parution, les journalistes restent sceptiques. «Si on ne trouve pas de solution dans les jours à venir, la publication est morte. Un quotidien ne peut pas se permettre de s'arrêter» explique un journaliste. En moins de quatre ans d'existence, Al Jarida Al Oula s'est imposé comme un quotidien sérieux et incontournable. Dans un paysage médiatique de plus en plus étroit, la mort d'Al Jarida Al Oula est un mauvais signe. En témoigne Jean-François Julliard, Secrétaire général de RSF «Je crains que les titres les plus indépendants disparaissent les uns après les autres». De leur côté, les journalistes marocains tiennent à rendre hommage au journal. Sur le profil facebook d'un confrère, on pouvait lire «Le Maroc est devenu le cimetière de la presse indépendante (…) Al Jarida Al Oula est une expérience qui mérite tout notre respect».
Omar Radi


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.