Vidéo – Achraf Bencharki signe un magnifique doublé et délivre Lens    LdC : Le Wydad laisse des plumes en Afrique du sud    La DGSN se dote d'un système informatisé pour les amendes    Buzz – Bill Gates, le milliardaire qui fait la queue    Tunisie : Une deuxième grève générale prévue pour février    Pargneaux : La Maroc, exemple africain dans la lutte contre le chômage des jeunes    LdC : Le Wydad ne pourra pas aligné son meilleur joueur de l'année    Diapo – Un fourgon transportant 17 millions de dirhams se renverse    Ghazali : La stratégie énergétique du Maroc est fondée sur les énergies renouvelables    Création d'un registre national pour organiser les médias numériques    Organisation du programme jeunes Marocains ambassadeurs des Nations-Unies à Casablanca    Bourita appelle à la création d'un "G10 Méditerranée"    Benchamach œuvre à renforcer les relations maroco-saoudienne    Le Forum international de l'étudiant fait escale à Dakhla    "Gilets jaunes" : A nouveau dans les rues malgré le "Grand débat" lancé par le gouvernement    Fortes pluies dans plusieurs provinces du Royaume    "Afrique du Rire" : Deuxième édition ouverte ce vendredi à Abidjan    VIDEO - Corniche Aïn Diab : Le cri de colère d'une femme à mobilité réduite    2,4 MMDH consacrés à la gestion des déchets ménagers en 10 ans    Casablanca : 5 ans de prison pour chacun des membres d'une bande de malfrats    Deux jeunes hommes se suicident à Nador et Chtouka Aït Baha    El Othmani : Le Maroc « parie sur la transformation digitale »    Fespaco 2019 : «Indigo» de Selma Bargach en lice pour l'Etalon d'or de Yennenga    Musée Saint Laurent: Les 4 expos de cette nouvelle année    Marrakech : Localisation d'une ressortissante danoise portée disparue    Triple candidature pour l'organisation du Mondial-2030 : Le verdict dans quatre ans    Divers sportifs    Le scénario à 48 équipes toujours en gestation    Federica Moghrerini reçue en audience par S.M le Roi Mohammed VI    Habib El Malki : Le Royaume est attaché à sa stratégie de partenariat avec l'UE    Réunion du Bureau de la Chambre des représentants    Donald Trump, le show et le chaos    Andy Murray aura bientôt droit à sa statue à Wimbledon    Trump et Pelosi à couteaux tirés autour du "shutdown"    L'IS représente 15,3% des recettes fiscales en Afrique    Le prix du cannabis au Canada en hausse après la légalisation    Le Kluster CFCIM labellisé par la CCG    Des investisseurs italiens saluent les performances économiques réalisées au Maroc    Ligue des champions : Le WAC en force à Pretoria    Brad Pitt moqué sur la Toile    Selena Gomez fière de la personne qu'elle devient    Kim Kardashian bientôt maman pour la quatrième fois    « Chantons Notre Patrimoine Commun », le spectacle placé sous le signe du vivre ensemble    Algérie : la date de l'élection présidentielle fixée le 18 avril    Le Zamalek ne lâchera pas Hamid Ahaddad    SM le roi Mohammed VI reçoit Federica Mogherini au Palais Royal    Nouvel an Amazigh : À quand Yennayer au Maroc?    Brexit : Les discussions entre May et l'opposition dans l'impasse    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pedro Sanchez accuse les séparatistes catalans de mentir comme les Brexiters
Publié dans Libération le 13 - 12 - 2018

Le chef du gouvernement espagnol Pedro Sanchez a accusé mercredi les indépendantistes catalans d'être coupables de "mensonges" et de "manipulation" comme les partisans du Brexit au Royaume-Uni.
Adoptant un ton particulièrement dur devant le Parlement, le socialiste a établi un parallèle entre les deux mouvements accusés d'être basés "sur un récit de griefs inventés et amplifiés par la manipulation".
"Il est nécessaire de rappeler que le Brexit a commencé sur une grotesque campagne de mensonges et de désinformation sans précédent", a-t-il ajouté, avant de juger que les séparatistes catalans n'avaient eux "plus que le mensonge pour soutenir leurs positions politiques".
"Avec le Brexit, nous faisons face à un mouvement qui va contre l'Histoire mais aussi contre la raison" et "le Brexit et le mouvement indépendantiste catalan évoluent sur des chemins parallèles et avec des rhétoriques similaires", a-t-il poursuivi.
"On oblige (la population) à choisir entre être européen ou britannique, espagnol ou catalan quand nous avons vécu avec ces identités et bien d'autres depuis des décennies", a encore dit Pedro Sanchez.
Arrivé au pouvoir avec le soutien des indépendantistes catalans et déterminé à rétablir le dialogue avec eux, Pedro Sanchez vient brutalement de changer de ton à leur encontre.
Il menace de reprendre en main le maintien de l'ordre en Catalogne si la région est incapable de le faire, après que la police régionale a laissé des militants séparatistes radicaux couper une autoroute pendant 15 heures, et avant le Conseil des ministres que les mêmes militants prétendent d'empêcher de se tenir à Barcelone le 21 décembre.
Selon les observateurs de M. Sanchez, ce revirement est dû au fait que sa politique d'apaisement, violemment dénoncée par la droite, a été l'une des raisons principales de la débâcle des socialistes aux élections régionales en Andalousie le 2 décembre.
Pour sa part, le ministre de l'Intérieur Fernando Grande-Marlaska a prévenu les autorités catalanes que si la police régionale des Mossos d'Esquadra n'exerce pas "les fonctions (...) qui lui incombent", les forces de sécurité de l'Etat interviendront.
Cette mise en garde, s'étalant à la une de la presse espagnole mardi, intervient après une coupure de l'autoroute AP-7, qui relie la France à la côte méditerranéenne espagnole, pendant 15 heures samedi par les Comités de défense de la République (CDR) sans que les Mossos n'interviennent.
Ces militants radicaux catalans, habitués des opérations coup de poing, ont ensuite levé les barrières de péage de l'autoroute, comme les "gilets jaunes" en France.
La Catalogne est avec le Pays basque et la Navarre l'une des trois régions autonomes d'Espagne disposant de sa propre police. Dans les autres, le maintien de l'ordre est assuré par la police nationale et la Garde civile.
Mais dans la riche région du nord-est, les Mossos sont pris entre deux feux. D'un côté la justice accuse leurs anciens commandants d'avoir participé à la tentative de sécession d'octobre 2017. Ils doivent être jugés l'année prochaine.
De l'autre côté, le président régional Quim Torra, qui avait ouvertement encouragé les CDR à faire "monter la pression" en octobre dernier, a réclamé la tête de chefs des Mossos après des heurts violents la semaine dernière entre policiers et militants CDR. Ce que son "ministre de l'Intérieur" a finalement refusé afin de calmer l'indignation de ses troupes.
En menaçant de reprendre en main le maintien de l'ordre en Catalogne, Madrid veut aussi s'assurer du bon déroulement du Conseil des ministres prévu le 21 décembre à Barcelone, que les séparatistes radicaux ont déjà promis de paralyser par des manifestations.
Sur la scène politique nationale, le chef du gouvernement Pedro Sanchez tente de reprendre l'initiative alors que la droite l'accuse d'être l'otage des séparatistes catalans, qui ont voté son investiture en juin.
Le discours anti-indépendantiste a d'ailleurs porté la droite et l'extrême droite lors des élections dans le fief socialiste d'Andalousie, premier rendez-vous électoral depuis son arrivée au pouvoir.
Et les appels de l'opposition à Sanchez pour qu'il fasse preuve de fermeté à l'égard des séparatistes se sont encore renforcés après que Quim Torra a exhorté samedi les Catalans à suivre l'exemple de la Slovénie qui avait déclenché un conflit meurtrier en proclamant unilatéralement son indépendance de la Yougoslavie en 1991.
La ministre de la Défense Margarita Robles a dénoncé M. Torra en termes très durs mardi. "Celui qui ne remplit pas ses devoirs comme chef de gouvernement et encourage le recours à la violence n'a aucune légitimité pour assumer la moindre responsabilité politique", a-t-elle déclaré aux journalistes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.