Procès à distance: 306 audiences en une semaine    Fonds stratégique: Le projet de décret examiné en Commission    Damane Oxygène: 17,5 milliards de DH distribués    PME: la BERD accorde un financement au Maroc    Liban: Heurts, démission et conférence des donateurs...    Sidi Yahya du Gharb: L'hôpital de campagne dédié aux asymptomatiques    Stratégie    La Russie annonce un "premier" vaccin anti-Covid19    Botola Pro D1 : Le Raja confirme face au Hassania    Explosion de Beyrouth : Un appel à l'aide lance sur facebook et Instagram    Les Marocains du monde, objet de toutes les sollicitudes    L'hôpital militaire marocain de Beyrouth entame son action    Mia la sainte, Mia « la salope »    Près d'un quart des chômeurs vivent dans la région de Casablanca-Settat    Le WAC renoue avec la victoire et la pole position    Europa League : United et l'Inter au denier carré    Le Bayern part favori face au Barça    Le e-commerce, une tendance qui s'installe    RAM reconduit ses vols spéciaux jusqu'au 10 septembre    Chez les séparatistes, la corruption le dispute aux détournements en tous genres    La course au vaccin bat son plein    L'hôpital de campagne de Sidi Yahya El Gharb au centre de la polémique    Des projets de l'INDH lancés à Zagora    Le parcours chrono-thématique des peintres marocains revisité à Rabat    Le jeune artiste Anas Khermoui expose sa "Vision sensible" à Essaouira    Antonio Banderas annonce avoir le Covid-19 le jour de ses 60 ans    Cluster de Safi : Des poursuites judiciaires contre les responsables    Botola Pro D1 : Le WAC s'impose face à l'OCK    Botola: le Covid-19 fait reporter IRT-Berkane    Production d'acide phosphorique: construction d'une nouvelle usine à Jorf Lasfar    Pêche au Maroc: de nouvelles amendes mises en place    Poutine: la Russie a développé le premier vaccin anti-Covid-19    Coronavirus : l'UE va soutenir de nouveaux projets de recherche    Comment la dépression a eu raison de l'écrivaine Naima El Bezaz    Chahrazad Akroud quitte le groupe Chada    La Jeunesse socialiste dans l'attente de la vérité sur la suspicion de collusion des compagnies pétrolières    Officiel: Villarreal s'offre le prodige Kubo    Les salles obscures en berne, le milieu s'inquiète    La Méditerranée Jubile d'exultation!    « Spoutnik V », le vaccin russe anti-Covid    Fatalisme et fatalité    Wafa Assurance : Un chiffre d'affaires de 4,69 milliards de dirhams au premier semestre    Lahoucine Echaabi, le panthéon éclairé!    Trump évacué en pleine conférence de presse (VIDEO)    Les images de l'incendie mortel à Vincennes, en banlieue parisienne (VIDEO)    Quart de final de l'Europa League : Des matchs couperet avec unité de temps et de lieu    Maigre salaire et grosse déconvenue    Ziad Atallah : L'aide marocaine intervenue au moment opportun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'appel de la Palestine à la communauté internationale pour contrecarrer l'arbitraire israélien
Publié dans Libération le 03 - 07 - 2020

Dans le cadre du soutien de l'initiative du Groupe d'action nationale de soutien à la Palestine et de l'Association marocaine de soutien à la lutte palestinienne concernant l'appel adressé par la Palestine à tous les peuples et pays du monde, nous publions dans cette édition le texte intégral de cet appel qui contient plusieurs positions soutenant les droits légitimes et justes du peuple palestinien.
Nous informons les Ittihadies et les Ittihadis, les acteurs nationaux et l'ensemble des citoyens qu'une pétition est mise à disposition de celles et ceux qui souhaitent la signer, et ce au siège central de l'USFP (9, avenue Al Araar Hay Riyad, Rabat) ou sur le site électronique du Parti : www.usfp.ma.

Israël demeure depuis plusieurs années un Etat d'occupation, un Etat qui colonise les terres d'autres Etats et exerce sa domination sur un autre peuple. C'est un Etat colonialiste qui confisque les terres, implante les colons dans les territoires occupés et établit un système de vie propre à ces colons. C'est un Etat qui commet des violations flagrantes du droit international, y compris le droit international humanitaire et le droit international de l'Homme. C'est un Etat qui nie le droit à l'autodétermination et à l'indépendance du peuple palestinien et les droits des réfugiés palestiniens, y compris le droit au retour, à la propriété et à l'indemnisation. C'est un Etat qui ignore la volonté internationale, refuse et bafoue toutes les décisions et les conventions des Nations unies y afférentes.
La situation a empiré récemment et nous avons été témoins du basculement d'Israël vers l'extrémisme, le fondamentalisme et même le fascisme. Et nous avons été témoins également de l'annulation complète de tous les accords conclus, des tentatives de porter la politique colonialiste à un nouveau niveau et des responsables israéliens qui expriment ouvertement des positions niant l'existence et les droits nationaux du peuple palestinien et affirmant le désir de s'emparer de la terre palestinienne toute entière.
Récemment, une vision dite « Vision de Trump pour la paix et la prospérité » a été présentée. Cette vision n'est pas en réalité un plan de paix, mais une simple adoption des idées doctrinaires farfelues poussant vers la création du Grand Israël et niant l'existence nationale palestinienne tout en tentant de trouver une solution « aux habitants palestiniens » dans une entité dispersée qu'on nomme Etat à condition qu'ils remplissent plusieurs critères rocambolesques.
Ladite vision donne à Israël le droit d'annexer une grande partie de la Cisjordanie y compris les territoires où ont été implantées des colonies illégales, à savoir la Vallée du Jourdain et le Nord de la mer Morte, en plus des territoires situés à l'Ouest de la clôture que la Cour internationale de justice a déclaré illégale en 2004 et exigé son démantèlement et la réparation des dommages causés par son installation.
Le premier ministre israélien a réitéré à plusieurs reprises son intention d'annexer les territoires sus-mentionnés, laquelle intention figure dans l'accord conclu pour former le gouvernement israélien actuel, ce qui veut dire qu'elle fait partie intégrante de la politique officielle du gouvernement et qu'elle s'ajoute à l'annexion d'Al-Qods orientale occupée que le monde entier a rejetée en la considérant comme nulle et non avenue. De telles politiques et mesures constituent une violation flagrante des principes du droit international et de ses dispositions.
Elles détruisent même le droit international et les règles régissant les relations entre les pays sur lesquelles est fondé le système international. Elles sapent toute possibilité de règlement négocié entre les deux parties et, partant, conduisent inévitablement à un long conflit dont les résultats seraient catastrophiques.
La responsabilité de la communauté internationale, à savoir les pays, les peuples et les organisations de la société civile, est de faire face à tout cela, d'éviter que cela se produise et de prendre des positions et mesures punitives dissuasives si cela se produit. Toute réticence à affronter sérieusement cette situation serait une honte qui aurait des répercussions sur la région toute entière et sur le système international et toute apathie serait une trahison aux valeurs et principes et un renoncement au principe de la solution négociée et à l'instauration de la paix dans la région sur la base de la solution de deux Etats.
Partant de tout ce qui précède, nous, dirigeants palestiniens de tous horizons y compris des universitaires, d'anciens responsables et des organisations de la société civile, lançons cet appel à la communauté internationale pour qu'elle prenne les positions et les mesures nécessaires en vue de mettre un terme à ce qui se passe et d'y faire face afin de préserver la paix et l'avenir des peuples de la région y compris les deux peuples palestinien et israélien chacun dans son propre Etat indépendant, et spécifiquement pour faire ce qui suit :

1 Affirmer la position, et sous diverses formes, contre tout projet d'annexion par Israël des territoires palestiniens, car cela constitue une violation flagrante des principes du droit international et de la Charte des Nations unies, ainsi qu'une grave violation des résolutions du Conseil de sécurité y afférentes.

2 La nécessité pour tous les Etats de respecter les résolutions du Conseil de sécurité y compris la résolution 2334 (2016) et, spécifiquement, de ne reconnaître aucune modification du tracé des frontières d'avant 1967 et la nécessité pour tous les Etats ayant des relations ou des accords de coopération avec Israël de respecter le principe de distinction entre le territoire d'Israël et le territoire palestinien occupé y compris Al-Qods orientale, et le refus de toute tentative d'Israël de passer outre ce principe.

3 La nécessité pour les pays du monde de prendre des mesures spécifiques contre les colonies et leurs produits y compris d'interdire à ces produits d'entrer sur leurs marchés en application des obligations contractuelles des pays (parties tiers) conformément aux Conventions de Genève de 1949.

4 La nécessité pour les forces politiques et les organisations de la société civile de faire face aux tentatives d'un petit nombre de gouvernements de criminaliser ce qui précède, étant donné que cette criminalisation constitue une violation du droit international, ou de criminaliser le boycott d'Israël pour des considérations politiques ou morales, étant donné que cette criminalisation porte atteinte aux valeurs de démocratie et aux droits fondamentaux du citoyen dans ces pays.

5 La nécessité pour les pays du monde ayant des relations ou des accords de coopération avec Israël de prendre des mesures punitives contre ce pays sur la base même de ces accords dans le cas où Israël exécute son projet d'annexion.

6 La nécessité pour les pays du monde qui n'ont pas encore reconnu l'Etat de Palestine de le reconnaître dans la limite des frontières de 1967 avec Al-Qods orientale comme capitale, et ce conformément au principe de la division en deux Etats, de la reconnaissance de l'existence de ces deux Etats et de la préservation de la solution politique des deux Etats, étant donné que cette étape est celle qui garantit ce qui précède.

7 Soutenir les démarches prises par l'Etat de Palestine et d'autres pays auprès de la Cour pénale internationale et les tribunaux nationaux dans les pays qui l'autorisent contre les responsables israéliens pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité y compris le projet d'annexion.

8 Soutenir l'action palestinienne, arabe et internationale au sein du Conseil de sécurité, de l'Assemblée générale et d'autres organisations internationales contre toute tentative israélienne d'annexion, la condamner et la considérer comme illégale et sans valeur juridique et appeler tous les pays du monde à ne pas l'accepter ou la reconnaître et de considérer Israël comme un Etat hors la loi.

9 Confirmer la position contre la soi-disant vision de Trump et le refus des positions de l'extrême droite, des colons en Israël et de l'extrême droite religieuse en Amérique dont le but est de réaliser le Grand Israël et de dénier les droits nationaux et même l'existence nationale du peuple palestinien.

10 Soutenir le peuple palestinien, l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) et l'Autorité palestinienne et les aider à poursuivre la lutte contre le projet d'annexion et la vision de Trump et à atteindre leurs objectifs nationaux, à savoir la liberté et l'indépendance.
Nous, soussignés, et bien que nous soyons conscients des grandes responsabilités qui incombent à nous et au peuple palestinien pour renforcer nos capacités avec à leur tête l'unité du peuple et de ses institutions pour faire face à ce qui précède, lançons cet appel à toutes les composantes de la communauté internationale pour qu'elles assument leurs responsabilités et prennent les positions et les mesures nécessaires dans ce tournant historique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.