Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    A Tindouf la population astreinte à payer des contributions au Polisario    ANP : trois ports réalisent 76,4% du trafic portuaire à fin mars    ONCF/BAD: 300 millions d'euros pour soutenir la modernisation du secteur ferroviaire au Maroc    Aubergines : les Etats-Unis songent au Maroc pour l'import    Emmanuel Macron reconnaît que l'Algérie coloniale empoisonne les relations entre Alger et Paris    Afrique de l'Ouest et centrale : Le Programme alimentaire mondial appelle à éviter une catastrophe alimentaire    2020, année la plus chaude jamais enregistrée au Maroc    VIDEO// Comment le footballeur marocain Mohamed Amine Talal gère ses efforts pendant le Ramadan    Tanger: saisie de plus de 1,3 tonne de chira, neuf interpellations (DGSN)    Pakistan : onze policiers libérés après avoir été capturés par des manifestants anti-France    Baccalauréat : L'examen national unifié entre les 8 et 12 juin prochain    Environnement : Adoption du décret d'application de la loi sur les aires protégées    Foot espagnol : Un 16ème but d'En-Nesyri décisif !    Foot féminin européen : Le PSG affronte le Barça en demi-finale de la Ligue des Champions    Ligue des Champions : Le PSG pourrait être désigné vainqueur !    Open d'Espagne de taekwondo G1: le Marocain Achraf Mahboubi remporte la médaille d'or    Oxford Business Group publie un rapport sur la transformation numérique du Royaume    Ftour Pluriel 9ème édition : «Retrouvailles»    Les fintechs, au cœur de la stratégie de CFC    «Le polisario et l'Algérie ne réalisent pas que le monde a changé et que personne ne soutiendra leurs efforts de guerre», écrit Eurasiareview    José Mourinho viré de Tottenham    Super League: la nouvelle compétition qui chamboule le foot    Forum des zones industrielles: La 3è édition du 14 au 16 décembre à Tanger (OADIM)    Prix à la consommation: salée ou pas, la facture de ce ramadan ?    La Bourse de Casablanca débute en baisse    New Delhi confinée pour une semaine à compter d'aujourd'hui    « Ch'hiwa Bel Khef »: Pasticcio (VIDEO)    Covid-19 en France: nouvelles révélations sur le variant brésilien    Un malade mental commet un carnage à Taounate    VIDEO// Aides alimentaires marocaines au Liban : Un don Royal hautement apprécié par les autorités libanaises    Edito : Cour promotionnelle    Série ramadanesque – «Café ness, ness» : Les avocats sollicitent la HACA    Covid-19 : La vaccination avec Johnson & Johnson devrait reprendre rapidement aux Etats-Unis (Conseiller médical)    VIDEO// Le danseur et chorégraphe belgo-marocain Sidi Larbi Cherkaoui en direct sur Info Soir de 2M    Maroc - Espagne : Une crise latente, malgré une bonne volonté de façade    Patrimoine: Lancement d'un programme de sensibilisation autour des valeurs historiques de Rabat    En Egypte, un accident de train fait 11 morts et près de 100 blessés    Chelsea et Tuchel en finale grâce à Ziyech!    Le livre. Demain l'âge d'or de Jacque Heitz (suite)    Arrivée à Beyrouth du 2ème lot des aides alimentaires marocaines au Liban    Maroc : Réunion ce mardi 20 avril du Conseil de gouvernement    Sarah & Ismael: quand la passion guide!    Colombie : au moins 14 rebelles et un militaire tués lors de combats    Casablanca: le musée "Docteur Leila Mezian Benjelloun", prêt ''dans un peu plus de deux ans''    Culture : Le Programme des éliminatoires de la 2è édition de la Ligue Nationale d'Improvisation Théâtrale Nojoum    Rencontre: Exploratrice, conteuse...    Ramadan: Driss Roukh critiqué à cause de Mouna Fettou et Dounia Boutazout (PHOTO)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une rareté en trompe-l' oeil
Publié dans Libération le 26 - 02 - 2021

Rares mais fréquentes. C'est là tout le dilemme des maladies rares. Certes, elles concernent moins d'une personne sur deux mille, mais comme il en existe entre 2000 et 8000, les maladies rares touchent au bout du compte 1,5 million de personnes rien qu'au Maroc, d'après l'Alliance des maladies rares au Maroc (AMRM) qui ajoute :"Un médecin rencontre plus dans sa pratique quotidienne ce type de pathologies que de cas de cancer ou de diabète". A l'occasion de la 14e Journée internationale des maladies rares (Rare Disease Day), prévue ce 28 février et célébrée dans plus de 100 pays pour sensibiliser sur lesdites maladies et leur impact sur la vie des patients et celle de leurs proches, l'AMRM, présidée par le Dr. Moussayer Khadija, spécialiste en médecine interne et en gériatrie, organise ce samedi, un forum maghrébin en partenariat avec les laboratoires Roche, Jansen et Laprophan. Pandémie oblige, le forum en question prendra la forme d'un webinaire (voir encadré), ayant pour thème principal «Maladies rares et prévention de l'handicap». Ce ne sera pas de trop. Les maladies rares n'ont pas encore livré tous leurs secrets et sont largement sous-estimées.
Dites aussi maladies orphelines, elles sont d'origines diverses : génétique, infectieuse, cancéreuse ou auto-immune. Aux trois quarts, elles se déclenchent dans l'enfance. D'autres attendent 30, 40 ou 50 ans avant de se manifester. Combiné à la diversité, ce dernier point rend le diagnostic difficile. Et quand bien même diagnostic il y a, la prise en charge ressemble à un véritable chemin de croix. "Au Maghreb, en dépit d'importants efforts accomplis ces dernières années pour une meilleure prise en charge de ces maladies, elles posent encore un véritable problème de santé publique par manque de dépistage, insuffisance de centres de soins spécialisés et non disponibilité de nombreux médicaments", regrette l'AMRM dans un communiqué. A l'évidence, les personnes atteintes de maladies rares et leurs familles se retrouvent livrées à elles-mêmes, impuissantes face à une maladie aux conséquences dramatiques en cas de diagnostic faussé ou de soins inappropriés. "Un grand nombre de patients voient leur état se dégrader et souffrent d'un handicap dans leur vie quotidienne ou perdent totalement leur autonomie", se désole l'Alliance des maladies rares au Maroc. Notamment des handicaps moteurs avec perte de la fonction de mobilité ou perte de la fonction d'un organe important : cœur, rein, foie ou encore poumons.
Ça fait froid dans le dos. Raison de plus pour ne pas détourner le regard. D'autant que la survie n'est pas l'unique horizon d'une personne atteinte d'une maladie rare. Il est également possible de vivre avec. Cela passe d'abord par des thérapeutiques innovantes ‘'qui remplacent des substances manquantes, notamment des enzymes ou un gène défaillant, ainsi qu'un dépistage néonatal systématique pour tous les nouveau-nés", recommande l'AMRM tout en exprimant son incompréhension quant à l'absence d'un tel dépistage au Maroc. Pourtant, son importance n'est pas feinte. Loin s'en faut. Le dépistage néonatal est en mesure d'éviter un handicap certain en l'absence de traitement, "c'est le cas pour l'hypothyroïdie congénitale ou la phénylcétonurie aux conséquences évitables grâce respectivement à un traitement peu coûteux et un régime alimentaire adéquat", précise l'Alliance. Mais est-ce pour autant suffisant ? Ne faudrait-il pas penser à combler le manque d'information sur ces maladies ? Une campagne de sensibilisation destinée aussi bien aux patients qu'aux professionnels de la santé ne serait pas superflue. D'où l'importance du webinaire de ce samedi (voir encadré). Rendez-vous compte, il faut entre deux et dix ans pour qu'un diagnostic soit établi avant que les traitements appropriés puissent être administrés. En attendant, ce sont les patients qui souffrent. Et leurs familles puissance mille. On ne souhaite à personne de regarder un être cher souffrir sans pouvoir lui venir en aide. L'impact sur les familles est tel que d'après une enquête de l'Observatoire des maladies rares (2015), 51% des parents d'enfants malades ont dû renoncer à travailler. Et ce n'est qu'une conséquence parmi d'autres. Mis bout à bout, l'ensemble de ces éléments confirment l'urgence de considérer les maladies rares comme une priorité de santé publique "s'inscrivant, à l'instar de pays européens, dans un plan national pour les maladies rares", conclut l'Alliance des maladies rares au Maroc (AMRM).
Chady Chaabi


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.