Un Monde Fou    Coupe Zayed : Le Raja se qualifie pour les quarts de finale    SM le roi Mohammed VI reçoit Antonio Guterres au palais royal de Rabat    La folle équipée du Raja de Casablanca    Un couple marocain meurt dans l'incendie d'un bâtiment en Italie    Hausse du nombre de travailleurs migrants à l'échelle mondiale    Foire régionale des produits du terroir, du 14 au 17 décembre à Taza    L'APRAM célèbre ses 20 ans d'existence    La Cour béninoise de répression des infractions économiques et du terrorisme menacerait-elle l'Etat de droit ?    Carlos Ghosn, l'empereur déchu de l'automobile    L'Iran déterminé à poursuivre ses essais de missiles    Divers    Madrid menace d'assumer le maintien de l'ordre en Catalogne    La commission des accords commerciaux du Parlement européen emboîte le pas à celle des affaires extérieures : Une évidence    Marcelo Gallardo Stratège et idole de River Plate    Valverde : Nous voulons aider Dembélé    Ronaldo : J'aimerais que Messi vienne en Italie    Rkia Derham : L'accord sur la ZLEC, un pas prometteur    Le secret de la longévité des tortues géantes des Galapagos    Rencontres de concertation au sujet des colonies de vacances    Lancement à Kénitra d'un modèle de classes d'enseignement préscolaire    « Ou ana ? », la campagne en faveur des mères célibataires    Insolite : Bague perdue    L'OCP Policy Center devient le "Policy Center For The New South"    Azoulay appelle les Souiris à s'enquérir des intérêts de leur cité    Open Innovation 2018 : BMCI s'engage avec 3 startups à l'issue de son programme    Fès : Convention pour la création d'"une école de deuxième chance" dans l'ancienne médina    Khashoggi désigné "personnalité de l'année" par le Time    Une secousse sismique a été ressentie à Al Hoceima    Migrations: Présentation à Marrakech d'un Manifeste sur les droits des femmes    «Si Dieu nous prête vie» de Intissar Haddiya présenté à Casablanca    Une exposition dédiée à sa «période africaine» : A la rencontre de Mohammed Kacimi au MuCEM de Marseille    Le Festival «Le Morocco Adventure Film» se déroulera à la Villa des arts de Rabat    Cinq grandes professionnelles du cinéma créent la Fondation Tamayouz    Comment l'affaire Hamieddine met le PJD dans la tourmente ?    Afrique. L'intégration des marchés financiers s'impose    Raja-Al Ismaily en 16è de finale retour de la Coupe arabe des clubs champions : Un match sous haute pression    L'ONU aurait besoin de 5 milliards de dollars pour le Yémen    Maladies professionnelles. La stratégie prend forme    Conférence intergouvernementale sur la migration à Marrakech    Bourse. Les transactions en baisse au cours du troisième trimestre    Gilets jaunes, Les mesures prises par Macron    Salé : Arrestation d'un individu impliqué dans un accident de circulation mortel sous l'effet de l'alcool    Le Wyadad et le Hassania en tête    Raja: apaiser la tension du staff technique    Décès à Marrakech de l'icône de la chanson populaire marocaine Hamid Zahir    «Sabah wa Massa» ou l'amour entre vérité et mensonge    Edito : Défenseur de migrants    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le cirque Il Florilegio Amar en tournée : Spectacles en florilège
Publié dans Libération le 01 - 11 - 2011

Après une tournée en Syrie et au Liban, le Cirque Il Florilegio Amar déparque au Maroc avec un nouveau show sur le thème de l'eau. Un spectacle à la fois intense, féerique et magique alliant à la fois des numéros esthétiques et exceptionnels de renommée internationale.
« C'est le mariage sur la piste des grands classiques du cirque et des numéros à sensations fortes. En gros, il s'agit d'un spectacle très dynamique et particulièrement impressionnant qui offre au spectateur à la fois du rire, de l'émotion, des frissons et surtout beaucoup de plaisir…..Bref, tout un programme qui renouvelle avec brio les spectacles de cirque familiaux », nous a expliqué l'attaché de presse du cirque Il Florilegio Amar, lors d'une conférence de presse, tenue dernièrement à Casablanca.
Sous un chapiteau d'une capacité de 1.500 places avec des pistes pas loin des gradins et sous des lumières clignotantes associées à des sons et de vraies musiques du cirque, les artistes du cirque Il Florilegio Amar ont présenté leur nouveau spectacle pour cette année, à savoir une otarie, des ballets, des jeux d'eau et qui a nécessité l'utilisation d'un nouveau système hydraulique mobilisant 100.000 litres d'eau. Le Globe et ses motos et un formidable numéro de cheval dressé avec le concours de la prestigieuse école du cadre noir de Saumur font également partie des nouveautés de cette année.
Des artistes et techniciens venus des quatre coins du monde, triés sur le volet. Ainsi Georgiens, Brésiliens, Colombiens, Argentins, Chinois, Italiens, Indiens, Polonais, Français, Syriens et Algériens, ont participé au montage de ce nouveau spectacle et une attention particulière a été apportée à la création des costumes et au choix des musiques et chorégraphies.
Selon les concepteurs du spectacle, leur premier souci est de respecter la réglementation en vigueur en matière d'organisation de spectacle, qui vise à garantir l'éthique et le sérieux de la profession et, à terme, l'image du cirque. En effet, la famille Togni, propriétaire du label Il Florilegio et de la marque Cirque Amar pour l'Algérie, le Maroc et la Tunisie, a perpétué depuis longtemps et avec conviction et talent la grande tradition familiale du cirque. Tradition héritée et jamais interrompue depuis 1870, date de la création du premier cirque de la famille Togni en Italie.
Quid du cirque Amar ?
Pour tous ceux qui ont eu l'heur d'avoir été émerveillés par le cirque Amar, le vrai, celui fondé par Ahmed Ben Amar et qui ne vit plus qu'à travers la famille Bouglione, le cirque Il Florilegio Amar rappellera de très bons souvenirs.
Cette dernière enseigne qu'une grande famille italienne de gens du voyage a créée en 1990, soit vingt an après la mort annoncée du rêve de l'enfant de Sétif, s'inscrit en droite ligne dans l'histoire du Circo Togni qui a sillonné toutes les routes du Vieux Continent depuis la fin du 19ème siècle. Elle joue aussi sur la nostalgie des vieux cirques de famille, avec une scénographie originale, un grand chapiteau et une ménagerie dont on ne voit plus pareille depuis fort longtemps.
Jusqu'en décembre prochain, le cirque Il Florilegio Amar offrira ainsi aux spectateurs à la fois du rire, de l'émotion, des frissons et surtout beaucoup de plaisir.
Une ménagerie de fauves et des artistes soigneusement sélectionnés seront là pour leur mettre des étoiles plein les yeux et leur offrir un spectacle magique et poétique où la prouesse gagne une dimension jamais égalée sous les chapiteaux.
A.S.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.