Drone abattu par l'Iran : La version de Trump    Energies renouvelables : Rabbah promeut les financement alternatifs    Conjoncture : La DEPF sur le même trend que le HCP, BOF!    CAN 2019 : la CAF placée sous tutelle de la Fifa    Larache. Un Français arrêté pour trafic de drogue et de psychotropes    Les parents des étudiants en médecine du privé dénoncent la discrimination et le populisme    La CAF prévoit deux pauses fraîcheur entre les mi-temps    Exposition sur Eugène Delacroix à Rabat, une première dans le monde arabe et en Afrique    Musiques sacrées. Le festival bat son plein    L'Iran dit avoir abattu un drone américain et parle de « ligne rouge »    Jeux Africains de Plage : le Maroc bat l'Algérie au beach-soccer    Arts martiaux : Marrakech abritera le Championnat du monde professionnel de muay thai    Accueil en fanfare pour le président chinois en Corée du Nord    Objectif Downing Street : Place aux deux finalistes    Kenzi Tower Hôtel: Restaurant Sens, une carte joliment revisitée    Une nouvelle stratégie de financement de la santé s'impose    TE Connectivity inaugure sa deuxième usine de production au Maroc    L'OPM célèbre la fête de la musique aux rythmes de compositions dansantes    Jazzablanca : 80% des festivaliers ont un accès gratuit    L'exposition «Mains de lumière» éblouit des étudiants et chercheurs    Le temps est ainsi fait    Sécurité et développement en Afrique. Comment le continent peut se prendre en main    Rabat. EBM lance ses programmes préparatoires pour les tests d'admissions    Sahara marocain à l'ONU: L'initiative marocaine fortement soutenue    Marquage fiscal .L'ADII lance un appel d'offres    Journée mondiale des réfugiés    Déconcentration administrative : La Commission interministérielle fait le point    Les Lions de l'Atlas en Egypte pour un deuxième exploit    Inscriptions au doctorat. L'UM5R annonce une baisse des frais pour les fonctionnaires    Les stocks de sardinelles et de chinchards surexploités    Benslimane : 4 personnes périssent dans un accident de la route    Le Centre international Hassan II de formation à l'environnement voit le jour à Salé    Le peuple marocain célèbre ce jeudi le 49ème anniversaire de SAR le Prince Moulay Rachid    L'escalade des tensions dans le Golfe inquiète    Hausse attendue de la production dans l'industrie au deuxième trimestre    L'agriculture peut aussi rafraîchir la planète    L'équipe ghanéenne espère renouer avec le sacre africain    Dormir devant la télévision fait grossir    Bulletin de la CAN    Bouillon de culture    Le bureau de la Chambre des représentants tient sa réunion hebdomadaire    Habib El Malki en visite à Dublin    Le marché mondial du luxe poursuit sa progression, tiré par la Chine    Moussem de Tan-Tan Les tentes marocaines et mauritaniennes reflètent la richesse du patrimoine culturel commun    Saïdia accueille le 11ème Salon régional du livre    Canticum Novum transporte le public fassi aux confins des musiques anciennes    Meurtre de Khashoggi. Le chef de l'ONU lance une enquête internationale    Amazon détrône Google comme marque la plus puissante    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trump contre-attaque en accusant l'ex-chef du FBI de "lâcheté"
Publié dans Libération le 13 - 06 - 2017

img class="responsive" style="display:none" src="http://www.libe.ma/photo/art/grande/14606207-20376727.jpg?v=1497269341" alt="Trump contre-attaque en accusant l'ex-chef du FBI de "lâcheté"" title="Trump contre-attaque en accusant l'ex-chef du FBI de "lâcheté"" / img class="not-responsive" src="http://www.libe.ma/photo/art/default/14606207-20376727.jpg?v=1497269365" alt="Trump contre-attaque en accusant l'ex-chef du FBI de "lâcheté"" title="Trump contre-attaque en accusant l'ex-chef du FBI de "lâcheté"" width="708" /
Donald Trump a donné dimanche un nouveau coup de boutoir contre l'ex-chef du FBI James Comey, l'accusant de lâcheté pour avoir fait fuiter dans la presse que le président américain lui aurait demandé d'abandonner un pan de l'enquête sur l'affaire russe.
Dans un tweet matinal envoyé depuis son club de golf dans le New Jersey, Donald Trump a également laissé entendre qu'en faisant passer ses notes personnelles aux journalistes, l'ancien premier policier des Etats-Unis avait pu enfreindre la loi.
"Je pense que les fuites de James Comey vont avoir beaucoup plus d'importance que quiconque ne l'aurait jamais pensé. Complètement illégales? Très +lâche!+", a écrit Donald Trump dans un message laissant la porte ouverte à plusieurs interprétations.
Jusqu'à son limogeage brutal le 9 mai sur ordre du président, James Comey supervisait une enquête du FBI sur les contacts entre des membres de l'équipe de campagne de Donald Trump et le gouvernement russe, soupçonné par le renseignement américain d'avoir cherché à influencer l'élection américaine de 2016 en faveur du républicain.
Lors d'une audition extraordinaire au Sénat qui a maintenu le Tout-Washington en haleine pendant près de trois heures, l'ex-chef du FBI a assuré jeudi sous serment que le président avait exigé de lui sa "loyauté" et demandé d'abandonner un volet de l'enquête russe portant sur le général Michael Flynn, son ex-conseiller à la sécurité nationale.
James Comey a d'autre part admis avoir fait fuiter à la presse en mai, par un ami, des notes dans lesquelles il avait consigné certains rendez-vous en tête-à-tête avec Donald Trump.
Pour les critiques de Donald Trump, ça ne fait aucun doute: le témoignage de James Comey apporte des éléments susceptibles de mener à des poursuites contre le président américain pour entrave à la justice et d'ouvrir la voie à une procédure de destitution. Mais la Maison Blanche rejette cette lecture, Donald Trump lui-même ayant accusé l'ancien chef du FBI de mensonges et se disant prêt à démentir - sous serment - son témoignage. L'audition de James Comey "n'a montré aucune collusion, aucune entrave" à la justice, s'est réjoui vendredi M. Trump. Au contraire, estime le président, l'ex-enquêteur l'a blanchi en confirmant publiquement qu'il n'était pas personnellement visé par l'enquête... au moins jusqu'à son limogeage.
Au contraire, c'est James Comey qui pourrait se retrouver poursuivi par la justice, contre-attaque la Maison Blanche, en faisant fuiter des informations dans la presse. Une perspective toutefois rejetée par de nombreux experts.
En attendant d'éventuelles suites, le président lui-même et son entourage ont donc décidé d'attaquer ce professionnel respecté, qui navigue depuis trois décennies dans les hauts cercles politico-judiciaires américains, sur son manque de courage présumé.
"Il a donné ses notes à un professeur de droit de (l'université de Columbia) parce qu'il n'a pas su agir en homme et donner ses notes directement aux médias", a ainsi accusé vendredi le premier directeur de campagne de Donald Trump, Corey Lewandowski.
Alimentant le suspense régnant depuis des semaines à Washington où l'affaire a pris des allures de feuilleton, Donald Trump a, d'autre part, promis de dire "dans un avenir très proche" s'il détenait des enregistrements de ses conversations privées avec M. Comey.
L'annonce pourrait venir "la semaine prochaine", a indiqué dimanche un de ses conseillers juridiques, Jay Sekulow, sur ABC. La commission du Renseignement de la Chambre des représentants a demandé que ces enregistrements soient présentés, s'ils existent, avant le 23 juin.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.