Maroc-Australie : un processus d'exploration de niches économiques enclenché ?    Elections du 8 septembre : Des parlementaires européens saluent les efforts du Maroc en matière de démocratie    Le Parlement Marocain à la tête de la Commission permanente de la paix et de la sécurité internationale de l'UIP    Ryad Mezzour: « Tous les ingrédients sont réunis pour la réussite du modèle congolais »    L'INDE, première étape du road show international "Morocco Now"    Crédit du Maroc: Forte hausse des bénéfices de la banque à fin septembre 2021    Contrôle de vie des bénéficiaires de pension : La CNSS dématérialise les procédures    Fermeture des frontières Maroc-France : Air France prête à renforcer son programme de vol    Doucement mais sûrement, le marché de l'immobilier au Maroc se redresse    Le renseignement, entre efficacité et légitimité : le Maroc, l'un des rares pays qui satisfait à cette union    Le Forum économique de Davos annule une réunion après des menaces de complotistes    Sénégal: Macky Sall veut restaurer le poste de Premier ministre, supprimé en 2019    Maroc-Israël : Les enjeux et non-dits d'un accord historique    Fermeture des comptes bancaires des mosquées : Le CFCM sort de son silence et dénonce l'arbitraire    CAF : La Supercoupe poussée jusqu'à février 2022    Mondial- Barrages africains : Tirage des matches le 26 janvier au Cameroun    Interception de 230 migrants d'Afrique subsaharienne à Laâyoune et Tarfaya    CAN 2021: la CAF met fin aux rumeurs d'une éventuelle délocalisation du tournoi    Le calendrier 2022 de la Diamond League dévoilé :Rabat accueille la 4ème étape    Interdiction d'accès au Maroc à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud    Compteur coronavirus : 154 nouveaux cas et 3 décès en 24H    OFI : « La violence faite aux femmes salit l'image du pays »    Covid-19 : Le nouveau variant, baptisé Omicron, classé préoccupant par l'OMS    Covid-19 : Interdiction d'accès au territoire marocain à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud (officiel)    La DGAPR n'intervient pas dans les concours de recrutement externes (Mise au point)    FIFM: qui sont les lauréats de la 4ème édition des Ateliers de l'Atlas?    Rabat: Remise de prix aux gagnants du concours «Je dessine mon Patrimoine»    "Khartoum Offside": Au Soudan, le football féminin, plus qu'une passion, un combat pour les droits    Israël vend au Maroc le système de missile multi-missions Barak 8    Covid-19 : Le Maroc en tête des pays africains ayant acquis plus 400 millions de doses de vaccin    Tunisie : près de 500 migrants secourus au large par la Marine    L'UE prévoit l'instauration d'un salaire minimum ''équitable''    Maroc/Inde : Appel au renforcement de la coopération en termes d'investissements bilatéraux    Prix Goncourt : une magnifique consécration à la littérature africaine    Le PSG battu mais qualifié, City, Real et Inter en 8es, Benzema buteur    BAD : 120 millions d'euros pour soutenir les entrepreneurs, les TPME et stimuler la relance    Covid-19 : Que sait-on sur le nouveau variant détecté en Afrique du Sud ?    Naufrage de migrants : Les Britanniques écartés de la réunion du 28 novembre    Rejet de 25 candidatures, dont celle de Saïf Al Islam Kadhafi    Protection sociale: le Conseil du gouvernement adopte un décret d'application relatif aux médecins    Le Maroc favori face au Danemark à Marrakech    «Fragments de vie» de Abdelatif Habib en vernissage à Rabat    Le processus de la création et le pouvoir des mots    «Juifs d'Orient, une histoire plurimillénaire»    L'Education requiert des réformes profondes et urgentes (M. Baitas)    Benny Gantz prie pour SM le Roi à la Synagogue « Talmud Torah » à Rabat    Mondial 2022 au Qatar : Les conditions désastreuses des travailleurs migrants    «Comme avant...» : Une exposition de Rero pour rouvrir l'espace d'art Montresso    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Appel de l'ASSOCIATION DES AMIS DES MYASTHENIQUES DU MAROC
R?FORME DES " TAXES SUR LES MALADIES "


LA REFORME FISCALE SUR LE CIRCUIT DES SOINS
"Complétant notre œuvre culturelle, de solidarité et nos écrits, nous venons demander franchement avec courtoisie et insistance, aux Cadres de notre pays, d'appuyer notre requête d'exemption de la TVA et des taxes de Douane, sur les intrants, des médicaments, des réactifs et des analyses qui renchérissent les investissements et obèrent l'accès aux soins. Contrainte à lever sur tous les médicaments, tous les soins et pour tous les marocains, sans exclusive ni privilèges de certaines pathologies sur d'autres !
La Réforme attendue doit éliminer les Taxes de Douane et de TVA, sans restriction, pour s'appliquer sur tous les secteurs de la Santé, afin d'obtenir un impact capable de générer des comportements économiques réels. Une réforme de l'importateur de matériel au malade, de l'industriel du médicament au médecin. Nous ne voulons pas de demi-mesures cosmétiques, ni de manœuvre populiste et dilatoire, mais une réelle renaissance du secteur de la santé et une réforme digne de la nouvelle philosophie du pouvoir de SM Sidi Mohamed !
Dans notre pays, à peine 30 % de la population seront plus ou moins couverts par la jeune AMO, ( Assurance Maladies Obligatoire). Ainsi, à titre complémentaire, cette réforme est vivement demandée de SM le Roi. Elle devra toucher tous les secteurs dans la cascade de leurs prestations où interfèrent les taxes de Douane et de TVA.
Celles-ci commencent par taxer les investissements industriels, intéressent les laboratoires paramédicaux techniques et hospitaliers. Lesquelles taxations amoncelées encore, se répercutent sur les coûts des prescriptions des examens complémentaires et de diagnostic, en grossissant les prix des examens de radios et des analyses, pour s'appliquer en outre sur les soins et achever, enfin, le malade dans la vente des médicaments.
LE PLAIDOYER DE L'AAMM
Constat : En effet, cher lecteur ou futur malade, à Dieu ne plaise, quelle valeur ajoutée y a-t-il dans une angine, une bronchite, un ulcère, une déprime, un asthme ? Quelle valeur ajoutée y a-t-il dans les maladies internes, chez les malades musculaires et neurologiques ? Trouvez-nous une valeur ajoutée et de quoi taxer une cardiopathie, une cataracte ? Voire une diplopie, comme c'est courant chez les Myasthéniques, une dysphagie, un encombrement des bronches, et dans toutes les formes d'impotences des membres que combat un malade, enfant, femme ou vieillard, menacé à tout moment par une aggravation de son cas ou par un handicap à vie ? Qu'il soit myasthénique débilité, ou porteur d'une autre pathologie, aigue ou chronique, voire plus tragique encore !
Comment peut-on encore exploiter ces tares et ces malades, que menacent à tout moment la déchéance, l'handicap, le confinement humiliant et la pauvreté ? Si l'on veut faire œuvre de développement humain ou humanitaire ! Aucun alibi ne peut plus défendre cette fiscalité de la douleur ! Cette fiscalisation de l'affliction et de la misère physique est anachronique compte tenu de l'action sociale prodigieuse qu'assume SM Si Mohamed. Et nous le proclamons avec sincérité, loyalisme et certitude !
Qui plus est ces taxes de Douane et de TVA sur la santé, sont en fait des pénalités sur les maladies, les fièvres et les douleurs. Car cher Lecteur, les seuls qui paient ces taxes, sont ceux qui souffrent, subissant une ségrégation de fait ! Impopulaires et iniques, ces taxes indirectes et sournoises, exploitent ostensiblement les seules tranches malades de parmi les citoyens, préservant avec bonheur, ceux qui ne sont pas malades, mais qui devraient faire œuvre de solidarité et entraide envers ceux qui souffrent !
A ce titre donc, ces taxes indirectes, perçues comme des exactions, contrairement à celles qui sont équitables et généralisées, sont inciviques et antisociales. Qui plus est, ces taxes ne sont pas plus qu'une série d'entraves et de freins sur l'accès aux soins, aggravant de leurs 24 % près, toutes les étapes du parcours sanitaire, dans tous les secteurs et hospices de santé, militaires, publiques et privés ! Elles iront desservir l'AMO et contrecarrer l'esprit de l'INDH, telle que promue comme chantier de règne de S M, que Dieu Le garde et Le fortifie !
R?QUISITOIRE ET ETHIQUE
Face à cette arnaque organisée des services sur les malades, insouciante et sans conscience, tout se passe comme si le budget d'exploitation des malades était figé, génétiquement fixé et irréversible ! Us traditionnels ou « tertib » ? Ni révisables par les progressistes du gouvernement ni amendables par les parlementaires, comme une malédiction originelle, condamnant à perpétuité les Marocains, à subir le boulet et le carcan de ces taxes et à les supporter comme autant de sévices sur leur santé ! Nous avons parlé antérieurement de dîme et de gabelle, tant cette indécence nous heurtait sur le plan de la morale médicale et du civique, que du fait de son concept archaïque et féodal ! Cette fiscalisation de l'affliction et de la misère physique est surtout anachronique, compte tenu de l'action sociale prodigieuse qu'assume SM Si Mohamed. Il s'agit d'un rançonnement de la morbidité, qui est l'antithèse des efforts immenses et ubiquitaires que SM prodigue, avec efficience et brio, sur le terrain de la réalité, pour rendre leur dignité aux tranches affaiblies de son Peuple. Nous en sommes les premiers à nous en féliciter et à Le louer.
Vous le savez, lecteurs et vous, messieurs les Ministres et les Conseillers de SM, par expérience ou par intuition, mieux que n'importe quel malade de notre société ! La simple logique l'affirme, sinon, les pères de famille, vous le diront quand ils ne voient pas pourquoi leurs fils malades et leurs parents affaiblis, doivent en plus de leurs souffrances, s'acquitter du quart des dépenses de santé au fisc collectif ! Ces taxes surajoutées, régies par des réglementations retardataires, sont vécues comme des châtiments punitifs, par tous les malades marocains, par toutes les familles, dont vous êtes, de par vos fonctions de proximité, messieurs les Cadres, les réceptacles, sinon les intermédiaire les plus avertis, auprès de notre Souverain bien aimé !
Entrées subrepticement dans la pratique et grossies avec le temps, ces taxes devenues habituelles par la force de l'inertie et de l'insouciance, sont des pénalités, anti-humanitaires, sur les douleurs des gens et leurs fièvres. Les supprimer c'est donc, messieurs les Décideurs, soigner plus vite et mieux, bien plus de personnes ! C'est aussi réduire les complications et les handicaps, qui coûtent si cher, à l'Etat, quand il s'en aperçoit !
En toute citoyenneté, dans tous les systèmes de pensée économique du plus libéral au socio démocrate, et dans tous les sens du civisme le plus élémentaire, les lignes des produits de confort et de luxe, devraient permettre logiquement à nos illustres financiers, de combler leur manque à gagner sur les rubriques santé et de ménager ceux qui malades, ne produisent pas !
EXHORTATIONS A SM LE ROI
Nous adjurons ici, à travers votre respectable entremise, la Grande Mansuétude et la clairvoyance de SM le Roi. La sagesse qu'il est de réformer, pour rendre justice, toutes ces calamités passéistes, est digne des actions superbes, courageuses et exemplaires de SM. Si le progrès humain est la clé de voûte du chantier de l'INDH, la santé en est la base, autant que le pain, l'eau et la dignité par le travail ! Les bénéfices à lever ces sanctions injustes, qui s'abattent sur les familles et leurs malades, sont incommensurables sur le plan de leurs retombées populaires et nationalistes.
L'opportunité de supprimer les taxes indirectes de Douane et de TVA sur les médicaments, le matériel de diagnostic et les intrants des soins, sera un starter pour l'imaginaire et l'esprit entrepreneurial des jeunes investisseurs et un baume pour les marocains. Cette forme de charité, de démocratie ou de simple justice, sera vécue par tous, comme une satisfaction, pleine de reconnaissance et de déférence envers à Sa Majesté le Roi Sidi Mohamed !
Parce qu'il y a une solution économique, simple, qui rétablit la dignité et parce que c'est juste et éthique, parce que notre Pays contribue à propager les valeurs humanitaires, parce que notre Roi, avec exemplarité et vigueur, dispense sa volonté généreuse de solidarité à l'adresse de Son Peuple, nous continuerons à expliquer aux Cadres, nous insisterons avec politesse, auprès du Législateur, pour que cette réforme logique, s'applique avec courage, et qu'elle ait lieu malgré la paresse ou les résistances !
En les remerciant de leur rôles de médiateurs avertis, nous demanderons aux enseignants, aux médecins, aux proches Conseillers de SM le ROI, avec dignité, courtoisie et sans relâche, de défendre notre requête et de vouloir bien la transmettre, en Haut Lieu, avec leurs meilleurs plaidoyers, parce que la Santé, selon nous médecins et malades, passe avant le pain et le travail.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.