Gfi Informatique consolide sa position sur le marché africain    Twitter : la salve de Trump contre Emmanuel Macron    L'équipe nationale sacrée 3e au niveau mondial    El Othmani : Le Maroc mobilisé pour la sécurité routière en Afrique    Nouveauté: Le monde rural fait entendre sa voix sur Medradio    Le pape François au Maroc les 30 et 31 mars 2019    Agression israélienne contre Gaza, une spirale de violences régionales selon le gouvernement palestinien    Le Groupe BCP lance son « Fintech Challenge »    Le Maroc et l'Inde s'engagent à échanger leurs criminels respectifs    Nouvel effondrement meurtrier à Jerada    Taroudant : Un couple achète un nouveau-né à 750 DH    Theresa May réunit son gouvernement, divisé sur le Brexit    Ouvrage collectif : Pour une meilleure exploration culturelle du continent    Les universités marocaines bien loties!    L'art martial et la manière    Le Conseil supérieur de l'autorité judiciaire livre son premier bilan    Le secrétariat du PJD prévoit des visites en Algérie    Baddou, réélu au Comité exécutif de la GFIA    Riposte des élèves. Ils sont manipulés, selon Amzazi    Mondial 2022.. La main tendue de l'Iran    HACA : 47 plaintes traitées et 36 opérateurs sanctionnés    Près de la moitié de la population a une couverture médicale    CAN2019 : Le Cameroun plus proche que jamais du désistement    Lancement des spectacles de théâtre Amazigh au profit des MRE    Tunisie : Le nouveau gouvernement obtient la confiance du Parlement    Le Maroc désigné pays organisateur des Jeux Africains 2019    Edito : Actualiser le social    BAM : Les taux en baisse pour les particuliers, en hausse pour les TPME    Boissons sucrées. La TIC augmente de 50%    Accord Agricole Maroc-UE : Feu vert de la Commission parlementaire européenne    Sarah Perles, révélation des Césars !    Maroc, de quelle culture parlons-nous ?    Première norme anticorruption: Une démarche préventive    Emmanuel Dupuy : La France et le Maroc sont engagés dans une coopération sur le plan judiciaire contre les organisations terroristes    S.M le Roi prend part au déjeuner offert par Emmanuel Macron à l'occasion du centenaire de l'Armistice    Le Barça battu chez lui, le Real fortifie Solari    La maladie de Parkinson commence peut-être dans l'appendice    Divers    Copa Libertadores : Boca résiste à River dans une Bombonera en fusion    Insolite : Le tour de la GB à la nage    La FDT en marche à Essaouira    11 novembre 1918 : Le rôle et les sacrifices des troupes indigènes de l'Armée d'Afrique    Washington durcit le ton avec Ryad à propos du meurtre de Khashoggi    Lancement de la première édition de l'événement "Go Goal" à Rabat    A Copenhague, Leila Slimani dissèque le rapport intimité et écriture    Tarek El Bakri: La littérature dédiée aux jeunes a une vocation éducative    La FMEJ met les points sur les «i»    Armistice : Le Maroc au premier rang    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tariq Ramadan reconnait avoir eu des rapports sexuels avec deux plaignantes
Publié dans L'observateur du Maroc le 22 - 10 - 2018

Après un an de dénégations, l'intellectuel Tariq Ramadan a finalement reconnu lundi 22 octobre 2018 avoir eu un rapport sexuel avec les deux premières femmes à l'avoir accusé de viol mais il a affirmé aux juges français que ces relations étaient « consenties ».
Les messages échangés entre Tariq Ramadan et ces deux femmes « démontrent que les parties civiles ont menti et que les relations sexuelles ont été parfaitement souhaitées, consenties et même par la suite de nouveau recherchées », a déclaré lundi son avocat Me Emmanuel Marsigny à la sortie des deux heures d'audition au tribunal de Paris.
Il a annoncé avoir déposé une quatrième demande de mise en liberté de M. Ramadan, incarcéré en France depuis sa mise en examen le 2 février 2018 pour le viol de Henda Ayari et « Christelle », un nom d'emprunt. « Une plainte pour dénonciation calomnieuse et dénonciation de crime imaginaire suivra », a ajouté son avocat.
« La raison pour laquelle M. Ramadan a été contraint jusqu'à présent de ne pas reconnaître de relations tient au fait que, depuis le départ, (…) il a eu le sentiment que la conviction était acquise de ce qu'il était coupable », a justifié Me Marsigny.
« Ça fait 11 mois que M. Ramadan ment », a répondu Me Eric Morain, l'avocat de « Christelle ». M. Ramadan vient aujourd'hui « se frapper la poitrine et se présenter comme le héros de la vérité et dire j'ai libéré ma parole. Ce n'est pas sérieux, ce n'est pas un parangon de vertu », a-t-il réagi.
Dénonçant un viol commis lors de leur unique rencontre le 9 octobre 2009 à Lyon, cette femme avait saisi la justice en octobre 2017, dans la foulée de la première plainte déposée par Mme Ayari. Cette dernière, une ancienne salafiste devenue militante laïque, affirme avoir été violée dans un hôtel parisien au printemps 2012.
Or l'islamologue avait jusqu'ici nié tout rapport physique avec ces deux femmes, reconnaissant seulement en juin 2018 des relations extra-conjugales de « domination » avec d'anciennes maîtresses et une troisième plaignante pour laquelle il n'est pas mis en examen.
Face à « Christelle » le 18 septembre 2018, Tariq Ramadan n'avait encore concédé qu'un « jeu de séduction » pendant quelques mois, par téléphone et internet, et réaffirmé n'avoir bu qu'un verre avec cette « mythomane » au bar de l'hôtel le jour des faits.
Mais sa ligne de défense avait été balayée la semaine suivante par la remise d'une expertise dévoilant les 399 SMS échangés du 31 août au 15 décembre 2009.
En prévision du rendez-vous d'octobre, Tariq Ramadan y détaillait par avance ses fantasmes sexuels violents et dominateurs, qui concordent avec la description initiale des faits par « Christelle ».
Mais chacune des parties interprète désormais ces messages à son avantage: témoignage d'une relation consentie pour la défense, preuve des manipulations de Tariq Ramadan pour les parties civiles.
Pour Eric Morain, ces échanges démontrent « l'emprise » exercée sur plusieurs femmes et en particulier sur sa cliente, une convertie de fraîche date qui croyait se marier bientôt avec cette figure populaire de l'islam francophone.
L'horodatage des 144 SMS de « Christelle » n'ayant pas été retrouvé, l'enquête doit reconstituer le fil des conversations.
Dans un de ces messages non datés mis en avant par la défense, « Christelle » écrit notamment « tu m'as manqué dès que j'ai passé la porte ». Les conseils de M. Ramadan ont également versé au dossier vendredi des SMS échangés avec Mme Ayari à l'automne 2012, quelques mois après le viol présumé, qui démontrent, selon eux, une relation consentie.
Depuis le début du scandale, l'intellectuel et ses soutiens dénoncent par ailleurs constamment une « collusion » entre les plaignantes, ses ennemis politiques et, désormais, ses anciennes maîtresses.
En Suisse, il est également visé par une instruction pour viol. Le procureur suisse doit encore venir l'entendre en France, selon des sources concordantes.
Il est actuellement détenu dans un hôpital pénitentiaire de région parisienne, en raison d'une sclérose en plaques dont le traitement a été jugé compatible avec sa détention.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.