Attentat Strasbourg : Le roi adresse un message de condoléances à Macron    CAN 2019 : le Maroc se met volontairement hors-course    COP24 : Une coopération environnementale entre le Maroc et le Sénégal    Saisie par la Marine royale de plus de 300 Kg de Chira à bord d'un Go-fast en Méditerranée    Maroc-France : Signature d'un accord pour le renforcement des compétences en langue française des jeunes    Glamour, stars et paillettes sont au rendez-vous    Tanger : Deux malfrats condamnés à 10 ans de prison    Juan Carlos Garrido, le maître d'œuvre    En vertu d'une convention entre la FNM et Renault : Un véhicule Renault Master pour transporter les toiles en toute sécurité    Real Madrid.. 63 millions de livres sterling sur la table pour Hazard    Casablanca : Remise des prix aux lauréats de l'African Entrepreneurship Award 2018    Accord agricole : Les eurodéputés disent oui    BCIJ : Démantèlement d'une cellule terroriste composée de trois «Daechiens» à Kénitra    Projet de loi de Finances 2019 : Les amendements des conseillers bien accueillis    Lutte contre la spoliation immobilière : Aujjar s'attaque à la mafia du foncier    Les droits sociaux et juridiques de l'artiste à l'ordre du jour    Malgré l'adoption formel, le combat se poursuit    Espagne : Pedro Sanchez annonce une hausse de 22% du SMIC    Fès-Meknès. Dardouri communique autour de l'INDH    Le groupe Attijariwafa bank remporte deux prix à Londres    Où en sont les pourparlers de paix inter-yéménites?    PLF 2019 en phase finale chez les conseillers    «Réhabiliter la politique et le politique»    «L'autisme est un prétexte pour parler de nos différences»    Ligue des Champions : Messi, Salah, Kane et Hakimi disputeront les huitièmes    Le gel des biens de Hosni Moubarak maintenu par l'UE    L'ES Tunis souhaite rencontrer River Plate au Carré d'AS    Apple. Voici les meilleures applications de 2018    Royal Air Maroc réceptionne à Seattle un nouveau Boeing 787-9 Dreamliner    Entreprises : De nouveaux textes législatifs approuvés par la Chambre des représentants    Le transfert des compétences toujours en stand-by    Noël endeuillé pour Strasbourg    E-commerce : Le Maroc classé 5ème pays africain    Le taux de mortalité infantile a baissé à 2,9% en 2018 au Maroc    Madrid menace d'assumer le maintien de l'ordre en Catalogne    Carlos Ghosn, l'empereur déchu de l'automobile    L'Iran déterminé à poursuivre ses essais de missiles    Le secret de la longévité des tortues géantes des Galapagos    Rencontres de concertation au sujet des colonies de vacances    Lancement à Kénitra d'un modèle de classes d'enseignement préscolaire    Marcelo Gallardo Stratège et idole de River Plate    Valverde : Nous voulons aider Dembélé    Ronaldo : J'aimerais que Messi vienne en Italie    Abdelali Hamieddine de nouveau rattrapé par l'affaire Aït Ljid    La Cour béninoise de répression des infractions économiques et du terrorisme menacerait-elle l'Etat de droit ?    Insolite : Bague perdue    L'OCP Policy Center devient le "Policy Center For The New South"    Azoulay appelle les Souiris à s'enquérir des intérêts de leur cité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des investigations font gagner du terrain à Ramadan face à Ayari
Publié dans Les ECO le 19 - 07 - 2018

La première plaignante dans l'affaire Tariq Ramadan, Henda Ayari, s'est vue contredire par une récente enquête ayant prouvé qu'elle se trouvait dans le mariage de son frère le jour de son viol.
Lors de sa première confrontation à Tariq Ramadan incarcéré depuis le 2 février pour viol, Henda Ayari a vu ses propos contrecarrés par de récentes investigations. Initialement, cette première plaignante situait le viol présumé au début du printemps 2012, dans un hôtel de l'est parisien. Elle avait ensuite fait évoluer sa version des faits, évoquant alors la date du 26 mai 2012 et un lieu précis : l'hôtel Crowne Plaza de la place de la République à Paris. Mais les enquêtes menées par la brigade criminelle ont mis en doute ce nouveau témoignage, en concluant qu'elle se trouvait alors au mariage de son demi-frère à Rouen, à 130 km au nord-ouest de la capitale française. «Elle a recherché des dates. Elle a eu tort parce qu'elle aurait dû dire finalement : Je ne sais pas», a réagi après la confrontation Me Francis Szpiner, l'avocat de la plaignante. «Mais ça ne remet pas en cause l'essentiel. (...) Elle dit qu'il l'a violée et elle a maintenu ses accusations face à M. Ramadan», a-t-il ajouté.
Le Huffpost rapporte que le frère d'Henda Ayari a été pourtant catégorique en affirmant que le 26 mai 2012 celle qui accuse Tariq Ramadan se serait rendue à son mariage. «Il avait lieu à Petit-Couronne à 7 ou 8 kilomètres de Rouen. (...) La fête a commencé vers 18 ou 19 heures. J'ai le souvenir que ma sœur était présente ce soir-là. Elle était avec ses trois enfants. Je ne saurais pas vous dire à quelle heure elle est partie. (...) Dans mes souvenirs, elle était présente et souriante, atteste-t-il devant les policiers de la crim. Il me semble qu'on la voit sur une vidéo du mariage qui est gravée sur un DVD», précise-t-il dans les témoignages repris par Le Point, témoignages dans lesquels il insiste également sur l'état mental de sa sœur.
Pour sa part, l'avocat de Ramadan, Me Emmanuel Marsigny, a indiqué qu'il allait formuler une nouvelle demande de remise en liberté pour son client.
«Il n'y a plus pour moi de dossier Ayari puisque on est incapable de savoir quand et où le prétendu viol aurait eu lieu. Reste maintenant la question de la remise en liberté de M. Ramadan que je vais déposer bien évidemment dès aujourd'hui», a-t-il déclaré après la confrontation.
Dans un article paru ce jeudi, Le Point révèle, en exclusivité, que les magistrats disposent désormais de plusieurs éléments recueillis par les enquêteurs de la brigade criminelle de la police judiciaire parisienne, en charge des investigations, venant contredire les déclarations d'Henda Ayari sur le jour précis où elle assure avoir été violée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.