Conseil des ministres: Examen des Orientations générales du Projet de Loi de Finances 2022 ainsi que des nominations aux fonctions supérieures    Conseil des ministres: Les Orientations générales du projet de loi de finances pour l'année 2022    Classement FIFA. Le Maroc devrait doubler l'Algérie et intégrer le Top 30 mondial pour la première fois    Mohamed Benchaâboun nommé ambassadeur du Maroc en France    Ligue des champions : Le Raja au vert, le Wydad au rouge    Pétrole et gaz : Une compagnie israélienne s'apprête à explorer au large de Dakhla    Egalité de genre : La participation des femmes à la vie politique progresse, les inégalités persistent    Hydrocarbures : Une OPEP du gaz siérait bien à Moscou    Massacre des Algériens : la France commémore les 60 ans    L'Opinion : Le défi malien    Compteur coronavirus : 269 nouveaux cas positifs, 7 décès enregistrés en 24H    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 17 octobre 2021 à 16H00    Alphabétisation dans les mosquées : Vers plus de bénéficiaires    Kénitra : un individu interpellé pour trafic de comprimés psychotropes    Meknès : Un patrimoine architectural et urbanistique à préserver    Le concours « Ana Maghribi.a » revient pour sa 8ème édition    Quatre migrants morts et 13 autres interceptés au large de l'Algérie    OVH réussit son entrée à la Bourse de Paris    Eqdom: AGR reste à l'achat avec un cours objectif relevé    Les Emirats Arabes Unis ouvrent la possibilité d'un visa de 5 ans pour les Marocains    Le CNDH discute des recommandations à présenter au gouvernement    L'ADFM appelle à une réforme du code de la famille    Laâyoune: Inauguration d'un hôpital de campagne anti-Coronavirus    Un responsable UE salue «l'engagement fort» de la société civile marocaine    La BM et le FMI célébrent le «Success story» de Tanger Med    Fathallah Sijilmassi en devient le premier Directeur Général    Des experts africains appellent à l'expulsion de la «rasd» de l'UA    La RS Berkane bat l'US Ben Guerdane et met un pied en phase de poules    Le Comité international olympique inquiet    17 octobre 1961 : Valérie Pécresse évoque 22 policiers tués par le FLN, nœud de l'actuel régime algérien    Journalistes et youtubeurs analysent les extériorisations anti-marocaines de l'Algérie    Championnat d'Afrique de natation : Le Maroc récolte 10 médailles et finit 3ème    Une ode à la grâce et à l'élégance    Clôture du FICAM 2021: une édition professionnelle qui a tenu toutes ses promesses!    Immobilier: une assurance pour les loyers impayés, pourquoi pas ?    Fin de la «Crise des sous-marins»?    Créer au pont de Saint-Ange    Contraception masculine : La pilule existe, mais elle a du mal à passer    Interview avec Sébastien Vaumoron : Télétravail, un mode alternatif à double face    Michel Barnier : élu, je ne «donnerais pas dans la repentance» sur les questions mémorielles avec l'Algérie    Magazine : Sarim Fassi-Fihri, maux croisés    DHJ-JSS (3-2) : Les Jdidis caracolent en tête de tableau !    Migrants: au moins 8 victimes et 17 disparus au large de l'Espagne    Covid-19: le Maroc vaccine à toute allure, et appelle les réticents à se manifester    Bruits de bottes    FRMB : Abdeljaouad Belhaj réélu président pour un nouveau mandat    Couture : maison Sara Chraibi divulgue sa collection printemps-été 2022    L'Icesco lance à Rabat un laboratoire international de pensée et de littérature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Métier du livre : Une nouvelle fiction, l'édition indépendante
Publié dans L'opinion le 22 - 09 - 2021

Après la presse indépendante, voici venu le temps de l'édition indépendante, comme revendication et lien social de groupe.
Dans « Les lois du silence », un « Essai sur les fonctions sociales du secret », Jean Jamin rapporte et analyse une production « idéologique » qui permet à des chasseurs de bloquer la promulgation d'une loi qui les empêcherait de tendre des pièges, non pas pour attraper des grives, mais des faisans, des bécasses et des gélinottes.
Cette production n'est rien de moins qu'un oiseau inventé de toutes plumes, un oiseau qui n'existe pas, que personne n'a jamais vu, en dehors des chasseurs qui s'opposaient au projet de loi et qui ont ainsi inventé « une croyance » à laquelle va se plier le législateur, une croyance qui a également pour fonction la création et le renforcement de liens d'appartenance sociale à travers le métier de chasseur, poseur de pièges.
Dans les années 90, en Afrique, c'est un être médiatique qui s'est imposé à l'entendement : la presse indépendante, avec son printemps, que Thierry Perret devait qualifier d'invention dans son ouvrage « Le temps des journalistes : L'invention de la presse en Afrique francophone ».
Au-delà du lien social, c'est un groupe... d'intérêt qui prend forme et s'impose par son discours et non par sa réalité. Dans les faits, le thème de la liberté et de « l'indépendance » de la presse (il fut même question de presse autonome...) est devenu, dans les années 90-2000, l'idéologie professionnelle du métier de journaliste qui évolue en dehors de la presse partisane et publique.
La presse privée a existé bien avant les années 90, mais ne formait pas un « groupe » social sinon d'intérêt. Le capital privé n'assure pas l'indépendance ni des sources d'information ni des bailleurs de fonds et moins encore de l'Etat à qui il est demandé des subventions au même titre que la presse publique et partisane, mais sur la base d'une certaine singularité qui n'existe en réalité que dans les esprits de ceux-là même qui l'ont inventée, comme les chasseurs ont inventé un oiseau pour obtenir gain de cause.
L'indépendance, c'est l'autonomie financière
S'il est question de moins en moins de presse indépendante, l'édition semble prendre le relais et organise, périodiquement, les Assises internationales de l'édition indépendante comme s'est constituée une Alliance internationale des éditeurs indépendants.
Les Assises ont pour objectif de réunir « des actrices et acteurs de tous les continents, elles permettent notamment chaque année d'établir collectivement un portrait de l'édition indépendante mondiale », issus du Maghreb, d'Afrique subsaharienne, d'Europe et d'Amérique du Sud. Dans ce schéma, il n'est pas question d'indépendance par rapport à l'Etat ou aux partis politiques mais par rapport aux « conglomérats » d'édition, comme il en existe en France, mais pas au Maroc, par exemple.
Ce que l'on qualifie d'éditeurs indépendants sont, dans la réalité, des éditeurs sans assises financières, mais qui participent, en France, pour citer un exemple et selon les chiffres disponibles, à 25 % du volume de titres publiés dans l'Hexagone. Le nombre d'éditeurs qui entrent dans cette catégorie est de quelque 3000, pour l'essentiel « invisibles » par rapport à des éditeurs comme Le Seuil, Gallimard, Albin Michel et quelques autres qui ne dépasseraient pas la vingtaine d'éditeurs. Ces éditeurs « indépendants » qui refusent la « marchandisation » des livres qu'ils publient sont souvent en dehors des circuits de distribution du livre et restent dans la limite d'une diffusion restreinte pour ne pas dire confidentielle.
La majorité de ces éditeurs revendique une certaine « éthique », mais aspire à des aides publiques pour l'embauche et le développement structuré de l'activité. A sa création la Fédération nationale de l'édition indépendante, en France, s'est donnée pour objectif le rassemblement des associations d'éditeurs indépendants «pour construire des revendications communes».
Cette revendication de financement public montre bien que cette édition indépendante ne l'est et ne se conçoit que par rapport aux éditeurs solidement ancrés financièrement et professionnellement, des éditeurs qui ne se refusent pas le vertige du bestseller qui, peut-être, ne marquera pas « la pensée », mais reste porteur de marge et donc d'indépendance financière pour se développer... en toute indépendance et autonomie.
Abdallah BENSMAIN


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.