Réunion jeudi du conseil de gouvernement    Urgent : Affrontement entre l'armée espagnole et les Herragas de Sebta    Blé : le gouvernement gagnera-t-il son pari ?    Renault Maroc : Le groupe atteint 60% de taux d'intégration    Le président du MAK, Ferhat Mehenni, placé en garde à vue (sources kabyles)    Botola Pro D1: Le HUSA et le MAS assurent l'essentiel    Virée réussie pour le Raja à Johannesburg    Arab Futsal Cup : Début, ce jeudi, au Caire    Vague de chaleur de jeudi à samedi dans plusieurs provinces du Royaume (Bulletin spécial)    Philip Morris International nomme Jacek Olczak au poste de Président-Directeur Général    Un chef militaire kurde tué lors d'une opération turque en Irak    Le duel madrilène se poursuit de plus belle    Un Technopark à Fès pour consolider l'attractivité économique de la région    Les opérateurs économiques abordent le virage 2021 avec optimisme    Province de Khouribga: Création de 45 unités de l'enseignement préscolaire avec l'appui de l'INDH    Nouvelle édition du Festival du film éducatif pour les enfants des centres d' estivage    "C'est mieux là-bas" de Zouhair Chebbale projeté à Strasbourg    «Miroir de l'âme» : Voyage au cœur de l'univers sensuel de Rajae Lahlou    Maroc-Espagne : Une crise aux multiples facettes    Euro 2020-2021 : Karim Benzema serait-il sur la liste de Didier Deschamps dévoilée ce soir !?    Les Forces Royales Air renforcent leurs drones    La France efface la dette du Soudan    Les détenus provisoires encombrent les prisons    Madrid justifie (encore) l'accueil de Brahim Ghali et refuse de voir un lien avec la marrée de migrants à Sebta    Pour une nouvelle organisation des souks hebdomadaires en milieu rural    Trafic international de drogue : saisie de 1,2 tonne de chira à Boucraa et Gueltat Zemmour    Vidéo : le vrai visage de la Deutsche Welle (DW), entre autocensure et partialité    Aide humanitaire au profit des Palestiniens : un deuxième avion militaire arrive au Caire    L'appel de SAR la Princesse Lalla Hasnaa devant la Conférence mondiale de l'Unesco    Destinée aux MRE : L'application de transfert d'argent «Taptap Send» lancée au Maroc    Assurance : Les crèches sommées de jouer la transparence    Formation : Des Marocains décrochent un MBA de Springfield University    Des personnalités palestiniennes saluent l'initiative marocaine de solidarité envers le peuple palestinien    Les sanctions urgentes à prendre par la FRMF    Covid-19 : Le Maroc bien parti pour contenir la pandémie    L'AS Salé représente le Maroc à la 1ère Basketball Africa League    Achraf Hakimi : "Je ne peux pas savoir ce que l'avenir nous réserve"    La Légation américaine de Tanger fête ses 200 ans    Casablanca : Des policiers usent de leurs armes pour interpeller des individus agressifs    Monétique: l'activité toujours impactée par les conséquences de la pandémie    Abdelaziz Bouteflika enfin convoqué par la justice    Le Maroc réitère son soutien indéfectible aux droits du peuple palestinien    Jack Lang: Puisse l'exemple Royal entraîner d'autres pays à faire preuve de vraie solidarité    Le café des Oudayas fait peau neuve !    La culture hispanique vue par la bande dessinée et de l'illustration    L'Art moderne & Contemporain marocain à Paris    La loi N°56.20 offrira un nouveau cadre juridique à la création de musées, avec un label officiel (FNM)    Gaza: au moins 42 Palestiniens tués dans les raids israéliens, plus lourd bilan quotidien depuis lundi (ministère)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Chili: Michelle Bachelet entame un second mandat contre «l'inégalité»
Publié dans L'opinion le 13 - 03 - 2014

La socialiste Michelle Bachelet a été investie mardi pour un second mandat à la tête du Chili, s'engageant à rendre son pays, l'un des plus riches d'Amérique du Sud, «différent et beaucoup plus juste».
«Le Chili a un seul grand adversaire qui s'appelle l'inégalité», a lancé Mme Bachelet depuis le balcon du Palais
«Commençons maintenant, le temps est court, mais nous allons l'utiliser au maximum» a promis la première femme élue à la tête d'un pays sud-américain.
Mme Bachelet fait face à de nombreux défis pour son retour à la Moneda, qu'elle avait quitté en 2010 avec un taux de popularité record.
Mais elle a affirmé croire possible «un Chili différend et beaucoup plus juste». Dans la matinée, la nouvelle présidente a prêté serment lors d'une courte cérémonie d'investiture tenue au Congrès à Valparaiso, à quelque 120 km de la capitale chilienne avant de regagner la capitale.
De nombreux chefs d'État latino-américains et du vice-président des États-Unis Joe Biden ont assisté à l'investiture, mais le président vénézuélien Nicolas Maduro a annulé son voyage à la dernière minute.
Symbole fort dans un pays encore marqué par la dictature, c'est la sénatrice socialiste Isabel Allende, fille de l'ex-président Salvador Allende renversé par le coup d'Etat du 11 septembre 1973, et première femme à présider le Sénat chilien, qui a remis l'écharpe présidentielle bleu, blanc et rouge à Michelle Bachelet, 62 ans, dont le propre père a été torturé et tué aux premiers jours de la dictature Pinochet. «C'est un grand honneur de relever le défi d'être la première femme présidente du Sénat dans l'histoire du Chili et de remettre l'écharpe présidentielle», a déclaré la sénatrice, visiblement très émue, affirmant que cette «image historique» ferait «le tour du monde».
Mme Bachelet succède au conservateur Sebastian Piñera, qui quitte le pouvoir avec un bilan contrasté, mais ne cache pas son ambition de succéder à Michelle Bachelet dans quatre ans.
Avant de quitter le palais présidentiel, M. Pinera a assuré «partir la tête haute», affirmant que son gouvernement remettait à Michelle Bachelet «un Chili qui est devenu un pays meilleur que celui que nous avions il y a quatre ans».
Elue le 15 décembre dernier avec plus de 62% des suffrages, 20 points devant sa rivale de droite Evelyn Matthei, la nouvelle présidente a promis de mener «enfin» à bien «de profondes transformations» pour réduire les importantes inégalités sociales qui divisent le Chili».
Des objectifs ambitieux
Rompant avec le style figé de la classe politique traditionnelle, cette médecin de formation, ancien ministre et ex-directrice de l'ONU-Femmes, mère de trois enfants et grand-mère, s'est notamment fortement engagée en faveur de l'amélioration des droits des femmes dans un pays ultra-conservateur, où l'avortement, même thérapeutique, est interdit et où le divorce n'a été légalisé qu'en 2004.
Pour ce nouveau mandat, la socialiste s'est fixé des objectifs ambitieux, promettant dans les 100 premiers jours de son gouvernement 50 mesures choc, dont une vaste réforme de l'enseignement et de la fiscalité avec une augmentation importante de l'impôt sur les sociétés pour financer une refonte du système éducatif.
Mme Bachelet a également promis l'adoption d'une nouvelle constitution «née de la démocratie» pour remplacer celle qui porte la signature du dictateur Augusto Pinochet (1973-1990). Désireuse de se mettre au travail car «nous avons un programme à remplir», la nouvelle présidente a convoqué son premier conseil des ministres mercredi à 7H45.
Son cabinet comprend 23 ministres dont neuf femmes.
Elle hérite d'un pays un peu essoufflé par le ralentissement de l'économie mondiale, un recul des investissements et la baisse des prix du cuivre, dont il est le premier producteur au monde. L'économie chilienne reste toutefois globalement solide, avec une croissance entre 3,75% et 4,75% prévue pour 2014.
Mais c'est dans le domaine de l'éducation, alors que des dizaines de milliers d'étudiants n'ont pas accès à un enseignement gratuit et de qualité, que les attentes sont les plus fortes. «Je suis fille de l'éducation publique» a revendiqué Mme Bachelet dans son discours.
Les nouveaux leaders de l'influent mouvement étudiant, fort du soutien des centaines de milliers de jeunes descendus dans la rue lors des manifestations massives de 2011, ont cependant déjà exprimé leur méfiance vis-à-vis de Michelle Bachelet et avaient appelé à ne pas voter lors des élections.
Avant même d'entrer en fonctions, la vice-ministre de l'Education, Claudia Peirano, a démissionné et le ministre de l'Education désigné Nicolas Eyzaguirre est déjà fortement critiqué.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.