Aéroport Fès-Saiss : Hausse du trafic des passagers à fin avril 2019    La gestion intégrée des ressources hydriques!    OCP : Le chiffre d'affaires grimpe de 20%    Seedorf : Le Maroc favori de la CAN    Hadji, 4e ballon d'Or du Maroc en Afrique    1998: retour des Lions pour une place au quart…    Immigration illégale et traite humaine : Arrestation à Asilah d'un ressortissant malien    A Sidi Moumen, inauguration royale d'un centre médical de proximité    Artcom'Sup intègre la World Design Organization    Lahoucine Bardaouz, un talent pluriel    L'autre dans le cinéma    Côte d'Ivoire : Atlantique Assurances, filiale de la BCP, lance une offre dédiée aux agriculteurs de coton    Fiscalité. Les libéraux veulent reconstituer un front uni    RDC : Moïse Katumbi accueilli en héros national après son retour au bercail    7ème édition de l'opération Iftar Saem : P&G Maroc distribue plus de 250.000 ftours depuis 2013    Bouskoura : Trois ouvriers meurent par asphyxie dans un canal des eaux usées    La scène politique en deuil : Tayeb Bencheikh n'est plus    PAM. Crise autour du 4e congrès national    Numérisation du système judiciaire : Signature d'une convention entre le barreau de Casablanca et la CDG    Etats-Unis : Quand un milliardaire diplômé rembourse les dettes étudiantes de toute sa promotion    Des nuits colorées et lumineuses à savourer au MMVI…    Immobilier. Un faux départ en 2019    Le Maroc à Genève pour la 72ème Assemblée mondiale de la santé    L'enseignement supérieur passe au mode grève    Chronique Humour et Ramadan : Qu'Imam me suive…    Education : Le ministère annonce une version actualisée de la méthode d'enseignement pour le primaire    Christchurch : L'auteur de l'attaque inculpé pour terrorisme    La réponse de Huawei à Google    Donald Trump : Si Téhéran veut se battre, ce sera la fin officielle de l'Iran    Agentis construira et équipera des hôpitaux publics en Côte d'Ivoire    Insolite : Soyez "gentils" avec la police nigériane    Attention aux jeans trop serrés et à l'épilation intégrale !    Pendant le Ramadan, Essaouira retrouve toutes ses sensations    M'hamed Loqmani : Les intellectuels qui ne créent pas le buzz ne sont pas toujours les bienvenus dans les médias    Les Marocains d'Italie dénoncent la situation tragique dans les camps de Tindouf    Les inégalités augmentent dans l'UE, mais moins qu'ailleurs    Kamal Daissaoui fait chevalier de l'ordre pour le progrès des sciences et de l'invention    Phoques, caviar et pétrole: la mer Caspienne menacée par la pollution    Ces tournages qui ont tourné au drame : Troie    Cinquantenaire du FNAP de Marrakech    En larmes, le monstre sacré du 7ème art Alain Delon honoré à Cannes    169 migrants subsahariens secourus par la marine royale en méditerranée    La FRMF reprogramme les matchs de la Botola Maroc Telecom : Le suspense jusqu'au bout !    Policy Center for the New South. De nouveaux locaux et une nouvelle dynamique    Abderrassoul Lehdari : «Si Aziz nous a appris la méthode, la rigueur, la maîtrise du sujet et l'esprit critique»    Egypte : Le Comité d'organisation lance une billetterie en ligne    Louzani et Blinda au Mondial mais pas en CAN    Vidéo – Coupe de la CAF : Le RSB marque un magnifique but dans le temps additionelace au Zamalek    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nigéria: Irrégularités et meurtres ont émaillé le déroulement du scrutin électoral
Publié dans L'opinion le 31 - 03 - 2015

Confusion et violences ont émaillé les élections présidentielle et législatives organisées ce week-end au Nigeria, dont les résultats dans l'État pétrolier de Rivers ont été récusés par l'opposition avant même la fermeture des bureaux de vote.
Le parti All Progressive Congress (APC), dont le chef de file Muhammadu Buhari, un musulman du Nord, entend renvoyer dans l'opposition le président sortant Goodluck Jonathan, un chrétien du Sud, accuse des partisans du chef de l'État sortant d'avoir tué plusieurs de ses militants dans l'État de Rivers, haut lieu de l'industrie pétrolière nationale dans le sud du pays. "Des milices armées multiplient les meurtres de membres de l'APC. Beaucoup ont déjà été tués", dit le mouvement dans un communiqué. "Quelles que soient les bêtises qui seront annoncées en guise de résultats du scrutin d'aujourd'hui, elles ne sont pas acceptables pour nous", poursuit-il, dénonçant une "parodie" d'élection.
Le président de la commission électorale indépendante (Inec), Attahiru Jega, a admis que les accusations d'irrégularités dans l'État de Rivers le préoccupaient. Des investigations sont en cours pour évaluer leur importance.
Le président nigérian en exercice, Goodluck Jonathan, a finalement réussi, samedi, à s'inscrire dans un bureau de vote pour participer au scrutin présidentiel, là ou l'appareil de lecture de la carte d'électeurs électroniques a finalement réussi à lire son badge d'électeur, après que trois machines ont successivement refusé de l'accepter. Lors du précédent scrutin, en 2011, la Entamées samedi 28 mars, les opérations de vote ont été prolongées au dimanche 29 mars, en raison de problèmes techniques liés à lecture des cartes d'électeurs biométriques introduites pour limiter les fraudes. Pour l'emporter, un candidat doit obtenir la majorité simple des suffrages ainsi qu'au moins 25% des voix dans les deux tiers des 36 États du pays et la capitale fédérale. Si au moins une de ces conditions n'est pas remplie, un second tour est organisé dans les sept jours suivant la proclamation officielle des résultats.
La victoire d'un candidat de l'opposition serait une première dans le pays le plus peuplé d'Afrique, en proie depuis six ans aux violences des islamistes de Boko Haram, qui avaient menacé de s'en prendre à tous ceux qui iraient voter. Ils ont tenté de perturber le déroulement des élections. Leurs attaques dans les Etats de Yobe et de Gombe ont fait 14 morts en tout, dont un candidat de l'opposition.
Sur les treize adversaires de Goodluck Jonathan, seul l'ancien général Muhammadu Buhari semble en mesure de l'inquiéter. Le principal argument de campagne mis en avant par cet ex-militaire, âgé de 72 ans, est le sentiment généralement partagé qu'il ne s'est pas servi dans les caisses du pays lors de ses deux années passées à la tête du Nigeria, après le coup d'État de décembre 1983, alors que le mandat de Goodluck Jonathan, 57 ans, a été émaillé d'affaires de corruption en matière pétrolière.
Sa réputation d'homme à poigne séduit également une partie de l'électorat qui accuse le gouvernement sortant de n'avoir pas su les protéger contre la violence de Boko Haram. Cette incapacité a été patente au moment de l'enlèvement de quelque 200 lycéennes par la secte islamiste en avril dernier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.