Violences faites aux femmes : le gouvernement dresse les contours de sa stratégie    L'écrivain Bachir Kamari n'est plus    L'Opinion: L'effet domino d'El Guergarate    Elections professionnelles: L'UGTM conforte ses positions et s'impose au Sahara    Un protocole d'accord en matière de protection des données personnelles    Les aéroports du Maroc accueillent 195.547 passagers à travers 1.857 vols    Construction: Les patrons anticipent une stabilité de l'activité    Tourisme: l'horizon se dégage pour les hôteliers    Suicide: John McAfee, créateur du célèbre antivirus, retrouvé mort en prison    L'Humanité face à l'Impérialisme !    La Chine attaque l'Australie à l'OMC pour des mesures anti-dumping    Washington et Berlin appellent à combattre la montée de l'antisémitisme    Tournoi africain qualificatif aux JO (hommes)    Hicham Ait Ouarchikh élu président de la Confédération Africaine de Ski et Sports de Glisse    Le Brésil renverse la Colombie, Neymar à nouveau décisif    Evolution du coronavirus au Maroc. 484 nouveaux cas, 528.180 au total, jeudi 24 juin 2021 à 16 heures    L'Université Mohammed VI des Sciences de la Santé offre 5 bourses d'excellence    France : le gouvernement annonce un plan d'action    Karima Mkika: "Il faut une tolérance zéro pour les employeurs d'enfants"    Ignacio Cembrero : tournée médiatique à bon marché, catéchisme néocolonial, et des vérités réduites à la portion congrue    Steven Spielberg et Harrison Ford tournent au Maroc    La consécration hollywoodienne du jeune cinéaste Aziz Tazi    Mati Diop, Tahar Rahimet Song Kang-Ho dans le Jury    Rachida Touijri sous les projecteurs à Essaouira    La lumière au bout du tunnel    Euro 2020 : 15 pays des 16 qualifiés dans le Top 25 du classement Mondial    Pass vaccinal: les précisions de la RAM    L'ex académicien, Abdelwahed Wahib prolonge au Havre AC    Nîmes Olympique : Le gardien Amjhad Nazih signe son premier contrat pro    Sahel: Qu'essaie de manigancer la junte algérienne?    Cryptomonnaie. Abdellatif Jouahri s'exprime sur l'état d'avancement au Maroc [Vidéo]    Benchaâboun reçoit le trophée du "Ministre des Finances de l'année"    Etalé sur une durée de 5 ans : Narsa scelle un partenariat avec l'Université Mohammed VI des sciences de la santé    Isolement sanitaire pour les voyageurs de la liste « B » : Voici la liste des hôtels concernés (document)    36% des migrants au Maroc sont en situation irrégulière    Dans une analyse de la DEPF : Recettes pour des territoires plus résilients    La fédération marocaine des professionnels du sport vient de voir le jour    Journée mondiale des Réfugiés: Le Maroc, pays référent en matière d'asile    Violations des droits de l'Homme de la population sahraouie et des migrants : l'Algérie doublement coupable    Pacte national pour le développement : Les consultations avec les partis politiques vont bon train    Réserves en devises: Nouveau record en vue    Rabat : Lancement du projet « Nouzhati »    Prix du Maroc du livre 2021 : L'appel à candidatures est lancé    Brésil: le ministre de l'Environnement annonce sa démission    Dossier Hakimi: l'Inter Milan rejette les offres de Chelsea et du PSG    Commémoration du 80ème anniversaire de l'agression de l'Allemagne nazie contre l'URSS.    Trafic des armes à feu : l'administration Biden instaure des unités spécialisées dans certaines villes    Le rallye-raid aura son championnat du monde en 2022    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un patrimoine préhistorique riche, mais pas assez mis en valeur
Publié dans MAP le 11 - 04 - 2011

Des carrières entre Casablanca à Rabat, aux sites de Tafoughalt (Berkane), en passant par le Haut Atlas et le sud du pays, les découvertes archéologiques ne cessent de nous surprendre et de nous livrer les secrets du Maroc de la préhistoire.
-Par: Ilias KHALAFI-
Les études archéologiques et géologiques, entamées dès l'aube du XXème siècle au Maroc, ont permis la découverte de multiples sites préhistoriques majeurs de la préhistoire ancienne et récente. Certains ont dévoilé d'abondants vestiges humains (homo erectus, homo rhodesiensis, homo sapiens archaïques, homo sapiens).
Il faut savoir que l'étude de la préhistoire se base sur l'examen des différents vestiges exhumés (pierre, ossements, céramique, métaux, coquilles, traces de feu et de foyer, gravures, etc) et également sur l'étude des environnements physiques et biologiques (la faune et la flore).

+Découvertes surprenantes sur la préhistoire du Maroc+
Des outils en pierre (bifaces) ont été trouvés sur toute l'étendue du territoire national, appartenant à la grande culture acheuléenne du Paléolithique Inférieur, dont la présence est plus marquée en Afrique de l'Est. Les plus anciens, découverts récemment dans la région de Casablanca par une équipe maroco-française, sont datés de 700 000 voire 1 million d'années.
"La recherche préhistorique au Maroc s'est beaucoup développée ces dernières années. Plusieurs programmes de recherches archéologiques ont vu le jour dans les différentes régions du royaume, permettant la découverte d'une multitude de sites qui démontrent que la présence de l'homme au Maroc remonte à jusqu'à 1.200.000 années", a assuré Abderrahim Mohib, Conservateur principal des monuments et Sites, Chef du service des affaires culturelles à la Direction régionale de la Culture à Kénitra, dans un entretien accordé à la MAP.
"Ces programmes, menés par des chercheurs marocains en partenariat avec des spécialistes étrangers, ont permis de révéler plusieurs niveaux archéologiques attribués à plusieurs époques dans la préhistoire", a-t-il dit.
Les sites archéologiques de Casablanca témoignent des vestiges les plus anciens dans le Maroc, mais d'autres régions du Maroc regorgent de cet héritage précieux, tel que celui de la grotte de Tafoughalt (dans la région de Berkane), mis au jour récemment, renchérit le chercheur.
En effet, une importante découverte de sépultures de 7 bébés de plus de 12 mille ans et de coquillages perforés datés de 100 mille ans font de la région de Tafoughalt la plus ancienne région au monde où l'homme a utilisé des parures.
Dans le cadre d'un programme scientifique de recherches archéologiques, une équipe maroco-britannique regroupant des chercheurs de l'Institut National des Sciences de l'Archéologie et du Patrimoine (INSAP) relevant du Ministère de la culture et des chercheurs britanniques de l'Université d'Oxford (Angleterre), effectue annuellement des recherches archéologiques dans la grotte des Pigeons à Tafoughalt.

+Un patrimoine historique en péril+
"Les résultats des recherches archéologiques sont au rendez-vous", a estimé Mohib, signalant toutefois qu'il faut "les préserver, les réhabiliter et les mettre en valeur en les transmettant au grand public à travers des opérations de communication" (médias, musées, pancartes dans les villes, parcs archéologiques).
De nombreux sites sont actuellement menacés par les travaux publics, les constructions, et tous les aléas du temps, détonna-t-il. Il est devenu, de ce fait, nécessaire d'intervenir pour créer des musées-sites, des parcs et des centres d'interprétation qui sont très utiles pour rendre ces découvertes plus palpables et plus intéressantes pour les citoyens.
"C'est une démarche cruciale pour faire connaitre au grand public que la Maroc a une présence très ancrée dans le temps, insista l'archéologue.
Selon son témoignage, "à Casablanca, plusieurs carrières sont à proximité des décharges publiques. A titre d'exemple, le site paléontologique d'Ahl Al Oughlam qui date de plus de 1.500.000 années, est entouré d'ordures et de déchets qui le mettent en péril. Il faut alors le clôturer comme mesure préliminaire, dans l'attente de trouver une solution plus idoine".
L'association des lauréats de l'Institut national des sciences d'archéologie et du patrimoine, composée d'archéologues, anthropologues, et de préhistoriens entreprennent en permanence des actions dans le sens d'informer et d'alarmer les parties concernées au sujet des sites vulnérables.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.