Le Nigéria décroche le premier ticket pour les huitièmes de finale    Taza. Première édition du festival national de la chanson marocaine    Les choses sérieuses commencent !    Auto Hall-DFSK. Un partenariat de fond    Trump avertit la Chine et critique l'Allemagne avant le G20    Inauguration à Kénitra de la première usine de Nexteer Automotive en Afrique    RAM digitalise son fret aérien avec Portnet    La MDJS certifiée par la World Lottery Association    CAN 2019 : les derniers jours d'Al Ahmadi avec les Lions de l'Atlas    Ell fait l'actu : Imane Ouaadil, nouvelle ambassadeur de SM le Roi auprès du Ghana    Elissa : «J'aimerais bien chanter en dialecte marocain»    Baccalauréat 2019 : La moisson exceptionnelle de Casablanca-Settat    Casablanca en quête d'un air plus frais    Lancement au siège de l'OCDE à Paris du 2e Programme Pays-Maroc    Le mal de maire!    Conférence à Bahreïn: Un plan économique pour les Palestiniens, qui le rejettent    L'Europe étouffe sous la canicule, qui va s'intensifier    Brésil: la Cour Suprême va réexaminer le dossier «Lula»    La liste des nouveaux ambassadeurs reçus par le roi    Nucléaire, Golfe : l'Iran semble jouer l'apaisement    Nissan prêt à revoir avec Renault la structure d'une alliance en danger    Renault rénove un établissement scolaire dans la région d'Essaouira    BMW transporteur officiel du Festival Mawazine    Un policier à Casablanca accusé de chantage, vol et adultère    Tanger-Med : Avortement d'une tentative de trafic de 270 kg de chira    MRE, loin des clichés    El Jadida : OCP organise dimanche la finale de son championnat de beach soccer    Les Comores expriment leur "soutien sans réserve" à l'initiative marocaine d'autonomie    Chambre des représentants : Adoption de trois conventions relatives à la ZLECAF et à l'accord de pêche durable Maroc-UE    Le Cameroun réussit son entrée, le Ghana chancelle    Youssef Amrani, nommé à Prétoria, « ready to work »…    Soulaliyates, Laftit veille au grain…    Mawazine 2019 : Elissa embrase Nahda    Royal Air Maroc en représentation au Caire, en marge de la CAN    Régionalisation avancée et mise en œuvre d'une stratégie visant la préservation de l'identité des MRE    YouTube pressé de mieux protéger les enfants    Divers    El Hadji Diouf Jouer la CAN en Egypte est une chance !    Jordan Ayew, la stagnation du prodige    La Côte d'Ivoire réussit son entrée en matière    Sommet des deux rives : Engagements pour une nouvelle ambition en Méditerranée    S'énerver plus pour vivre plus    Très attendu par ses fans, Reda Taliani cartonne à Salé    Chellah à l'heure de la musique tzigane    "Toy Story 4" en tête du box-office    Le Maroc présent à la conférence de Manama    Mauritanie: Ghazouani proclamé vainqueur dès le premier tour    Démantèlement d'une cellule liée à Daesh composée de 4 personnes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Agadir/Tamaouanza : Quand le scandale devient monnaie courante…
Publié dans Albayane le 13 - 01 - 2012

Tamaouanza, en Tamazight « à côté d'Anza », est un splendide promontoire qui surplombe le littoral de l'Atlantique, à une douzaine de kilomètres d'Agadir. Un pôle d'attraction des terrains de la SMIT, rescapée de la défunte SONABA, alliant fraîcheur balnéaire et senteur terrienne. Hélas, devant toutes ces merveilles sublimes qui ensorcellent aussi bien des résidents marocains qu'étrangers, des prédateurs véreux ont atterri sur cette contrée paisible pour y semer, sans vergogne, anarchie, dévastation et terreur. Contaminés par les illicéités qui pullulent dans nombre de recoins de la ville et environs, ces abrutis s'évertuent à monter des habitations macabres sans autorisations, couvrant comme des champignons les versants des montagnes, parés d'euphorbes et d'arganiers. La machine immonde du béton fait rage, murant sans scrupule les maisons amoureusement bâties, ensevelissant les conduites d'eau de barrage, occupant des lots réservés aux projets de locaux scolaires et administratifs...
Ces hordes primitives qui n'ont pas froid aux yeux d'inonder ce site féerique de défigurations hideuses n'hésitent guère à venir secouer la quiétude des citoyens en construisant sans aucune permission à 2 ou 3 mètres devant un voisin médusé et exacerbé, en foulant les buses de l'ONEP plantés le long de la route, obstruant les ruelles des maisons jetant tout un quartier dans l'inquiétude, la timouride et la déprime, menaçant de mort tout intercepteur comme c'est le cas de ce camionneur acerbe et vulgaire …Devant tous ces dépassements et le mutisme des responsables qui règnent dans cette zone, une association s'est constituée pour endiguer l'extension des constructions illégales mettant en péril les biens communs à savoir les alimentations d'eau, les futures évacuations de l'assainissement qui tarde à venir quoique les résidents se soient acquittés des frais d'installation. Cependant, certains malfrats se paient le luxe de riposter avec virulence contre tous ceux qui tentent de défendre leurs droits, en protégeant leurs maisons de l'envahissement abject. Qui encourage ces contrevenants à venir souiller ces lieux et attiser la discorde ? A croire les aveux de ces mêmes ravageurs, le président de la commune urbaine d'Aourir serait pointé du doigt et qui aurait incité à l'occupation des terrains et facilité ces agissements révoltants générant des maisons innocentes quasiment murées ?
En dépit des réactions des autorités qui procèdent à la démolition des constructions illicites et l'obstruction des accès aux camions transportant les matériaux, ces mafieux continuent à transgresser les lois et les normes en vigueur. Il est donc de l'intérêt de toute cette région de rêve stopper de cette gangrène qui grève et hypothèque l'avenir d'un urbanisme de qualité et d'un environnement sain.
Les autorités administratives, représentatives et judiciaires se devront de sanctionner sévèrement ces délits et de condamner les récidivistes. On déplorera dans ce sens, que certaines habitations illégales démolies par les services de l'ordre, reprennent ipso facto les chantiers de reconstruction, en déposant sur les murs ignoblement refaits des drapeaux nationaux et des portraits du monarque, comme si les symboles de la nation seraient protecteurs de ces supercheries!
Quelle horreur! L'avenir d'une commune où il fait bon vivre, où l'assainissement pourra enfin être réalisé où les maisons seront construites en toute légalité et sécurité pour le bien-être des citoyens est tributaire de la conscience et la volonté des responsables en vue de mettre un terme à la situation cloaque de Tamaouanza et Tamraght.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.