L'émir de Qatar reçoit Wali Bank Al-Maghrib    Aéroport Mohammed V: Arrestation d'un Sénégalais faisant l'objet d'un mandat d'arrêt international    Météo: les prévisions de ce mardi    Bolsonaro, roi Salmane, Mahmoud Abbas, ... félicitent le roi à l'occasion de l'indépendance du royaume    Coupe du Trône: Hay Mohammadi en ébullition après la victoire du TAS    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    Coupe du Trône : sacre historique du TAS    Décès du journaliste et militant Mustapha Iznasni    Nouzha Bouchareb participe au Salon Al Omrane Expo MDM à Paris    Google fête l'indépendance du Maroc    Forum euro-méditerranéen d'Essaouira: Maryam AIT MOULAY remporte «Prix pour Jeunes Leaders»    Le BCIJ arrête deux présumés terroristes à Rabat    23.000 candidats aux concours des enseignants-cadres à Tanger    Les participants au 12ème Forum MEDays adoptent la Déclaration de Tanger    Sous la pression de la rue, Mohamad Safadi renonce à devenir Premier ministre du Liban    La réalisation des grands projets d'infrastructures nécessite près de 600 milliards de DH    L'expérience marocaine dans le secteur minier présentée en Chine    Le Onze national accroché par la Mauritanie    Coupe du Trône : Le HUSA et le TAS pour l'ultime acte    Euro 2020 : Allemagne et Pays-Bas décrochent leur qualification    Devoxx 2019 : Les développeurs en conlave à Agadir    Le Premier secrétaire s'entretient avec l'ambassadrice de l'UE au Maroc    Driss Lachguar reçoit une délégation du gouvernement de la jeunesse marocaine    Sao Tomé-et-Principe réaffirme son appui au Plan d'autonomie    Bouillon de culture    Nouvelle édition du Salon du livre de l'enfant et de la jeunesse    Le grand maître du cinéma européen, Costa Gavras, à la rencontre des étudiants marocains    Taekwondo. La sélection marocaine ne rentrera pas les mains vides du tournoi international de Paris    L'élection de Mohamed Boudra à la CGLU met le Maroc sous le feu des projecteurs    Le chanteur malien Salif Keita interpelle son président et tacle Macron... sans langue de bois    Belle performance en finale de l'élève Fatima Zahra Akhyar    Venise sous les eaux : Nouvelle marée haute dangereuse attendue ce dimanche    La finale de la Coupe de Trône : Le Tihad de Casablanca vs le Hassania d'Agadir    Le PPS et la Loi de Finances 2020    Lutte ouvrière!    L'œuvre de Hamid Douieb sous la loupe    L'alliance Renault-Nissan à la recherche du temps perdu    Mohamed Abdennabaoui : L'indépendance du pouvoir judiciaire est devenue une réalité    Nous sommes tous concernés par le diabète    Risques routiers: Renault Maroc sensibilise les écoliers!    Liban: sous la pression de la rue, un ex-ministre renonce à devenir Premier ministre    Province de Jerada : Activation du plan provincial de lutte contre le froid    Vandalisme sportif : Arrestation de 10 personnes à Salé    « Engagement et citoyenneté 2.0 », table ronde pour entamer la 5ème édition du Forum euro-méditerranéen des Jeunes Leaders d'Essaouira    Eliminatoires CAN 2021 : Triste match nul pour les Lions de l'Atlas    Les révélations fracassantes de Jamie Lee Curtis    Vidéo : L'école marocaine vue par The Tberguig !    Kamal Hachkar rend hommage à Neta Elkayam    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Agadir/Tamaouanza : Quand le scandale devient monnaie courante…
Publié dans Albayane le 13 - 01 - 2012

Tamaouanza, en Tamazight « à côté d'Anza », est un splendide promontoire qui surplombe le littoral de l'Atlantique, à une douzaine de kilomètres d'Agadir. Un pôle d'attraction des terrains de la SMIT, rescapée de la défunte SONABA, alliant fraîcheur balnéaire et senteur terrienne. Hélas, devant toutes ces merveilles sublimes qui ensorcellent aussi bien des résidents marocains qu'étrangers, des prédateurs véreux ont atterri sur cette contrée paisible pour y semer, sans vergogne, anarchie, dévastation et terreur. Contaminés par les illicéités qui pullulent dans nombre de recoins de la ville et environs, ces abrutis s'évertuent à monter des habitations macabres sans autorisations, couvrant comme des champignons les versants des montagnes, parés d'euphorbes et d'arganiers. La machine immonde du béton fait rage, murant sans scrupule les maisons amoureusement bâties, ensevelissant les conduites d'eau de barrage, occupant des lots réservés aux projets de locaux scolaires et administratifs...
Ces hordes primitives qui n'ont pas froid aux yeux d'inonder ce site féerique de défigurations hideuses n'hésitent guère à venir secouer la quiétude des citoyens en construisant sans aucune permission à 2 ou 3 mètres devant un voisin médusé et exacerbé, en foulant les buses de l'ONEP plantés le long de la route, obstruant les ruelles des maisons jetant tout un quartier dans l'inquiétude, la timouride et la déprime, menaçant de mort tout intercepteur comme c'est le cas de ce camionneur acerbe et vulgaire …Devant tous ces dépassements et le mutisme des responsables qui règnent dans cette zone, une association s'est constituée pour endiguer l'extension des constructions illégales mettant en péril les biens communs à savoir les alimentations d'eau, les futures évacuations de l'assainissement qui tarde à venir quoique les résidents se soient acquittés des frais d'installation. Cependant, certains malfrats se paient le luxe de riposter avec virulence contre tous ceux qui tentent de défendre leurs droits, en protégeant leurs maisons de l'envahissement abject. Qui encourage ces contrevenants à venir souiller ces lieux et attiser la discorde ? A croire les aveux de ces mêmes ravageurs, le président de la commune urbaine d'Aourir serait pointé du doigt et qui aurait incité à l'occupation des terrains et facilité ces agissements révoltants générant des maisons innocentes quasiment murées ?
En dépit des réactions des autorités qui procèdent à la démolition des constructions illicites et l'obstruction des accès aux camions transportant les matériaux, ces mafieux continuent à transgresser les lois et les normes en vigueur. Il est donc de l'intérêt de toute cette région de rêve stopper de cette gangrène qui grève et hypothèque l'avenir d'un urbanisme de qualité et d'un environnement sain.
Les autorités administratives, représentatives et judiciaires se devront de sanctionner sévèrement ces délits et de condamner les récidivistes. On déplorera dans ce sens, que certaines habitations illégales démolies par les services de l'ordre, reprennent ipso facto les chantiers de reconstruction, en déposant sur les murs ignoblement refaits des drapeaux nationaux et des portraits du monarque, comme si les symboles de la nation seraient protecteurs de ces supercheries!
Quelle horreur! L'avenir d'une commune où il fait bon vivre, où l'assainissement pourra enfin être réalisé où les maisons seront construites en toute légalité et sécurité pour le bien-être des citoyens est tributaire de la conscience et la volonté des responsables en vue de mettre un terme à la situation cloaque de Tamaouanza et Tamraght.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.