Live. Coronavirus : la situation au Maroc, mardi 11 août à 18h    En soutien aux petites entreprises et au commerce : La BERD accorde un financement de 40 millions d'euros au Maroc    Bientôt une usine de production d'acide phosphorique à Jorf Lasfar    Mia la sainte, Mia « la salope »    Les joueurs du club tangérois en confinement : Le match IRT-RSB reporté à une date ultérieure    Cluster de Safi : Des poursuites judiciaires contre les responsables    Coronavirus : l'UE va soutenir de nouveaux projets de recherche    Les Eaux Minérales d'Oulmès se renforce en profils internationaux    Botola Pro D1 : Le WAC s'impose face à l'OCK    Poutine: la Russie a développé le premier vaccin anti-Covid-19    Alerte météo : rafales et chute de grêle dans des régions du Maroc    Comment la dépression a eu raison de l'écrivaine Naima El Bezaz    Chahrazad Akroud quitte le groupe Chada    La Fondation Ali Zaoua organise le 1er Festival HipHop On-line    L'AS FAR et le Difaâ se neutralisent    El Ouafi appelle à un mécanisme participatif de dialogue et de concertation    Ça commence à bouger...    Les parents d'élèves rencontrent le Conseil de concurrence    Damane Relance hôtellerie : les critères d'éligibilité    La Jeunesse socialiste dans l'attente de la vérité sur la suspicion de collusion des compagnies pétrolières    Officiel: Villarreal s'offre le prodige Kubo    Les salles obscures en berne, le milieu s'inquiète    La Méditerranée Jubile d'exultation!    Wafa Assurance : Un chiffre d'affaires de 4,69 milliards de dirhams au premier semestre    « Spoutnik V », le vaccin russe anti-Covid    Hommage aux acteurs de la lutte contre la Covid-19    Fatalisme et fatalité    Lahoucine Echaabi, le panthéon éclairé!    Une malade Covid dénonce    Trump évacué en pleine conférence de presse (VIDEO)    Les images de l'incendie mortel à Vincennes, en banlieue parisienne (VIDEO)    Quart de final de l'Europa League : Des matchs couperet avec unité de temps et de lieu    Une protéine suspectée de jouer un rôle dans les formes graves de Covid-19    Maigre salaire et grosse déconvenue    Report imminent du match IRT-RSB    Deux cas de Covid-19 à l'Atlético : Premiers remous à la Ligue des champions    Ziad Atallah : L'aide marocaine intervenue au moment opportun    Algérie: trois ans de prison ferme pour le journaliste Khaled Drareni    Messi, Lewandowski, Neymar, De Bruyne... L'heure de briller    Gad Elmaleh de retour sur scène    France Télévisions prépare un concert caritatif pour le Liban    Une rentrée des classes sous le signe du mystère    Hommage aux contributions des Marocains du monde    Un an après l'abrogation du statut d'autonomie    Société générale creuse ses pertes à cause du Covid-19    UE : Nouveau financement de 30 millions d'euros au Liban    Une humble pensée d'une petite germe nommée Abderrahmane El Youssoufi    Le nouveau khalife général de la famille tidjane Niass remercie le Roi Mohammed VI    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Agadir/Tamaouanza : Quand le scandale devient monnaie courante…
Publié dans Albayane le 13 - 01 - 2012

Tamaouanza, en Tamazight « à côté d'Anza », est un splendide promontoire qui surplombe le littoral de l'Atlantique, à une douzaine de kilomètres d'Agadir. Un pôle d'attraction des terrains de la SMIT, rescapée de la défunte SONABA, alliant fraîcheur balnéaire et senteur terrienne. Hélas, devant toutes ces merveilles sublimes qui ensorcellent aussi bien des résidents marocains qu'étrangers, des prédateurs véreux ont atterri sur cette contrée paisible pour y semer, sans vergogne, anarchie, dévastation et terreur. Contaminés par les illicéités qui pullulent dans nombre de recoins de la ville et environs, ces abrutis s'évertuent à monter des habitations macabres sans autorisations, couvrant comme des champignons les versants des montagnes, parés d'euphorbes et d'arganiers. La machine immonde du béton fait rage, murant sans scrupule les maisons amoureusement bâties, ensevelissant les conduites d'eau de barrage, occupant des lots réservés aux projets de locaux scolaires et administratifs...
Ces hordes primitives qui n'ont pas froid aux yeux d'inonder ce site féerique de défigurations hideuses n'hésitent guère à venir secouer la quiétude des citoyens en construisant sans aucune permission à 2 ou 3 mètres devant un voisin médusé et exacerbé, en foulant les buses de l'ONEP plantés le long de la route, obstruant les ruelles des maisons jetant tout un quartier dans l'inquiétude, la timouride et la déprime, menaçant de mort tout intercepteur comme c'est le cas de ce camionneur acerbe et vulgaire …Devant tous ces dépassements et le mutisme des responsables qui règnent dans cette zone, une association s'est constituée pour endiguer l'extension des constructions illégales mettant en péril les biens communs à savoir les alimentations d'eau, les futures évacuations de l'assainissement qui tarde à venir quoique les résidents se soient acquittés des frais d'installation. Cependant, certains malfrats se paient le luxe de riposter avec virulence contre tous ceux qui tentent de défendre leurs droits, en protégeant leurs maisons de l'envahissement abject. Qui encourage ces contrevenants à venir souiller ces lieux et attiser la discorde ? A croire les aveux de ces mêmes ravageurs, le président de la commune urbaine d'Aourir serait pointé du doigt et qui aurait incité à l'occupation des terrains et facilité ces agissements révoltants générant des maisons innocentes quasiment murées ?
En dépit des réactions des autorités qui procèdent à la démolition des constructions illicites et l'obstruction des accès aux camions transportant les matériaux, ces mafieux continuent à transgresser les lois et les normes en vigueur. Il est donc de l'intérêt de toute cette région de rêve stopper de cette gangrène qui grève et hypothèque l'avenir d'un urbanisme de qualité et d'un environnement sain.
Les autorités administratives, représentatives et judiciaires se devront de sanctionner sévèrement ces délits et de condamner les récidivistes. On déplorera dans ce sens, que certaines habitations illégales démolies par les services de l'ordre, reprennent ipso facto les chantiers de reconstruction, en déposant sur les murs ignoblement refaits des drapeaux nationaux et des portraits du monarque, comme si les symboles de la nation seraient protecteurs de ces supercheries!
Quelle horreur! L'avenir d'une commune où il fait bon vivre, où l'assainissement pourra enfin être réalisé où les maisons seront construites en toute légalité et sécurité pour le bien-être des citoyens est tributaire de la conscience et la volonté des responsables en vue de mettre un terme à la situation cloaque de Tamaouanza et Tamraght.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.