Trump se sert de Twitter pour contourner des médias "corrompus"    Exercice de gestion de crise à l'aéroport Fès-Saiss    L'ONU organise la deuxième table ronde sur le Sahara marocain à Genève    Attentat de Christchurch: Inhumation des premières victimes du carnage des mosquées    Elections test aux Pays-Bas après la fusillade d'Utrecht    Malawi-Maroc. Le sélectionneur national convoque 18 joueurs    La droite européenne s'apprête à sanctionner le populiste Orban    Abus de publicité. 1,49 milliard d'euros d'amende pour Google    Bouteflika, seul au monde ?    Championnat arabe de boxe : Le Maroc prend part à la 3è édition à Khartoum    British Council lance un appel à candidatures pour une formation au Royaume-Uni    Journées de la Francophonie : Les élèves marocains se distinguent à Oslo    Les élèves de la Fondation Lalla Asmaa à la SNRT    Semaine de la Francophonie à Las Palmas : Projection de «Aïda-La Revenante»»    La Kasbah de Tazka à Tafraout inscrite sur la liste du patrimoine culturel national    Taqa Morocco: une progression tirée par la résilience du business plan    Bank Al-Maghrib : Prévisions de croissance revues à la baisse    Tennis. Le Grand Prix Hassan II revient avec son lot de nouveautés    Bank Al-Maghrib : Pas de changement de taux directeur    Pas de modification du statut du concours d'internat en médecine    Enseignants grévistes: La procédure d'abandon de poste activée    Condition de la femme : Des associations marocaines montent au créneau    Le Maroc, hub africain pour l'Inde    Sukuk. Encore du chemin à faire    Casanearshore SA et Technopolis Rabatshore deviennent Ewane Assets    Sadeem 2. Le youtubeur Abdelmoumen Aomari représente le Maroc    Casablanca : Partenariat pour la promotion des métiers de la vente et du commerce    Les Philippines quittent la C.P.I.    Il appartient à l'organisation criminelle «Comorra» : Un Italien interpellé à Marrakech    Saisie de plus de 6.900 comprimés psychotropes et de 80 kg de cocaïne à Tanger    Maroc-Rwanda : Douze nouveaux accords pour renforcer la coopération bilatérale    Et si Facebook n'avait pas perdu 17 minutes?    Emploi : Le gouvernement mise sur les ONG    Trois clubs marocains au tirage des coupes africaines    Brahim El Mazned intègre la banque d'expertise -Unesco    Migration illégale et trafic de drogue : Quatre individus arrêtés à Nador et Driouch    Sahara marocain : Bourita appelle à «dépolluer» l'UA des «débats stériles, inutiles et en déphasage avec la réalité»    Edito : Réseaux antisociaux    La Commission du droit d'accès à l'information fixe son plan d'action    Participation du Maroc au Forum de scoutisme arabe au Caire    Défection au Polisario    Habib El Malki réitère son engagement à renforcer l'UPCI en tant qu'organisation multipartite, indépendante et efficace au sein de la communauté internationale    Rodriguez : Je n'ai pas de problème avec Zidane    Prime de Neymar au FC Barcelone : Le procès reporté au 27 septembre    Rude épreuve congolaise pour les U23    Plus de la moitié des adolescents confrontés à un "triple fardeau" sanitaire    La Troupe Masrah Annas à la rencontre des Marocains de France    Un spectacle musical haut en couleur à l'ouverture des Journées culturelles algériennes à Oujda    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les enjeux du modèle sportif marocain en 2014
Analyse
Publié dans Albayane le 19 - 01 - 2014

Le Maroc, cette nation de sport se mobilise aujourd'hui pour une reforme de son secteur sportif. La question est profonde et globale. Les orientations de la haute autorité de l'état sont claires. Les mutations de la société marocaine sont rapides et ces besoins sont énormes. Ce travail qui part d'un aperçu historique de l'évolution des pratiques physiques dans notre pays pointe du doigt une situation peu réjouissante du sport national d'aujourd'hui puis il tente de fournir quelques modestes propositions dans le cadre de ce débat national qui cherche à mettre en place un nouveau model sportif
Le sport et les pratiques physique au Maroc d'hier
Le Maroc est une terre d'accueil et de rencontre, un carrefour, appartenant au monde méditerranéen, enraciné au Sahara et en Afrique, sensible à l'Orient. Ces sédimentations lointaines et fécondes font que les pratiques physiques de chaque époque avaient des enjeux variables dans le temps allant du simple objectif de survie au début à celui du plaisir et du spectacle à l'époque des roumains. Ce sport de spectacle et de loisir va être entre autres remplacé par un autre sport de devoir à partir de la conquête arabo-musulmane.
Lors de la création de la nation marocaine sous Moulay Idriss Ier, les pratiques physiques ne seront plus considérées comme un divertissement mais comme une obligation dans le sens où un bon Marocain devait être un bon guerrier. Une obligation de circonstance dictée par la nécessité de protéger le Maroc et l'Andalousie contre les conquérants. Ce devoir se trouve alors à l'origine du développement des pratiques physiques vers le tir à l'arc, les courses de chevaux, la natation, la lutte, l'escrime (les bassins d'Agdal et de la Ménara à Marrakech).
Les sports modernes entrent très tôt au Maghreb à travers la colonisation. Durant cette période le sport est devenu un vecteur de nationalisme.
Après l'indépendance le palmarès olympique du Maroc affiché à nos jours est de 22 médailles.
En réalité le sport moderne marocain a connu plusieurs évolutions dans le temps après l'indépendance.
Une première période qui s'étale jusqu'au début des années 1980 caractérisée par un manque de moyens, de cadres et d'infrastructures.
Une deuxième période après les années 80 ou le Maroc organise les Jeux Méditerranéens marquée par l'introduction de nouvelles disciplines sportive, la construction d'infrastructures sportives modernes, la distinction de la femme marocaine et de la jeunesse marocaine à l'échelle nationale et internationale. Le sport est devenu un phénomène de société.
Une troisième période : les Assises nationales du sport à Skhirat le 24-25 octobre 2008 sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI
En 2009 une stratégie nationale du sport est présentée et diffusée.
Cette stratégie propose une architecture pour structurer les projets pour un véritable décollage sportif au Maroc dont l'objectif est de faire du Maroc «le pays de la jeunesse citoyenne et épanouie, terre de sport et creuset de champions».
Les défis à court terme étaient:
* Le renforcement des infrastructures sportives (construction des stades de Marrakech, Tanger et Agadir, et la mise à niveau des équipements sportifs existants).
* L'organisation de manifestations sportives de grande envergure au Maroc en 2012-2013.
* La promulgation de loi et de textes d'applications concernant le sport et l'éducation physique, la lutte contre la violence et le dopage et l'instauration du professionnalisme dans le football.
* La création de quatre centres sportifs d'élite
Les défis à moyen et long termes sont
* La construction du Grand stade de Casablanca
* La création de 12 centres d'Excellence pour la formation des sportifs d'élite
* L'accompagnement de l'émergence de 12 clubs omnisports réunissant au moins cinq disciplines, dont deux professionnelles.
* Le 4 novembre 2010 au bulletin officiel n° 5888, la loi n°30-.09 relative à l'éducation physique et aux sports est promulguée par le Dahir n°1-10-150 du 13 ramadan 1431 à la place de la loi n° 06-87 relative à l'éducation physique et aux sports
On peut dire
* Que le sport bénéficie au Maroc d'un ancrage culturel,
* Que le sport moderne a été introduit très précocement dans notre pays.
* Qu'a partir de l'organisation des Jeux méditerranéens dans les années quatre-vingt la cadence d'évolution a été trop rapide et les mutations de la société ont surpris tout le monde.
* Que la volonté de promouvoir le sport national est fortement exprimée par la haute autorité de l'Etat.
* Que le pouvoir exécutif a été à l'origine de la loi 06-87 et de la loi 30- 09
* Que le parlement peut être appelé au vu du besoin législatif à jouer un rôle primordial en apportant les amendements susceptibles de mettre en place un model sportif marocain qui participe au rayonnement du Maroc
Le sport marocain d'aujourd'hui
* L'année 2013 ne nous fera certainement pas penser à aucun exploit sportif particulier autre que les bonnes prestations footballistiques des équipes nationales des jeunes et du Raja de Casablanca à la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA.
* Novembre 2013 la Fédération royale marocaine de basketball (FRMBB) est suspendue par la Fédération internationale de basketball (FIBA)
* Le 15 novembre 2013 le Comité d'urgence de la FIFA a décidé de ne pas reconnaître les élections tenues par la Fédération Royale Marocaine de Football (FRMF) le 10 novembre 2013. Cette décision a été prise en raison du non-respect par la FRMF de son devoir de respect des directives de la FIFA.
* Le comportement inhabituel des dirigeants des clubs de foot lors des élections de l'assemblée générale de la FRMF n'est pas toléré par les Marocains
* En 2014 la société marocaine est toujours soumise au rythme accéléré de changements qui caractérisent notre époque dans sa démographie, ses structures et son système de valeurs et de comportements alors que paradoxalement cette année s'annonce difficile pour le sport national
Cinq thématiques sont proposées dans le cadre des orientations royales adressées aux participants aux assises de Skhirat 2008 et de la loi 30/09 pour traiter de la question du sport , dépasser ces dysfonctionnements et faire du sport le fondement du modèle social marocain et un facteur de rayonnement du Maroc à l'échelle mondiale
Le sport pour tous
Le sport au Maroc d'aujourd'hui ne peut plus être considéré comme une activité secondaire au vu des besoins de santé publique liée aux mutations de la prévalence de la morbidité et de la mortalité enregistrées, des changements démographiques attendues et de ses rôles éducatifs, économique ; de cohésion et de mixité sociale associés.
Dans cette logique, l'adoption d'une approche la plus large possible, en considérant que la pratique d'une activité physique, régulière ou non, peut évoluer vers une pratique sportive, selon la nature des motivations individuelles et collectives reste fortement recommandée
Compte tenu de la place centrale que devraient prendre les pratiques d'activité physiques dans la vie des Marocains et malgré la forte volonté politique, le cadre juridique relatif à ces pratiques, identifiant les responsabilités des différents intervenants doit être élargi pour mieux programmer dans les plans urbanistiques la création des équipements et lieux destinés à ses pratiques. Les Marocains pratiquent souvent la marche, le jogging-footing, le vélo, la natation
La présence d'équipements et de lieux de pratique des activités physiques n'est pas la seule barrière au développement du sport pour tous.
Le temps consacré au travail, aux charges familiales et surtout la sédentarité liée à la «consommation» d'activités sur écran constitue un autre frein qu'on peut qualifier de gestion du temps de vie
D'autres freins à l'amélioration de l'accès aux pratiques physiques d'ordre économique en cas de familles nombreuses ou d'ordre culturels peuvent être retenus.
Donc trois objectifs opérationnels pour la promotion du sport pour tous peuvent être retenus pour le model sportif marocain en 2014
- Proposer le renforcement du cadre juridique du sport pour tous.
- Promouvoir le sport pour le plus grand nombre à travers une action de communication.
- Inscrire le sport comme un levier essentiel dans les actions de santé publique.
Un sport sain et éthique
La protection de la santé du sportif se trouve être le dénominateur commun entre la lutte contre le dopage et la surveillance médicale ; elle-même composée d'une médecine de dépistage ou réglementaire ; d'une médecine curative individuelle et enfin d'une médecine sportive d'expertise
La loi 30-09 (articles 60-61et 61) précise les modalités du contrôle médical des sportifs participants à des compétitions.
Lutte contre le dopage
La lutte contre le dopage relève de la protection de la santé, de l'éthique et de l'équité. Sa mise en œuvre ne peut se faire qu'en conformité avec les recommandations du code mondial antidopage
Le Maroc crée la Commission nationale de prévention et de lutte contre le dopage (CNPLD) le 23 avril 2010 mais l'évolution vers l'option d'une agence marocaine de prévention et de lutte contre le dopage avec un statut d'autorité publique est fortement recommandée.
L'agence marocaine de prévention et de lutte contre le dopage comportera un conseil d'administration, un secrétariat général sous l'autorité du président du conseil d'administration et deux départements, un de contrôle chargé de la programmation des contrôles selon la stratégie fixée par le conseil d'administration et un département d'analyse accrédité par l'AMA.
La mise en place de cette agence assurera la reconnaissance mutuelle des résultats entre l'organisation nationale et les organisations de lutte contre le dopage.
La surveillance médicale
La surveillance médicale constitue le deuxième volet de cette mission de protection de la sante du sportif et elle comprend la Médecine réglementaire ou Médecine de dépistage. C'est une médecine fédérale dont l'objectif est de repérer et d'identifier les risques de la pratique de leur sport
C'est une médecine préventive qui aboutit à la délivrance de certificats de non-contre-indication. Elle comprend aussi la Médecine de soins, une médecine curative qui cherche à solutionner les problèmes sanitaires de l'individu
C'est une responsabilité des clubs, et une Médecine de sport d'expertise, qui est une médecine hospitalière disposant d'un plateau technique pointu.
Cette médecine d'expertise peut être sollicitée par la médecine de dépistage fédérale et ou par la médecine curative des clubs pour la construction de leurs décisions.
C'est une médecine qui assure la promotion de la santé et la prévention de la maladie, au profit de tous (sport de masse, sport d'élite et porteurs de maladies chroniques)
C'est une médecine qui assure la gestion des objectifs de réadaptation et du plan de reprise du sport ou de l'activité, en collaboration avec les autres professionnels médicaux et spécialistes en réadaptation.
Le contentieux disciplinaire
Le sport dépend d'une panoplie de règles qui organisent ses activités L'efficacité des règles édictées par les fédérations sportives est conditionnée par l'existence d'un pouvoir de répression autonome dont le fondement ne doit pas pouvoir être contesté. La lutte contre le dopage codifie également les procédures de gestion des résultats
Le pouvoir disciplinaire se trouve organisé entre Fédérations nationales, instance nationale de recours et organisation nationale de lutte contre le dopage
Le fair-play financier
Cette thématique de sport sain et éthique montre combien les acteurs qui font le sport sont multiples et combiens sont grands les enjeux.
Nous ne pouvons que constater l'urgence de faire aboutir le projet de loi de lutte contre le dopage, d'organiser cette composante de protection de la santé du sportif entre départements de la jeunesse et sport (Centre national de la médecine du sport destiné au sport d'élite) et le développement d'une médecine de sport d'expertise hospitalière nationale et régionale dont les services seront a la disposition du sport de masse, du sport d'élite et la médecine fédérale de dépistage (visite de non-contre indication).
L'Etat, le mouvement sportif, le législateur de leurs mobilisation commune le sport marocain disposera du cadre juridique adapté et conforme, des moyens et expertises nécessaires à son épanouissement.
Le sport de haut niveau
Le sport de haut niveau est exigeant, c'est un engagement et non pas un sacrifice. Il couronne le meilleur, désigne l'élu. C'est un enjeu politique et stratégique.
Donc au vu des réformes sérieuses lancées dans la loi 30-09 ; il importe de prendre les mesures suivantes.
- La création d'une Organisation cohérente dirigée par un haut cadre de l'Etat, mandaté pour mettre en œuvre une stratégie nationale de promotion du sport du haut niveau, laquelle est établie par le ministère de la Jeunesse et du sport et le Comité olympique national
- Un centre national de médecine de sport : cet établissement permettra, entre autres, le suivi médical des athlètes de haut niveau, la supervision de leurs performances, leur procurer les soins nécessaires en cas de blessures, le contrôle anti-dopage et d'autres activités bénéfiques pour les sportifs et le sport national.
Ce centre doit être recentré sur sa mission principale : la performance et donc aider à l'accession au sport de haut niveau ou reconnaître la qualité et le statut déjà acquis en dehors de toutes allusions
- Mettre en œuvre des mesures d'épanouissement du personnel sportif (engagement = plan de carrière)
- Formation et l'emploi dans le sport (article 2-7 loi30-09)
C'est une problématique actuelle appelée à être plus exigeante à moyen terme du fait du développement du sport professionnel d'une part et de l'économie marocaine d'autre part. Cette thématique touche le sportif en lui-même car à ce niveau de pratique, l'engagement est certes volontariste mais ce n'est pas un sacrifice, donc des issus en fin de carrière doivent être préparés
L'environnement du sport est également concerné mais également tous ce qui tournent autours du sport et du spectacle
Economie du sport
Le sport appartient aujourd'hui à la réalité économique. C'est un véritable créateur de richesses et d'emplois
Pour le Maroc, la Coupe du monde des clubs de football est un pari économique.
- Il espère néanmoins dégager 25 millions d'euros de marge sur les deux coupes qu'il va accueillir de décembre 2013 à décembre 2014.
- 100 000 spectateurs étrangers, attendus au royaume lors de chaque édition.
- 160 millions de dirhams du merchandising et 6 millions de dirhams des sponsors
La création des sociétés sportives est une opportunité pour la promotion du sport au Maroc
La gouvernance du sport
La gouvernance s'apprécie non seulement en tenant compte du degré d'organisation et d'efficience, mais aussi et surtout d'après des critères tels que la transparence, la participation et le partage des responsabilités
- L'organisation et la gestion du sport au Maroc fait intervenir des acteurs multiples
- De nouveaux intervenants dans le domaine sportif sont apparus au deux dernières décennies outre que l'état et le mouvement sportif (Loi n° 06-87 relative à l'éducation physique et aux sports) (régions, entreprises...)
Les efforts du Maroc pour créer des «Clubs socio-sportifs de proximité» comme exemple avec une fréquentation des femmes estimée à 25%.
- Les dépenses dans le sport sont appelées à croitre.
- Développer les travaux de recherche dans ce domaine pour un bon développement du sport au Maroc.
En fait le modèle sportif marocain en 2014 :
- Reconnait l'importance essentielle du sport à répandre les valeurs de patriotisme, de citoyenneté, de solidarité et de tolérance.
- Considère le sport comme un levier de développement humain et d'épanouissement de toute personne, notamment des personnes handicapées.
- Le sport est un élément important de l'éducation et de la culture et on lui reconnait un rôle fondamental dans les mesures de santé publique.
Vu ces rôles, l'Etat qualifie le secteur sportif de secteur d'intérêt général dont le développement relève d'une mission de service public au même titre que l'Etat et les autres personnes de droit public ou de droit privé :
- L'Etat est responsable du développement du mouvement sportif et en assume l'encadrement et le contrôle;
- Les personnes physiques et les personnes morales de droit public ou de droit privé contribuent, par leurs actions et leurs initiatives, au développement du mouvement sportif et des infrastructures permettant l'exercice des activités sportives, au renforcement des moyens étatiques et à l'application des orientations nationales en matière d'éducation physique et sportive.
- Pour promouvoir le sport de haut niveau (sport d'élite) le rôle de l'Etat est primordial et consiste notamment à garantir aux sportifs de haut niveau leurs insertions socioprofessionnelles par des actions leurs permettant d'acquérir ou de développer une formation professionnelle et l'adaptation de leurs compétences aux besoins de la collectivité.
Ce modèle sportif marocain ne peut être que solidaire, vu qu'il se construit autours de ce principe et vu qu'il est considéré comme un levier de développement humain et d'épanouissement de toute personne (sport de masse et sport d'élite)
Le sport appartient aujourd'hui à la réalité économique. C'est un véritable créateur de richesses et d'emplois. La bonne gouvernance est une exigence au vu de la multiplicité des intervenants dans le sport
Donc, beaucoup de travail législatif est attendu, avec l'instauration de la transparence, vu la multiplicité des intervenants sans oublier une approche de concertation la plus large possible
Le tout aboutira à la mise en place de ce modèle sportif destiné à répondre aux aspirations des marocains et à la promotion du label Maroc.
*Médecin de sport
Diplômé en Cardiologie du sport, pathologies de l'appareil locomoteur lié à la pratique du sport, en analyse et prévention du dopage, en nutrition et diabétologie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.