Le CSCA avertit Radio Méditerranée Internationale pour « publicité clandestine »    Le Groupe Barid Al-Maghrib lance le e-paiement des impôts pour les auto-entrepreneurs    Plus de 7 milliards de DH de financements Mourabaha à fin juillet 2019    Jack Lang : «Trésors de l'Islam en Afrique, de Tombouctou à Zanzibar témoigne de l'histoire du Maroc»    «Pour Sama» : Le témoignage bouleversant d'une jeune mère à Alep    Journées musicales de Carthage. Vive la Tunisie libre !    Eric Zemmour saisit la Cour européenne des droits de l'Homme    Maroc-Afrique du Sud : Dégel des relations    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie à guichets fermés    El Bouzidi: les étudiants (es) de Taounate sans bourse et sans cité universitaires?    Lancement du programme au titre de l'année scolaire 2019-2020 : «Etudes et sport» forme les champions en herbe    Nabil Benabdallah: «il faut être présent au sein des institutions qui font la loi»    SM le Roi Mohammed VI accorde Sa grâce à Hajar Raissouni et ses codétenus    Christine Lagarde formellement nommée à la tête de la BCE    Les dossiers du futur président tunisien    À Marrakech, Elalamy évoque les progrès du textile marocain    ITF juniors au Maroc: Le RUC passe le relais au Riad    Filière équine. L'écosystème se développe à grande vitesse    Coupe du Trône de tennis: L'ACSA pour la 9e fois    Les violations des droits de l'Homme dans les camps de Tindouf mise à nu    Tanger-Tétouan-Al Hoceima : Qui pour remplacer Ilyas El Omari ?    Feu vert à la création de la zone d'accélération industrielle Fès-Meknès    AMMC. 3ème participation consécutive à la «World Investor Week»    Syrie: Washington arrache une trêve à Erdogan, en vue de la création d'une « zone de sécurité »    Et la vie continue…dans un autre corps    Les lauréats du Prix de la culture amazighe dévoilés    Brexit: Après l'accord trouvé à Bruxelles, Johnson s'attelle à convaincre Westminster    Casablanca : Le groupe Akdital ouvre deux nouveaux établissements de santé    Réforme de l'enseignement. La Commission de suivi prépare sa réunion inaugurale    Attijariwafa bank, Top Performer RSE de l'année    Loi de Finances 2020 : Benchaâboun passe l'oral devant les parlementaires    Raja. Le trésorier du club détaille le rapport financier    Gouvernement. Faut-il un nouveau programme ?    Météo: Le temps qu'il fera ce vendredi    Tanger : Un nouvel espace d'insertion pour les jeunes handicapés mentaux    Rencontre commémorative à Marrakech    Victoire des socialistes portugais aux législatives    Biles, à toute épreuve    Découverte au Maroc de la plus ancienne organisation collective et sociale datant de 480 millions d'années    Divers    La situation actuelle du KACM au centre d'une réunion à Marrakech    Sixième Soulier d'or pour Lionel Messi    Une progression de 93% des ordres de paiement entre 2006 et 2018    Activités de la Chabiba ittihadia à Bouznika    Annulation de l'élection d'Iman Sabir    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    André Chénier : Le poète de la liberté    Yassine Belattar s'attire les foudres des Rifains    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sur le mutisme de l'U.E. face à la montée de l'extrême-droite en Autriche
Publié dans Albayane le 20 - 12 - 2017

Bien que l'extrême-droite ait fait, cette semaine, une entrée fracassante au sein du gouvernement autrichien du chancelier Sebastian Kurz en décrochant, outre la vice-chancellerie, les portes-feuilles des Affaires étrangères, de l'Intérieur, le département de la Santé, des Affaires Sociales et des Transports et, enfin le Secrétariat d'Etat au ministère des Finances, l'Europe semble être subitement devenue muette. Rien à voir, en effet, avec la position adoptée, en 2000, par les 14 pays membres d'alors qui avaient décidé de suspendre leurs relations avec Vienne lorsque l'extrême-droite avait participé au gouvernement du chancelier Wolfgang Schussel.
Les «sanctions» préconisées, en ce temps-là, par les pays-membres avaient également consisté en une limitation des rôles de leurs ambassadeurs en Autriche et en leur refus clairement affiché de soutenir les candidats présentés par Vienne pour exercer des fonctions au sein d'organisations internationales.
Cette fois-ci, il a fallu attendre deux jours pour finalement voir Paris arrondir les angles en affirmant, par la voix du porte-parole du Quai d'Orsay, son entière disposition à «engager le dialogue» avec le nouveau gouvernement du nouveau chancelier autrichien au motif qu'il aurait, «à de nombreuses reprises, affirmé son attachement aux valeurs européennes et au projet européen».
Cette réaction mitigée de la France au retour en force du Parti de la Liberté (FPÖ) au gouvernement de Vienne illustre bien le changement survenu en Europe en près de deux décennies. Ainsi, avant la constitution de ce nouveau gouvernement autrichien, l'Union Européenne n'était pas parvenue à sanctionner la Pologne en la dépouillant de son droit de vote lorsque cette dernière avait sérieusement écorné «l'indépendance de la justice et la liberté des médias»; ce qui démontre la très faible «marge de manœuvre» de l'Union Européenne lorsqu'elle est appelée à faire face à des partis non-démocratiques ayant accédé au pouvoir par le biais d'élections transparentes.
Mais les difficultés auxquelles se trouve confrontée l'Union Européenne d'aujourd'hui ne sont pas inhérentes à la seule montée des formations d'extrême-droite. Elles tiennent, en effet, au fait que les idées de cette droite dite radicale sont, désormais, reprises au grand jour par des partis supposés appartenir à la droite «modérée».
C'est dans ce cadre d'ailleurs, que l'actuel chancelier autrichien a inclus dans son programme les idées anti-immigration et anti-islam défendues par son nouvel allié et vice-chancelier Heinz-Christian Strache, le leader du Parti de la Liberté (FPÖ).
Il en va de même aux Pays-Bas où, pour soi-disant «barrer la route au populiste Geert Wilders», la droite a repris un grand nombre de ses thèmes de prédilection et en France où, avec Sarkozy puis plus récemment avec Laurent Wauquiez, la droite continue à chasser des voix sur des terrains jadis réservés au Front National.
Enfin, dans le cas de l'Autriche, le mutisme européen tiendrait aussi au fait que cette dernière sera appelée, au second trimestre 2018, à prendre la présidence tournante de l'Union Européenne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.