Vidéo – Le WAC arrache le nul à 10 et ne se fait pas aider par la VAR (1-1)    Un juge suspendu pour avoir critiqué Donald Trump    Match nul pour le WAC    Elections européennes: Et c'est parti…    Elections générales sud-africaines 2019: Quel impact sur le Maroc?    Le GAM dévoile sa vision 2022    Noor Midelt I attribué au consortium mené par EDF    Mammifères    Episode 10 Jésus, une grande figure biblique du Coran: Marie, mère de Jésus, dans le Coran    Un nouveau festival dédié à la «cuisine de rue»    Les 5 marques africaines les plus appréciées, selon African Business Magazine    Chine : Le contrat secret qui a sauvé des millions de vies    L'Unesco reproche aux assistants vocaux de véhiculer des "préjugés sexistes"    Délais de paiement des entreprises : L'Intérieur animé de bonnes intentions    Coupe d'Allemagne : La dernière danse de Robben    Lyon prépare son grand ménage d'été    La RSB tout près de sa première étoile africaine    Habib El Malki : Les associations constituent un pilier essentiel pour les institutions    Amir Al Mouminine préside la quatrième causerie religieuse du Ramadan    Les personnes vivant seules souffrent plus de troubles mentaux    Les politiques de vaccination contre la rougeole insuffisantes pour contrer l'épidémie    S.M le Roi inaugure la section régionale du Centre national Mohammed VI des personnes en situation de handicap    Recul des prix des actifs immobiliers au premier trimestre    Ces tournages qui ont tourné au drame : Resident Evil    Insolite : Enorme surprise pour des étudiants américains    Issam Kamal : Les textes de la chanson marocaine, à quelques exceptions près, n'ont pas encore atteint la qualité souhaitée    Evénements d'Al Hoceima : Le CNDH accueille des mères et membres de familles de détenus    "Matthias et Maxime" de Xavier Dolan, d'amour ou d'amitié...    Al Barid Bank: 16% des transactions réalisées via le canal mobile au T1-2019    Le WAC cherche à plier la finale à Rabat    «Génération Africaine, la force du design» : A la découverte d'une cinquantaine de designers africains    Les déficiences du football national!    Khalid Naciri: «En hommage à celui pleuré, seul, à quatre mille kilomètres d'ici»    «En cas d'insuffisance rénale ou de dialyse, il faudrait s'abstenir de jeûner»    Santé. Plus de 3,8 millions de rendez-vous en ligne    2004: Les Lions en finale, meilleure performance après le sacre de 1976    Selon un rapport du Conseil de l'éducation : A peine 83.000 handicapés décrochent un job    Lahoucine Aboudrar, le débonnaire!    Certification de documents : L'administration traîne les pieds    Mohamed Saïd Afifi, le «Hamlet» marocain    Theresa May pose les armes    Conseil national de l'entreprise de la CGEM, focus sur la concurrence    La guerre contre l'Iran n'aura pas lieu    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    Pas de cessez-le-feu en vue en Libye : Haftar reçu par Macron à Paris    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    L'Everest pour la 23ème fois    2ème Festival Meknès du théâtre : Une édition dédiée au Prix Hassan El Mniai    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sur le mutisme de l'U.E. face à la montée de l'extrême-droite en Autriche
Publié dans Albayane le 20 - 12 - 2017

Bien que l'extrême-droite ait fait, cette semaine, une entrée fracassante au sein du gouvernement autrichien du chancelier Sebastian Kurz en décrochant, outre la vice-chancellerie, les portes-feuilles des Affaires étrangères, de l'Intérieur, le département de la Santé, des Affaires Sociales et des Transports et, enfin le Secrétariat d'Etat au ministère des Finances, l'Europe semble être subitement devenue muette. Rien à voir, en effet, avec la position adoptée, en 2000, par les 14 pays membres d'alors qui avaient décidé de suspendre leurs relations avec Vienne lorsque l'extrême-droite avait participé au gouvernement du chancelier Wolfgang Schussel.
Les «sanctions» préconisées, en ce temps-là, par les pays-membres avaient également consisté en une limitation des rôles de leurs ambassadeurs en Autriche et en leur refus clairement affiché de soutenir les candidats présentés par Vienne pour exercer des fonctions au sein d'organisations internationales.
Cette fois-ci, il a fallu attendre deux jours pour finalement voir Paris arrondir les angles en affirmant, par la voix du porte-parole du Quai d'Orsay, son entière disposition à «engager le dialogue» avec le nouveau gouvernement du nouveau chancelier autrichien au motif qu'il aurait, «à de nombreuses reprises, affirmé son attachement aux valeurs européennes et au projet européen».
Cette réaction mitigée de la France au retour en force du Parti de la Liberté (FPÖ) au gouvernement de Vienne illustre bien le changement survenu en Europe en près de deux décennies. Ainsi, avant la constitution de ce nouveau gouvernement autrichien, l'Union Européenne n'était pas parvenue à sanctionner la Pologne en la dépouillant de son droit de vote lorsque cette dernière avait sérieusement écorné «l'indépendance de la justice et la liberté des médias»; ce qui démontre la très faible «marge de manœuvre» de l'Union Européenne lorsqu'elle est appelée à faire face à des partis non-démocratiques ayant accédé au pouvoir par le biais d'élections transparentes.
Mais les difficultés auxquelles se trouve confrontée l'Union Européenne d'aujourd'hui ne sont pas inhérentes à la seule montée des formations d'extrême-droite. Elles tiennent, en effet, au fait que les idées de cette droite dite radicale sont, désormais, reprises au grand jour par des partis supposés appartenir à la droite «modérée».
C'est dans ce cadre d'ailleurs, que l'actuel chancelier autrichien a inclus dans son programme les idées anti-immigration et anti-islam défendues par son nouvel allié et vice-chancelier Heinz-Christian Strache, le leader du Parti de la Liberté (FPÖ).
Il en va de même aux Pays-Bas où, pour soi-disant «barrer la route au populiste Geert Wilders», la droite a repris un grand nombre de ses thèmes de prédilection et en France où, avec Sarkozy puis plus récemment avec Laurent Wauquiez, la droite continue à chasser des voix sur des terrains jadis réservés au Front National.
Enfin, dans le cas de l'Autriche, le mutisme européen tiendrait aussi au fait que cette dernière sera appelée, au second trimestre 2018, à prendre la présidence tournante de l'Union Européenne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.