Ihlan Omar, visage controversé de la diversité américaine    Procédure pénale : Une réforme pour renforcer la sécurité des personnes et des biens    Maroc-UE. L'Espagne "satisfaite" de l'adoption de l'Accord de pêche    Le G7 Finances fait un pas vers la taxation des géants du numérique    Attijariwafa bank et la BAD s'associent pour développer le commerce en Afrique    L'AFD et l'ONDA signent deux conventions de financement    Soulaliyates. Premier cap franchi pour trois projets de loi    L'Iran a saisi un tanker étranger soupçonné de « contrebande »    Qui va remporter la CAN ?    Saad Lamjarred vers une nouvelle poursuite judiciaire    ASAP Rocky maintenu en détention jusqu'au 25 juillet    Sbagha Bagha 2019. Les murs ont des poèmes...    Adam Naas : Vieille âme du futur    La Casa de Papel. La saison 3 désormais disponible sur Netflix    Communiqué du Bureau politique du PPS    La CGEM et la SFI s'allient pour stimuler l'employabilité des femmes    Le Centre international d'oncologie de Casablanca s'engage à rendre les soins plus accessibles    Le Crédit Agricole du Maroc : un passage réussi au Parlement    Voici les poules éliminatoires de la CAN 2021    CAN 2019: Algérie-Sénégal en finale inédite    Montresso présente les temps forts de sa saison culturelle 2019-2020    Procès d'Imlil. L'avis de l'avocat de la victime danoise    Maroc-USA: Une alliance historique et un partenariat d'exception    Boucetta met en avant à Washington l'engagement continu du Maroc en faveur des libertés religieuses    La MAP inaugure son nouveau siège à Casablanca    Ramid présente le premier rapport sur "les réalisations en matière des droits de l'homme au Maroc"    Taroudant, capitale d'une vie rurale en marche!    Rabat. Un quinquagénaire arrêté pour meurtre    Tensions entre Séoul et Tokyo: un Sud-Coréen s'immole par le feu    Venezuela: Pouvoir et opposition font état de progrès dans leurs discussions    L'UE sanctionne la Turquie pour forage au large de Chypre…    Primes : La CAF augmente le «prize money»    Préscolaire, le ministère dresse son bilan    10.000 dollars d'amende pour la fédération algérienne    L'inébranlable attachement du Maroc à la voie du réalisme et du compromis    Avant Trump, Clinton n'était pas épargné par la diplomatie britannique    Troisième marche du podium pour le Nigeria    La syphilis regagne du terrain    De "captain" Mahrez à la révélation Bennacer Le carré d'as algérien    Hicham El Idrissi : Il ne faut pas compter sur des joueurs qui ne veulent plus jouer pour le KACM    Casa malade de ses moyens de transport    Les budgets des collectivités territoriales enregistrent un excédent de 5,4 MMDH    Bouillon de culture    Contrairement à Nicki Minaj, 50 Cent et Janet Jackson chanteront en Arabie Saoudite    "Les Enfants de la mer", un film d'animation écologiste et spirituel    Le court-métrage en fête à Ifrane et Azrou    Procès Imlil. La Cour met l'affaire en délibéré    Instagram masque les « likes » dans six pays    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Autriche: Sebastian Kurz, un jeune homme pressé d'accéder à la chancellerie
Publié dans Albayane le 13 - 07 - 2017

A Trente ans à peine -oit neuf ans de moins que le nouveau président français- Sebastian Kurz, l'actuel ministre autrichien des Affaires Etrangères qui, le 14 Mai dernier, était parvenu à prendre la direction du Parti populaire (ÖVP, chrétien conservateur) ambitionne, désormais, de devenir le plus jeune chef d'Etat.
Dès sa nomination, ce dernier avait annoncé que son parti entendait faire tomber le gouvernement de coalition avec les sociaux-démocrates et provoquer la tenue d'élections anticipées. Profitant du fait qu'un sondage publié par le quotidien libéral «Der Standard», avait annoncé que les autrichiens le préfèreraient à Christian Kern, l'actuel chef de gouvernement et même à Heinz-Christian Strache, le chef du parti d'extrême-droite FPÖ, (parti autrichien de la liberté), Sebastian Kurz a clairement affiché son souhait de ne point attendre la prochaine échéance électorale prévue en 2018 et ce, d'autant plus, que, selon Patrick Moreau, chercheur au CNRS, il est parvenu à «casser le système ... (et)... à faire un parti à sa mesure» qui, par le fait même qu'il ne présente aucune offre idéologique précise, «reste très mobile pour dépasser les clivages traditionnels».
Nommé Secrétaire d'Etat à l'Intégration à l'âge précoce de 24 ans, il est devenu, après six années au gouvernement, l'une des personnalités les plus populaires du paysage politique autrichien. Par ailleurs, sur le plan international, il reste le seul ministre des affaires étrangères d'un pays de l'Union Européenne à vouloir mettre un terme aux négociations relatives à l'adhésion de la Turquie à l'Europe et à ne point craindre de s'attirer ainsi les foudres d'Ankara. Mais, en étant l'un des plus fidèles soutiens du premier ministre hongrois Viktor Orban qui conteste la politique d'immigration préconisée par l'UE et en ayant montré, en 2016, ses capacités d'habile négociateur lorsque avec l'aide des pays des Balkans, il était parvenu à fermer aux migrants la frontière entre la Macédoine et la Grèce, le jeune viennois s'était érigé en un grand homme politique avec lequel il faut compter notamment lorsqu'en agissant ainsi, il avait osé tenir tête, malgré son très jeune âge, à Angela Markel, la chancelière d'une des plus grandes puissances de l'Europe et du monde.
Ainsi, il semble permis de reconnaître qu'avec un tel talent, Sebastian Kurz est, actuellement, le seul dirigeant autrichien apte à prendre le gouvernail et à arracher à la gauche une chancellerie qu'elle occupe depuis 2007.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.