Environnement et climat politique : Les mises en garde de Ségolène Royal    Mahmoud Abbas reçu par Emmanuel Macron    Kénitra : Un Incendie dans une usine    Fraude fiscale. Les scandales en hausse en Espagne    Boycott : La baisse du prix du lait de Centrale Danone insuffisante ?    Averses orageuses localement fortes ce vendredi dans plusieurs régions du Royaume    Alger entrave la coopération bilatérale et régionale    Décès de l'ancien Premier ministre Mohamed Karim Lamrani    Fifa : Trois anciens cadres du foot nord-américain suspendus à vie    Attijariwafa bank : Une nouvelle offre publique de vente dans le pipe    Le MP lance les candidatures pour le secrétariat général    18 milliards DH en appui aux catégories vulnérables    Saad Lamjarred continuera à être diffusé sur Chada FM    1ère édition du Festival de la poésie arabe à Marrakech    La société générale lance un hub technologique à Casablanca    Sommet intercoréen: Un nouveau pas vers la paix…    Décès du président vietnamien    Qui dit mieux… DHJ: 145 supporters pour un leader    Attijariwafa bank : Un RNPG en hausse de 6,35% au premier semestre    Le WAC appelé à rebondir face à l'ESS pour une place au dernier carré    Turquie : Le Maroc participe à un Festival de soufies    Arrestation à Casablanca de deux récidivistes pour leur implication présumée dans un homicide    Personnes en situation de handicap mental. La société civile toujours mobilisée    Partenariat : Hyundai porte les couleurs du Wydad    SAR le Prince Moulay Rachid au funérailles de Mohammed Karim Lamrani    Le Conseil de gouvernement adopte un projet de loi réglementant la pratique de la médecine légale    Edito : Le modèle INDH    El Khalfi : Le hrig en baisse chez les Marocains    Ouverture des travaux du 1er Forum de la justice de Laâyoune    Paris SG : La "MCN" pas encore au niveau européen    Boateng avait parlé avec Tuchel de son possible rôle à Paris    S.M le Roi lance la troisième phase de l'INDH    Entretiens maroco-britanniques sur les relations post-Brexit    Christine Blasey Ford, l'universitaire qui pourrait faire tomber le juge de Trump    Les dirigeants européens pour un nouveau référendum sur le Brexit    L'Agence urbaine d'Essaouira tient son conseil d'administration    Managem signe de bonnes performances au premier semestre    C'est le Nord qui les intéresse, mais c'est vers le Sud qu'ils sont repoussés    Calculs rénaux et montagnes russes, singes imitant l'homme au menu des anti-Nobel 2018    Le ministre sierra-léonais des AE loue le sérieux et la crédibilité du Plan d'autonomie au Sahara    Le gouvernement étrangle les médias algériens    City surpris, le Real assure Ronaldo voit rouge    Abdessamad El Azrak et Victoria El Asbat enchantent le public casablancais    Nouvelle édition du Festival Taragalte à M'hamid El Ghizlane    James Gray présidera le jury du 17ème Festival international du film de Marrakech    James Gray présidera la 17ème édition du FIFM    Le film marocain «Razzia» de Nabil Ayouch en salles au Mexique    Bahreïn: un Marocain lauréat du Prix Cheikh Aissa Al Khalifa de bénévolat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Don de sang: un acte de civisme et de citoyenneté
Publié dans Albayane le 22 - 02 - 2018

Les différents centres régionaux de transfusion sanguine vivent ces derniers temps, une pénurie critique dans les réserves de sang. Une situation sans précédent eu égard au nombre très limité pour ne pas dire insignifiant de donneurs de sang. Face à cette situation, le ministère de la santé lance une caravane de don de sang qui cible les régions de Rabat, Casablanca, Marrakech, Fès et Tanger. L'objectif escompté est de réaliser une réserve de sang couvrant au moins 7 jours, l'équivalent de 4500 sachets de sang durant la période du 19 février au 25 mars 2018.
Avoir en permanence du sang disponible au niveau des différents centres de transfusion sanguine de notre pays ne doit pas être uniquement le souci du ministère de la Santé ou du centre national de transfusion. La disponibilité du sang est une responsabilité de tout un chacun. La caravane de don de sang qui a été lancée par Anass Doukkali, ministre de la santé se déroulera du 19 février au 25 mars 2018. Elle intéressera les Centres régionaux de transfusion sanguine de Rabat, Casablanca, Marrakech, Fès et Tanger. Parmi les objectifs que se sont assignés les organisateurs de cette caravane : augmenter les stocks en produits sanguins au niveau des centres régionaux suscités, atteindre un Stock de sécurité en concentré de globules rouges égal ou supérieur à 7 jours de consommation.
Pour atteindre ces objectifs, il est important de diffuser la Culture de don de sang , sensibiliser et encourager la population sur le don du sang, expliquer et informer les uns et les autres sur la portée noble de cet acte citoyen.
Le don du sang ne concerne pas uniquement tel ou tel malade qui doit subir une intervention chirurgicale, ou groupes de patients dont la survie reste intimement liée à la transfusion sanguine. Nous sommes tous concernés par le don du sang. Personne n'est à l'abri d'un incident, accident qui nécessite souvent de grande quantité de sang pour maintenir en vie une personne victime d'hémorragie, un accidenté de la route, un patient brûlé, un accouchement difficile au cours duquel la femme peut présenter des hémorragies, parfois foudroyantes, des hémorragies qui représentent la première cause de mortalité maternelle.
Grâce au don de sang volontaire, spontané, des centaines de vies humaines sont sauvées chaque jour au niveau de nos établissements sanitaires publics et privés. Autant dire que sans ces dons, la vie humaine risque tout simplement de cesser.
La caravane organisée par le ministère de la santé a justement choisi pour thème «le don de sang est la responsabilité de tous». Elle vise à réaliser une réserve de sang couvrant au moins 7 jours, l'équivalent de 4500 sachets de sang durant la période du 19 février au 25 mars 2018.
Assurer la pérennité de l'approvisionnement
Les besoins en sang au Maroc se justifient et s'accroissent du fait de l'extension de l'offre de soins à la fois publique et privée et de la prise en charge de certaines maladies chroniques nécessitant des transfusions régulières telles que les hémopathies malignes ou les complications hémorragiques des accouchements que le ministère de la Santé prend en charge gratuitement.
L'augmentation des besoins en sang résulte également des traumatismes liés aux accidents de la voie publique. Au Maroc, la consommation en sang et produits sanguins augmente chaque année de 28% alors que la collecte de sang n'augmente que de 7%. Le nombre de donneurs de sang parmi la population âgée de 18 à 65 ans ne dépasse pas 1% actuellement.
Depuis 2012, les besoins en sang augmentent à une fréquence moyenne annuelle de 22%, alors que le nombre de dons de sang n'augmentent qu'à une fréquence annuelle moyenne de 6%. Pendant certaines périodes de l'année (été, les vacances scolaires, les vacances des différents Aid ...), les stocks des produits sanguins diminue à un niveau critique, ce qui soulève des craintes sur la pérennité de l'approvisionnement. Ceci exige la mise en place d'un projet de promotion et de collectes des dons de sang pour garantir la disponibilité de sang. Ce projet conçu et élaboré par le Centre national de transfusion sanguine et d'Hématologie vise l'augmentation du nombre de dons de sang pour répondre à la diminution actuelle des stocks de sang. C'est en l'occurrence ce qui est aujourd'hui réalisé grâce à l'organisation de cette caravane de don du sang. Mais il est important de savoir que pour pouvoir couvrir l'augmentation annuelle des besoins en sang et produits sanguins, l'Organisation mondiale de la santé recommande que 3% de la population soient des donneurs réguliers de sang, ce qui naturellement n'est pas le cas au Maroc.
Informer, sensibiliser et communiquer
Le don du sang est un sujet d'actualité. C'est une question qui est constamment à l'ordre du jour. C'est aussi une question de culture qui malheureusement nous fait défaut et tout en s'inscrivant dans ce cadre. Elle doit ouvrir la voie à un échange citoyen sur une question largement prioritaire dans notre pays parce qu'elle retient, de longue date l'attention des professionnels de santé, des patients, des familles, des juristes et des scientifiques.
A l'évidence, un tel travail où coexisteront plusieurs intervenants doit faire l'objet d'une organisation, d'une stratégie et pour qu'il puisse apporter des fruits, il doit nécessairement faire l'objet d'informations, de sensibilisation et de communication à l'adresse des citoyens, des donneurs, des associations de donneurs et des professionnels de santé.
Ce travail doit s'inscrire sur le moyen et long terme, tout au long de l'année. Il faut absolument sensibiliser notre population à l'importance du don de sang volontaire.
Les responsables des différents centres régionaux de transfusion sanguine doivent mettre à profit la présence des donneurs et des familles des malades pour féliciter, encourager les donneurs de sang réguliers, en remettant des certificats de donneur de sang et des cadeaux souvenirs aux donneurs réguliers.
Les médias (presse écrite et audio-visuelle) doivent participer à ces actions citoyennes en réalisant des reportages, des émissions de radio, des articles pour élargir plus la prise de conscience concernant le don de sang qui est synonyme de don de vie. C'est un défi qui est à notre portée à condition que chacun y mette du sien et c'est ensemble que nous pourrons relever ce challenge pour peu que 3 à% de notre population fasse don de son sang et que les poches de sang soit disponibles afin que chaque jour des vies humaines soient sauvées.
Qui peut donner du sang?
Concernant les donneurs, il faut savoir que toutes les personnes âgées de 18 à 65 ans peuvent faire don de leur sang tous les 2 mois pour les hommes et tous les trois mois pour les femmes. On peut donner durant toute la vie à condition de respecter les délais entre chaque don de sang et de ne pas être porteur d'une maladie ou autres affections qui contre-indiquent le don. La générosité des donneurs de sang est cruciale, car la responsabilité du maintien de la réserve de sang collective à un niveau optimal appartient à l'ensemble des Marocaines et des Marocains et pour que l'approvisionnement soit sûr et suffisant, le sang doit absolument être collecté auprès de donneurs volontaires non rémunérés. Les donneurs volontaires réguliers sont la source d'approvisionnement la plus sûre car ils sont plus rarement porteurs d'infections transmises par le sang que les personnes qui donnent leur sang à des membres de leurs familles en cas d'urgence. Il est clair que le don du sang est un acte citoyen, un acte de charité humaine, grâce au don du sang des vies sont sauvées. Ce geste, ce don de soi n'a pas de prix, nous en sommes tous conscients. Il s'agit donc pour chacun de nous de se mettre à la place de celui qui a besoin pour vivre d'un peu de sang.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.