Oussama Tannane dans le viseur de clubs allemands et italiens    Vie politique : Vers une meilleure représentativité des femmes    L'Algérie pleure ses morts emportés par les inondations, Tebboune pleure la mère de Brahim Ghali    La CNSS annonce des indemnités aux industries culturelles, des crèches et des salles privées de sport    10 millions DH pour réhabiliter la zone industrielle Moghogha à Tanger    Déclarer et payer l'impôt sont deux obligations distinctes    Les femmes fortement impactées par la pandémie    Hausse de plus de 17% du parc des abonnés Internet en 2020    Covid-19 : Les femmes frappées de plein fouet par le chômage    Législatives en Côte d'Ivoire : le pouvoir et l'opposition se disputent l'annonce de la victoire    Le Maroc élu à la vice-présidence    Ligue des champions (3è journée/Gr C) : Trois sur trois pour le Wydad    5 millions DH pour faire de Dakhla capitale mondiale du foil    Barça: Laporta déclare la guerre au PSG à cause de Messi    Accès aux soins-confinement : Un parcours du combattant pour les ménages dirigés par des femmes    Inauguration de la faculté pluridisciplinaire d'Es-Semara    Harcèlement sexuel : accusé à nouveau et isolé, Andrew Cuomo écarte une démission    ANRT : croissance soutenue du parc de l'internet    Assurances: les primes émises en baisse de 6,5% à fin janvier 2021    France: un député tué dans un accident d'hélicoptère    Laâyoune : saisie de près de 2 tonnes de chira    Oujda : Un individu placé sous surveillance médicale met fin à ses jours    Maroc-USA Examen des moyens de renforcer la coopération culturelle    Le Maroc, deuxième partenaire commercial africain du Mexique    Voici le nouveau président du FC Barcelone !    Guinée équatoriale : 15 morts et 500 blessés dans des explosions accidentelles dans un camp militaire    Prévisions météorologiques pour le lundi 8 mars 2021    Après les troubles au Sénégal, la contestation appelle à de nouvelles manifestations    Manifestants asiatiques et rêve américain    Rencontre avec Mustapha Jmahri autour de la mémoire d'El Jadida    Fatma El Ghalia Charradi, la férue du théâtre et de l' action associative    Ahlam Aboulamal, Une vie rythmée par le monde des arts et du spectacle    Le Raja Casablanca et le Youssoufia Berrechid se quittent sur un nul (VIDEO)    Abdelouafi Laftit : L'étape actuelle exige l'implication de tous dans les efforts d'élection des institutions représentatives    Mohamed Essoulimani expose sa dimension spirituelle de la femme    Irak : le pape prie pour les «victimes de la guerre»    Exposition: sensualité et audace    «Tisser le temps politique au Maroc»    Le WAC s'approche de la qualification en leader, El Kaabi s'illustre    Maroc-Royaume-Uni : une nouvelle route maritime pour contourner les problèmes frontaliers du post-Brexit    La Biélorussie réclame l'extradition de Svetlana Tsikhanovskaïa    Merkel et son parti voient leur étoile pâlir    La femme est appelée à s'affirmer dans les divers registres de la vie sociétale    Adoption à la majorité d'un projet de loi organique relatif au processus électoral    Avec « Dilbar », Nora Fatehi dépasse 1 milliard de vues sur Youtube (VIDEO)    CAF / Elections du 12 mars : Ahmed Yahya se retire !    Le Maroc, vice-président du 14e congrès des Nations unies pour la prévention du Crime et la justice pénale    «Sans cesse la langue défait et refait le jeu de son tissage de signes» Lorand Gaspar    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bolivie: Les dessous du complot anti-Morales…
Publié dans Albayane le 19 - 11 - 2019

Dimanche dernier, Evo Morales qui présidait aux destinées de la Bolivie depuis quatorze années, a démissionné et pris le chemin de l'exil à bord d'un avion militaire mexicain sous la pression de sa police et de son armée qui, au lieu de s'atteler à l'exécution de leur mission première, qui consiste à assurer la paix et la sécurité dans le pays, ont rapidement outrepassé leur rôle constitutionnel en se rangeant du côté de l'opposition.
Or, si l'on se réfère à une interview que l'ancien président de Bolivie avait accordé au quotidien français «L'humanité» lors de sa visite à Paris des 12 et 13 mars 2013 et dans laquelle il avait notamment déclaré : «Quand je suis arrivé au pouvoir, les multinationales recevaient 82% des revenus de nos matières premières et nous, 18%. Aujourd'hui c'est l'inverse ! J'ai fait ce qu'il y avait à faire pour mon peuple. J'attends maintenant qu'on m'assassine comme ils l'ont fait avec Chávez !», on est forcé de reconnaître qu'alors qu'il s'attendait au pire c'est-à-dire à son élimination physique le moment venu, Evo Morales a finalement emprunté la voie la plus salutaire : quitter le pouvoir sans y laisser la vie et – ce qui n'est pas moins important – en faisant éviter au pays un bain de sang et une plongée certaine dans les affres de cette guerre civile qui se profilait à l'horizon depuis que, sous son égide, la Bolivie a emprunté la voie de ce socialisme latino-américain tant honni par Washington et ses alliés.
S'il est encore trop tôt pour déterminer les responsabilités des uns et des autres dans le complot qui a conduit à l'éviction d'Evo Morales qui, tout comme l'ancien président vénézuélien Hugo Chavez, rêve d'une Amérique latine socialiste, il est clair, cependant, que ce coup d'Etat été mené par les représentants de l'oligarchie économique, suprémaciste et évangéliste de Santa-Cruz épaulée par Washington en réaction contre sa politique de nationalisation des ressources naturelles – gaz et lithium notamment – dont regorge le sous-sol bolivien ; ce qui, du reste, a fait dire au président déchu, sur son compte Twitter, que ce «coup d'Etat (…) est un complot politique et économique qui vient des Etats-Unis».
Luis Fernando Camacho, un des leaders de la contestation, a déclaré en envahissant le Palais présidentiel : «Plus jamais la ‘Pachamama' n'entrera ici; la Bolivie est revenue au Christ»; une assertion qui a été reprise par la nouvelle présidente par intérim autoproclamée Jeanine Anez lorsqu'elle s'est écrié, après sa prestation de serment, que «la Bible revient au Palais ».
Par de tels propos, les opposants à l'ancien chef de l'Etat tiennent donc à rappeler qu'étant donné son ascendance amérindienne et le fait que dans la cosmogonie andine, présente dans l'espace correspondant à l'empire inca, la ‘Pachamama' représente la déesse-terre, ce dernier avait coutume de prêter une oreille beaucoup plus attentive aux revendications culturelles et sociales des peuples indigènes afférentes notamment à la réduction de la pauvreté, de l'analphabétisme et des inégalités qui les frappent plutôt qu'aux doléances de la composante chrétienne de la population et de porter, ainsi, atteinte à la cohésion de la société bolivienne.
Rappelant, enfin, dans son dernier message à ses compatriotes, que tout au long de sa présidence il n'y a jamais eu aucune victime de la répression policière et qu'il n'a «jamais demandé aux forces armées d'aller réprimer le peuple ni d'instaurer de couvre-feu» alors que plusieurs personnes sont déjà tombées aux premiers jours du «coup d'Etat civico-politico-policier» qui l'a écarté du pouvoir, l'ancien président Evo Morales a demandé à ses opposants Luis Fernando Camacho et Carlos Mesa de faire preuve de retenue et «aux forces armées de ne pas se souiller en faisant couler le sang du peuple».
L'ancien président de Bolivie sera-t-il écouté au nom de la préservation de la paix civile dans le pays alors que, pour bien marquer sa volonté de liquider son héritage, la présidente par intérim autoproclamée, immédiatement reconnue par Washington, s'est empressée de nommer un nouveau gouvernement comprenant des ministres issus, dans leur ensemble, de la droite bolivienne ? Aussi, le pire est-il à craindre au vu notamment de la grande popularité chez les indigènes de celui qui a été écarté du pouvoir sans ménagement et de la détermination de ses partisans qui, en arborant par milliers dans les rues de la capitale, des «whipalas» – le drapeau des peuples indigènes – ont scandé, à l'unisson, « oui (à) une guerre civile», une guerre civile qui, si elle venait à être déclarée, mettra incontestablement la Bolivie à feu et à sang alors même que, pour lui barrer la voie, Evo Moralos a préféré prendre le chemin de l'exil. Alors, attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.