Le Maroc dénonce l'obstruction algéro-polisarienne du processus de nomination d' un Envoyé personnel au Sahara    Un journaliste algérien écroué après un article sur le mécontentement desTouaregs    Le surplace insolite d'une régularisation à l'italienne    Le déficit budgétaire se creuse pour le deuxième mois consécutif    La généralisation de la protection sociale, un triomphe contre les inégalités    Les TPE lourdement impactées par les délais de paiement    Décès du président tchadien Idriss Déby Itno    Infantino fustige les dissidents qui devront subir les conséquences    Coupe de la Confédération: Match capital pour la RSB et sans enjeu pour le Raja    Restructuration de la direction technique des EN    La police à pied d'oeuvre pour faire respecter le couvre-feu nocturne    Une exposition célèbre les créations artistiques des enfants autistes à Fès    La chanteuse Taylor Swift à nouveau la cible d' un harceleur    Bientôt une suite du film Downton Abbey    Coupe du Trône: Les 8 qualifiés pour les quarts de finale connus    Dossiers des contractuels : Amzazi jette de l'huile sur le feu !    Le club de Ziyech se retire de la Super League    Cinq clubs anglais se retirent de la controversée « Super League »    Programme des principaux matchs du mercredi 21 avril    De jeunes volontaires réexposés au Covid-19 pour une étude britannique    Les vols directs Maroc-Israël seront opérationnels après le Ramadan    Maroc/Protection sociale : cinq projets de décrets adoptés par le Conseil de gouvernement (Vidéo)    Tanger : Deux individus interpellés pour vol sous la menace de la violence à l'intérieur d'une agence bancaire    Maroc/Prolongement des mesures exceptionnelles pour certaines catégories affiliées à la CNSS: Deux décrets adoptés    Approbation du Plan gouvernemental intégré de mise en œuvre du caractère officiel de la langue amazighe    Hakima El Atrassi à cœur ouvert    Omar Hilale dénonce la duplicité de l'Algérie et du «polisario» au sujet de l'Envoyé personnel pour le Sahara marocain    Conseil de gouvernement: Du nouveau pour l'AMO des indépendants    8 millions de têtes d'ovins et de caprins seront identifiées    Restructuration de la direction technique des équipes nationales    Ahidous, Ahwach, Izlan n Tyerza, Tizrarin, Timnadin, Tagnawit ...en mode Rock&roll, blues, pop ou Rock    Peindre à l'encre océanique    DGAPR : la grève de la faim annoncée par les détenus Soulaimane Raissouni et Omar Radi "n'a aucun lien avec les conditions de leur détention"    Covid: comment se dérouleront les épreuves du bac 2021 au Maroc ?    Nasser Bourita s'entretient avec son homologue irlandais    Covid-19/Maroc: Voici le nombre de personnes vaccinées à ce jour    Nouvelle résolution du Parlement européen sur la dégradation des droits de l'homme en Algérie    L'ONU met en garde contre les changements climatiques...2021 doit être l'année de l'action (Guterres)    Le chef de l'armée libanaise remercie le roi Mohammed VI    S.M. Le Roi lance la généralisation de la protection sociale    Le Maroc élu à la présidence du Conseil exécutif de l'Organisation pour l'Interdiction des Armes Chimiques    Les Nuits du Ramadan 2021 célèbrent les «racines africaines»    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec le rival saoudien    Le journaliste et critique d'art Jamal Boushaba n'est plus    Adoption en commission d'un projet de loi relatif au blanchiment des capitaux    Tchad : le président Idriss Déby Itno tué au front    Décès de l'ancien vice-président américain Walter Mondale à l'âge de 93 ans    Le Maroc insiste sur l'impératif de placer la lutte mondiale contre la drogue parmi les priorités    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Bolivie après le départ d'Evo Morales…
Publié dans Albayane le 15 - 11 - 2019

Après trois semaines de manifestations, dénonçant la «persécution» menée par les leaders de l'opposition contre ses proches et déplorant l'«atteinte contre la démocratie et la paix sociale» et un «odieux» coup d'Etat, Evo Morales, 60 ans, à la tête de la Bolivie depuis 2006, a annoncé dimanche dernier sa démission avant de prendre le lendemain le chemin de l'exil à bord d'un avion militaire mexicain. «Je pars pour le Mexique (…) çà me fait mal d'abandonner le pays pour des raisons politiques» avait tweeté l'ancien chef de l'Etat avant d'embarquer et de promettre de poursuivre la « lutte » et de revenir «vite (et) avec plus de force et d'énergie».
Mais – fait inédit et très surprenant – la démission du président bolivien avait donné lieu à une réaction en chaîne puisqu'elle avait été suivie de celle de ses successeurs constitutionnels directs que sont le vice-président Alvaro Garcia, la présidente et le vice-président du Sénat ainsi que le président de la Chambre des députés. Aussi, pour contrecarrer l'inévitable vacance du pouvoir qui se profilait à l'horizon et qui risquait de plonger le pays dans le chaos, Jeanine Anez, seconde vice-présidente du Sénat depuis 2015, a revendiqué la présidence par intérim malgré l'absence de quorum au Parlement et pu obtenir le soutien des principales forces d'opposition du pays.
Ainsi, le candidat centriste Carlos Mesa qui, après avoir contesté énergiquement les résultats de la présidentielle du 20 Octobre avait réclamé un second tour, a immédiatement félicité «la nouvelle présidente constitutionnelle de Bolivie Jeanine Anez». Il en a été de même pour Luis Fernando Camacho, le leader de la contestation populaire, qui a même appelé, de son côté, à une «suspension des manifestations».
Avocate de profession, âgée de 52 ans mais peu connue hors des frontières du pays, la nouvelle présidente par intérim de Bolivie s'est alors rendue au siège du gouvernement pour prêter serment et obtenir la validation de son élection par le Tribunal constitutionnel.
Arguant de «la nécessité de créer un climat de paix sociale» alors que, depuis fin octobre, le pays est secoué par une grave crise politique, Jeanine Anez qui, après avoir déclaré, avec un sourire ironique au coin des lèvres et pour se démarquer de l'ancien président Morales, que «la Bible revient au Palais», s'est réunie avec les chefs de l'armée et de la police. Elle s'est engagée, au cours de cette séance de travail, à «convoquer des élections avec des personnalités qualifiées qui vont conduire le processus électoral afin de refléter ce que veulent tous les Boliviens».
Appelant au respect de l'ordre constitutionnel et à la préservation de la paix alors que La Paz, la capitale administrative du pays, était totalement paralysée, de nombreuses chancelleries ainsi que les vingt pays membres de l'Organisation des Etats américains (OEA) ont invité, ce mardi, les nouvelles «autorités de transition» à faire le nécessaire pour surmonter la crise en Bolivie. Paris a appelé, de son côté, ces dernières «au calme et à la retenue» alors que Washington a choisi de limiter sa présence diplomatique dans le pays et de conseiller à ses concitoyens d'éviter tout déplacement en Bolivie à cause d'éventuels « troubles civils».
Les prochaines élections présidentielles auront-elles lieu dans le délai légal de 90 jours prenant effet à compter de la date déclarée de la vacance du pouvoir tel que fixé par la Constitution ? Le pluralisme politique y sera-t-il préservé alors que Carlos Mesa, l'opposant à l'ancien chef de l'Etat, souhaiterait la tenue d'élections excluant d'emblée la présence d'Evo Morales et qu'une bonne partie de la population se reconnaît dans ce dernier et dans son parti le Mouvement vers le Socialisme (MAS) ? Quoiqu'il en soit, même s'il est peu plausible que l'ancien chef de l'Etat fasse campagne depuis un pays étranger, force est de reconnaître, toutefois, que la candidature d'Evo Morales qui s'est dessaisi du pouvoir pour ne point tomber dans le piège tendu de la confrontation «impérialiste» et pour épargner à la Bolivie un bain de sang a encore de très fortes chances de faire éviter au pays les affres d'une guerre civile. Alors, attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.