Tuez-les par balle» : tel est l'ordre du président philippin contre ceux qui refusent le confinement    Coronavirus : M'jid El Guerrab interpelle le ministre français de l'Education nationale    Coronavirus : 17 nouveaux cas confirmés, 708 au total, jeudi 2 avril à 21h    Zaïo : arrestation d'un individu impliqué dans la diffusion de contenu numérique incitant à la haine    ADD: Tout savoir sur les initiatives digitales en faveur de l'administration publique    Agriculture : La situation du marché à un niveau normal    Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feu Marcel Botbol    TIBU Maroc s'adapte au coronavirus    Aswak Assalam lance prochainement «Aswak Delivery», un service de livraison à domicile    Coronavirus : le groupe CDG annonce de nouvelles mesures au profit des TPME    Covid-19: Le ministère de la Santé appelle à la patience    Le vrai du faux sur le coronavirus au Maroc, ce jeudi 2 avril    Confinement: nouvelles pratiques, vieilles fractures    Enchères de Sotheby's: Melehi et Belkahia en vedette    Mohamed Belmou : «Nous sommes pour l'idée d'allouer le budget des festivals pour lutter contre le corona»    Fonds Spécial Covid-19    Saad Lamjarred réagit au décès de Marcel Botbol (PHOTO)    Les éboueurs, des soldats nocturnes qui veillent à la propreté    Covid-19: l'Espagne passe à la phase de “ralentissement” de la pandémie    CDM reporte les échéances des crédits pour les clients impactés    Sous le thème «Philosophie de jeu de la FRMF» : La FRMF tient son séminaire en ligne    Coronavirus : plus de 700.000 bénéficiaires de l'indemnité forfaitaire    Confinement : que regardent les téléspectateurs marocains?    La télévision au temps de Coronavirus et la reprise du pouvoir d'initiative    Le Maroc a été parmi les premiers à fournir la chloroquine malgré la forte demande au niveau mondial    Coronavirus: La Corée du Nord épargnée ?    Le football français en deuil : De Marseille à toute la L1, hommage unanime à Pape Diouf    Lutte anti-coronavirus : Evacuation d'un grand marché populaire à Laâyoune    Un joueur du FUS se blesse pendant ses entraînements à domicile    Adieu Si Fadel    En Guinée, le président Alpha Condé, 82 ans, obtient une très large majorité parlementaire    Mustapha Adib, ex-espion des services de l'hexagone, tombe bien bas    Décès de Marcel Botbol à cause du Covid-19: ce que l'on sait    Parlement: Dispositif exceptionnel pour la session du printemps    Brèves Internationales    Les réserves des centrales syndicales    La Chambre des représentants mobilisée pour répondre aux exigences de la situation sanitaire    Nouvelle pauvreté et nouvelles solidarités en Italie    Le coaching mental, un impératif pour les sportifs à l'heure du confinement    Report des Jeux méditerranéens d'Oran à 2022    Après la crise sanitaire, vers un foot plus vertueux ?    Le Maroc n'y échappera pas    De la culture gratuite pour combattre l'ennui du confinement    Le rappeur français Booba prêche le respect des mesures préventives    Les musiques reposantes ont le vent en poupe    Un projet terroriste déjoué en Tunisie    Ça ne va pas si mal que ça pour nos étudiants au Canada    La production dans la construction en hausse de 3,6% dans la zone euro    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Bolivie après le départ d'Evo Morales…
Publié dans Albayane le 15 - 11 - 2019

Après trois semaines de manifestations, dénonçant la «persécution» menée par les leaders de l'opposition contre ses proches et déplorant l'«atteinte contre la démocratie et la paix sociale» et un «odieux» coup d'Etat, Evo Morales, 60 ans, à la tête de la Bolivie depuis 2006, a annoncé dimanche dernier sa démission avant de prendre le lendemain le chemin de l'exil à bord d'un avion militaire mexicain. «Je pars pour le Mexique (…) çà me fait mal d'abandonner le pays pour des raisons politiques» avait tweeté l'ancien chef de l'Etat avant d'embarquer et de promettre de poursuivre la « lutte » et de revenir «vite (et) avec plus de force et d'énergie».
Mais – fait inédit et très surprenant – la démission du président bolivien avait donné lieu à une réaction en chaîne puisqu'elle avait été suivie de celle de ses successeurs constitutionnels directs que sont le vice-président Alvaro Garcia, la présidente et le vice-président du Sénat ainsi que le président de la Chambre des députés. Aussi, pour contrecarrer l'inévitable vacance du pouvoir qui se profilait à l'horizon et qui risquait de plonger le pays dans le chaos, Jeanine Anez, seconde vice-présidente du Sénat depuis 2015, a revendiqué la présidence par intérim malgré l'absence de quorum au Parlement et pu obtenir le soutien des principales forces d'opposition du pays.
Ainsi, le candidat centriste Carlos Mesa qui, après avoir contesté énergiquement les résultats de la présidentielle du 20 Octobre avait réclamé un second tour, a immédiatement félicité «la nouvelle présidente constitutionnelle de Bolivie Jeanine Anez». Il en a été de même pour Luis Fernando Camacho, le leader de la contestation populaire, qui a même appelé, de son côté, à une «suspension des manifestations».
Avocate de profession, âgée de 52 ans mais peu connue hors des frontières du pays, la nouvelle présidente par intérim de Bolivie s'est alors rendue au siège du gouvernement pour prêter serment et obtenir la validation de son élection par le Tribunal constitutionnel.
Arguant de «la nécessité de créer un climat de paix sociale» alors que, depuis fin octobre, le pays est secoué par une grave crise politique, Jeanine Anez qui, après avoir déclaré, avec un sourire ironique au coin des lèvres et pour se démarquer de l'ancien président Morales, que «la Bible revient au Palais», s'est réunie avec les chefs de l'armée et de la police. Elle s'est engagée, au cours de cette séance de travail, à «convoquer des élections avec des personnalités qualifiées qui vont conduire le processus électoral afin de refléter ce que veulent tous les Boliviens».
Appelant au respect de l'ordre constitutionnel et à la préservation de la paix alors que La Paz, la capitale administrative du pays, était totalement paralysée, de nombreuses chancelleries ainsi que les vingt pays membres de l'Organisation des Etats américains (OEA) ont invité, ce mardi, les nouvelles «autorités de transition» à faire le nécessaire pour surmonter la crise en Bolivie. Paris a appelé, de son côté, ces dernières «au calme et à la retenue» alors que Washington a choisi de limiter sa présence diplomatique dans le pays et de conseiller à ses concitoyens d'éviter tout déplacement en Bolivie à cause d'éventuels « troubles civils».
Les prochaines élections présidentielles auront-elles lieu dans le délai légal de 90 jours prenant effet à compter de la date déclarée de la vacance du pouvoir tel que fixé par la Constitution ? Le pluralisme politique y sera-t-il préservé alors que Carlos Mesa, l'opposant à l'ancien chef de l'Etat, souhaiterait la tenue d'élections excluant d'emblée la présence d'Evo Morales et qu'une bonne partie de la population se reconnaît dans ce dernier et dans son parti le Mouvement vers le Socialisme (MAS) ? Quoiqu'il en soit, même s'il est peu plausible que l'ancien chef de l'Etat fasse campagne depuis un pays étranger, force est de reconnaître, toutefois, que la candidature d'Evo Morales qui s'est dessaisi du pouvoir pour ne point tomber dans le piège tendu de la confrontation «impérialiste» et pour épargner à la Bolivie un bain de sang a encore de très fortes chances de faire éviter au pays les affres d'une guerre civile. Alors, attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.