Programme Intelaka : Des financements de 1,25 milliard DH alloués par Attijariwafa Bank    La proclamation américaine sur la marocanité du Sahara distribuée aux 193 Etats membres de l'ONU    Le Maroc dénonce le dévoiement des décisions du Sommet extraordinaire de l'UA par l'Afrique du Sud    Le portefeuille de BMCE Capital Research tire son épingle du jeu en 2020    Nexans inaugure une nouvelle usine à Nouaceur    Le poison de « la vérité alternative »    Etats-Unis : Donald Trump fait ses adieux    Giuseppe Conte, l'illustre inconnu de l'échiquier politique italien    Anasse Bari: Gagner les élections dans un monde propulsé par l'IA est un "jeu de chiffres" qui se déroule sur les médias sociaux    Téhéran se réjouit du départ de Trump    Distinction du tandem marocain du FC Séville    Mondial des clubs : Un adversaire arabe pour le Bayern au dernier carré    Réunion de la Fédération Royale marocaine de basketball: Le Cinq national et les préparatifs au lancement des championnats à l' ordre du jour    Cher vaccin, cesse de nous faire languir !    Abdelkrim Meziane Belfkih: Le taux de reproduction de la Covid-19 se stabilise à 0,88    Arrestation d' un pédophile français à Agadir    Evolution du coronavirus au Maroc : 1152 nouveaux cas, 4 62. 542 au total, mercredi 20 janvier 2021 à 18 heures    Top 10 des applications les plus téléchargées en 2020    Netflix dépasse les 200 millions d'abonnés payants dans le monde    El Guergueret : L'hommage du Groupe Sentissi    Casablanca : Une collecte de dons lancée en faveur des migrants sans-abri    Chauffe-eau : Le tueur silencieux a fait 9 morts    Le niveau de vie des ménages se dégrade    Groupe Renault. Un bilan 2020 positif malgré la crise    Coronavirus : le SIAM 2021 annulé    2020 : Année catastrophique pour le trafic aérien    Honorable distinction d'un militant amazigh    L'équipe nationale en stage de préparation à Maâmora    Communiqué du bureau politique du PPS    Les Etats-Unis ouvrent un nouveau chapitre    La pandémie a mis à nu les fragilités de l'OMS    Une démocratie, comme les auatres...     Nécessité d'approfondir la connaissance du risque    Les autorités publiques «rejettent catégoriquement» le chapitre consacré au Maroc    Transformation digitale : Marjane Holding passe à la vitesse supérieure    Mondial de handball: Le Maroc quitte la compétition    Il prend la tête du groupe C: Le Maroc débute par un petit succès sur le Togo    Angleterre: Leicester enfonce Chelsea, Lampard en danger    Marrakech : 1ère exposition de l'événement culturel «EX. Art contemporain»    «L'Homme qui a Vendu sa Peau» et l'acteur Sami Bouajila primés    Economie du web : l'effet Covid se fait ressentir    CHAN : La Zambie et la Guinée vainqueurs de la Tanzanie et de la Namibie    Edito: Le maire doit partir    Pedro Sanchez : Le Maroc revêt une «importance capitale» pour les intérêts de l'Espagne    L'épouse d'El Ghomari se confie sur 2M    La promotion des provinces du Sud dans l'agenda du Réseau Maroco-Américain    Paru chez l'édition La Croisée des Chemins : «Le Secret de la Lettre» : Mohamed Ennaji porte un regard sur l'école coranique d'hier    Stud'IFO : Concert virtuel entre Cheikh Brahmi et Snitra    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Bolivie après le départ d'Evo Morales…
Publié dans Albayane le 15 - 11 - 2019

Après trois semaines de manifestations, dénonçant la «persécution» menée par les leaders de l'opposition contre ses proches et déplorant l'«atteinte contre la démocratie et la paix sociale» et un «odieux» coup d'Etat, Evo Morales, 60 ans, à la tête de la Bolivie depuis 2006, a annoncé dimanche dernier sa démission avant de prendre le lendemain le chemin de l'exil à bord d'un avion militaire mexicain. «Je pars pour le Mexique (…) çà me fait mal d'abandonner le pays pour des raisons politiques» avait tweeté l'ancien chef de l'Etat avant d'embarquer et de promettre de poursuivre la « lutte » et de revenir «vite (et) avec plus de force et d'énergie».
Mais – fait inédit et très surprenant – la démission du président bolivien avait donné lieu à une réaction en chaîne puisqu'elle avait été suivie de celle de ses successeurs constitutionnels directs que sont le vice-président Alvaro Garcia, la présidente et le vice-président du Sénat ainsi que le président de la Chambre des députés. Aussi, pour contrecarrer l'inévitable vacance du pouvoir qui se profilait à l'horizon et qui risquait de plonger le pays dans le chaos, Jeanine Anez, seconde vice-présidente du Sénat depuis 2015, a revendiqué la présidence par intérim malgré l'absence de quorum au Parlement et pu obtenir le soutien des principales forces d'opposition du pays.
Ainsi, le candidat centriste Carlos Mesa qui, après avoir contesté énergiquement les résultats de la présidentielle du 20 Octobre avait réclamé un second tour, a immédiatement félicité «la nouvelle présidente constitutionnelle de Bolivie Jeanine Anez». Il en a été de même pour Luis Fernando Camacho, le leader de la contestation populaire, qui a même appelé, de son côté, à une «suspension des manifestations».
Avocate de profession, âgée de 52 ans mais peu connue hors des frontières du pays, la nouvelle présidente par intérim de Bolivie s'est alors rendue au siège du gouvernement pour prêter serment et obtenir la validation de son élection par le Tribunal constitutionnel.
Arguant de «la nécessité de créer un climat de paix sociale» alors que, depuis fin octobre, le pays est secoué par une grave crise politique, Jeanine Anez qui, après avoir déclaré, avec un sourire ironique au coin des lèvres et pour se démarquer de l'ancien président Morales, que «la Bible revient au Palais», s'est réunie avec les chefs de l'armée et de la police. Elle s'est engagée, au cours de cette séance de travail, à «convoquer des élections avec des personnalités qualifiées qui vont conduire le processus électoral afin de refléter ce que veulent tous les Boliviens».
Appelant au respect de l'ordre constitutionnel et à la préservation de la paix alors que La Paz, la capitale administrative du pays, était totalement paralysée, de nombreuses chancelleries ainsi que les vingt pays membres de l'Organisation des Etats américains (OEA) ont invité, ce mardi, les nouvelles «autorités de transition» à faire le nécessaire pour surmonter la crise en Bolivie. Paris a appelé, de son côté, ces dernières «au calme et à la retenue» alors que Washington a choisi de limiter sa présence diplomatique dans le pays et de conseiller à ses concitoyens d'éviter tout déplacement en Bolivie à cause d'éventuels « troubles civils».
Les prochaines élections présidentielles auront-elles lieu dans le délai légal de 90 jours prenant effet à compter de la date déclarée de la vacance du pouvoir tel que fixé par la Constitution ? Le pluralisme politique y sera-t-il préservé alors que Carlos Mesa, l'opposant à l'ancien chef de l'Etat, souhaiterait la tenue d'élections excluant d'emblée la présence d'Evo Morales et qu'une bonne partie de la population se reconnaît dans ce dernier et dans son parti le Mouvement vers le Socialisme (MAS) ? Quoiqu'il en soit, même s'il est peu plausible que l'ancien chef de l'Etat fasse campagne depuis un pays étranger, force est de reconnaître, toutefois, que la candidature d'Evo Morales qui s'est dessaisi du pouvoir pour ne point tomber dans le piège tendu de la confrontation «impérialiste» et pour épargner à la Bolivie un bain de sang a encore de très fortes chances de faire éviter au pays les affres d'une guerre civile. Alors, attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.