Le Real Madrid prépare un hold-up pour Sancho    Coronavirus : 81 nouveaux cas, 8003 au total, jeudi 4 juin à 18h    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, jeudi 4 juin    «Dire non ne suffit plus»    Trois questions à Adil Terrab, président du Conseil préfectoral du tourisme de Meknès    Covid-19: Débat sur la place de la culture dans «le Maroc d'après»    Venezuela: La pandémie comme vecteur de rapprochement…    Des journaux nord-macédoniens soulignent la reconnaissance internationale croissante de la marocanité du Sahara    Italie: le foot avec des spectateurs au stade, déjà?    Ligue 1: Yassine Boujouama signe son premier contrat pro avec Bordeaux    Des placements privés pour les filiales d'Akwa    El Otmani appelle à privilégier la dimension territoriale    Pourquoi est-il vraiment dangereux d'utiliser son portable au volant ?    Le Maroc de tous mes espoirs!    La Fondation MAScIR prévoit la fabrication de 10.000 kits de diagnostic de la Covid-19 avant fin juin    Rabat revient, doucement et sûrement, à la vie…    GAM: « Comment les entreprises marocaines envisagent-elles leur stratégie de marques et communication ? »    Coronavirus : plus de 8 milliards de dollars de pertes pour les compagnies aériennes africaines    Crime social    Fès: El Hammouchi veille sur le déroulement des opérations de contrôle    Justice: Le plan de transformation numérique pour bientôt    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Abderrahmane El Youssoufi: Hommages et condoléances    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Les capacités de stockage de la SAMIR mises à la disposition des importateurs de produits raffinés    Appel à la réalisation de la justice sociale et territoriale    Le Polisario dans la nasse de la justice espagnole    Le Crédit Agricole du Maroc améliore son PNB au premier trimestre    Propagation en baisse et guérisons en hausse    Les personnes vivant dans la précarité se comptent par millions    Mohamed Benabdelkader : Le plan de transformation digitale de la justice sera dévoilé dans les prochains jours    Benzema a très envie de revenir à la compétition    André Azoulay : Essaouira prête pour le jour d'après    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    Prolongation de l'exposition "Maroc: une identité moderne" à l'Institut du monde arabe de Tourcoing    La FNM lance un appel à concurrence pour l'acquisition d'œuvres d'artistes marocains    L'humoriste «Zerwal» n'est plus    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Formatage néolibéral, débat et combat    Poutine aura bien sa réforme constitutionnelle…    Les messages de condoléances affluent au siège de l'USFP    La CAF décidée à sauver la saison 2020 des compétitions interclubs    La Fifa en appelle au bon sens    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    L'Amérique et ses démons    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ahmed El Khichen, auteur autodidacte, transforme son salon de coiffure en librairie
Publié dans Albayane le 27 - 03 - 2020

Il y a quelque chose dans l'air de la ville du Détroit, Tanger! Quelque chose qui séduit, qui donne des ailes à la parole, l'âme créative. En effet, la Cité aux mille visages, histoires et savoures où les belles plumes ont trouvé un abri, une source d'inspiration inépuisable regorge encore de talents et de personnages aux destins singuliers.
Tanger, «la blanche» était/est une muse, un refuge, une terre plurielle et épanouie sur les arts et les cultures pour les voix littéraires inclassables entre autres Alexandre Dumas, Tahar Ben Jelloun, Allen Ginsberg, William Burroughs, Truman Capote, Jack Kerouac, Antoine de Saint-Exupéry, Tennessee Williams, Paul Morand, Roland Barthes, Jean Genet, Paul Bowles et Joseph Kessel.
Dans la fameuse avenue Moussa Ben Noussair, à quelques pas d'ailleurs du fameux restaurant «au pain nu», un des espaces favoris de la figure emblématique de la ville et de la littérature marocaine, Mohamed Choukri, Ahmed El Khachen, 70 ans, a transformé son salon de coiffure en une véritable librairie où il vendait ses livres.
Passionné de la lecture et des littératures, Ahmed a fait de l'écriture son cheval de bataille pour confirmer son existence dans le monde. «Je suis orphelin ! J'ai passé mon enfance à la ville de Chefchaouen. Ainsi, quand j'avais 7 ans, j'accompagnais mes amis à l'école. Pendant qu'ils rentraient dans les classes, moi je restais ailleurs. J'étais victime de l'abandon scolaire, mais aussi des simples droits de l'enfant», nous confie Ahmed El Khachen.
Les conditions difficiles de la vie n'ont pas empêché Ahmed d'apprendre et de tirer des leçons de la grande école qui est la vie. «Quand j'étais petit, j'ai travaillé jusqu'à l'âge de 10 ans dans le textile à Chefchaouen. Ma vie n'a commencé à changer qu'à partir de mon départ à Ksar El Kébir où je me suis inscrit à l'école à l'âge de 14 ans. Après avoir passé deux ans d'études, j'ai quitté les quatre murs de l'école pour exercer de nouveau le métier du coiffeur. Or, dans le temps, je lisais des magazines entre autres «Al Arabi» traitant plusieurs sujets dont la littérature, l'histoire, la philosophie. Je côtoyais également les étudiants et les professeurs qui m'ont apportés des choses intéressantes en matière de la langue, de l'écriture, de la poésie. Bref, je n'ai jamais rompu le lien avec la lecture et l'apprentissage», a-t-il dit.
Sur la surface de son salon, Ahmed a exposé ses publications aux passants avec une citation écrite en haut : «Essaie de lire, d'apprendre parce que la connaissance des choses est beaucoup mieux que de les ignorées».
Pour lui, le métier du coiffeur est une école. Il permet de rencontrer des gens de toutes les couches sociales et de tous les niveaux. Surtout les écrivains et poètes entres autres, Abdelkarim Tebal, Mohamed Benmimoun, Mohamed Zitane.
L'écriture…une confirmation de soi dans le monde
Pour Ahmed, l'écriture est uniquement un simple loisir, mais aussi un moyen pour révéler sa vision du monde et des choses. Un moyen, dit-il, pour affirmer et confirmer son existence dans le monde. «J'ai écrit 7 livres dont des romans et des recueils de nouvelles», a-t-il fait savoir. Ahmed édite ses livres à compte d'auteur dans un «marché» de livre entre vents et marées. «Je publiais mes livres à compte d'auteur et je les distribuais à ma manière», a-t-il affirmé.
Par ailleurs, c'est dans le quotidien des gens et de son vécu que l'auteur de «l'orphelin», «chez les gens» inspire ses histoires et les trames de ses écrits.
«L'imaginaire et les petites histoires de mes livres sont puisés de la vie réelle.
Ce sont en effet, les vraies sources de mon inspiration ! En revanche, j'écris ce qui me passe par la tête, ce que j'observe dans mon vécu, dans mon entourage mais aussi, tout ce qui m'interpelle. Je donne ma voix à mes personnages !», a-t-il souligné. Et d'ajouter : «J'avais toujours un rêve : lire et écrire pour confirmer mon existence dans ce monde, pour dire à ceux qui me disent à un certain moment de ma vie que je suis «alphabète». J'écris, donc j'existe», conclut-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.