Coronavirus : 61 nouveaux cas, 8.132 au total, samedi 6 juin à 10h    La CNDP publie son bulletin sur la confiance numérique    Rabat prépare son plan de relance post Covid-19    Le Maroc au sommet mondial sur la vaccination    Distribution de kits sanitaires dans les centres de protection de l'enfance    Tribunaux numériques et cabinets d'avocats virtuels se pressent au portillon    Les entreprises ne jurent que par le marketing digital    Projet ciblage des bénéficiaires des programmes d'appui social    Le premier cabinet d'avocat virtuel voit le jour à Casablanca    Belhanda troquerait Istanbul contre Riyad    Hamada El Baihi : L'Algérie est coupable de la persistance de la souffrance des populations séquestrées à Tindouf    Le capitalisme américain est-il raciste depuis toujours ?    Distribution de kits sanitaires à 4.300 enfants en situation de précarité    Saad Dine El Otmani : Le dépistage massif des salariés permettra d'accélérer la reprise de l'activité économique    Volonté de Marrakech et d'El Kelâa des Sraghna de booster l'enseignement préscolaire    Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Le Maroc plaide pour une mobilisation accrue contre les actes de violence de Daech en Afrique de l'Ouest et au Sahel    Les propositions du PPS pour un nouveau contrat politique»    Raul Gonzalez futur entraîneur d'Amine Harit?    Benfica: Taarabt élu homme du match contre Tondela    Un journal indien fustige le blackout total sur la situation du coronavirus à Tindouf    Chelsea en pole position pour accueillir Timo Werner!    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, vendredi 5 juin    Confinement: Tous ensemble?    Actes de violence de ce groupe terroriste en Afrique de l'Ouest et au Sahel    TDN: le Maroc en tête des destinations touristiques mondiales sûres dans l'après Covid    «De la nécessité de la réforme et restructuration du secteur des ICC»    La province de Khouribga désormais indemne du coronavirus    La vérité derrière le mensonge    Covid-19: Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Confinement: les Etats africains ont perdu plus de 100 milliards de dollars de recettes fiscales    Afghanistan: Les troupes US bientôt «at home»?    Coronavirus: une baisse de 54,6% du trafic aérien au mois de mars 2020    Modèle de développement: Des pistes de relance pour Fès-Meknès    Reprise des vols: La Turquie conclut un accord préliminaire avec le Maroc    Aérien: Ce que risquent de perdre les compagnies africaines    Le virus prépare une révolution monétaire    Bientôt le retour du public dans les stades d'Italie    Hamza El Hajoui : Le sport joue un rôle économique et social créateur de valeur ajoutée et d'opportunités d'emploi    Cannes s'offre Wes Anderson, François Ozone et Steve McQueen dans la sélection officielle    Rabat revient, doucement et sûrement, à la vie…    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les éboueurs, des soldats nocturnes qui veillent à la propreté
Publié dans Albayane le 02 - 04 - 2020

Hommage aux héros des premières lignes de la guerre contre la pandémie
Chaque soir à 22h, les camions des éboueurs démarrent, transgressant de manière exceptionnelle les règles de l'état d'urgence sanitaire, pour collecter les déchets ménagers dans les différents quartiers et ruelles des grandes, Moyennes et petites cités.
A Casablanca, Rabat, Tanger, Fès, Maarrakech, Agadir, Laayoune ou encore Taourit et Essaouira, les travailleurs répondent chaque soir, avec sérieux, au besoin des habitants, afin de préserver la propreté des rues de la ville et collecter les déchets et s'en débarrasser dans la décharge publique.
Après leur tournée, les camions retournent à leur parking pour être lavés et stérilisés quotidiennement, puis préparés à la prochaine sortie, les éboueurs s'efforcent ainsi de mener à bien leur devoir durant cette période exceptionnelle de l'état d'urgence sanitaire.
Au niveau des parkings, des désinfectants sont mis à la disposition des éboueurs tandis que les deux sociétés mènent des opérations de sensibilisation et distribuent des masques et des gants à leurs travailleurs, tout en les exhortant à prendre les mesures nécessaires.
Après la décision du ministère de l'Intérieur de fermer les cafés et les restaurants, la charge de travail a diminué pour les sociétés, ce qui leur a permis de redoubler d'efforts pour se concentrer sur la stérilisation des bennes à ordures notamment au sein des quartiers résidentiels et les espaces publics.
A Tanger, deux sociétés sont liées par le contrat de gestion déléguée de la propreté. En effet, « Solamta » s'occupe de la zone de Tanger Est tandis que « Sita Boughaz » se charge de celle de Tanger Ouest, et ce sous la supervision de la commune de la ville.
Le maire de Tanger, Mohamed Bachir Abdellaoui, avait tenu mi-mars, en présence du chef de la division de l'hygiène et du responsable de la propreté à la commune, une réunion de travail avec les responsables des deux sociétés pour lancer une vaste opération de nettoyage et de stérilisation des espaces publics et des bennes à ordures, et ce dans le cadre des mesures préventives visant à lutter contre la propagation du nouveau coronavirus.
A Meknès, comme partout dans les régions du Royaume, les éboueurs poursuivent leur mobilisation pour maintenir la ville propre et contribuer à la préservation de la sécurité sanitaire des citoyens, malgré les risques liés au Coronavirus.
Grâce aux efforts quotidiens de ces agents dévoués, des dizaines d'opérations de stérilisation et de désinfection ont été réalisées ces dernières semaines, aux côtés de leurs tâches quotidiennes consistant en la collecte des déchets ménagers et le nettoiement des rues et avenues.
Mohammed Said Daoudi, ingénieur à la commune de Meknès chargé de la gestion déléguée de la propreté, a indiqué à la MAP qu'une cellule composée des responsables du bureau communal d'hygiène, du service de gestion déléguée chargé du secteur de la propreté et l'entreprise concernée a été mise en place pour faire le suivi des opérations de collecte des déchets et de désinfection et de stérilisation des espaces et des établissements publics en ce temps de Covid19.
Des agents de propreté ont indiqué à la MAP que leur mobilisation est une contribution, malgré les risques, aux efforts déployés par toutes les composantes de la société marocaine pour protéger la sécurité sanitaire des citoyens et l'intérêt général du Royaume, appelant les habitants à faire preuve de solidarité et faciliter la tâche aux éboueurs en utilisant des sacs en plastique.
A Taourirt, alors que les habitants observent scrupuleusement les consignes de confinement, les éboueurs, conscients des risques, restent néanmoins mobilisés pour assurer la tournée quotidienne de collecte des déchets ménagers, à laquelle, Covid-19 oblige, vient s'ajouter l'importante opération de désinfection.
En effet, les autorités locales et les responsables de la commune urbaine de Taourirt, ainsi que la société de gestion des déchets « Ozone Environnement et services » multiplient les efforts en ces temps de crise due au coronavirus pour préserver la propreté de la ville et empêcher la propagation de ce virus contagieux et très dangereux.
Ils ont ainsi mobilisé les moyens requis pour assurer pleinement la continuité et le bon déroulement des opérations de collecte des déchets et de stérilisation, devenues plus que jamais indissociables et indispensables aussi bien pour garder la ville propre que pour la sécurité sanitaire des citoyens.
Ces éboueurs ou agents de nettoyage commencent leur travail très tôt le matin. Les camions sillonnent les différentes artères et ruelles de la ville pour vider les bennes à ordures ménagères et ramasser les déchets jetés par terre et ce, avec précaution afin d'éviter non seulement les objets tranchants mais aussi la contamination au Covid-19 qui, selon des études scientifiques, peut rester en vie pendant des heures ou des jours sur certaines surfaces.
Conscients de ce risque, les responsables de la société en charge des déchets prennent désormais très au sérieux les conditions d'hygiène et de sécurité sanitaire des éboueurs contre la contamination, et ce à travers l'information, la sensibilisation, la mise à disposition des moyens de protection, et la stérilisation des bennes à ordures et des camions.
Dans une déclaration à la MAP, le directeur de la société « Ozone Environnement et services » pour la région de l'Oriental, Mohamed Ouazzani Chahdi a indiqué que dans le cadre de la mobilisation totale face à cette situation que traverse le Maroc, comme les autres pays du monde, la société en partenariat avec le conseil communal de Taourirt, et sous la supervision du gouverneur de la province, a établi un programme exceptionnel pour enrayer la propagation de la pandémie du coronavirus.
La responsable du service d'hygiène et de préservation de l'environnement à la commune de Taourirt, Samira Abbadi, a mis en avant les multiples mesures prises par la commune en coordination avec les autorités locales et la société Ozone, ainsi que sur les fonds mobilisés pour empêcher la propagation du coronavirus.
Elle a toutefois relevé que tous ces efforts ne peuvent être efficaces que si les citoyens respectent les règles de confinement et réduisent au strict minimum leur déplacement à l'intérieur de la ville.
Le conseil communal de Chefchaouen a entrepris un ensemble de mesures et de procédures pour faire face à la pandémie du nouveau coronavirus (Covid-19).
Mises en oeuvre en pleine coordination avec les autorités provinciales et locales, ces mesures interviennent conformément aux Hautes Instructions de SM le Roi Mohammed VI, et ce dans le cadre du suivi des mesures préventives annoncées par les autorités publiques.
Lancées le 14 mars, les mesures entreprises à Chefchaouen et qui se poursuivent jusqu'à présent, ont porté sur une vaste opération de stérilisation comprenant plusieurs rues, espaces publics, administrations et établissements relevant du secteur public et privé. Cette opération se déroule sous la supervision du Bureau municipal d'hygiène et d'une équipe de maintenance de la commune.
L'opération a également porté la désinfection des différents moyens de transport en commun et des bus touristiques, et ce avant l'entrée en vigueur de la décision prise par les autorités publiques de suspendre le transport urbain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.