Bourita: la résolution de l'ONU est porteuse de messages «de clarté, de fermeté et de constance    Relance progressive du tourisme : Essaouira accueille un premier groupe de touristes en provenance de Belgique    Caricatures: ce qu'a dit Emmanuel Macron sur Al-Jazeera (VIDEO)    Covid-19 : la vaccination contre la grippe saisonnière augmenterait le risque de mortalité du covid-19 chez les personnes âgées [Etude]    Evolution du coronavirus au Maroc : 3790 nouveaux cas, 219.084 au total, samedi 31 octobre à 18 heures    Attentat : un prêtre blessé à Lyon    Le Maroc est devenu un partenaire "indispensable" pour le Rwanda    Un prêtre grièvement blessé par balle à Lyon, l'auteur en fuite    La 8è édition du Tour international des motos de la Marche Verte aura lieu du 3 au 8 novembre    Décès de Sean Connery à l'âge de 90 ans    Ilham Kadri : cette franco-marocaine qui fait partie des femmes les plus puissantes du monde    Béni Mellal-Khénifra : Première zone logistique pour le renforcement de l'attractivité économique de la région    Justice : 52 établissements pénitentiaires dotés d'un réseau internet à haut débit    Mobilisation de l'épargne: Voici ce que proposent les sociétés de Bourse    Etude marocaine : La détection des anticorps dans les échantillons de sérum est plus importante que celle de l'ARN viral    Le premier interprète de James Bond, Sean Connery, est décédé    Fitch ratings. El Othmani prend pour (son Investment) grade    Marocains du monde : des concertations pour étudier les moyens de fournir un logement    Média algérien : Abdelmadjid Tebboune souffrirait de sérieux problèmes cérébraux    Rabat: la police tire sur un individu qui semait la panique    Chefchaouen: le covid-19 emporte un responsable communal (PHOTO)    Taxe de solidarité. Elle est où la justice sociale?    PLF2021: Budgets sectoriels, démarrage de la valse des ministères    Résidents étrangers au Maroc : Des titres de séjour de nouvelle génération    La DGSN lance une nouvelle génération des titres de séjour des étrangers résidant au Maroc    Coronavirus : nouvelles mesures restrictives à Al Hoceima    Sahara marocain : La France appelle à ne pas entraver le trafic commercial et civil à Guerguerat    Attentat de Nice: une deuxième personne placée en garde à vue    Sahara marocain : Les Américains reconfirment leur appui à l'initiative marocaine d'autonomie    Etude. Ces signes astrologiques les plus intelligents    Sahara marocain : Le Conseil de sécurité renouvelle pour une année le mandat de la MINURSO    ONU : Le Maroc, désigné membre du Groupe Consultatif du Fonds Central d'Intervention pour les Urgences Humanitaires    Vidéo : Profil de l'auteur tunisien de l'attentat de Nice (vidéo)    Turquie : la nostalgie du Califat    Raja-Zamalek : la date des demi-finales a été fixée    Coronavirus : Cristiano Ronaldo est négatif    Le Maroc signe deux accords de coopération avec le Rwanda    Coronavirus : Ahmad Ahmad testé positif (CAF)    Le Qatar va sanctionner l'auteur des frottis forcés à l'aéroport de Doha    La 17ème édition du festival des Andalousies Atlantiques d'Essaouira sera virtuelle    Safae et Hanae répondent à la femme prétendant être leur vraie mère (VIDEO)    Nizar Baraka présente ses condoléances à la famille de Mohamed Melihi    Mohamed Melehi est décédé mercredi : Un pionnier de l'art contemporain emporté par la Covid-19    Covid-19: Confinement général en France (VIDEO)    Ligue des champions : Le Real échappe au pire    Hamza Sahli, un marathonien ambitieux pour graver son succès aux JO deTokyo    S.M le Roi félicite Mme Bouchra Hajij suite à son élection à la tête de la CAVB    Paris: l'artiste-peintre marocain Mohamed Melehi succombe au covid-19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le «nœud»
Publié dans Albayane le 30 - 09 - 2020

Une brise automnale souffle sur le champ politique marocain. Le smog qui y sévit, s'éclaircit un peu sans pour autant que l'horizon n'apparaisse clairement. Il faut relever que la configuration du puzzle électoral reste encore floue pour en saisir l'image.
Dans la morosité relevée du quotidien politique national, et dans le contexte de la crise multiforme issue de la pandémie de la covid19, la consolidation du processus démocratique reste à l'ordre du jour. Son affermissement méandriforme s'éloigne des berges stériles de l'autorité technocratique.
Il n'y a point de salut en dehors de celui qui viendra des urnes. C'est là une «évidence» qui mérite d'être soulignée afin que les tenants d'un état d'exception, sous une forme ou une autre, se rendent compte de la réalité.
Les élections sont nécessaires. Relever leur coût financier dans le contexte budgétaire actuel ne prend pas en considération leur impact sur la décision gouvernementale et la dynamique qu'elles peuvent introduire pour mener à bien les réformes nécessaires tant appelées par la population. La promotion de l'économie nationale et de sa capacité à répondre aux besoins de la population dépendra de cette clarification.
Les élections se préparent entre l'administration de l'Intérieur et les partis politiques. Les propositions des uns et des autres se feront «mixer» pour aboutir à des textes plus consensuels et feront l'objet de la procédure réglementaire d'adoption au parlement. Le code électoral ainsi revu, constituera le cadre général des élections. Il restera aux partis politiques et à l'administration territoriale de le respecter sur le terrain pour que les résultats reflètent véritablement la volonté de la population.
Dorés et déjà, la vigilance devra être de mise pour inhiber le vœu de l'élégérocratie de rempiler. Le renouvellement de l'élite électorale est devenu un problème structurel de la consolidation du processus démocratique. D'une part l'abstention et de l'autre le fait que les mêmes élus «reviennent», grâce à des manigances éculées mais qui trouvent un écho auprès d'une population indigente, incrédule et non consciente des enjeux, érodent l'opération électorale et lui donne beaucoup plus l'aspect d'un mousem festif que celui d'un acte social raisonné.
Les prochaines échéances électorales doivent être refondatrices du processus démocratique et lui donner le souffle réformateur capable de répondre aux attentes de développement de la société.
Il reste l'aboutissement final des élections par la constitution d'un gouvernement selon les dispositions de l'article 47 de la constitution.
Le «nœud» se trouve aussi à ce niveau pour aboutir à un gouvernement homogène efficace, efficient et animé par une ferme volonté de réussir les réformes. Le modus operandi se complique si l'on entend l'appel à «une deuxième alternance consensuelle» pour libérer l'évolution politique du pays!
D'ici là, reste à ouvrir le jeu politique. Cela ne peut se faire sans des partis politiques indépendants et représentatifs capables de pragmatisme sans pour autant dénier leur appartenance idéologique. Des partis dans lesquels on s'engage par conviction et où la compétence n'est pas antinomique avec l'appartenance partisane.
Des partis ouverts à une élite patriote progressiste qui ambitionne d'œuvrer pour l'élimination des inégalités sociales et des disparités spatiales et le renforcement de la démocratie et non qui se trouve dans l'attente d'être «peinturée» pour le faire. Des partis qui assument leurs choix politiques, leurs alliances, leurs discours et leur mode de fonctionnement.
Des partis qui constituent le réceptacle des forces vives de la nation et non les souffre-douleurs d'une élite incapable de se mouiller le maillot avec les gens d'en bas ou d'une minorité minoritaire qui veulent régler ses comptes par des guéguerres sans fins.
Des partis qui préparent l'échéance; toute échéance, par le débat public contradictoire et relayé par les médias. Par cela, le «nœud» pourrait alors se défaire aux dépens du stock électoral conservateur et passéiste.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.