Marché de capitaux : Près de 77 MMDH de levées en 2020    En-Nesyri buteur de la Liga grâce à un nouveau triplé    CHAN : La Guinée rattrapée par la Zambie sur le fil !    CHAN / Namibie-Tanzanie : Une première... les 3 arbitres étaient des femmes !    Berkane : Découverte des plus anciennes gravures rupestres de l'Afrique du Nord    Africa Investment Conference : Le Royaume-Uni post-Brexit cible des marchés clés en Afrique    Précisions sur les conditions de détention de Maâti Mounjib    Orange Maroc se prépare à la 5G    Compteur coronavirus : 925 cas testés positifs et 23 décès en 24 heures    MOROCCO MALL: Les soldes d'hiver de retour    ICESCO : Technologies intelligentes et agriculture en Afrique    Hamid Bouchikhi classé parmi les théoriciens du management les plus influents    C'est parti pour la campagne de vaccination    Allal Amraoui : «L'attitude schizophrène de l'Espagne envers le Maroc interroge à plusieurs égards»    Origine du Covid-19: l'OMS estime qu'il est trop tôt pour tirer des conclusions    COVID-19 : La Grèce prolonge le confinement jusqu'au 1er février    Le Crédit Agricole du Maroc à l'écoute des professionnels de la filière céréalière    Bouznika : De nouveaux résultats concrets font avancer le dialogue inter-libyen    Coronavirus : le Maroc autorise le vaccin de Sinopharm    Vaccins Astrazeneca et SinoPharm au Maroc: ce que l'on sait    CHAN2021 : le Maroc cherche un schéma offensif plus efficace    Message de condoléances et de compassion du Souverain à la famille de feu Moulay M'Hamed Iraki    Jean-Marie Heydt dévoile son livre « Mohammed VI, la vision d'un Roi : actions et ambitions »    Vaccin AstraZeneca : les précisions de l'ambassade de l'Inde à Rabat    Des experts internationaux plaident pour une approche coordonnée de la lutte contre la corruption    Quand l'Espagne nourrit l'ambiguïté envers le Maroc !    La contribution du Maroc au désarmement mise en exergue à Genève    L'inexorable décrépitude de "La Comédie " La mémoire théâtrale de Fès compte ses jours !    Pantins et commanditaires obnubilés par une guerre imaginaire    La RDC s ' en tire à bon compte face à la Libye    Les dirigeants algériens isolés de la dynamique de l'histoire    Bouznika abrite un nouveau round du dialogue inter-libyen    Fusion Danse Morocco, un nouveau rendez-vous artistique pluriculturel    Sonia Bennis expose ses récentes œuvres à Marrakech    LF 2021 : voici les principales mesures fiscales [Document]    Vaccins anti-Covid-19 : La fièvre des «vaxxies» va bientôt atteindre le Maroc    Défense aérienne : Le Maroc acquiert le fameux système de défense aérienne "Patriot"    USA: Majoritaires au Congrès, les démocrates pressés de mettre en œuvre l'agenda de Biden    Le Rallye Aïcha des Gazelles reporte sa 30eme édition    L'homme aux chaussettes rouges quitte DFC    Groupe C : Maroc-Rwanda / La qualification au prochain tour en ligne de mire    Première édition de «Blabl'Art» à Casablanca    L'Inde donne son feu vert pour l'exportation du vaccin vers le Maroc    «Le secret de la lettre», nouveau roman de Mohammed Ennaji    Le Maroc plaide pour une stratégie africaine de l'éducation    Casablanca: mise en échec d'une tentative d'exportation illicite de pièces géologiques    «Mohammed VI, la vision d'un Roi : actions et ambitions»    Mise au point : Les "attaques injustifiées" et les "assertions diffamatoires" de RSF ne passent pas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Maradona, le «Che» du football
Publié dans Albayane le 30 - 11 - 2020

«Il est peut-être petit de taille mais les autres ne lui arrivent pas à la cheville»
Icône absolue du football pur, idole historique de la jeunesse de la périphérie du monde, compagnon d'idéal et d'humanisme de la gauche culturelle et utopiste...c'est pour dire que le décès de Maradona est un événement d'envergue mondiale. C'est la planète entière qui est plongée dans le deuil et la tristesse. Tristesse d'autant plus profonde et réelle face à l'état actuel du football, livré aux marchands cupides, sans vergogne ; un jeu formaté et fait de calculs. L'antithèse-même de Maradona, paradigme d'un football inné qui relie le jeu à ses origines, populaires, ouvrières, spontanées et généreuses.
Des journalistes adeptes de la formule facile, en mal d'inspiration osent, en parlant de lui, des parallèles idiots, et des comparaisons ridicules. Ils oublient que Diego est unique. D'autres commentateurs aigris plongent dans sa vie privée pour devenir des moralisateurs et faire un distinguo entre le joueur et l'homme. «J'aime son jeu mais je ne suis pas fan du personnage» dit par exemple un de ses experts au service du prêt à penser des chaines d'info en continu. Ils oublient encore et tout simplement que c'est cette originalité de l'homme qui a fait ce joueur exceptionnel.
L'un des mes meilleurs souvenirs du festival de Cannes fut en 2008 quand j'ai fait la montée des marches du Grand palais à quelques mètres de Diego Maradona entouré de l'équipe du film documentaire Maradona D'Emir Kusturica. La rencontre éblouissante du numéro dix du football et du numéro dix du cinéma. Ce fut un moment éblouissant ; inoubliable ; Maradona a organisé la montée des marches à sa manière : il jonglait comme il savait si bien le faire avec un ballon, et une fois à l'intérieur de la salle il le lança très loin vers le public.
Un journaliste argentin écrit, presque en notre nom à tous, comment annoncer une telle nouvelle (la mort de Maradona) au pays ? «C'est comme si on lui annonçait que l'Argentine est morte ; que nous sommes tous morts...tel l'Aleph des nouvelles fantastiques de Jorge Luis Borges» ; il était «le point où convergent toutes les composantes de l'identité argentine. Il était ce tout qui contenait et vomissait parfois tout ce qui fait l'argentinité, un miroir cru qui permettait aux Argentins de voir qui ils sont, le bon et le mauvais, l'amour et la haine tels des cousins qui se feraient sans cesse de l'œil... tout comme le football et la politique».
Maradona ne se réduit pas à la fameuse «main de Dieu», la réponse la plus cinglante aux années Thatcher qui ont brisé les classes populaires...Plus que cela, il est un signe plein qui convoque la sociologie et l'anthropologie. Il est le héros d'une époque qui n'en produit plus ; même Hollywood était essoufflé. Il est l'émanation de cette terre qui a donné un autre héros global, CHE. Et Maradona en est le digne héritier. Diego est le CHE du football. Icône des foules orphelines d'idéal. A Naples, il avait incarné la revanche du sud pauvre sur le nord riche. Il était peut-être petit de taille mais les autres ne lui arrivaient pas à la cheville. Grand sur le terrain et immense dans l'ensemble du champ social. Mahmoud Darwich, le grand poète palestinien, ce Maradona du verbe, lui avait consacré un très beau texte pour décrypter ce phénomène social et sémiologique qu'était Diego. Dans le film de Kusturica on voit un de ses supporters construire une église à sa gloire. Il en a fait son propre culte ; une religion ; l'âme d'une époque sans âme. Oui, c'est un fait social total. Lorsqu'il rencontra Castro au milieu des années 1980, il fut choqué d'apprendre que le «lider maximo» avait joué dans sa jeunesse au football comme ailier droit. Comment peut-on jouer à droite quand on a des idées de gauche ?
Sur le terrain, il produisait un jeu à la fois inventif et imprévisible. Le style c'est l'homme. Rien à voir avec une mécanique froide et répétitive. Il développait un rituel dans le stade et dans la ville qui fait de lui une figure culturelle des classes opprimées dépossédées de parole et d'image. Y compris quand il bouscule les conventions sociales. C'est un rebelle qui dérange le système. Il est éternel.
Mohammed Bakrim


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.