Environnement des affaires: ce qu'il faut retenir de la politique nationale 2021-2025    Message de condoléances de SM le Roi à la famille de feu Béchir Ben Yahmed, fondateur de "Jeune Afrique"    Météo: le temps prévu ce jeudi 6 mai au Maroc    Coupe du Trône: les Faraouis font tomber le Raja en demi-finales (VIDEO)    Afrique du Sud : M. Youssef Amrani présente dans un panel la perspective marocaine d'une diplomatie post-covid    Coupe du Trône: le Wydad bat le Chabab Mohammédia et file en finale (VIDEO)    L'avenir de Mohamed Ihattaren, entre PSV et tanière des Lions ?    Classement mondial de la bonne gouvernance : Le Maroc 61e mondial et 4e en Afrique    Chelsea-Real (2-0) : Les Blues se hissent vers Manchester City en finale de la LDC !    Cette semaine en Liga...    Liberté sous caution pour Bouhlel et son acolyte ?    Cinéma/Maroc : Un réseau d'acteurs pour la promotion des droits de l'Homme voit le jour    Le Maroc et la Serbie veulent renforcer davantage leurs relations économiques    La terre a tremblé dans la région de Ouarzazate    Affaire Brahim Ghali: les Marocains d'Espagne se mobilisent    Le Maroc dans le Groupe B    Concours «Street Art Casablanca»    LA BAD APPUIE LE MAROC AVEC PRÈS D'UN MILLION DE DOLLARS    Le plaidoyer du Maroc pour une OMC plus efficace    Mahrez envoie Manchester City en finale    Le Djibouti réitère son attachement «résolu et constant» à l'intégrité territoriale du Maroc    Nizar Baraka : "Il est temps de revoir la répartition des richesses"    Covid-19/Maroc : 5 décès et 371 nouvelles contaminations ces dernières 24 heures    AGROALIMENTAIRE/Agropoles: des plateformes intégrées avec des incitations pour les investisseurs    Madrid: Manifestation massive devant l'Audience Nationale pour réclamer l'arrestation du dénommé Brahim Ghali    Ce qu'il faut retenir des études relatives au développement du cannabis    USA: Facebook maintient l'interdiction du compte de Donald Trump    La Bourse de Casablanca clôture dans le vert    Le 11ème Festival International de Meknès du Cinéma des Jeunes se déroulera du 25 au 28 mai    Quand la pandémie pérennise son lexique dans la langue française    Le dirham devrait s'apprécier face au dollar de 0,1%    « Mon histoire avec les médicaments », une autobiographie de feu Omar Tazi [Chapitre 1]    Hôtellerie : l'Israélien Fattal lorgne le Maroc    Ramadan/Tanger: un restaurant sert un Ftour express, couvre-feu oblige (reportage)    Larbi Tourak expose ses œuvres à Fès    Nuits ramadanesques : Le groupe Tarwa N-Tiniri se produira le 6 mai    Coupe du Trône: voici le premier qualifié au dernier carré (VIDEO)    Le Premier secrétaire de l'USFP s'entretient avec l'ambassadeur du Pakistan au Maroc    Covid-19: deux cas du variant indien détectés en Espagne    Au Musée Reina Sofia à Madrid : «Trilogie marocaine : 1950-2020»    Jazz au Maroc: vivement le live !    Santé : Des médecins cubains au Maroc ?    Simplification des procédures administratives : La CMR se conforme à la nouvelle loi    Covid-19 : Deux cas du variant indien détectés en Espagne    Ministère: Près de 4 millions d'Espagnols au chômage    Maroc/météo : Nuages instables sur plusieurs régions avec des averses par endroits, ce mercredi 5 mai    Bill et Melinda Gates continueront à gérer ensemble leur fondation après leur divorce    Le leader de Podemos, Pablo Iglesias, se retire de la vie politique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Maradona, un dieu à Cannes
Publié dans Maghreb Observateur le 21 - 05 - 2008

Diego Maradona, 47 ans, était un footballeur unique. Il est aussi unique quand il arbore un tatouage de Fidel Castro sur le mollet droit, un de Che Guevara sur le biceps gauche et une croix catholique sur le torse. Tel apparaît, fier et fanfaron, le génie argentin du foot dans le documentaire que lui consacre Emir Kusturica, projeté à Cannes, en présence du footballeur, mardi 20 mai. Il sortira en salles le 28 mai.
Ce n'est pas un film de football. Ce n'est pas une enquête. La patte graphique de Kusturica, deux Palmes d'or, se voit peu. C'est un film sur le dieu vivant, la dévotion qu'il suscite encore en Argentine, en Serbie, à Cuba et à Naples, ville à laquelle il a redonné de la fierté en remportant deux titres de champion d'Italie, en 1987 et 1990. Les scènes les plus folles montrent une Eglise maradonienne, à Buenos Aires, vouée au culte du footballeur. A la presse, mardi, Emir Kusturica, enfant émerveillé, confiait : "C'est toujours lui qui est au centre de l'attention. Je pense que son corps sécrète une sorte de substance chimique." Les journalistes ne l'ont pas contredit en se ruant, photos à la main, vers la star pour des autographes après la conférence.
Le film montre encore la transformation d'un corps, du gamin qui jongle avec le ballon jusqu'à l'épave humaine bouffie par la drogue. Ou encore le militant contre "l'impérialisme" et "cette poubelle humaine" de George W. Bush. "Ecouter les idées de Diego, c'était comme retrouver un ami perdu", affirme Kusturica.
"TEL UN PAPARAZZO"
Le documentaire s'appelle Maradona par Kusturica. Autant dire que le cinéaste serbe est aussi présent que son sujet. On le voit taper (bien) dans le ballon, embrasser son ami argentin, jouer de la guitare. Sa voix off est omniprésente. "Il y a des raisons à cela, plaisante-t-il. Il y a des moments où je ne trouvais pas Diego à Buenos Aires. Alors je remplissais la pellicule." Comme dans une scène stupéfiante, lorsque, "tel un paparazzo", il attend la star au bas d'un immeuble. Cette dernière surgit, tombe dans les bras de Kusturica et se dirige vers… sa voiture, sous le regard déconfit du cinéaste.
Ce film vaut pour ses entretiens. Le sens de la formule de Maradona, souvent démagogique, est aussi foudroyant que ses dribbles. Le but qu'il marque de la main, lors de la Coupe du monde en 1986, contre l'Angleterre – cinq ans après la guerre des Malouines –, "c'est comme si j'avais volé un portefeuille à un Anglais". Il martèle : "Le ballon ne se salit pas." Ou encore : "Quel joueur j'aurais pu être si je n'avais pas été accro à la cocaïne." Sa femme n'est pas en reste : "On me demande souvent comment Diego s'en est sorti, jamais comment moi je m'en suis sortie."
source:le monde


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.