Cour pénale internationale : enquête sur des crimes potentiels durant la guerre de Gaza de 2014    Promotion des droits reproductifs Le ministère de la santé et UNFPA s'unissent    Le variant sud-africain du virus impacte les matchs organisés par la CAF    Coupe du Trône: les FAR se qualifient pour les quarts et affronteront le Raja (VIDEO)    Futsal : Les Lions de l'Atlas face à l'épreuve argentine les 6 et 8 mars    Soufiane Rahimi, son parcours et ses aspirations    Vaccination: l'OMS félicite le Maroc (tweet)    Les marines marocaine et américaine mènent un exercice conjoint    Le 18 : un Riad culturel à Marrakech    A l'initiative du Maroc, l'ONU proclame le 10 mai Journée internationale de l'arganier    Programme Intelaka: La Banque Populaire sur le terrain pour rencontrer les porteurs de projets    Mercato: quel club choisira Erling Haaland ?    Maroc : 18 pays sur la liste noire    Covid-19 / Maroc : 594 nouveaux cas, 557 guérisons et 8 morts    Toyota Corolla Cross Roads : la famille s'agrandit    Incapable d'apaiser le Hirak, Tebboune s'en prend au Maroc !    Le crédit maintient sa tendance baissière    La TVA, principale composante qui influence le secteur informel    Fès-Meknès : 4,4 milliards de dhs pour atténuer les disparités territoriales    Approbation de projets de loi    Le taux de reproduction du Coronavirus se stabilise à 0,98    Les projets de mise en œuvre de la loi cadre relative au système d'éducation présentés à Rabat    Le PPS exhorte le gouvernement à protéger le pouvoir d'achat    Coupe du Trône : Le MAS au bout du suspense    L'Allemagne réagit à la décision du Maroc    Casablanca: nouvelles coupures d'eau prévues par la Lydec    Badiâa Bouya, référence avérée de l'art culinaire marocain au Rwanda    Musique: le refrain classique des fins de mois !    Signature de 12 contrats-objectifs et lancement du projet du géo-portail national des documents de l'urbanisme    L'œuvre de Churchill représentant la mosquée Koutoubia vendue à 7 millions de livres sterling à Londres    «La création et l'art face à l'extrémisme et au discours de la haine»    Décès de la légende du reggae Bunny Wailer    Le Maroc, puissance diplomatique émergente, se dote d'une voix audible en Afrique    Plus de blanchiment d'argent ni de fuite de capitaux    Covid-19 : la stratégie de vaccination marocaine encensée par la BBC    Participation du Maroc à la 155ème session du Conseil de la Ligue arabe    Une plainte visant les attaques chimiques attribuées au régime syrien déposée à Paris    Johnson soutient une éventuelle candidature Royaume-Uni/ Irlande au Mondial 2030    Election à la présidence de la CAF : Le candidat ivoirien se révolte contre la FIFA !    Pays-Bas : explosion près d'un centre de dépistage Covid-19    L'Association d'amitié maroco-israélienne voit le jour aux Etats-Unis    15.754 audiences à distance et 300.000 affaires mises au rôle en 10 mois    Une ONG alerte sur l'ampleur de la répression en Algérie    Contribution financière du Maroc au Plan d'intervention humanitaire au Yémen    Concerts live et sessions digitales au menu de la nouvelle édition de Visa For Music    Spike Lee prépare une série documentaire pour le 20ème anniversaire des attentats du 11 septembre    Baie de Cocody: Les ouvrages maritimes achevés    Sahara marocain: des personnalités canadiennes lancent un appel à Joe Biden    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Maradona, un dieu à Cannes
Publié dans Maghreb Observateur le 21 - 05 - 2008

Diego Maradona, 47 ans, était un footballeur unique. Il est aussi unique quand il arbore un tatouage de Fidel Castro sur le mollet droit, un de Che Guevara sur le biceps gauche et une croix catholique sur le torse. Tel apparaît, fier et fanfaron, le génie argentin du foot dans le documentaire que lui consacre Emir Kusturica, projeté à Cannes, en présence du footballeur, mardi 20 mai. Il sortira en salles le 28 mai.
Ce n'est pas un film de football. Ce n'est pas une enquête. La patte graphique de Kusturica, deux Palmes d'or, se voit peu. C'est un film sur le dieu vivant, la dévotion qu'il suscite encore en Argentine, en Serbie, à Cuba et à Naples, ville à laquelle il a redonné de la fierté en remportant deux titres de champion d'Italie, en 1987 et 1990. Les scènes les plus folles montrent une Eglise maradonienne, à Buenos Aires, vouée au culte du footballeur. A la presse, mardi, Emir Kusturica, enfant émerveillé, confiait : "C'est toujours lui qui est au centre de l'attention. Je pense que son corps sécrète une sorte de substance chimique." Les journalistes ne l'ont pas contredit en se ruant, photos à la main, vers la star pour des autographes après la conférence.
Le film montre encore la transformation d'un corps, du gamin qui jongle avec le ballon jusqu'à l'épave humaine bouffie par la drogue. Ou encore le militant contre "l'impérialisme" et "cette poubelle humaine" de George W. Bush. "Ecouter les idées de Diego, c'était comme retrouver un ami perdu", affirme Kusturica.
"TEL UN PAPARAZZO"
Le documentaire s'appelle Maradona par Kusturica. Autant dire que le cinéaste serbe est aussi présent que son sujet. On le voit taper (bien) dans le ballon, embrasser son ami argentin, jouer de la guitare. Sa voix off est omniprésente. "Il y a des raisons à cela, plaisante-t-il. Il y a des moments où je ne trouvais pas Diego à Buenos Aires. Alors je remplissais la pellicule." Comme dans une scène stupéfiante, lorsque, "tel un paparazzo", il attend la star au bas d'un immeuble. Cette dernière surgit, tombe dans les bras de Kusturica et se dirige vers… sa voiture, sous le regard déconfit du cinéaste.
Ce film vaut pour ses entretiens. Le sens de la formule de Maradona, souvent démagogique, est aussi foudroyant que ses dribbles. Le but qu'il marque de la main, lors de la Coupe du monde en 1986, contre l'Angleterre – cinq ans après la guerre des Malouines –, "c'est comme si j'avais volé un portefeuille à un Anglais". Il martèle : "Le ballon ne se salit pas." Ou encore : "Quel joueur j'aurais pu être si je n'avais pas été accro à la cocaïne." Sa femme n'est pas en reste : "On me demande souvent comment Diego s'en est sorti, jamais comment moi je m'en suis sortie."
source:le monde


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.