MOROCCO MALL: Les soldes d'hiver de retour    Allal Amraoui : «L'attitude schizophrène de l'Espagne envers le Maroc interroge à plusieurs égards»    C'est parti pour la campagne de vaccination    BAM: Le dirham se déprécie de 0,67% face à l'euro    Dialogue inter-libyen: Les parties s'approchent d'un accord sur les postes de souveraineté    Bientôt des zones de distribution et de commerce à Bir Gandouz et El Guerguarat    Le Crédit Agricole du Maroc affirme son soutien total à la filière céréalière    Origine du Covid-19: l'OMS estime qu'il est trop tôt pour tirer des conclusions    COVID-19 : La Grèce prolonge le confinement jusqu'au 1er février    CHAN2021 : le Maroc cherche un schéma offensif plus efficace    Coronavirus : le Maroc autorise le vaccin de Sinopharm    Vaccins Astrazeneca et SinoPharm au Maroc: ce que l'on sait    Suspension des cours : le ministère de l'Education nationale dément les « Fake news »    Message de condoléances et de compassion du Souverain à la famille de feu Moulay M'Hamed Iraki    Jean-Marie Heydt dévoile son livre « Mohammed VI, la vision d'un Roi : actions et ambitions »    Des experts internationaux plaident pour une approche coordonnée de la lutte contre la corruption    Vaccin AstraZeneca : les précisions de l'ambassade de l'Inde à Rabat    Quand l'Espagne nourrit l'ambiguïté envers le Maroc !    Attijariwafa bank, premier contributeur aux dispositifs d' accompagnement et de soutien aux TPME    La contribution du Maroc au désarmement mise en exergue à Genève    L'inexorable décrépitude de "La Comédie " La mémoire théâtrale de Fès compte ses jours !    Evolution du coronavirus au Maroc : 1138 nouveaux cas, 464.844 au total, vendredi 22 janvier 2021 à 18 heures    Bouznika abrite un nouveau round du dialogue inter-libyen    Pantins et commanditaires obnubilés par une guerre imaginaire    La RDC s ' en tire à bon compte face à la Libye    Les dirigeants algériens isolés de la dynamique de l'histoire    Fusion Danse Morocco, un nouveau rendez-vous artistique pluriculturel    Sonia Bennis expose ses récentes œuvres à Marrakech    LF 2021 : voici les principales mesures fiscales [Document]    Produits industriels : nouvelles normes d'application obligatoire pour le contrôle de conformité    Entraînement en mer: Deux stagiaires commandos de la Marine Royale portés disparus    Vaccins anti-Covid-19 : La fièvre des «vaxxies» va bientôt atteindre le Maroc    Restauration : comment les professionnels comptent se réinventer pour tirer leur épingle du jeu en 2021    Le Rallye Aïcha des Gazelles reporte sa 30eme édition    Défense aérienne : Le Maroc acquiert le fameux système de défense aérienne "Patriot"    Hassan Baraka, le premier marocain à nager 1.600 mètres dans une eau à moins de 5 degrés    Maroc-Rwanda à 17h : qualification et confirmation en ligne de mire    Groupe C : Maroc-Rwanda / La qualification au prochain tour en ligne de mire    L'homme aux chaussettes rouges quitte DFC    Première édition de «Blabl'Art» à Casablanca    L'Inde donne son feu vert pour l'exportation du vaccin vers le Maroc    Le Maroc et Israël signent un accord pour des vols directs entre les deux pays    «Le secret de la lettre», nouveau roman de Mohammed Ennaji    Le Maroc plaide pour une stratégie africaine de l'éducation    Casablanca: mise en échec d'une tentative d'exportation illicite de pièces géologiques    «Mohammed VI, la vision d'un Roi : actions et ambitions»    A la découverte de l'univers fantastique de Yassine Balbzioui à Rabat    Mise au point : Les "attaques injustifiées" et les "assertions diffamatoires" de RSF ne passent pas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«La Covid-19 a grandement perturbé notre action»
Publié dans Albayane le 02 - 12 - 2020


Journée mondiale de lutte contre le Sida
Nadia Bezad
L'impact de la pandémie de Covid-19 sur l'action de sensibilisation au Sida, le rôle de l'école dans la prévention du VIH, et les progrès cumulés dans le combat contre cette maladie auto-immune sont autant de sujets abordés, dans trois questions, par la présidente de l'Organisation panafricaine de lutte contre le Sida (OPALS-Maroc), Nadia Bezad. Dans son entretien à la MAP à l'occasion de la Journée mondiale de lutte contre le Sida, Mme Bezad insiste sur la nécessité de sensibiliser la population, et plus particulièrement les jeunes, aux risques de contamination par virus de l'immunodéficience humaine (VIH) et de s'attaquer aux divers préjugés et stigmatisations autour de la maladie.
Quel a été l'impact de la Covid-19 sur l'action de l'OPALS-Maroc et les campagnes de sensibilisation au VIH?
La Covid-19 a grandement perturbé le système de travail de l'association. En effet, l'association a été contrainte de suspendre les campagnes de sensibilisation, de dépistage et de prévention pendant la période confinement sanitaire.
En outre, compte tenu de leur système immunitaire défaillant, les patients avaient grandement peur d'une éventuelle infection au coronavirus et s'empêchaient de sortir de leur domicile.
Heureusement l'OPALS a su s'adapter face à cette situation exceptionnelle en poursuivant ses services au sein des différents centres de traitements ambulatoires (C-TA) et en fournissant aux malades trois mois de traitement au lieu d'un, afin d'éviter tout déplacement supplémentaire des patients.
Quelles sont les contraintes rencontrées par l'OPALS-Maroc dans son action de lutte contre le VIH sur le terrain?
La plus grande contrainte pour l'association demeure l'absence d'une éducation sexuelle dans les écoles et au sein des familles. En effet, il n'existe pas au Maroc un véritable programme scolaire centré sur l'éducation sexuelle. L'école ne joue donc pas pleinement son rôle « d'éducatrice », en omettant de garantir une éducation sexuelle aux générations futures qui reste indispensable dans la vie de tout un chacun.
Aussi, la stigmatisation continue des personnes souffrant du Sida et l'immense tabou qui persiste autour de cette maladie constituent un réel obstacle pour faire face au VIH/Sida.
Au Maroc, il s'agit d'une maladie honteuse, la notion de « hchouma » (honte) étant omniprésente et les jugements pèsent continuellement sur les patients, les poussant parfois même à vivre cachés afin d'éviter les regards accusateurs.
Quels sont les progrès à faire au Maroc pour lutter contre la propagation du SIDA?
Il faut savoir que le Sida est une maladie totalement évitable, d'autant plus que la sensibilisation reste le meilleur moyen pour lutter contre sa propagation.
Ainsi, la société civile, les écoles et les familles sont appelées à s'engager pleinement dans cette action de lutte, afin d'expliquer aux jeunes les différents moyens de protection tout en leur offrant une éducation sexuelle sans tabous.
Les médecins traitants, plus particulièrement les généralistes, sont de leur côté invités à prendre en charge les patients. Le Sida étant une maladie chronique, chaque médecin doit apporter sa pierre à l'édifice afin de traiter les patients et sensibiliser au mieux la population à ce sujet.
En fait, le Maroc a réalisé des avancées notoires en termes de sensibilisation de la population dans les domaines de la santé sexuelle et reproductive, avec notamment l'adoption en 2019 des recommandations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) sur les soins auto-administrés (self-care) pour la santé sexuelle et reproductive. S'y ajoute le lancement de la première application des jeunes sur la santé sexuelle et reproductive qui s'intéresse à plusieurs sujets liés à la santé sexuelle et reproductive, dans un cadre aussi bien éducatif que ludique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.