Hamdi Ould Errachid reconduit à la tête du conseil de Laâyoune-Sakia El Hamra    Maroc. Les exigences d'une nouvelle ère [Par Jamal Berraoui]    Défense : Défis et ambitions de la future industrie marocaine de l'armement    Pakistan: 7 soldats et 5 terroristes tués au Waziristan du Sud    Le changement climatique pourrait pousser 1,9 million de Marocains à migrer d'ici 2050    Fathallah Sijilmassi nommé Directeur général de la Commission de l'Union Africaine    Classement FIFA: Les Lions de l'Atlas au 33ème rang    Botola Pro D1 / FAR-JSS (0-3) : Victoire méritée de Chabab Soualem    Les certificats Covid-19 délivrés par le Maroc désormais valides au sein de l'UE    Azemmour : Un grand taxi volé retrouvé, un suspect arrêté    Dr Saïd Afif, membre du Comité scientifique de vaccination anti-Covid : «Il est encore très tôt pour parler de la vaccination des 3-11 ans»    Xander Pratt dévoile son nouveau titre en hommage à Casablanca    Interview avec Neta Elkayam : «Je m'intéresse à beaucoup de musiciens marocains contemporains»    Allemagne : le site fédéral des élections probablement visé par une cyberattaque    La France a éliminé Abou Walid Al-Sahraoui, ancien membre du Polisario et chef de l'EI au Grand Sahara    Rapatriement jeudi des dépouilles des deux camionneurs marocains tués au Mali    Industries manufacturières: Hausse de 19,9% de l'indice de la production au T2-2021    CIH Bank : Renouvellement de la quadruple certification ISO 9001 version 2015    Tokyo 2020: les athlètes médaillés célébrés par la Fondation Mohammed VI    Flambée des prix : des augmentations abusives ?    Cours de change des devises étrangères contre le dirham    Sensibilisation sur le civisme fiscal en RDC : Instituer une culture fiscale dans le pays    Vaccination volontaire des adolescents de 12 à 17 ans : plus d'un million d'injections administrées    Prévisions météorologiques pour ce jeudi    Vladimir Poutine annonce que des dizaines de personnes de son entourage ont le Covid    3ème Edition de la conférence « Parlons Développement » : Faire des jeunes les moteurs du développement durable    Radisson Hotel Group : Une expansion record au Maroc et en Afrique du Nord    Les contours de la majorité gouvernementale seront probablement dévoilés la semaine prochaine    Les certificats Covid-19 délivrés par le Maroc désormais valides au sein de l'UE    Abdelkader Bourhim: "Le sport, parent pauvre des programmes électoraux"    Le plus haut gradé américain craignait que Trump n'attaque la Chine    Téhéran, l'AIEA et la surveillance du programme nucléaire iranien    Formation du gouvernement. Aziz Akhannouch boucle aujourd'hui le premier round des consultations    Le roi Mohammed VI nomme le général Belkhir El Farouk inspecteur général des FAR    Un RNPG déficitaire au 1er semestre    Retour sur la saga des héros paralympiques    «Lewy» et le Bayern surclassent encore le Barça    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 15 septembre 2021 à 16H00    Lukaku tire Chelsea du piège du Zenit, Ziyech décevant    Match nul pour Séville, En Nesyri voit rouge    Cinéma : L'IF du Maroc rouvre ses salles de projection    Le festival JIDAR fait sensation sur les réseaux    Echange culturel pour lutter contre les idées extrémistes    New District présente son premier artiste Hassa1    La nomination de Staffan de Mistura en tant qu'Envoyé Personnel au Sahara, se fera dans les prochains jours    DataPathology : Witamax injecte 2 MDH    Des ateliers consultatifs de la musique du 17 au 28 septembre    Arts plastiques : Samira Ait El Maalam expose sous le thème «Vortex»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Des ambassadeurs dénoncent les tentatives de politisation des débats au CDH
Publié dans Albayane le 29 - 04 - 2021


Conseil des droits de l'homme de l'ONU
Les ambassadeurs représentants permanents de pays membres du Groupe de Soutien à l'intégrité territoriale du Maroc à Genève ont dénoncé, mercredi, les tentatives d'un groupuscule de pays visant à politiser les débats au Conseil des droits de l'homme (CDH) pour porter atteinte à la souveraineté du Royaume sur son Sahara.
S'exprimant lors d'une réunion virtuelle du Groupe avec la Haut-Commissaire aux Droits de l'Homme (HCDH), Michelle Bachelet, l'ambassadeur de Côte d'Ivoire, Kouadio Adjoumani, a affirmé que l'objectif de cette rencontre est d'empêcher toute polémique et toute instrumentalisation politique de la question du Sahara au sein du Conseil des droits de l'Homme, relevant que les déclarations du Groupe n'ont pas de but politique et se fondent uniquement sur le principe de solidarité.
Il a rappelé que le différend autour du Sahara fait l'objet d'un processus politique relevant de la compétence exclusive du Conseil de sécurité de l'ONU. Par conséquent, la résolution du différend ne peut avoir lieu que dans le cadre de cet organe, a-t-il noté.
Pour M. Adjoumani, le Conseil des Droits de l'Homme n'est pas le cadre idoine pour débattre de ce différend, dont le Conseil de sécurité a déjà été saisi et pour lequel plusieurs résolutions ont été adoptées, ajoutant que le Conseil des droits de l'Homme doit demeurer fidèle à ce principe fondateur, en l'occurrence celui de la non-politisation des débats, en évitant ainsi les tentatives de polémique et d'instrumentalisation de la question du Sahara au sein du CDH.
Abondant dans le même sens, l'ambassadeur du Gabon, Mireille Nzenze a indiqué que l'objectif principal de la réunion est d'établir un dialogue constructif entre le groupe et le Haut-commissariat aux Droits de l'Homme, notant que la démarche vise particulièrement à rappeler les principes de bilatéralité et de non-politisation qui président aux travaux du Conseil des Droits de l'Homme.
La déclaration du groupe prononcée lors de la 46ème session du Conseil, fut une déclaration neutre ne comprenant aucun élément politique pouvant vexer une quelconque partie, a-t-elle enchainé, précisant que « c'était une déclaration de principe pour des raisons évidentes, la question du Sahara faisant l'objet d'un processus politique, de la compétence exclusive du Conseil de Sécurité ».
Elle a mis en avant le rôle joué par les différentes commissions du Conseil National des Droits de l'Homme dans les Provinces du sud du Maroc, reconnues par le Conseil de Sécurité, faisant observer que la situation dans les Provinces du Sud fait l'objet d'une interaction très active entre les mécanismes du Conseil des Droits de l'Homme qui ont effectué, à plusieurs reprises, des visites dans ces provinces.
Et d'ajouter que le soutien apporté au Maroc vise à dépolitiser cette question dans le cadre des travaux du Conseil des Droits de l'Homme.
Dans la même veine, l'ambassadeur de Jordanie, Walid Khalid Obeidat a noté que les aspects politiques ne doivent pas être traités dans le cadre du Conseil des Droits de l'Homme mais plutôt celui du Conseil de Sécurité, soulignant que son pays soutient les efforts déployés jusqu'à présent par le Maroc dans l'exercice de sa souveraineté.
Il s'agit d'une question politique qui ne doit pas être discutée au sein du Conseil des Droits de l'Homme, a-t-il soutenu.
De son côté, l'ambassadeur de Bahreïn, Yusuf Abdulkarim Bucheeri a réaffirmé, au nom du Conseil de Coopération du Golfe, le soutien aux efforts déployés par les institutions marocaines dans la promotion et la protection des droits de l'homme sur l'ensemble du territoire, saluant l'engagement continu et constructif avec les mécanismes des droits de l'homme, particulièrement le Haut-Commissariat aux Droits de l'Homme, le Conseil des Droits de l'Homme et les Procédures Spéciales.
M. Bucheeri a réitéré le soutien de son pays à la souveraineté et à l'intégrité territoriale du Maroc sur son territoire, de même qu'aux mesures prises à cet égard, à l'image de celle visant à rétablir la liberté de circulation et de mouvement au poste frontalier d'El Guerguarat, notant que toute provocation qui a pour objectif de limiter la liberté de mouvement dans cet espace vital, ne peut être tolérée.
Il a salué, en outre, l'établissement de Consulats Généraux par de nombreux pays à Dakhla et Laâyoune qui représentent un pas important dans l'engagement pour le renforcement du développement économique et des investissements au bénéfice des populations locales.
Et d'ajouter que les membres du CCG sont convaincus que la question du Sahara, en tant que différend politique, ne peut être résolue qu'à travers le Plan d'Autonomie présenté par le Maroc au Conseil de Sécurité de l'ONU, qualifié de crédible, en faveur d'une solution politique définitive.
Pour sa part, l'ambassadeur de Haïti, Justin Viard, a rappelé que son pays a renforcé ses relations avec le Royaume au point d'avoir établi une mission diplomatique et ouvert un consulat général à Dakhla en décembre dernier, notant que Haïti réaffirme son appui à ce Groupe dont l'objectif est de prévenir toute politisation au sein du Conseil des Droits de l'Homme, compte tenu du fait que l'examen de cette question est du ressort exclusif du Conseil de Sécurité.
«Haïti souligne que l'interaction des membres de ce groupe avec le HCDH et le Conseil des Droits de l'Homme doit conserver son caractère bilatéral et éviter toute instrumentalisation», a-t-il poursuivi, notant que Haïti salue les efforts déployés par le Maroc en vue d'engager une interaction constructive avec le HCDH.
Quant à l'ambassadeur de Zambie, Martha Lungu Mwitumwa a relevé que son pays prend note des efforts sérieux et crédibles du Maroc ainsi que son initiative visant à trouver une solution durable et pacifique sous les auspices des Nations Unies.
«La Zambie note les efforts consentis par le Maroc dans le développement économique de la région depuis 1975, mais également l'évolution des droits de l'homme sur ce territoire, devenu une voie de commerce intra-africain», a-t-elle dit.
Dans son intervention, l'ambassadeur représentant permanent du Maroc à Genève, Omar Zniber, a dénoncé les agissements malhonnêtes et malveillants de l'Algérie et des séparatistes visant à induire en erreur la communauté internationale en général et le Haut-commissariat en particulier, sur une prétendue « situation particulière » des droits de l'Homme au Sahara marocain, alors que la réalité est que l'exercice de ces droits est pleinement garanti dans les provinces du sud du Royaume, comme sur tout le territoire national.
«De surcroit, le groupuscule hostile au Royaume n'a aucune légitimité, ni crédibilité pour aborder cette question, encore moins la situation des droits de l'Homme. La grande majorité de ses membres détiennent les records les plus tristes en la matière, dont les violations massives sont constamment dénoncées et condamnées par les rapports de la Haut-commissaire et par les mécanismes du Conseil des Droits de l'Homme», a-t-il ajouté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.