Intégration régionale : lancement des travaux de construction du pont de Rosso entre la Mauritanie et le Sénégal    Le ministre portugais de la Défense reçu à Rabat    Espagne : Le Maroc «n'est pas actuellement une menace pour Sebta et Melillia»    e-gov : Une nouvelle plateforme de services pour la Justice    Effrayée par une future hégémonie marocaine, l'Algérie dit qu'une guerre avec Rabat, «c'est maintenant»    Covid-19 : Nasser Bourita appelle à faire de la crise sanitaire une opportunité pour consolider un multilatéralisme solidaire    La RAM et les compagnies aériennes en mode gestion de crise    Forum sur la coopération sino-africaine: le Maroc engagé avec la Chine pour l'Afrique    Chakib Alj : « Le remboursement des arriérés des crédits TVA annoncé est un signal très positif »    ONCF: 24,8 millions de voyageurs transportés à fin septembre    OCP Group. Un chiffre d'affaires de 57,6 milliards de DH à fin septembre 2021    Production de gaz naturel : Sound Energy signe un accord de 10 ans avec l'ONEE    Casablanca : Réouverture imminente de la Coupole de Zevaco    Le PJD dénonce la normalisation mais ne condamne pas la visite de Gantz au Maroc    Le polémiste d'extrême droite, Eric Zemmour, franchit le Rubicon    Le Maroc a commandé des drones israéliens pour un montant de 22 millions de dollars    Coupe arabe au Qatar / Ammouta : «Notre ambition est d'aller le plus loin dans la compétition et pourquoi pas remporter le titre »    L'Italien Gianluigi Donnarumma vainqueur du trophée Yachine 2021    Tuchel satisfait du rendement de Ziyech    Ralf Rangnick assurera l'intérim à United !    La Coupe du monde des clubs aux Emirats arabes unis !    Compteur coronavirus : 132 nouveaux cas et 1 décès en 24 h    La HACA présente une étude sur le traitement médiatique des violences faites aux femmes    Retour de la neige dans plusieurs régions du Maroc    Conseil de la concurrence: «Nous allons multiplier les autosaisines»    Covid-19 : Omicron révèle la nécessité d'un accord mondial sur les pandémies (OMS)    Maroc/Covid-19 : 1 décès et 132 nouvelles infections recensés en 24H    La FNM remet des documents d'archives du Musée de l'Histoire et des Civilisations de Rabat    Artcurial Maroc organise une vente aux enchères le 30 décembre à Marrakech    «Sahara : l'autre version», une compilation des souvenances de Mohamed Cheikh Biadillah    Le premier prix décerné à Youssef El Youbi    Plaidoyer pour la langue Arabe classique    Rolando en colère contre le Rédacteur en chef de « France Football » : « Je ne gagne contre personne »    Coupe Arabe des Nations / Arbitrage : Ils sont 52 arbitres mais seulement 3 arabes dont le Marocain Redouane Jayed    Maroc : Jusqu'à 25 cm de neige attendus jeudi dans plusieurs provinces    Maroc : Le mariage des mineures est loin d'être «une affaire purement judiciaire»    Retour des supporters dans les stades: Un retard qui fait jaser    Afrique du Sud: Trois mineurs tués dans une coulée de boue    Antony Blinken anticipe une réponse «sérieuse» en cas d'«agression» russe contre l'Ukraine    Accord de coopération sécuritaire Maroc-Israël: Une étape historique    Un grand oral sur fond de contestations populaires    Casablanca : vente de 100 tableaux offerts par de grands peintres au profit de l'INSAF    La Bourse de Paris rechute de 1,43% à l'ouverture, à 6.679,03 points    M. Sekkouri tient une réunion de travail avec la représentante de l'ONU-Femmes Maroc    Un opposant politique du régime turc incarcéré pour «espionnage»    Sultana Khaya, la "pacifiste" à la kalach    «Sous l'ombre des peupliers» de Habiba Touzani Idrissi aux Editions Orion    La Cour suprême américaine saisie sur l'annulation de la condamnation de Bill Cosby    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Tunisie: Les chantiers titanesques qu'attendent le Président Kaïs Saïed
Publié dans Albayane le 15 - 08 - 2021

Trois semaines après l'entrée en vigueur des mesures exceptionnelles en Tunisie, avec le gel des activités du parlement, le limogeage du chef de gouvernement Hichem Mechichi et d'un certain nombre de ministres et de gouverneurs, un sentiment d'optimisme prudent continue à régner dans le pays.
Pour de nombreux experts et analystes de la scène politique tunisienne, rien ne sera plus comme avant, l'islam politique a cessé d'être une alternative crédible en Tunisie, en suscitant le 25 juillet dernier la colère et l'exaspération des Tunisiens qui ont dénoncé le «hold-up» des acquis de la révolution par Ennahdha et sa responsabilité dans l'immobilisme général dans le pays.
Le grand mérite de l'opération diligentée le 25 juillet, à travers l'activation de l'article 80 de la Constitution, est d'avoir peut-être débarrassé le pays de l'emprise pesante et paralysante d'un parti, dont la gestion des affaires du pays depuis 2011 a été qualifiée de «calamiteuse sur tous les plans».
Aujourd'hui, au moment où le président tunisien Kaïs Saïed continue à plaider qu'il est en train d'agir conformément aux dispositions de la Constitution et que les institutions du pays continuent à fonctionner normalement, le facteur temps commence à se faire sentir.
D'après les analystes, avec la nouvelle donne, il importe surtout de ne pas décevoir les attentes des Tunisiens exaspérés par 11 ans de «dérive politicienne» et de définir une feuille de route qui permet de les rassurer tout en redonnant aux institutions un nouveau souffle qui rompt avec la cacophonie qui a longtemps régné.
En attendant qu'un nouveau chef de gouvernement soit désigné et de connaître quel sort sera réservé à l'Assemblée des Représentants du Peuple, le président de la république est en train de faire le grand ménage.
En témoignent le limogeage de nombreux ministres, de gouverneurs, de hauts responsables, de PDG d'entreprises, la levée de l'immunité à de nombreux élus objets de poursuites judiciaires, la mise en examen de certains responsables et l'interdiction de voyages à l'étranger d'un nombre indéterminé de hauts cadres.
Il ne se passe pas un jour sans constater l'intervention directe du chef de l'Etat tunisien sur divers problématiques touchant le pouvoir d'achat, l'organisation des circuits de distribution, la dénonciation explicite de faits de corruption et le rappel de la nécessité absolue d'appliquer la loi contre tous ceux qui sont responsables des malheurs des Tunisiens et de leur mal vivre.
Au-delà de l'ambiguïté qui continue à entourer la durée de cette période exceptionnelle, des réactions mitigées de la classe politique et du jeu d'esquive auquel s'adonne le mouvement Ennahdha, plus que jamais divisé, sans pour autant jeter totalement les armes, un grand nombre de chantiers attendent le président tunisien.
Le premier et, non des moindres, consiste à sauver la jeune démocratie, en changeant le système politique afin de préserver la stabilité politique sécuritaire et sociale du pays, alors que le second consiste à mener une lutte efficace contre la corruption qui a gagné toutes les sphères et tous les secteurs.
Il s'agit aussi de l'impératif de restaurer la confiance des Tunisiens et de ne pas les décevoir, ainsi que d'engager les réformes essentielles dans les domaines des finances publiques, de l'investissement, l'éducation, la santé, du développement des régions, l'emploi, la justice, des circuits de distribution et de réhabiliter la valeur de l'effort en faisant valoir que le travail le seul ascenseur social.
Pour réussir son pari, le Président Kaïs Saïed, qui est obligé d'agir vite et dans le bon sens, est contraint de choisir un gouvernement de compétences capable de sortir le pays du tunnel.
Il est appelé aussi, selon les experts, à dire la vérité aux Tunisiens pour qu'ils participent à ce changement qui sera aussi douloureux que long.
En attendant que le contenu de la feuille de route soit annoncé, l'on se demande si dans le contexte actuel hésitant, une opération «mani pulite» est suffisante pour changer de fond en comble la donne.
Tourner définitivement la page d'un passé récent, sauver l'expérience démocratique, restaurer les institutions républicaines et le prestige de l'Etat, faire valoir la primauté du droit et de la loi, remettre le pays au travail constituent une entreprise de longue haleine, mais pas impossible dans ce pays maghrébin de 12 millions d'habitants.
Une entreprise qui supporte mal les hésitations ou les improvisations. D'où la nécessité de mettre un terme au flou et pour le président de la république, qui bénéficie d'un fort soutien populaire actuellement, d'abattre rapidement toutes ses cartes, soulignent ces analystes.
Il va falloir, insistent de nombreux politologues, préciser les contours du futur système politique et de préciser si le pays pouvait se contenter de revoir la loi électorale, cause principale de la dispersion des pouvoirs, ou de voir le chef de l'Etat aller jusqu'au bout de ses intentions en amendant la Constitution de 2014 afin de l'expurger des ambiguïtés et des insuffisances qu'elle comportait et en optant pour un changement radical de la donne politique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.