Fête du trône : les vœux du roi Felipe VI d'Espagne    Fête du Trône : Plusieurs édifices emblématiques du Canada illuminés aux couleurs du drapeau marocain    Maroc: Le dirham s'apprécie de 0,20% face au dollar du 23 au 28 juillet (Bank Al-Maghrib)    Sa Majesté le Roi Mohammed VI reçoit le Wali de Bank Al-Maghrib    Youssoufia : Sessions de formation à partir du 02 août sur le rôle des coopératives dans l'économie sociale    Le Roi d'Espagne félicite SM le Roi à l'occasion de la Fête du Trône    France: plus de 200 mille manifestants conte le pass sanitaire    Fès: la salle omnisports 11 janvier transformée en centre de vaccination    Compteur coronavirus : 7.529 nouvelles infections, le nombre des cas actifs dépasse les 51.000 personnes    Maroc : la découverte d'un biface acheuléen jette une nouvelle lumière sur la préhistoire de l'Afrique du Nord    En Algérie, deux superstructures sécuritaires à couteaux tirés pour s'emparer des leviers du régime    JO 2020. Les Marocains El Guesse et Oussama qualifiés pour les demi-finales du 800 m    JO-2020: Le programme du dimanche 1er août    Maroc. Radisson Hotel Group ouvre quatre nouvelles plateformes hôtelières    Monétique: le CMI affiche des chiffres records pour le mois de juillet    Covid-19. Les vaccins, une voie à la fois sûre et fiable vers l'immunité    Liban : l'UE est prête à imposer des sanctions pour peser sur la formation d'un gouvernement    Elections : L'Istiqlal déterminé à renforcer la position des Chambres de Commerce, d'Industrie et des Services    Etats-Unis : les déclarations d'impôts de Trump doivent être transmises au Congrès    Libye : de retour, le fils de Kadhafi songe à se présenter à la présidentielle    Le Président du Parlement arabe salue les réalisations accomplies par le Maroc sous le leadership du Roi Mohammed VI    Levée des subventions sur le gaz butane, le sucre et la farine: ce qu'il en est vraiment    Finale de la Coupe du Trône de basketball (2020-2021) : Le FUS Rabat remporte le titre face au Kawkab Marrakech    Au sujet des paris sportifs... L'ITIA et la FRMT suspendent à vie Mohamed Hirs et 35 000 $ d'amende !    Conjoncture économique: les prévisions du HCP pour 2021 et 2022    Fête du trône : les vœux de Justin Trudeau    En Algérie, le scandale de faux comptes de désinformation liés au régime    Al Haouz: Fermeture d'un établissement hôtelier pour violation des mesures sanitaires    Covid-19 : Les objectifs de vaccination sont loin d'être atteints (OMS)    Maroc/Météo:Temps chaud, ce samedi 31 juillet    Pays-Bas : découverte d'un grand laboratoire de drogues de synthèse    Covid-19 au Maroc. Port du masque: les autorités serrent la vis    Le Maroc s'inscrit, conformément à ses priorités, dans une perspective diplomatique multilatérale (ambassadeur)    La sélection nationale de Breakdance se prépare à Ifrane au Championnat du monde    Tunisie : le président Kaïs Saïed confie le portefeuille de l'intérieur à Ridha Gharsallaoui    Tunisie : L'hôpital de campagne marocain à Manouba opérationnel    ONCF. De bonnes performances et une nouvelle feuille de route à l'horizon    JO 2020. Les Marocains El Bakkali et Tindouft qualifiés pour la finale du 3 000 m steeple    Slalom Kayak aux J.O de Tokyo : Le Marocain Mathis Saoudi perd en demi-finale    Basket-ball : La finale féminine de la Coupe du Trône reportée à cause de la Covid-19    "Allayla Sahratena": Une soirée spéciale fête du Trône, samedi à 21h45    Yassine Saibi, la musique dans la peau    Pegasus, médiatus, propagus    "Réduction des risques... le Manifeste" : un ouvrage qui décortique les urgences du monde en temps de pandémie    Lever de rideau sur le 22è Festival international de luth    Art contemporain : La Fondation nationale des musées met en avant la jeune scène artistique    "Nektachfou Bladna"-Replay: Visiter le Maroc autrement avec les artistes    Fête du Trône : «Nehzzo lwan dyialna !», l'appel pour exprimer la fierté du pays    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Je suis venu travailler au Qatar pour poursuivre mes rêves, mais ma vie est un cauchemar
Publié dans Aldar le 19 - 06 - 2021

L'auteur est l'un des 93 travailleurs migrants interrogés par Human Rights Watch pour un nouveau rapport sur les abus salariaux avant la Coupe du Monde de la FIFA 2022 au Qatar, il a requis l'anonymat pour sa sécurité ; les visas de travail et les permis de séjour pour les travailleurs migrants au Qatar sont directement liés aux employeurs, c'est pourquoi les travailleurs ont souvent peur de parler publiquement contre les abus de salaire.
Comme des milliers de travailleurs migrants d'Afrique et d'Asie, je suis enfin dans le pays de mes rêves, le Qatar. Je savais que travailler ici serait difficile, mais je pensais pouvoir envoyer régulièrement de l'argent à ma famille et vivre décemment.
J'avais imaginé qu'une fois ici, je pourrais jeter un coup d'œil à gli Azzuri, l'équipe nationale italienne et mon préféré, mais en voyant la façon dont le Qatar traite les travailleurs comme moi en train de préparer la Coupe du Monde de la FIFA 2022, mon enthousiasme a diminué.
Au pays de mes rêves, chaque jour ressemble à un cauchemar.
Mon ami a dit que travailler dans le Golfe n'était pas pour les âmes sensibles, mais je me suis demandé si les choses pouvaient être pires qu'au Kenya. J'ai un baccalauréat avec mention et je n'ai toujours pas trouvé d'emploi stable dans ma ville natale. Je savais que j'avais besoin de quelque chose pour compléter l'écriture indépendante que je faisais.
J'ai trouvé un agent de recrutement local qui a accepté de faciliter mon processus de demande de visa et d'emploi pour un emploi d'agent de sécurité. Il a exigé 1 500 $ en frais de recrutement. C'est une somme énorme, mais j'ai demandé autour de moi et j'ai découvert que tous les travailleurs migrants kenyans paient des frais de recrutement pour un emploi au Qatar. Mes parents m'ont proposé de me couvrir. Ils ont dit que cela les laisserait dans une crise financière, mais que cela en vaudrait la peine de voir ma vie décoller. Après avoir travaillé dur toute leur vie, ils seront tous les deux forcés de prendre leur retraite cette année, c'est donc à moi de me débrouiller seul et d'assumer les responsabilités de ma famille.
L'agent de recrutement s'est avéré à la fois désorganisé et subreptice. Le vol qu'il a organisé pour moi était un voyage de huit heures depuis ma ville natale. Je l'avais payé pour me garantir un emploi d'agent de sécurité, mais après que les paiements non remboursables aient été effectués, lorsqu'il m'a remis mes papiers quelques heures avant mon départ, j'ai découvert que mon visa et mon contrat de travail étaient pour un poste de nettoyage. Ne vous inquiétez pas, a-t-il dit, quand j'arriverai au Qatar, je pourrai changer de travail.
Mon rêve du Qatar était enfin en mouvement alors que l'avion s'envolait dans le ciel nocturne sombre. J'ai été accueilli par le chef-d'œuvre architectural qu'est l'aéroport international Hamad. Les choses devaient s'arranger maintenant, pensai-je. Mais mon employeur, qui était censé me rencontrer, était introuvable. Après de nombreux appels téléphoniques frénétiques, il m'a dit de prendre un taxi et de me rendre à mon logement.
À l'intérieur de ma chambre, au logement de la boîte à chaussures, j'ai trouvé quatre autres travailleurs qui semblaient misérables. Nous n'avons pas beaucoup parlé. L'endroit était délabré, sans lits, seulement des matelas usés et des couettes sales qui abritaient une colonie d'insectes. Je me suis voulu optimiste et j'ai décidé de parler à mon employeur le matin de la possibilité de changer d'emploi.
Mon employeur a entendu mes préoccupations et m'a emmené pour un entretien dans une entreprise de services de sécurité locale. On m'a proposé un contrat de travail qui semblait juste. Pour huit heures de travail par jour, mon salaire mensuel serait de 1 500 rials qataris (412 $), je serais payé à un taux plus élevé pour toutes les heures supplémentaires, et l'employeur couvrirait mes soins de santé et mon logement.
Au Qatar, un travailleur migrant doit obtenir l'autorisation écrite de son employeur précédent pour changer d'emploi pendant qu'il est sous contrat. Alors que pour moi, le processus s'est déroulé sans heurts, d'autres travailleurs m'ont dit à quel point c'était difficile pour eux et comment les employeurs utilisent souvent le pouvoir qu'ils ont sur les travailleurs pour les exploiter davantage. Ma nouvelle entreprise s'est fait un devoir de m'informer qu'elle-même ne donne jamais aux travailleurs la permission de changer d'emploi. Je n'y ai pas trop réfléchi, j'étais juste content de quitter ma chambre infestée et de commencer à gagner de l'argent. Avec le recul, j'aurais aimé avoir.
Le transfert légal de mes documents d'immigration a pris un mois, sans salaire, et quand j'ai finalement été introduit dans le logement de la société de sécurité, j'étais prêt pour des jours meilleurs.
Le nouveau logement était meilleur que celui où j'habitais, mais toujours pas à la hauteur des normes minimales. Dix d'entre nous étaient entassés dans une pièce étouffante. Environ 15 personnes partageaient les toilettes et environ 60 partageaient la cuisine commune, qui a été construite pour une poignée de personnes.
Depuis lors, avec différentes missions, j'ai vécu dans divers endroits. À un moment donné, je dormais dans l'établissement d'enseignement que je gardais. Depuis un mois, je partage ma chambre avec cinq autres hommes de mon entreprise, et pendant un moment, l'eau du climatiseur coulait sur nos lits.
Quant à mes conditions de travail, les quatre heures supplémentaires que je fais quotidiennement sont ignorées dans mes fiches de paie, je travaille sept jours sur sept sans jour de repos, les salaires sont retardés jusqu'à trois mois, et pendant ce temps ils ne même nous fournir une allocation alimentaire.
Mon salaire de mars est arrivé en juin, le salaire d'avril est arrivé en juillet. Je n'ai pas été payé pour les mois de mai, juin et juillet. Pour chaque jour de retard de mon salaire, je m'endette encore davantage, car j'envoie 1 000 riyals qataris (275 $) par mois chez moi et je n'ai d'autre choix que d'emprunter de l'argent pour me nourrir.
Je suis ici depuis plus de six mois, mais je n'ai pas reçu de carte d'identité du Qatar, qui est obligatoire pour les travailleurs migrants. D'autres employés me disent qu'il faut huit à dix mois à notre entreprise pour émettre des cartes d'identité. Sans la carte, je ne peux pas porter plainte auprès du Département du travail ; Je ne peux même pas sortir de mon logement sans risquer d'être arrêté.
Je n'ai pas eu un seul jour de congé depuis que j'ai commencé à travailler il y a six mois – un seul jour de congé me coûtera 50 riyals qatariens (14 $). J'ai désespérément besoin de quelques jours de congé pour lutter contre la fatigue qui me tire vers le bas. Cependant, j'ai aussi désespérément besoin d'un salaire complet pour atteindre le seuil de rentabilité et commencer à évoluer vers une vie décente.
Mes missions varient. J'ai travaillé dans des hôtels, des bureaux et des écoles. Actuellement, je reste debout 12 heures par jour, devant un hôtel dans l'un des quartiers chics du Qatar. Je suis chargé de diriger et de contrôler la circulation, d'effectuer des patrouilles à pied régulières et d'aider et d'escorter les clients qui demandent si des chambres sont disponibles. Mon devoir est rendu plus difficile par le soleil inébranlable et implacable du Moyen-Orient.
J'ai finalement obtenu une carte d'assurance-maladie au bout de cinq mois. Imaginez être dans un pays étranger pendant une pandémie mondiale et ne pas avoir de soins de santé. Pour aggraver les choses, il semble que mon entreprise ne se soucie pas beaucoup des équipements de protection individuelle. Ils apportent des gants et des masques de temps en temps. Le personnel de l'hôtel nous prête souvent des masques. Heureusement, la seule personne que je connaisse qui a eu Covid-19 était un superviseur à l'hôtel avant que je sois affecté ici.
Mes collègues m'encouragent quand je suis au plus bas. Nous comprenons les défis systématiques auxquels les travailleurs sont confrontés quotidiennement. Le gouvernement parle de réformer les lois du travail, mais la plupart ont l'impression que ce n'est que sur papier. Les gens sur le terrain souffrent vraiment et les employeurs voyous s'en tirent avec des injustices flagrantes. La division des classes est flagrante au Qatar. Le pays est l'un des plus riches du monde, mais il s'est construit et continue de fonctionner au carburant de ses migrants. L'exploitation et l'oppression ont eu un impact mental et physique sur nous, mais la détermination d'améliorer nos vies nous permet de continuer.
La Coupe du monde 2022 est un autre sujet épineux. Même les stades les plus grands et les plus fastueux ne peuvent justifier les mauvais traitements infligés aux travailleurs.
Surmené, sous-payé et livré à moi-même sans aucun filet de sécurité, j'ai un faux choix : tenir le coup, ou retourner au Kenya, vaincu et endetté.
L'auteur a demandé à ne pas utiliser son nom pour sa protection.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.